Posez une question

21 avril 2015

Conseils juridique et social

- Modifié le 3 août 2015

Durée de travail minimale de 24 heures : à qui s’applique-t-elle ?

Cette fiche vous est proposée par Wolters Kluwer.

 

Depuis le 1er juillet 2014, la durée minimale hebdomadaire d'un salarié est fixée à 24 heures [C. trav., art. L. 3123-14-1 à 3123-14-6]. Mais cette durée est-elle obligatoire pour tous ? Comment y déroger ? S'applique-t-elle aux contrats déjà en cours ?

 

  • Quel est le principe à retenir ?

La durée minimale de travail du salarié à temps partiel est fixée à :

  1. 24 heures par semaine ;
  2. ou, pour des horaires répartis sur le mois, l’équivalent mensuel de cette durée ;
  3. ou, le cas échéant, l’équivalent calculé sur la période prévue par accord collectif dans le cadre d’un aménagement du temps partiel sur tout ou partie de l’année.

 

  • Pour quels contrats ?

 

La durée minimale s’applique que le salarié soit en contrat de travail à durée déterminée ou indéterminée. Toutefois, ne sont pas concernés :

  1. les contrats d’une durée égale ou inférieure à sept jours ;
  2. les contrats à durée déterminée ou les contrats de travail temporaire conclus pour assurer le remplacement d’un salarié absent.

 

  • Quelles sont les dérogations possibles ?

Dérogation par accord de branche. Une durée inférieure à 24 heures hebdomadaires peut être fixée par convention ou accord de branche étendu. Pour ce faire, l’accord ou la convention doit comporter des garanties pour les salariés quant à :

  1. la mise en œuvre d’horaires réguliers ;
  2. ou d’horaires leur permettant de cumuler plusieurs activités afin d’atteindre une durée globale d’activité correspondant à un temps plein ou au moins égale à 24 heures.

Dérogations individuelles. Le salarié peut demander à effectuer une durée du travail inférieure à 24 heures hebdomadaires. Sa demande doit être écrite et motivée. Elle peut être justifiée par :

  1. des contraintes personnelles, telle une situation de handicap ;
  2. le cumul de plusieurs activités afin d’atteindre une durée globale d’activité correspondant à un temps plein ou au moins égale aux 24 heures hebdomadaires.

L’employeur doit informer chaque année le comité d’entreprise ou, à défaut, les délégués du personnel du nombre de demandes de dérogation individuelle formulées par les salariés.

Répartition des horaires en cas de dérogation. En cas de dérogation, les horaires de travail du salarié doivent obligatoirement être regroupés sur des journées ou des demi-journées régulières ou complètes. Un accord de branche étendu ou un accord d’entreprise peut déterminer les modalités selon lesquelles s’opère ce regroupement.

 

  • Quels sont les salariés exclus de la durée minimale ?

Les étudiants. Le salarié âgé de moins de 26 ans et qui poursuit des études peut travailler moins de 24 heures hebdomadaires. Aucun regroupement d’horaires n’est obligatoire.

Les employés de maison. Les salariés employés par des particuliers à des travaux domestiques ne sont pas soumis aux règles relatives à la durée du travail. La durée minimale ne leur est donc pas applicable [C. trav., art. L. 7221-2].

Les salariés en insertion. Les entreprises de travail temporaire ou les associations intermédiaires dont l’activité consiste à faciliter l’insertion professionnelle des personnes sans emploi rencontrant des difficultés sociales et professionnelles particulières peuvent proposer des contrats d’une durée de travail inférieure à la durée minimale. Cette durée de travail doit être justifiée par le parcours d’insertion du salarié [C. trav., art. L. 5132-6 et L. 5132-7].

 

  • Quel est le calendrier de mise en oeuvre ?

Depuis le 1er juillet 2014, tous les contrats de travail doivent prévoir une durée de travail d’au moins 24 heures (sauf dérogation, voir ci-dessus).

S’agissant cependant des contrats conclus avant le 1er janvier 2014, à titre provisoire jusqu’au 1er janvier 2016, l’employeur n’a pas l’obligation d’augmenter la durée de travail du salarié pour atteindre 24 heures hebdomadaires. Toutefois, le salarié peut demander à en bénéficier. L’employeur ne peut alors refuser que s’il lui est impossible d’y faire droit compte tenu de l’activité économique de l’entreprise.

Réagissez à cet article

Commentaires (0)

À lire également

18 septembre 2018

Conseils juridique et social

0

Suppression du RSI : quelles conséquences pour les indépenda...

Suppression du RSI : quelles conséquences pour les indépendants ? Cette réforme doit mettre fin aux dysfonctionnements du RSI : erreurs administratives, délais non respectés, piètre réactivit&eac...

18 septembre 2018

Conseils juridique et social

0

Comment se définit l’entreprise solidaire de nos jours ?

Comment se définit l’entreprise solidaire de nos jours ? Créée par la loi Fabius de 2001, la loi du 31 juillet 2014 sur l’économie sociale et solidaire a transformé l’agrément d’...

10 septembre 2018

Conseils juridique et social

0

Quels impacts pour les employés peut avoir le plan RSE ?

Quels impacts pour les employés peut avoir le plan RSE ? L’engagement des salariés est désormais une problématique très importante pour les entreprises. Et si le plan RSE était encore le meilleur ...

10 septembre 2018

Conseils juridique et social

0

Quelles sont les obligations réglementaires de la RSE ?

Quelles sont les obligations réglementaires de la RSE ? En France, la RSE fait l’objet d’une réglementation stricte. En effet, plusieurs textes législatifs encadrent la responsabilité sociale et environne...

Dernières questions

18 septembre 2018

Développement du réseau professionnel

0

Savez-vous bien réseauter ?

Savez-vous comment bien réseauter ? Savez vous optimiser votre stratégie réseaux, obtenir plus de Leads, de nouveaux marchés … JAMAIS SANSMON RESEAU, le premier livre/guide sur le (bon) réseautage.

18 septembre 2018

Développement du réseau professionnel

2

investisseurs

Je recherche des investisseurs pour le développement

Vous avez un nouveau message