Filtre : Tous

Icon Utilisateur

Qu’est-ce que la pénibilité au travail et comment la gérer ?

Qu’est-ce que la pénibilité au travail et comment la gérer ?

Cette fiche est rédigée par le Mag'RH de Randstad.

Depuis le 1er janvier 2015, de nouveaux dispositifs ont été mis en place pour renforcer la prévention de la pénibilité au travail. Contraintes supplémentaires pour l’entreprise ou solution miracle ? Malgré une mise en œuvre parfois complexe, Stéphane Bes de Berc, directeur des opérations chez HR Consultancy Partners voit avant tout dans ces mesures un véritable outil de dialogue social.

Interview de...                                                

 Stéphane Bes de Berc

Directeur des opérations chez HR Consultancy Partners

Mag’RH :
En 2015, où en est-on des mesures de prévention et d’évaluation de la pénibilité au travail ?

Stéphane Bes de Berc :
Les décrets d’octobre 2014 viennent clarifier à nouveau l’ensemble du dispositif. Ils sont entrés en vigueur le 1er janvier 2015 et imposent à l’employeur plusieurs obligations. La première concerne le diagnostic, qui devra être réalisé sur 4 des 10 facteurs de pénibilité prévus par le législateur. Le travail de nuit, le travail en équipes successives alternantes, le travail répétitif  et le travail en milieu hyperbare. La prise en compte des 6 autres facteurs sera différée jusqu’en 2016.

Mag’RH :
Les critères de ce diagnostic ont-ils évolué ?

Stéphane Bes de Berc :
Oui, c’est l’un des changements notables de ces nouvelles mesures. Jusqu’à présent, ces critères existaient déjà, mais c’était l’entreprise qui déterminait les seuils de pénibilité. Or, aujourd’hui, ces seuils sont précisément définis par la loi. En conséquence, même les entreprises qui avaient déjà fait ces évaluations doivent à nouveau les repenser poste à poste. Par exemple, certains postes considérés comme pénibles peuvent ne plus l’être et inversement. Il sera nécessaire de « toiletter » le diagnostic au vu du décret.

Mag’RH :
Quels conseils peut-on donner à un employeur pour éviter les litiges ?

Stéphane Bes de Berc :
Tout d’abord, être extrêmement précis et rigoureux. Notamment lors de la rédaction des fiches d’exposition. Il est conseillé d’expliquer, de circonstancier et de justifier le mieux possible les raisons qui ont amené à statuer sur tel ou tel poste et de conserver toutes les pièces. Il doit y avoir une traçabilité parfaite au fil des ans. Ces éléments pourront en effet servir de preuves en cas de litiges. Ensuite, il est préférable d’observer les conditions de travail en situation réelle. Il ne faut pas hésiter à aller sur les chantiers, à faire le tour des postes de travail. Evidemment, dans certains secteurs comme le BTP, l’agro-alimentaire ou l’industrie par exemple, la démarche est plus compliquée, les salariés étant amenés à changer d’environnement assez fréquemment. D’où un dernier conseil : privilégier le dialogue et l’échange avec les salariés et les partenaires sociaux. La mise en place de ces mesures sera d’autant plus fluide qu’elle se fera dans un esprit de collaboration, en impliquant les équipes et en travaillant ensemble. C’est une véritable démarche participative qui s’intègre parfaitement dans la démarche globale d’évaluation des risques.

Mag’RH :
Quelles seront les conséquences de ces mesures pour les salariés ?

Stéphane Bes de Berc :
Ce volet est également l’une des grandes évolutions du dispositif. Le décret s’appuie sur un constat : il existe une différence d’espérance de vie tout à fait notable entre les salariés. Cela peut aller jusqu’à 6 à 8 ans en fonction des postes occupés dans une carrière ! D’où la nécessité d’apporter des compensations aux personnes exposées à ces  facteurs de pénibilité. Elles pourront donc bénéficier de certains droits, ce qui n’était pas le cas avant. Concrètement, la fiche d’exposition aux facteurs pénibilité remise à chacun suite au diagnostic permet désormais d’alimenter ce que l’on appelle le compte personnel de prévention. Le salarié exposé recueille ainsi un certain nombre de points, utilisables pour accéder à différents dispositifs, des formations, l’accès à un poste à temps partiel, un départ à la retraite anticipé par exemple.

Mag’RH :
Et les conséquences pour l’employeur ?

Stéphane Bes de Berc :
Bien sûr, il y a des conséquences financières. Sans entrer dans le détail, les entreprises devront s’acquitter de deux cotisations supplémentaires. La première est calculée en fonction de la masse salariale des salariés exposés et sera doublée pour les salariés poly- exposés. La deuxième concerne l’ensemble de la masse salariale globale et sera exigible à compter de 2017. Même si le pourcentage de ces cotisations reste relativement faible, il est indéniable que ces mesures constitueront un poids financier supplémentaire pour l’entreprise.

Mag’RH :
Hormis l’aspect financier, comment ce nouveau dispositif est-il perçu ?

Stéphane Bes de Berc :
Ce dispositif fait couler beaucoup d’encre ! Tout le monde s’accorde à dire que c’est une réforme importante, mais extrêmement complexe. Les syndicats patronaux sont déjà descendus dans la rue pour manifester contre ce qu’ils appellent « une usine à gaz ». Certains pointent du doigt les difficultés de gestion et d’évaluation, les incidences administratives. D’autres redoutent une augmentation des contentieux dans les années à venir, relatifs à d’éventuelles inégalités des droits etc. Malgré tout, cette réforme est tout de même perçue comme une véritable avancée sociale. Prendre en compte la pénibilité et les contraintes qui en découlent et offrir des contreparties, c’est positif. Ce sont les solutions proposées qui font parfois grincer des dents.

Mag’RH :
Et l’enjeu semble se situer bien au-delà d’un simple décret administratif ?

Stéphane Bes de Berc :
Oui, en effet. C’est un sujet éminemment sensible et complexe car il touche à la fois à l’humain, au juridique, au social et à l’économique. Le rôle des ressources humaines est primordial. Les responsables seront amenés à repenser l’organisation du travail. Certaines pistes sont déjà évoquées, comme le renforcement de la polyvalence des salariés (travailler 3 jours au lieu de 5 sur tel ou tel poste par exemple).

L’enjeu est de réduire progressivement cette pénibilité et la prévention apparaît comme le premier levier à activer. L’objectif étant, à terme, de ne plus avoir de salariés concernés

A lire sur le même sujet :

Facteurs et seuils de pénibilité : votre entreprise est-elle aux normes ?
http://lemagrh.randstad.fr/facteurs-et-seuils-de-penibilite-votre-entreprise-est-elle-aux-normes/?utm_source=wikipme.fr&utm_medium=link&utm_campaign=partenariat_wikipme

Partager cet article !

Réagir à cet article

Entrepreneur

Icon Utilisateur

06/10/2015

Equipe Wikipme

Ces articles pourraient vous intéresser

Pourquoi ai-je un jour créé des jeux de société...

Pour répondre à ces problématiques : On m’accordait de moins en moins de temps pour former. Il fallait aller de plus en plus vite. Les apports vus en formation n’étaient pas suivi sur le terrain au quotidien. Je cherchais un « truc » pour asseoir le plus rapidement possible des premiers réflexes.  Je créais une équipe de formateurs débutants et je souhaitais qu’ils puissent s’appuyer sur un outil efficace, leur permettant de faire « prendre la mayonnaise » systématiquement,  en d’autres mots leurs permettant d’emmener inéluctablement leurs stagiaires vers une démarche constructive.  J’ai beaucoup de mal à tenir plus de 5 minutes dans une intervention descendante (sauf si l’orateur est très bon et le sujet passionnant).  Et c’est ainsi que l’aventure des jeux de société en entreprises a commencé.  Les jeux LudhaBreizh sont construits pour lever des points de blocage de thématiques opérationnelles (communication, relation client, vente, management, conduite du changement) dans les entreprises et chez leurs collaborateurs. C’est pourquoi sur la thématique de vente, notre premier jeu a tout naturellement porté sur la réponse à l’objection. Sur la thématique de la réclamation, nous avons choisis de traiter « comment faire tomber la montée d’adrénaline de l’autre », point trop souvent oublié et pourtant essentiel. La mécanique du jeu crée alors un mouvement, les joueurs s’emparent de la partie et s’engagent pleinement ! Le jeu fait tomber les défenses. Rappelez vous quand petits nous disions « et on aurait dit que j’étais pas mort ». Dans le jeu tout est possible, fluide et joyeux ! Chaque joueur expérimente librement et ensemble ils produisent, créent en adhérant naturellement à la démarche. Et hop ! Plus de blocage ! La cerise sur le gâteau, le jeu génère de l’enthousiasme ! Si vous souhaitez créer un appel d’air énergisant dans votre entreprise, faites jouez vos équipes ! Pour découvrir le témoignage de Catherine, manager de banque ayant vécu une conduite de changement par le jeu https://ludhabreizh.fr/2016/11/29/le-conduite-de-changement-par-le-jeu/ Pour découvrir notre premier jeu et évaluer ainsi le potentiel de nos jeux tels que nous les créons https://ludhabreizh.fr/2017/08/22/ils-ne-sont-pas-tous-daccord-avec-moi/ Chaque jour nous sommes époustouflés de l'impact de nos jeux. Rejoignez vite la tribu de ceux qui innovent par le jeu !

La formation initiale en franchise, ça sert à q...

Cette fiche est rédigée par Toute la Franchise.   La formation initiale en franchise sert essentiellement au franchiseur à transmettre son savoir-faire d'un point de vue théorique mais aussi pratique. Côté franchisé, le moment est précieux pour prendre ses repères et des contacts utiles dans le réseau.   La formation initiale en franchise est un moment clé du contrat de franchise aussi bien pour le franchiseur que pour le franchisé. En effet, la formation initiale marque l'entrée officielle dans le réseau d'un franchisé. Véritable noyau commun de connaissances, la formation initiale explique le concept dans ses grandes lignes avant de partir dans le détail de la gestion au quotidien de la future affaire. Après cet aspect théorique indispensable, la formation se termine généralement par une immersion du franchisé au sein de l'unité pilote pour un stage pratique en situation. La durée de la formation initiale varie énormément selon les franchiseurs, mais aussi selon les secteurs d'activité. Pour certains concepts très techniques, la formation initiale pourra ainsi s'étendre sur plusieurs semaines, voire plusieurs mois (notamment dans le secteur de la restauration). Pour d'autres concepts plus « légers », la formation initiale ne durera que quelques jours seulement. Pourquoi de telles différences ? Tout simplement parce que de la complexité du concept dépend la complexité du savoir-faire associé.   Avant tout la transmission d'un savoir-faire Tout concept de franchise s'appuie obligatoirement sur un savoir-faire consistant et différenciant que le franchiseur s'engage par contrat à transmettre à chacun de ses franchisés. Ce savoir-faire, tout comme la marque, fait partie intrinsèque du modèle de la franchise (c'est à vrai dire sa valeur ajoutée !). Testé en unité pilote et formalisé avant le lancement du réseau, le savoir-faire atteste de la rentabilité et de l'originalité du concept. Quand un nouveau franchisé est recruté, le franchiseur se doit de lui transmettre dans les meilleures conditions les clés du succès de son activité. Cette transmission s'organise essentiellement pendant la formation initiale et est complétée par la remise du manuel opérationnel (également appelé bible), par l'accompagnement lors de l'ouverture, et par des formations complémentaires distillées tout au long du contrat (formation continue). A l'issue de la formation initiale théorique et pratique, le nouveau franchisé doit en principe être quasi opérationnel.   Un moment clé d'intégration Si la formation initiale est un moment clé pour apprendre tout sur tout de son futur métier, côté franchisé, c'est aussi un moment clé pour faire connaissance avec le réseau dans son ensemble. En effet, la formation initiale est souvent considérée par les nouvelles recrues comme l'arrivée dans une nouvelle famille. Dans cette famille il y a bien évidemment la direction (la tête de réseau), mais aussi les salariés du franchiseur dont les animateurs, et les autres franchisés (ceux déjà en place et ceux en formation). Toutes ces nouvelles têtes sont autant de relais que le nouveau franchisé pourra actionner une fois « dans le grand bain », après ouverture de son point de vente. Il est donc essentiel pour le « nouveau » de prendre un maximum de contacts, et de lier la maximum d'amitiés pour trouver en cas de besoin, une aide qui sera très précieuse.   En savoir plus.

Les fenêtres, un potentiel de gain énergétique ...

Cette fiche est rédigée par EDF Entreprises.   En matière d’économie d’énergie, les fenêtres représentant 8 à 12% de la surface des parois déperditives, il est essentiel de bien les choisir. Philippe Petiot, expert Efficacité Energétique-Bâti EDF R&D, vous conseille pour sélectionner au mieux les menuiseries et vitrages. Faciles à rénover, les menuiseries et vitrages concentrent donc un potentiel de gain énergétique d’autant plus élevé que leur niveau de performance a été multiplié par 3 depuis les années 70. On mesure aujourd’hui la valeur d’isolation thermique d’une fenêtre par le coefficient d’isolation thermique Uw1 . Plus le Uw est faible plus la menuiserie est performante thermiquement. Suivant la menuiserie, la valeur du Uw peut être comprise entre 1,4 et 1,8 Watt/m²K contre un Uw aux environs de 6 au début des années 70, valeur qui correspondait à un simple vitrage.   Cette bonne performance tient à la qualité du double vitrage composé de deux vitres de 4 mm d’épaisseur séparés par un vide de 16 mm contenant de l’air ou un gaz lourd (argon ou crypton) pour une performance encore meilleure. On parle ici d’un double vitrage 4x16x4, mais d’autres solutions existent comme le triple vitrage par exemple. Quelle menuiserie choisir pour les fenêtres de vos locaux ? PVC : Performance thermique élevée et prix compétitifs Alu : Performances thermiques un peu moins élevées que le PVC mais technique présentant une offre particulièrement large en termes de design et de couleur. Les prix sont souvent plus élevés. Bois : Bénéficie de la tendance développement durable avec des performances thermiques relativement bonnes mais nécessitant plus d’entretien. Quelles aides peut-on obtenir pour la rénovation des fenêtres ? A condition d’avoir un Uw de 1,8 W/m²K maximum, il est possible de bénéficier de plusieurs types d’aides : Le Crédit d’impôts développement durable (CIDD) L’éco-prêt à taux zéro, concerne les propriétaires d'un logement construit avant 1990, occupé comme résidence principale ou par un locataire. Le prêt travaux Copropriété Domofinance bonifié par EDF si le remplacement des fenêtres est éligible   En savoir plus sur les labels en vigueur des fenêtres ?   1. Uw - U = Coefficent de déperdition d’une paroi et w (windows) d’une fenêtre 2. K = Kelvin

Vous avez un nouveau message

Une question ?

Interrogez la
communauté

En direct
du forum

Derniers articles

UN PROFESSIONNEL DE LA TOITURE A VOTRE SERVICE A ROUSSINES (36) !

L’entreprise Chauvain Fréderic est une référence dans le domaine des travaux de toitures. Assurant la pose et la réparation de vos couvertures, elle est sollicit&eacu

0

Lire la suite

Les ETS FERRET, spécialistes des travaux paysagers à Villefontaine

Situés à Villefontaine, les ETS FERRET sont spécialisés dans les travaux d’entretien d’espaces verts et de démoussage de toiture. Nous sommes une entrepr

0

Lire la suite

Dernières questions

Bonjour, j'aimerais bien avoir quelques tips concernant le SEO, je souhaiterai mieux comprendre comment obtenir des bons backlinks, et j'aimerais bien savoir qu'est-ce qu'un bon backlink. Merci !

0

Répondre

Bonjour, je souhaite développer en marketing une stratégie avec des blogueurs et influenceurs pour augmenter la visibilité d'un site mais je ne sais pas bien comment m'y prendre. Que me conseillez-vous ?

2

Répondre

Une question ?

Interrogez la
communauté