Filtre : Tous

Icon Utilisateur

Pénibilité : quelle est la déclaration à la charge de l'employeur ?

Cette fiche vous est proposée par le Conseil Supérieur de l'Ordre des Experts Comptables.

 

L’employeur occupant un salarié dont l’exposition à un facteur de pénibilité dépasse les seuils doit accomplir certaines formalités afin que le compte pénibilité soit alimenté en points. 

 

D’une part l’employeur doit établir la fiche individuelle de prévention des expositions.

D’autre part, il déclare par le biais de la DADS les facteurs de risques auxquels ont été exposés ses salariés, c’est-à-dire pour l’année 2015, les activités exercées en milieu hyperbare, le travail de nuit, le travail en équipes successives alternantes et le travail répétitif.

Dans le secteur agricole, la déclaration passe par la déclaration trimestrielle à la MSA.

Les déclarations opérées dans la DADS doivent concorder avec les informations contenues dans la fiche de prévention des expositions.

Cette déclaration doit être effectuée au plus tard le 31 janvier de l’année suivante.

 

Les expositions constatées en 2015 devront être déclarées dans la DADS à délivrer au plus tard le 31 janvier 2016.

Pour les contrats de travail couvrant l’intégralité de l’année civile, l’employeur déclare les facteurs de risque auxquels le salarié a été exposé au-delà les seuils.

Exemple

Un contrat de travail débutant en juin 2014 et prenant fin en avril 2016 couvrira l’intégralité de l’année 2015. Sur cette année 2015, si le salarié dépasse les seuils d’exposition pour le travail de nuit et le travail en équipes successives, l’employeur devra déclarer, dans la DADS à produire en janvier 2016, les facteurs de risque au titre du travail de nuit et du travail en équipes successives.

Si le salarié est en outre exposé au travail répétitif mais sans pour autant dépasser les seuils, l’employeur n’a pas à déclarer ce facteur de risque.

Pour les contrats de travail ne couvrant pas l’intégralité de l’année civile (CDD, entrée ou sortie en cours d’année), l’employeur déclare les facteurs d’exposition et la durée d’exposition[3].

 

Pour les contrats de travail d’une durée inférieure à un mois, l’employeur n’a pas à procéder à cette déclaration.

La CNAVTS agrège alors les déclarations des différents employeurs pour établir la durée d’exposition totale du salarié sur l’année civile. L’employeur n’a donc pas à se préoccuper des éventuels contrats de travail que son salarié a pu conclure avec d’autres employeurs.

Exemples

  1. Pour un salarié quittant l’entreprise en avril 2015, son contrat de travail ne couvrira pas l’année civile. Dans ce cas, l’employeur doit déclarer les facteurs de risques, ainsi que la durée d’exposition, à charge pour la CNAVTS de cumuler les déclarations d’autres employeurs afin de décompter le bon nombre de points acquis.
  2. Pour un salarié embauché en CDD du 1er au 15 mars, l’employeur n’a pas à déclarer les facteurs de pénibilité dans la DADS. Ce contrat n’ouvre pas droit à l’acquisition de points.

 

Les déclarations de l’employeur peuvent être contrôlées par l’administration ou contestées par le salarié.

Partager cet article !

Réagir à cet article

Ces articles pourraient vous intéresser

Utiliser les réseaux sociaux pour trouver un em...

Recherche d’emploi : comment bien utiliser les réseaux sociaux ? Qu’il s’agisse des employeurs ou des candidats, les réseaux sociaux sont devenus un outil indispensable dans les recherches. D’où l’intérêt de bien savoir les utiliser pour maximiser ses chances de réussite. Lorsque l’on est en recherche d’emploi, il y a les sites d’annonces évidemment mais il y a aussi les réseaux sociaux. À la différence des sites d’emploi, ces derniers permettent de rentrer en contact direct avec des entreprises, des recruteurs ou même des confrères. LinkedIn, le réseau professionnel par excellence En tête du classement des réseaux sociaux les plus efficaces dans la recherche d’emploi, on retrouve LinkedIn, avec ses quelques 8 millions de membres. Une étude publiée par le site et réalisée avec l’institut Odoxa révélait d’ailleurs que les secteurs les plus porteurs pour ses membres étaient ceux des technologies (matériel informatique et logiciels) et des services professionnels, suivis par les biens de consommation, l’ingénierie et l’architecture. Mais en termes de recherche d’emploi, LinkedIn est loin d’être le seul réseau social utile. On pense notamment à Huzz, Viadéo et PinaeoJobs dans le domaine professionnel ou encore aux indispensables Facebook et Twitter, qui peuvent autant servir aux candidats pour prospecter les entreprises qu’aux recruteurs pour chercher les profils les mieux adaptés. Soigner son profil Concernant les réseaux professionnels comme Viadéo ou LinkedIn, pensez-les comme un véritable CV : présentez vos expériences, votre formation, vos centres d’intérêt. N’oubliez pas de mettre une photo ni de mettre à jour votre profil régulièrement. Sur les réseaux comme Facebook et Twitter, il est important de bien gérer sa vie privée. En effet, sur ce type de plateformes, la vie personnelle peut rapidement devenir publique. Il est donc conseillé de conserver la majorité de ses informations privées. Notamment concernant un éventuel engagement syndical ou politique, à même de faire fuir bon nombre de recruteurs

Mutuelle santé ou complémentaire santé : quelle...

Cette fiche a été rédigée par Humanis. Quel que soit l’organisme assureur, on désigne souvent les régimes frais de santé sous le terme générique de mutuelle. Mutuelle santé, assurance santé, complémentaire santé, sur-complémentaire santé … Comment faire la différence ? Humanis vous donne les clefs pour tout comprendre. Un seul objectif commun Derrière ces termes différents existe un but commun : le remboursement des frais de santé non pris en charge par l’Assurance maladie. Mutuelle santé : définition Une mutuelle santé est un groupement à but non lucratif organisé pour mener des actions de prévoyance et de solidarité. La mutuelle est financée en majeure partie par la cotisation de ses membres. Assurance santé : définitionUne garantie assurance santé est proposée par une compagnie d’assurance. Les assurances se distinguent par leur activité à but lucratif. Complémentaire santé : définitionElle est souvent proposée par une Institution de prévoyance, administrée paritairement par des membres adhérents que sont les représentants des employeurs et des membres participants que sont les représentants des salariés. Elles ont pour finalité de servir les intérêts des entreprises et des salariés. Elles peuvent mener des actions sociales et gèrent des contrats collectifs ou de groupe. Surcomplémentaire santé : définitionUne sur-complémentaire santé permet de compléter une couverture santé existante mais jugée insuffisante pour certains besoins (dentaire, optique…) Elle est utile notamment dans le cadre de la généralisation de la complémentaire santé, lorsque la couverture proposée par l’employeur ne suffit pas à couvrir tous les besoins du salarié. Si la couverture santé doit être prise en charge à hauteur de 50% minimum par l’employeur, la sur-complémentaire santé reste, elle, entièrement à la charge du salarié. Elle peut être souscrite dans le cadre de son entreprise ou à titre individuel. « En savoir plus » : À partir du 1er janvier 2016, chaque employeur  de salarié devra proposer une couverture santé à ses salariés. Découvrez tous les conseils Humanis pour mettre en place un contrat santé collectif conforme aux nouvelles exigences règlementaires.

Durée du travail : vers qui se tourner pour obt...

Cette fiche vous est proposée par Wolters Kluwer.   De nombreuses règles en matière de durée du travail sont assorties de la possibilité, pour l'employeur, d'obtenir une dérogation. A qui doit-il s'adresser ? Le point sur la question.   Existe-t-il une règle générale ? L’autorité administrative compétente est celle dont dépend l’établissement qui emploie les salariés concernés par la dérogation, à savoir :    l’inspecteur du travail pour les demandes de dérogations relatives au travail de nuit et à la durée maximale journalière ;     le directeur régional des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi (Direccte) ou, par délégation, le responsable de l’unité territoriale, ou encore, par subdélégation, l’inspecteur du travail, pour les demandes relatives à la durée maximale hebdomadaire. L’établissement est défini comme l’unité de travail disposant d’une autonomie de gestion, comme en matière de représentation du personnel. La règle est la même lorsque le lieu de travail est distinct de l’établissement de rattachement. Ainsi, même si les salariés visés par la demande n’exécutent pas leur travail au sein de l’établissement auquel ils sont rattachés, l’autorité compétente est celle dont dépend ce dernier. Celle-ci doit cependant consulter l’autorité administrative du lieu de travail avant de prendre sa décision. Lorsque l’entreprise est dotée d’établissements distincts et que plusieurs d’entre eux sollicitent une dérogation reposant sur un même motif (par exemple si le lancement d’un nouveau produit entraîne une augmentation de la durée du travail dans tous les établissements), chacun doit s’adresser à l’autorité compétente le concernant. Mais une concertation entre les différents décisionnaires est là encore indispensable, la coordination étant assumée par l’autorité administrative compétente pour le siège social de l’entreprise.   ATTENTION Si l’entreprise a des établissements distincts au sens des délégués du personnel mais avec un comité d’entreprise unique, l’autorité administrative compétente est celle de l’établissement où se trouve celui-ci.   Que faire en cas d'urgence ? En cas de situation inhabituelle, l’employeur qui veut obtenir une dérogation à la durée journalière et/ou hebdomadaire de travail (par exemple pour faire face à des intempéries) doit solliciter l’autorité administrative compétente pour son établissement, en précisant les lieux de travail concernés dans sa demande. L’autorité compétente prend sa décision après avoir rapidement contacté les différents agents concernés. Si l’employeur saisit à tort l’autorité administrative du lieu de travail pour obtenir une dérogation, celle-ci accuse réception de la demande, transmet le dossier à l’autorité administrative compétente, puis avise le demandeur du résultat de sa démarche. Elle doit en outre le renseigner sur les possibilités légales de déroger de sa propre initiative à la durée maximale journalière.   A qui s'adresser en cas d'intervention d'une entreprise extérieure ? Lorsqu’une entreprise utilisatrice sollicite une dérogation à la durée du travail, il se peut que des salariés appartenant à des entreprises extérieures interviennent dans ses locaux et soient donc concernés. C’est alors à l’entreprise extérieure de demander une dérogation à l’autorité administrative dont dépend l’établissement de rattachement de ces salariés. Et il incombe à l’autorité administrative de l’entreprise utilisatrice d’assurer la coordination nécessaire à la prise de décisions cohérentes entre elles.   EXEMPLE Une entreprise, installée à Rouen, intervient dans les locaux d’une société située à Bordeaux et sollicite une dérogation à la durée journalière suite au réaménagement des locaux de son client. La section compétente est celle de Rouen et la coordination est assurée par la Direccte d’Aquitaine.   Quid dans les situations internationales ? En cas de travaux réalisés à l’étranger par une entreprise française, l’autorité administrative française n’est pas compétente pour se prononcer sur une demande de dérogation concernant cette intervention, bien que le salarié concerné soit rattaché à un établissement situé en France. Lorsqu’une entreprise étrangère réalise des travaux sur le territoire français, elle doit demander une dérogation si elle souhaite dépasser les durées maximales de travail. En l’absence d’établissement en France, c’est l’autorité administrative du lieu de travail des salariés concernés qui est compétente. En cas de lieux de travail multiples, le service sollicité s’assure auprès de l’entreprise de la localisation des autres lieux d’intervention et se rapproche des autres décisionnaires dans un souci de cohérence.

Vous avez un nouveau message

Une question ?

Interrogez la
communauté

En direct
du forum

Derniers articles

Franchiseurs, créez une communauté avec vos franchisés

Les franchiseurs peuvent renforcer les liens avec leurs franchisés en leur offrant des services complémentaires. FORCES LMS est une plateforme E-learning équipée d'un

0

Lire la suite

QUELLES SONT CES MARQUES EMBLÉMATIQUES « MADE IN FRANCE » ?

En 2017, des Solex sont à nouveau fabriqués en France à Saint-Lô ; il s’agit d’une nouvelle version électrique du mythique vélo à m

0

Lire la suite

Dernières questions

Bonjour, j'aimerais bien avoir quelques tips concernant le SEO, je souhaiterai mieux comprendre comment obtenir des bons backlinks, et j'aimerais bien savoir qu'est-ce qu'un bon backlink. Merci !

1

Répondre

Bonjour, je souhaite développer en marketing une stratégie avec des blogueurs et influenceurs pour augmenter la visibilité d'un site mais je ne sais pas bien comment m'y prendre. Que me conseillez-vous ?

2

Répondre

Une question ?

Interrogez la
communauté