Filtre : Tous

Icon Utilisateur

Une entreprise peut-elle dialoguer avec les acheteurs publics ?

Cette fiche a été rédigée par Small Business France.

 

Le Médiateur nationale des marchés publics émet cette recommandation dans son guide pratique « Chefs d’entreprise, osez la commande publique », publié en 2013 :

 « En dehors de la phase de passation (période qui s’étend de l’avis de publicité à l’attribution du marché, où les échanges sont limités et très encadrés), le dialogue doit être ouvert entre le pouvoir adjudicateur et les entreprises. Il est donc important d’aller à la rencontre des acheteurs publics pour faire connaître l’entreprise et ses produits ! »

 

Pourquoi rencontrer les acteurs de la commande publique ?

En fonction des ambitions de son entreprise sur ce type de marché, diverses démarches peuvent être engagées pour aller à la rencontre des acteurs de la commande publique afin de :

  • faire connaître son entreprise. ;
  • appréhender leurs besoins à venir ;
  • être alerté lors des appels d’offre publics, notamment pour les marchés simples ou à procédure adaptée.

Il est également dans l’intérêt des organismes publics d’améliorer leur connaissance de leur écosystème de fournisseurs potentiels et de ses évolutions. C’est pourquoi ils prennent souvent l’initiative d’organiser ces rencontres.

 

ATTENTION : il est essentiel de se faire connaître auprès des donneurs d’ordres publics notamment pour être consulté lors de procédures simples : ce n’est pas du démarchage !

 

En savoir plus sur l'Avis d'Appel Public à la Concurrence.

Partager cet article !

Réagir à cet article

Ces articles pourraient vous intéresser

Le Pique Taf et le Bourre Pif: La clause de non...

  La clause de non-concurrence est bien connue en droit du travail. Elle est souvent utilisée dans les transactions commerciales telles que la cession de titres de société, la vente de fonds de commerce ou l’agence commerciale. Il s’agit d’interdire à l’une des parties au contrat d’exercer une activité professionnelle susceptible de concurrencer l’autre partie. Plus exactement, au vendeur de continuer à exploiter l’activité qu’il a cédée.Pour être valable, une clause de non-concurrence doit être non seulement limitée dans le temps et dans l’espace, mais aussi proportionnée par rapport à l’objet du contrat et nécessaire à la protection des intérêts légitimes de son bénéficiaire.C’est ainsi que les juges ont annulé une clause de non-concurrence stipulée qui n’était pas proportionnée selon eux dès lors que la fidélisation de la clientèle et la récurrence d’opérations avec celle-ci n’étaient pas établies.Cassation commerciale, 11 mai 2017, n° 15-12872 (doit-on mettre un lien ?)Autrement dit, la clause de non concurrence n’est pas la garantie tout terrain et ne peut relever d’une formule générale ou type.A méditer pour se protéger ou s’en délivrer et éviter le bourre Pif…       Me Julien FOURAY exerce en tant qu’Avocat depuis 20 ans. Titulaire du : -          DESS (Master 2) de Droit des Affaires et de la Fiscalité-          Diplôme de Juriste Conseil d’Entreprise (DJCE) de la Faculté de Droit de Nancy-          Certificat d’Etudes Spécialisées de Droit Economique de Droit de Montpellier Il est lauréat de la Faculté de Droit de Nancy et diplômé ICN-Filière Grande Ecole Spécialisé en Droit du Travail, de la Sécurité Sociale et de la Protection Sociale Il intervient aux cotés des entreprises, sur l’ensemble des champs du Droit des Affaires, en tant que conseil ou dans la gestion de leurs contentieux. Il est Associé-Gérant d’un Cabinet implanté en Région Grand Est, intervenant sur l’ensemble du territoire national. Adresse de correspondance mail  : contact@cabinet-aaa.fr

La création d’une entreprise en 5 étapes

Créer sa propre entreprise est un rêve pour beaucoup. Mais entre les formalités à remplir et les bureaux administratifs, la démarche peut parfois relever du parcours du combattant. Difficile en effet de savoir par où commencer. Dans ce dossier nous vous aidons à donner vie à votre projet. Choisir sa forme juridiqueLe choix du statut juridique se fait en fonction des critères suivants :La nature de vos activités : cela reste exceptionnel, mais il existe des activités dont le statut est imposéL’existence d'associés ou nonL'organisation patrimoniale : avez-vous un patrimoine à protéger ? Souhaitez-vous engager vos biens personnels en cas de défaillance de l'entreprise ?Les besoins financiers : à titre d'exemple, une société est plus adaptée si vous avez des besoins financiers importantsLe choix de la forme juridique est une étape cruciale dans la mesure où elle va déterminer plusieurs aspects : la rédaction des statuts, les dossiers à remplir, les déclarations et les immatriculations, le régime fiscal de l'entreprise et du dirigeant, la responsabilité du ou des gérants, des associés...En principe, il existe deux familles de statut juridique :Les entreprises individuellesLes sociétés : SA, SARL, SAS, SASU, SNC...Rédiger ses statutsC'est un document écrit sous seing privé ou par acte authentique qui définit les droits et les obligations juridiques de chaque associé vis-à-vis de leurs pairs et des tiers. La rédaction des statuts mérite la plus grande attention, car ceux-ci ont des conséquences à la fois juridiques, fiscales et sociales.Pour rédiger vos statuts, vous avez deux choix :Les rédiger vous-même, si vous créez une entreprise individuelle et/ou avez une notion juridique.Les faire rédiger par un professionnel (avocat, notaire, expert-comptable) : ceci est assez onéreux, entre 800€ et 5 000€, mais vivement recommandé dans le cas d'une entreprise avec plusieurs associés.Les éléments qui doivent être impérativement mentionnés dans les statuts :Selon l'article L 210-2 du Code de Commerce :La dénomination socialeLe siège socialLa forme juridiqueL'objet socialLe capital socialLa durée de vie de la société (généralement 99 ans)Selon l'article 1835 du Code Civil :Les noms et les apports de chaque associé ou actionnaireLe mode de fonctionnement de l’entrepriseEn sus de ces clauses obligatoires, d'autres mentions sont conseillées :Le pouvoir du ou des dirigeantsLe mode de prise de décisionLa cession des actions ou des parts sociales,Etc.Ouvrir un compte professionnelPour une société ou un micro-entrepreneur, l'ouverture d'un compte professionnel est obligatoire. Dans le cas d'une entreprise individuelle, elle reste conseillée, non seulement pour séparer ses dépenses personnelles de ses dépenses professionnelles, mais également pour jouir de ses nombreux avantages :Gestion simplifiée du compte, des dépenses de l'entreprise...Mise à disposition d'un TPE (Terminal de Paiement Électronique) pour vos encaissementsAutorisation de découvert, facilité de caisse, financement...Possibilité de services à distance : virement, relevé bancaire, RIB...Si ouvrir un compte professionnel dans sa banque est la solution la plus simple, il est recommandé de s'adresser à d'autres établissements afin de comparer les offres : les services proposés (le montant des découverts, les assurances...), le prix des services (cout de la carte bancaire, les services en ligne...), les frais de tenue de compte, etc.Publier une annonce légalePour toute société (à l'exception des sociétés civiles immobilières immatriculées au RCS), la publication dans journal d'annonces légales ou JAL reste incontournable, dès sa création et à chaque décision qui nécessite une modification des statuts : changement de dirigeant, un changement de l'objet social, un transfert de siège...La publication d'une annonce légale se fait au plus tard un mois après la rédaction des statuts. Et ce dans un JAL habilité par l'État qui ressort du département où se trouve le siège social de l'entreprise.Cette publication a une double utilité :D'abord pour immatriculer l'entreprise au Greffe du Tribunal du commerce et au CFE (Centre de Formalité des Entreprises), ainsi que pour valider une modification des statutsEnsuite pour faire connaitre publiquement l'existence et la vie de l'entreprise : aux clients, aux fournisseurs, aux partenaires commerciaux et financiers...N.B : la non-publication de la création de votre entreprise dans un JAL entraine sa nullité.Déposer son dossier au Greffe du TribunalDernière étape-clé dans la création d'entreprise, le dépôt du dossier complet soit directement auprès du Greffe du Tribunal de commerce dont dépend l'entreprise, soit au CFE pour l'immatriculation au RCS. Le jour du dépôt ou le premier jour ouvrable après réception du dossier (en cas d'envoi postal), le greffier remet un Récépissé de Dépôt de Déclaration de Création d’Entreprise (RDDCE) en attendant l'extrait K pour les entreprises individuelles et l'extrait KBis pour les sociétés. Ce document constitue "l'état civil" de l'entreprise.La liste des pièces justificatives à fournir au Greffe du Tribunal varie en fonction de la forme juridique. En principe voici ce que vous devez joindre au formulaire d'immatriculation :Pour l'entreprise :Un exemplaire original dument signé des statutsUn exemplaire original dument signé de l'assemblée générale extraordinaire nommant les gérants si cette clause n'est pas mentionnée dans les statutsUn exemplaire de l'avis d'annonce légale dans un JALUn exemplaire du rapport des commissaires aux comptes en cas d'apports en naturePour le ou les gérants :État civil : copie certifiée de la carte d'identité nationale ou du passeportUne déclaration sur l'honneur de non-condamnation avec filiation

Quels sont les registres obligatoires ?

Cette fiche vous est proposée par le Conseil Supérieur de l’Ordre des Experts Comptables.   L’employeur doit avoir différents registres obligatoires qu’il doit présenter à chaque demande de l’inspecteur du travail et, le cas échéant, tenir à disposition de certaines instances représentatives du personnel.     Registre unique du personnel Document obligatoire tenu au siège des établissements où se trouve l’employeur ou son délégataire, quel que soit l’effectif de l’entreprise (art. L 1221-13 C. tr.) A titre dérogatoire, il peut être tenu sur un support de substitution, notamment informatique ayant le même objet dès lors que des garanties de contrôles identiques existent (il doit permettre d’obtenir sans difficulté d’utilisation, de compréhension et de risque d’altération toutes les mentions obligatoires), après consultation des représentants du personnel (DP, CHSCT) et envoi de cet avis à l’inspecteur du travail Les informations sont gardées pendant 5 ans à compter du départ du salarié Mentions du registre : -  Dans l’ordre d’embauchage, informations sur toutes les personnes travaillant dans l’établissement, quelle que soit la nature du contrat, celles mises à disposition, les travailleurs intérimaires -  Mentions par salarié : nom, prénom, nationalité, date de naissance, le sexe, l’emploi et la qualification, la date d’entrée et de sortie, la date d’autorisation d’embauche ou de licenciement le cas échéant -  Pour les travailleurs étrangers : photocopie de titre autorisant à travailler -  Pour les intérimaires : mentionner « travailleur temporaire » -  Pour les CDD : mentionner « contrat à durée déterminée » -  Pour les salariés à temps partiel : mentionner « travailleur à temps partiel » -  Pour les apprentis et contrats de professionnalisation : mentionner « apprenti » ou « contrat de professionnalisation » Registre des délégués du personnel Registre relié regroupant les notes des délégués du personnel à l’employeur et les réponses de ce dernier : -  Les délégués remettent au chef d’établissement, 2 jours ouvrables avant la date où ils doivent être reçus, une note écrite exposant l’objet de leur demande -  L’employeur répond par écrit, de manière motivée, à ces demandes au plus tard dans les 6 jours ouvrables suivant la réunion Mise à disposition des salariés pendant 1 jour ouvrable par quinzaine et en dehors de leur temps de travail Mise à disposition de l’inspecteur du travail et des délégués du personnel (art. L 2315-12 C. tr.) Registre des lieux et chantiers temporaires Avoir la liste des chantiers et autres lieux de travail temporaire (sauf pour les entreprises agricoles) (art. R 8113-1 C. tr.) Registres des contrôles en matière d’hygiène et de sécurité Garder pendant 5 ans les attestations, consignes et rapports relatifs aux vérifications et contrôles au titre de l’hygiène et de la sécurité du travail ainsi que les observations et mises en demeure de l’inspection du travail sur les questions d’hygiène, de sécurité, de médecine du travail et de prévention des risques (art. L 4711-1 et 5 C. tr.) Informations pouvant être tenues dans un registre unique lorsque cette mesure est de nature à faciliter la conservation et la consultation de ces informations Documents communiqués aux membres du CHSCT, aux délégués du personnel, au médecin du travail et, le cas échéant, aux représentants de l’organisme professionnel d’hygiène et de sécurité du secteur (OPPBTP dans le Bâtiment) Registre du CHSCT Registre tenu par l’employeur, à disposition des membres du CHSCT consignant les avis du CHSCT en présence d’un danger grave et imminent (art. D 4132- 1 C. tr.) Registre de consignation des alertes en matière de santé publique et d’environnement Depuis le 1er avril 2014, obligation pour les employeurs de tenir sous leur responsabilité un registre consignant les alertes en matière de santé publique et d’environnement (art. D 4133-1 à D 4133-3 C. tr.) Les pages du registre doivent être numérotées Registre à la disposition des membres du CHSCT Registre des essais et exercices incendies Obligation de tenir un registre pour les exercices et essais du matériel et des exercices pour lutter contre les incendies : Dans les établissements où peuvent se trouver occupées ou réunies habituellement plus de 50 personnes, et dans ceux, quelle que soit leur importance, où sont manipulées et mises en œuvre des matières inflammables, une consigne doit indiquer le matériel d’extinction et de secours qui se trouve dans le local ou ses abords et le personnel chargé de mettre ce matériel en action (art. R 4227-39 C. tr.) La consigne doit prévoir notamment des essais et visites périodiques du matériel et des exercices Ces exercices et essais périodiques doivent avoir lieu au moins tous les six mois : un registre doit être tenu à la disposition de l’inspecteur du travail par l’employeur où figurent leur date et les observations auxquelles ils peuvent avoir donné lieu Registre de repos hebdomadaire Registre obligatoire quand le repos n’est pas donné collectivement pendant la journée entière du dimanche ou sous l’une des autres formes prévues par la loi (art. R 3172-1 à 5 C. tr.) Mentionner le nom des salariés, le jour du repos Registre pouvant être remplacé par des tableaux affichés auprès des horaires de travail Registre tenu à la disposition des agents chargés du contrôle et communiqué aux salariés qui en font la demande Registre du travail par relais, roulement, équipes successives Dans les cas d’organisation du travail par relais, roulement, équipes successives, l’employeur doit afficher la composition nominative de chaque équipe, y compris les salariés mis à disposition par une entreprise de travail temporaire (art. D 3171-7 C. tr.) Affichage pouvant être remplacé par un registre mis à jour et tenu à la disposition de l’inspecteur du travail et des délégués du personnel   En savoir plus ? Rendez-vous sur http://www.experts-comptables.fr/

Vous avez un nouveau message

Une question ?

Interrogez la
communauté

En direct
du forum

Derniers articles

UN PROFESSIONNEL DE LA TOITURE A VOTRE SERVICE A ROUSSINES (36) !

L’entreprise Chauvain Fréderic est une référence dans le domaine des travaux de toitures. Assurant la pose et la réparation de vos couvertures, elle est sollicit&eacu

0

Lire la suite

Les ETS FERRET, spécialistes des travaux paysagers à Villefontaine

Situés à Villefontaine, les ETS FERRET sont spécialisés dans les travaux d’entretien d’espaces verts et de démoussage de toiture. Nous sommes une entrepr

0

Lire la suite

Dernières questions

Bonjour, j'aimerais bien avoir quelques tips concernant le SEO, je souhaiterai mieux comprendre comment obtenir des bons backlinks, et j'aimerais bien savoir qu'est-ce qu'un bon backlink. Merci !

0

Répondre

Bonjour, je souhaite développer en marketing une stratégie avec des blogueurs et influenceurs pour augmenter la visibilité d'un site mais je ne sais pas bien comment m'y prendre. Que me conseillez-vous ?

2

Répondre

Une question ?

Interrogez la
communauté