Filtre : Tous

Icon Utilisateur

Quelles sont les différentes aides à l'emploi qui existent ?

Cette fiche vous est proposée par le Conseil Supérieur de l’Ordre des Experts Comptables.

 

Les dispositifs d’aide à l’emploi sont nombreux et, au fil du temps, ils ont été recentrés sur les publics les plus fragiles (jeunes, seniors, travailleurs handicapés…). Pour bénéficier d’aides à l’emploi, il faut respecter un certain nombre de conditions tenant à l’employeur mais également aux caractéristiques du salarié embauché. 


 

1.       Travailleurs handicapés

Outre les aides indiquées ci-après, l’employeur peut bénéficier d’une aide au tutorat, en cas de recrutement d’un travailleur handicapé, pour son maintien dans l’emploi ou pour suivre la formation d’un stagiaire handicapé.

Il peut aussi bénéficier d’une aide au maintien dans l’emploi des personnes handicapées pour fin de carrière.

Ces aides sont présentées sur le site : www.agefiph.fr

 

1.1     Aide à l’insertion professionnelle

Aide à l’insertion professionnelle de personnes handicapées

(montants 2014)

Salariés visés

Conditions

Procédure

Aide

Personnes handicapées d’au moins 50 ans au chômage et ayant travaillé moins de 6 mois dans les 24 mois précédents ou sortant d’un établisse-ment adapté

Conclusion d’un CDI ou d’un CDD de 6 mois minimum.


Durée minimale hebdomadaire de travail :
16 heures

Aide prescrite par Pôle emploi, Cap emploi, Mission locale

Montants 2014 :

- 4 000 € pour un CDI ou CDD d’au moins 12 mois, à temps plein ;

- 2 000 € pour un CDD entre 6 et 12 mois, à temps plein ;

- 2 000 € pour un CDI ou CDD d’au moins 12 mois, à temps partiel

- 1 000 € pour un CDD entre 6 et 12 mois

 

1.2     Aide au contrat de professionnalisation ou d’apprentissage

Si l’entreprise conclut un contrat de professionnalisation ou d’apprentissage avec un salarié handicapé, ou pérennise un tel contrat, elle peut recevoir une subvention d’un montant de :

  • 1 500 € pour un contrat de 6 à 11 mois ;
  • 3 000 € pour un contrat de 12 mois ;
  • 4 500 € pour un contrat de 12 à 18 mois inclus ;
  • 6 000 € pour un contrat de 18 à 24 mois inclus.
  • 7 500 € en cas de conclusion d’un CDI.

L’aide à la pérennisation d’un contrat de professionnalisation ou d’apprentissage, en cas d’embauche d’une personne handicaptée à l’issue de l’alternance est fixé à :

  • 4 000 € en cas d’embauche en CDI à temps plein ;
  • 2 000 € en cas d’embauche en CDI à temps partiel (au moins 16 heures) ;
  • 2 000 en cas d’embauche en CDD d’au moins 12 mois ;
  • 1 000 € en cas d’embauche en CDD d’au moins 12 mois à temps partiel (au moins 16 heures).

La demande est adressée à l’Agefiph directement par l’employeur ou avec l’aide de Pôle emploi notamment.

1.3     Aide pour les emplois d’avenir

Un employeur du secteur marchand qui embauche un travailleur handicapé dans le cadre d’un emploi d’avenir peut bénéficier d’une aide de :

  • 6 900 € la première année du contrat ;
  • 3 400 € la seconde année.

 

2.       Aides dans certaines zones géographiques

Outre les aides citées ci-après, il existe aussi des aides dans les zones de restructuration de la défense (ZRD), dans les bassins d’emploi à redynamiser (BER).

Pour en savoir plus sur ces aides : www.urssaf.fr

 

Zones de redynamisation urbaine (ZRU)
et zones de revitalisation rurale (ZRR)

Entreprises concernées

Conditions

Aide

Entreprises dont le siège social est situé dans la ZRR ou ZRU (liste sur www.urssaf.fr)

Dont l’effectif est inférieur à 50 salariés

Embauchant dans la ZRR ou ZRU

N’ayant pas procédé à un licenciement économique dans les 12 mois précédant l’embauche

Embauche d’un salarié en CDI ou CDD d’au moins 12 mois pour accroissement d’activité pour travailler (partiellement ou en totalité) dans la ZRU ou ZRR

Exonération des cotisations patronales de SS pendant 12 mois pour toute embauche accroissant l’effectif dans la limite de 50 salariés

Exonération totale jusqu’à 1,5 SMIC et dégressive jusqu’à 2,4 SMIC

Formalités auprès de la Direccte

 
 

Zones franches urbaines (ZFU)

Entreprises concernées

Conditions

Aide

Entreprises déjà implantées dans une ZFU à la date de sa délimitation et entreprises qui s’y implantent ou s’y transfèrent au plus tard le 31 décembre 2014

Exerçant une activité professionnelle imposable dans la catégorie BIC, BNC ou soumise à l’IS

Dont l’effectif est au plus de 50 salariés au moment de l’implantation

Ayant une réelle activité dans la zone

Embauche d’un salarié en CDI ou CDD d’au moins 12 mois pour travailler (partiellement ou en totalité) dans la ZFU

Etre à jour de ses cotisations sociales ou avoir souscrit un plan d’apurement des dettes

Autres conditions tenant au chiffre d’affaires de l’entreprise, au lieu de résidence des salariés, à la durée du travail…

(conditions variant selon la date de création ou d’implantation dans la ZFU)

Exonération des cotisations patronales de SS, Fnal, versement transport dans la limite de 50 salariés

Exonératoin totale jusqu’à 1,4 SMIC et dégressive jusqu’à 2 SMIC

Exonération applicable à taux plein pendant 5 ans puis dégressive pendant 3 ans pour les entreprises de 5 salariés et plus et 9 ans pour celles de moins de 5 salariés

Formalités auprès de la Direccte et de l’Urssaf

 

 

En savoir plus ? Rendez-vous sur http://www.experts-comptables.fr/

Partager cet article !

Réagir à cet article

Ces articles pourraient vous intéresser

Financement de votre projet, crédit : quelles s...

Cette fiche a été rédigée par BNP Paribas. Afin de débuter votre activité, il vous faut réaliser des investissements qu’il est nécessaire d’évaluer. Le financement sera, tout au long de la vie de l’entreprise, un des critères majeurs pour évaluer son succès. Parmi les indicateurs qui impactent le financement, voici une liste des principaux :Prendre en compte les frais d’établissement de l’entreprise ou autre investissements immatériels.L’outil de productionLes apports personnels ou fond de roulementsAides et subventionsLes crédits, ex : microcréditPrêts bancaires LE FONCTIONNEMENT D’UN CREDIT Lorsque que l’on veut souscrire un crédit, il est important de garder en tête les éléments suivants :Sa duréeLe montant des échéancesLa périodicité des échéancesSon taux d’intérêtSon taux effectif global De plus il faut faire attention à quoi il est possible d’associer un crédit, comme par exemple :Une assuranceDes garanties En savoir plus sur le financement des premiers investissements.

Financement participatif et remboursement : com...

Cette fiche est rédigée par Lendopolis.   Comment sont calculées les échéances ? Les échéances sont calculées sur le principe du crédit amortissable à mensualités fixes : chaque mois, le montant total remboursé est le même, mais la part des intérêts diminue au fur et à mesure du remboursement du capital. Par exemple, si vous empruntez 10 000 € à 6% sur 24 mois, vous remboursez mensuellement 443,21 €. Après la dernière échéance, vous aurez remboursé les 10 000 € de capital à vos prêteurs, et leur aurez versé 636,95 € d'interêts.   Comment sont effectués les remboursements ? Chaque mois, votre compte bancaire est prélevé du montant total à rembourser aux prêteurs, conformément à l’échéancier établi lors de la validation de votre projet. Les fonds sont alors ventilés automatiquement sur les comptes de vos prêteurs.   Est-il possible de rembourser de manière anticipée ? Oui, bien sûr, et c'est gratuit. Il vous suffit de contacter le conseiller qui a suivi votre dossier, ou d'écrire à contact@lendopolis.com pour mettre en place les flux financiers adéquats.

Quelles aides financières pour se lancer en fra...

Cette fiche est rédigée par Toute la Franchise.   Avec un ticket d'entrée variant de quelques centaines d'euros à plusieurs centaines de milliers d'euros, la franchise nécessite de la part du créateur de trouver des financements. A quelles portes frapper ? Existe-t-il des aides ? Quelques éléments de réponse. Selon les résultats de la 11e enquête annuelle sur la franchise menée par la Fédération Française de la Franchise et la Banque Populaire, le coût pour se lancer en franchise fait le grand écart : entre moins de 50 000 € à plus de 500 000 €. Globalement, la moyenne se situe à moins de 200 000 € dans près des deux tiers des cas. Comment les franchisés financent-t-ils ces créations ? Sans surprise, en 2014 les franchisés ont en priorité puisé dans leurs économies personnelles. Cet apport personnel a représenté en moyenne 42 % du coût total des projets. Il a été complété en grande majorité par de l’emprunt classique, mais aussi quelques aides comme le Prêt à la Création d’Entreprise BPI (ex Oséo), le prêt Nacre, ou encore un prêt d’honneur. «Pour 38% des franchisés, le financement bancaire obtenu est supérieur à 200 k€, alors qu’il est inférieur à 50 k€ pour un franchisé sur quatre.» Globalement 23% des franchisés interrogés ont effectué des démarches particulières pour obtenir une aide financière auprès d'un organisme public et 15% ont obtenu l'une de ces aides.   Les principales aides à la création en franchise Les prêts d’honneur :  Accordés sans garantie, les prêts d'honneur sont intéressants puisqu'ils viennent s'ajouter à l'apport personnel et offrent ainsi un coup de pouce pour obtenir un prêt bancaire. Ces prêts d'honneur sont à taux 0. Leurs montants sont généralement compris entre 2 000 et 7 000 €, parfois plus en fonction du projet, remboursables sur une durée variant de 3 à 6 ans. Ils sont accordés par des associations telles que France Initiative, ADIE, réseau Entreprendre ou France Active, mais aussi la BPI via le Prêt à la Création d'Entreprise (PCE).   Les aides et subventions : Les pouvoirs publics encouragent la création d'entreprise au sens large, et multiplient les dispositifs spécifiques pour certains publics (femmes créatrices, créateurs handicapés, etc). Parmi les aides les plus couramment utilisées par les créateurs en franchise l'on compte notamment l'ACRE (Aide à la Création et la Reprise d'Entreprise). Cette aide est versée sous forme de capital par Pôle Emploi. Elle correspond au montant des allocations restant à percevoir par une personne inscrite comme demandeur d'emploi. Versée en deux fois, cette aide peut venir s'ajouter à l'apport personnel pour aider à l'octroi d'un prêt bancaire classique. A noter : Certaines régions soutiennent activement la création d'entreprise. Renseignez-vous !   Les franchiseurs : Certains franchiseurs développent des solutions de financement particulières pour aider les candidats à la franchise qui souhaitent rejoindre leur réseau. Le plus souvent il s'agit de système de franchise participative, c'est-à-dire que le franchiseur détient des parts dans l'entreprise à créer, charge au candidat ensuite de racheter ces parts à leur franchiseur.   En savoir plus.

Vous avez un nouveau message

Une question ?

Interrogez la
communauté

En direct
du forum

Derniers articles

Entreprise : Caution solidaire et régime matrimonial.

Lors de la souscription d’un crédit, y compris de trésorerie, il est  n’est pas rare que votre (vos) banquiers souhaitent votre caution solidaire en terme de garanties.

0

Lire la suite

Entreprise de maçonnerie générale à Mardeuil

L’entreprise MONTERIO JOSE se spécialise dans tous les travaux de maçonnerie générale, de rénovation immobilière et de ravalement. Ses zones d’int

0

Lire la suite

Dernières questions

Bonjour, je souhaite développer en marketing une stratégie avec des blogueurs et influenceurs pour augmenter la visibilité d'un site mais je ne sais pas bien comment m'y prendre. Que me conseillez-vous ?

2

Répondre

Bonjour, je souhaite développer en marketing une stratégie avec des blogueurs et influenceurs pour augmenter la visibilité d'un site mais je ne sais pas bien comment m'y prendre. Que me conseillez-vous ?

0

Répondre

Une question ?

Interrogez la
communauté