Filtre : Tous

Icon Utilisateur

Quelles sont les différentes aides à l'emploi qui existent ?

Cette fiche vous est proposée par le Conseil Supérieur de l’Ordre des Experts Comptables.

 

Les dispositifs d’aide à l’emploi sont nombreux et, au fil du temps, ils ont été recentrés sur les publics les plus fragiles (jeunes, seniors, travailleurs handicapés…). Pour bénéficier d’aides à l’emploi, il faut respecter un certain nombre de conditions tenant à l’employeur mais également aux caractéristiques du salarié embauché. 


 

1.       Travailleurs handicapés

Outre les aides indiquées ci-après, l’employeur peut bénéficier d’une aide au tutorat, en cas de recrutement d’un travailleur handicapé, pour son maintien dans l’emploi ou pour suivre la formation d’un stagiaire handicapé.

Il peut aussi bénéficier d’une aide au maintien dans l’emploi des personnes handicapées pour fin de carrière.

Ces aides sont présentées sur le site : www.agefiph.fr

 

1.1     Aide à l’insertion professionnelle

Aide à l’insertion professionnelle de personnes handicapées

(montants 2014)

Salariés visés

Conditions

Procédure

Aide

Personnes handicapées d’au moins 50 ans au chômage et ayant travaillé moins de 6 mois dans les 24 mois précédents ou sortant d’un établisse-ment adapté

Conclusion d’un CDI ou d’un CDD de 6 mois minimum.


Durée minimale hebdomadaire de travail :
16 heures

Aide prescrite par Pôle emploi, Cap emploi, Mission locale

Montants 2014 :

- 4 000 € pour un CDI ou CDD d’au moins 12 mois, à temps plein ;

- 2 000 € pour un CDD entre 6 et 12 mois, à temps plein ;

- 2 000 € pour un CDI ou CDD d’au moins 12 mois, à temps partiel

- 1 000 € pour un CDD entre 6 et 12 mois

 

1.2     Aide au contrat de professionnalisation ou d’apprentissage

Si l’entreprise conclut un contrat de professionnalisation ou d’apprentissage avec un salarié handicapé, ou pérennise un tel contrat, elle peut recevoir une subvention d’un montant de :

  • 1 500 € pour un contrat de 6 à 11 mois ;
  • 3 000 € pour un contrat de 12 mois ;
  • 4 500 € pour un contrat de 12 à 18 mois inclus ;
  • 6 000 € pour un contrat de 18 à 24 mois inclus.
  • 7 500 € en cas de conclusion d’un CDI.

L’aide à la pérennisation d’un contrat de professionnalisation ou d’apprentissage, en cas d’embauche d’une personne handicaptée à l’issue de l’alternance est fixé à :

  • 4 000 € en cas d’embauche en CDI à temps plein ;
  • 2 000 € en cas d’embauche en CDI à temps partiel (au moins 16 heures) ;
  • 2 000 en cas d’embauche en CDD d’au moins 12 mois ;
  • 1 000 € en cas d’embauche en CDD d’au moins 12 mois à temps partiel (au moins 16 heures).

La demande est adressée à l’Agefiph directement par l’employeur ou avec l’aide de Pôle emploi notamment.

1.3     Aide pour les emplois d’avenir

Un employeur du secteur marchand qui embauche un travailleur handicapé dans le cadre d’un emploi d’avenir peut bénéficier d’une aide de :

  • 6 900 € la première année du contrat ;
  • 3 400 € la seconde année.

 

2.       Aides dans certaines zones géographiques

Outre les aides citées ci-après, il existe aussi des aides dans les zones de restructuration de la défense (ZRD), dans les bassins d’emploi à redynamiser (BER).

Pour en savoir plus sur ces aides : www.urssaf.fr

 

Zones de redynamisation urbaine (ZRU)
et zones de revitalisation rurale (ZRR)

Entreprises concernées

Conditions

Aide

Entreprises dont le siège social est situé dans la ZRR ou ZRU (liste sur www.urssaf.fr)

Dont l’effectif est inférieur à 50 salariés

Embauchant dans la ZRR ou ZRU

N’ayant pas procédé à un licenciement économique dans les 12 mois précédant l’embauche

Embauche d’un salarié en CDI ou CDD d’au moins 12 mois pour accroissement d’activité pour travailler (partiellement ou en totalité) dans la ZRU ou ZRR

Exonération des cotisations patronales de SS pendant 12 mois pour toute embauche accroissant l’effectif dans la limite de 50 salariés

Exonération totale jusqu’à 1,5 SMIC et dégressive jusqu’à 2,4 SMIC

Formalités auprès de la Direccte

 
 

Zones franches urbaines (ZFU)

Entreprises concernées

Conditions

Aide

Entreprises déjà implantées dans une ZFU à la date de sa délimitation et entreprises qui s’y implantent ou s’y transfèrent au plus tard le 31 décembre 2014

Exerçant une activité professionnelle imposable dans la catégorie BIC, BNC ou soumise à l’IS

Dont l’effectif est au plus de 50 salariés au moment de l’implantation

Ayant une réelle activité dans la zone

Embauche d’un salarié en CDI ou CDD d’au moins 12 mois pour travailler (partiellement ou en totalité) dans la ZFU

Etre à jour de ses cotisations sociales ou avoir souscrit un plan d’apurement des dettes

Autres conditions tenant au chiffre d’affaires de l’entreprise, au lieu de résidence des salariés, à la durée du travail…

(conditions variant selon la date de création ou d’implantation dans la ZFU)

Exonération des cotisations patronales de SS, Fnal, versement transport dans la limite de 50 salariés

Exonératoin totale jusqu’à 1,4 SMIC et dégressive jusqu’à 2 SMIC

Exonération applicable à taux plein pendant 5 ans puis dégressive pendant 3 ans pour les entreprises de 5 salariés et plus et 9 ans pour celles de moins de 5 salariés

Formalités auprès de la Direccte et de l’Urssaf

 

 

En savoir plus ? Rendez-vous sur http://www.experts-comptables.fr/

Partager cet article !

Réagir à cet article

Ces articles pourraient vous intéresser

Entrepreneurs et banque : le verre à moitié ple...

Les résultats du premier Observatoire de la confiance des TPE envers leurs banques ont été diffusés ces derniers jours. Et ces derniers sont équivoques. D'un côté, plus de 80% des dirigeants des dirigeants de TPE estiment que la confiance en leur banque est élevée ; mais de l'autre côté, seuls 67% des Dirigeants qui ont éprouvé une difficulté lors d'un besoin de financement font confiance à leur banque, ce taux baissant même à 44% pour celles ayant dû faire face à un refus de financement. Explications.  Crédits Photo : BNP Paribas Banque Privée Les résultats étaient attendus. Pour sa première édition, l'Observatoire de la confiance des TPE envers leurs banques, outil piloté par la Médiation du Crédit, a rendu un verdict pour le moins partagé. Dans le cadre de cette enquête, ce sont près de 4 500 TPE qui ont été sondées afin d'étudier et analyser leur (mé)contentement vis-à-vis de leur partenaire financier. Et le premier enseignement de l'enquête correspond à une réalité souvent rappelée : pour 56% des Dirigeants de TPE, la demande de financement s'est heurtée à au moins une difficulté. Parmi les difficultés : demande importante de garanties ou cautions personnelles (1 cas sur 3) ou encore lourdeurs administratives (30%). Ce qui a un rôle fort sur le rapport entre entrepreneurs et partenaires financiers... Le verre à moitié vide ? Dans la réalité, les difficultés rencontrées par les dirigeants jouent sur la confiance que ces derniers accordent à leur banque. Le « taux de confiance » mesuré par le baromètre s'élève ainsi à 96,6% chez les dirigeants qui n'ont jamais eu de problème de financement, contre 67,6% chez ceux qui ont rencontré une difficulté. Ce taux descend même à 44% pour les dirigeants ayant dû faire face à un refus total de la part de la banque. La qualité de la relation entre le dirigeant et son conseiller bancaire est à cet égard citée comme le principal facteur de confiance ou de défiance envers la banque, très nettement devant la « capacité d'accompagnement et de soutien en cas de difficulté ». Autrement dit, la confiance prévaudrait dans la majorité des cas où aucun problème n'est apparu entre les différentes parties prenantes. Le verre à moitié plein ? Mais les résultats au global sont tout de même forts et correspondent à une tendance à la hausse. Parmi ces résultats très positifs : La confiance des TPE envers leur banque est élevée : 80,6%Pour la moitié des dirigeants elle tient à la relation avec le conseiller bancaireLes TPE estiment que leur conseiller leur fait confiance (près de 9/10) Alors que le sujet du financement est comme toujours crucial dans le cadre de la gestion et du développement de l'entreprise, nul doute que les résultats de cette première édition seront largement partagés et commentés. Et vous, le verre, vous le trouvez à moitié vide ou plein ? A.H. 

Les OPCVM obligataires : l’alternative aux OPCV...

Pour investir les excédents de trésorerie de votre entreprise, vous avez fait une croix sur les OPCVM monétaires : la période n’est pas propice à ce genre de placements.Avec les taux monétaires durablement négatifs, il est très difficile pour un gérant monétaire de réaliser une performance positive.En fouillant la plaquette de votre banque, vous avez envisagé la proposition suivante de la gamme : les OPCVM obligataires. Faisons le point sur ce placement et son intérêt pour la trésorerie de votre entreprise.Les principes de gestion d’un OPCVM obligataireLa principale différence entre un OPCVM monétaire et obligataire concerne l’horizon de placement. Un gérant obligataire a le droit d’acheter des titres de maturité supérieure à deux ans, alors qu’un gérant monétaire ne peut aller au-delà.Cet univers de placement élargi ouvre la porte à un rendement plus élevé, mais également à un risque plus élevé.Ne vous méprenez pas sur le rendement futurLes performances passées ne préjugent pas des performances futures : quiconque a déjà étudié un produit financier connaît ce refrain !Ces dernières années, les performances des OPCVM obligataires ont été exceptionnelles. La baisse de taux a fait grimper le prix des obligations, entraînant une hausse des OPCVM.Ce sera difficilement reproductible à l’avenir : il faudrait une nouvelle baisse des taux pour permettre une hausse aussi rapide. Le rythme de progression sera probablement bien moindre.A combien s’attendre ? Tout dépend du risque pris : les fonds obligataires sont nombreux et chacun a ses propres limites de risque.Deux principaux risques : risque de taux, risque de crédit1. Le risque de tauxUne obligation détenue jusqu’à a échéance ne présente pas de risque en capital (si l’émetteur la rembourse).Mais un fonds obligataire fonctionne différemment. Portefeuille d’obligations, il n’a pas de maturité : les intérêts et les remboursements sont constamment réinvestis pour faire croître la valeur du fonds.Cette différence le rend beaucoup plus sensibles aux mouvements de taux qu’une obligation détenue en direct.Pour de la gestion de trésorerie, hors de question donc de choisir un fonds investissant sur des obligations de maturités longues : en cas de remontée des taux, ce sont celles qui souffrent le plus.Pour déterminer cette sensibilité, vous pouvez utiliser l’indicateur fort justement nommé… sensibilité ! Visible dans les rapports mensuels des fonds, il donne l’ordre de grandeur du gain ou de la perte à attendre en cas de baisse (de hausse) des taux. Une sensibilité de 3, c’est un fonds qui perdra 3% si les taux montent de 1%, et vice-versa.Pour référence, les OPCVM monétaires ont des sensibilités très faibles (autour de 0,25).2. Le risque de créditPlus les obligations détenues dans le portefeuille sont risquées, plus elles rémunèrent.On décompose la qualité des émetteurs en deux catégories, « Investment grade » (de bonne qualité) et « High Yield » (de qualité moindre, à rendement plus élevé).Pour investir la trésorerie d’une entreprise, les fonds High Yield ne sont pas adaptés : plus volatils ils augmentent donc le risque d’avoir un cours de retrait inférieur à son cours d’entrée.Faut-il utiliser des OPCVM obligataires pour la trésorerie de son entreprise ?Si vous désirez placer votre trésorerie en OPCVM obligataires, il vous faudra d’abord :Une certitude que vos excédents sont réellement des excédents de trésorerie et qu’ils resteront disponibles (sans projet d’investissement, un excédent peut plutôt avoir vocation à être distribué en dividende)Une connaissance de votre horizon de gestion (la durée minimise le risque de perte en capital)La possibilité d’utiliser ce type de produits. Les contraintes peuvent être internes (les statuts ou les règles de gestion autorisent-ils les placements soumis à risque perte en capital ?) ou comptables (les normes IFRS imposent aux placements d’être garantis en capital et liquides à 3 mois pour être considérés comme de la trésorerie). Une fois ces écueils levés, il faudra surveiller votre investissement comme du sur le feu en cas de hausse des taux.Un dernier conseil : contrôlez attentivement les frais de gestion. Les frais de gestion des OPCVM sont invisibles pour l’investisseur car inclus dans le prix de la part, ils viennent bel et bien réduire le rythme d’appréciation du fonds, voire accentuer sa baisse !Et si, en période de taux élevés, personne ne s’offusquait lorsqu’un fonds prélevait 0,50% de frais par an, dans la période actuelle cela représente quasiment la totalité du rendement qu’un investisseur peut attendre !C’est ainsi que nous considérons que, en ce milieu d’année 2017, les OPCVM obligataires sont assez mal adaptés pour placer la trésorerie d’entreprise : leur rapport rendement/risque est insuffisant.Pourquoi ne pas viser mieux ?Pour placer de la trésorerie d’entreprise, pensez aux dépôts à terme offrant :Un rendement supérieur, connu à l’avanceUne liquidité sans risque de perte en capitalUne absence de fraisCe sont des opportunités ponctuelles pour des montants souvent plafonnés, qui nécessitent opportunisme et réactivité.Nous pouvons vous faire part des offres actuellement disponibles sur le marché !www.pandat.fr

Financement de votre projet, crédit : quelles s...

Cette fiche a été rédigée par BNP Paribas. Afin de débuter votre activité, il vous faut réaliser des investissements qu’il est nécessaire d’évaluer. Le financement sera, tout au long de la vie de l’entreprise, un des critères majeurs pour évaluer son succès. Parmi les indicateurs qui impactent le financement, voici une liste des principaux :Prendre en compte les frais d’établissement de l’entreprise ou autre investissements immatériels.L’outil de productionLes apports personnels ou fond de roulementsAides et subventionsLes crédits, ex : microcréditPrêts bancaires LE FONCTIONNEMENT D’UN CREDIT Lorsque que l’on veut souscrire un crédit, il est important de garder en tête les éléments suivants :Sa duréeLe montant des échéancesLa périodicité des échéancesSon taux d’intérêtSon taux effectif global De plus il faut faire attention à quoi il est possible d’associer un crédit, comme par exemple :Une assuranceDes garanties En savoir plus sur le financement des premiers investissements.

Vous avez un nouveau message

Une question ?

Interrogez la
communauté

En direct
du forum

Derniers articles

QUELLES SONT CES MARQUES EMBLÉMATIQUES « MADE IN FRANCE » ?

En 2017, des Solex sont à nouveau fabriqués en France à Saint-Lô ; il s’agit d’une nouvelle version électrique du mythique vélo à m

0

Lire la suite

Taxi des Couleurs : le prestataire de vos déplacements

L’entreprise Taxi des Couleurs est votre prestataire de confiance pour vos déplacements entre Lyon, Chambéry, Bourg-en-Bresse et Grenoble. Nous proposons aussi le transport en vill

0

Lire la suite

Dernières questions

Bonjour, j'aimerais bien avoir quelques tips concernant le SEO, je souhaiterai mieux comprendre comment obtenir des bons backlinks, et j'aimerais bien savoir qu'est-ce qu'un bon backlink. Merci !

1

Répondre

Bonjour, je souhaite développer en marketing une stratégie avec des blogueurs et influenceurs pour augmenter la visibilité d'un site mais je ne sais pas bien comment m'y prendre. Que me conseillez-vous ?

2

Répondre

Une question ?

Interrogez la
communauté