Filtre : Tous

Icon Utilisateur

Généralisation de la complémentaire santé : comment l’anticiper ?

Cette fiche est rédigée par Humanis.

 

Comment anticiper au mieux  cette nouvelle réglementation ? Réponses aux principales interrogations.

 

  • Qui est concerné par cette loi ?

La généralisation de la complémentaire santé concerne toutes les entreprises – quel que soit leur taille - et tous les salariés du secteur privé.

 

  • Quelles garanties pour les salariés ?

La mise en place d’un socle de garanties minimales permettant aux salariés de couvrir leur frais de santé sur les postes les plus importants est obligatoire.

 

  • Pourquoi anticiper et mettre en place dès à présent une complémentaire santé dans votre entreprise ?

La généralisation de la complémentaire santé sera appliquée par toutes les entreprises au 1er janvier 2016. En anticipant ce projet de loi, vous vous tenez informé des prochaines négociations au sein des branches professionnelles. En plus, le coût d’une complémentaire santé est avantageux en termes de fiscalité sur les cotisations patronales. Pourquoi s’en priver ?

Lire aussi : Contrat collectif obligatoire : quel organisme choisir ?

 

En savoir plus : Radiance groupe Humanis conçoit des formules santé adaptées à vos besoins.

Partager cet article !

Réagir à cet article

Ces articles pourraient vous intéresser

ANI : êtes-vous préparé ?

Cette fiche a été rédigée par Humanis. Seulement 14% des entreprises seraient préparées à l’entrée en vigueur de 4 réformes sociales majeures pour le 1er janvier 2016. Le point sur la question. De quelles réformes parle-t-on ?D’après un sondage mené par l’institut Odoxa pour Humanis, les entreprises françaises ne sont majoritairement pas préparées pour la mise en place des réformes suivantes : La généralisation de la complémentaire santé, la mise en place du contrat responsable, la déclaration sociale nominative et le compte pénibilité. Les résultats du sondageSelon les résultats de ce sondage, mené auprès de plus de 1000 chefs d’entreprises en juin 2015 :-         14% des entreprises sont prêtes à l’entrée en vigueur simultanée des 4 réformes,-         24% ont préparé la mise en place du contrat responsable,-         30% ont anticipé l’arrivée de la déclaration sociale nominative,-         38% se sont organisées pour la réforme du compte pénibilité,-         67% estiment qu’ils seront en mesure de mettre en place un contrat santé collectif le 1er janvier 2016.>> Découvrez tous les résultats du sondage en cliquant ici. Des chefs d’entreprise optimistesLe sondage met en avant un point très positif : 64% des chefs d’entreprises interrogés se disent optimistes pour l’avenir de leur société. Les grandes entreprises sont les plus optimistes (89%), devant les petites entreprises (62%). Le saviez-vous ? Humanis protège les chefs d’entreprises grâce à son offre Humanis SAFE PRO

Quelles sont les sanctions prévues en cas de dé...

Cette fiche vous est proposée par le Conseil Supérieur de l'Ordre des Experts Comptables.   La loi impose à l’employeur de former les salariés. Le défaut de formation peut entraîner différents types de sanctions.    L'invalidation des procédures de licenciement Si l’employeur n’a pas respecté ses obligations en matière de formation professionnelle du salarié, il ne pourra pas sanctionner l’insuffisance professionnelle de ce dernier. A ainsi été jugé sans motif réel et sérieux le licenciement du salarié refusant d’utiliser un matériel pour lequel il n’a pas reçu de formation. De même, l’employeur ne peut prononcer un licenciement économique que si tous les efforts de formation et d’adaptation ont été réalisés au préalable, et que le reclassement du salarié ne peut avoir lieu dans l’entreprise ou le groupe. Les juges ont ainsi condamné l’employeur à des dommages et intérêts pour licenciement économique injustifié en l’absence de formation qui aurait permis le reclassement du salarié.   Octroi et dommages et intérêts De manière générale, comme pour tout manquement de l’employeur à l’une de ses obligations légales, le salarié peut obtenir des dommages et intérêts. La Cour de cassation a condamné à plusieurs reprises des employeurs pour défaut de formation : dans une affaire concernant deux salariés comptant respectivement une ancienneté de 12 et 24 ans n’ayant reçu que 3 jours de formation au cours de leur carrière dans l’entreprise ; dans une autre affaire où des garçons de cuisine n’avaient bénéficié d’aucune formation au cours de leur contrat de travail. Notamment, rien ne leur avait été proposé pour combattre leur illettrisme du fait de leur origine malienne. Il faut noter que l’indemnisation des salariés n’est pas conditionnée à la preuve d’un préjudice. L’absence de formation proposée aux salariés leur cause nécessairement un préjudice qui résulte du non-respect de l’obligation générale incombant à l’employeur de former les salariés. Ainsi il a été jugé que le fait pour un salarié de ne pas avoir bénéficié de formation lui permettant de maintenir sa capacité à occuper son emploi au regard de l'évolution des emplois, des technologies et des organisations lui ouvre droit à indemnisation. On peut également supposer que le salarié pourrait être admis à prendre acte de la rupture de son contrat de travail aux torts de l’employeur pour non-respect de ses obligations, afin d’obtenir des dommages et intérêts pour licenciement injustifié.   En savoir plus sur l'obligation de formation du salarié.

Contrat de travail et convention collective

Cette fiche vous est proposée par le Conseil Supérieur de l'Ordre des Experts Comptables.   L’embauche d’un salarié déclenche automatiquement pour l’employeur de multiples obligations. La convention collective contient souvent des éléments qui peuvent influer sur le contrat de travail. Explications.   Avant de rédiger un contrat de travail, il faut s’interroger sur la convention collective applicable à l’entreprise. Cela peut être l’occasion de vérifier que celle qui est appliquée aux salariés est la « bonne » convention collective.   Comment déterminer la convention collective applicable en cas d'activités multiples ? Le principe est que la convention collective applicable à l'entreprise est celle qui correspond à son l’activité principale (art. L 2261-2 C.tr.). En cas de pluralité d'activités, c'est la convention collective qui correspond à l'activité principale de l'entreprise qui s'applique aux activités accessoires. L'administration a considéré dans une réponse ministérielle "Liot" du 5 mai 1971 que les critères suivants pouvaient être retenus pour déterminer l'activité principale de l'entreprise : s'agissant d'une entreprise commerciale, l’activité principale est celle qui correspond au chiffre d’affaires le plus élevé ; s'agissant d'une entreprise industrielle, l’activité principale est celle qui occupe le plus grand nombre de salariés ; s'agissant d'une entreprise industrielle et commerciale, les critères appliqués aux entreprises industrielles peuvent être retenus, lorsque le chiffre d'affaires afférent aux activités industrielles est égal ou supérieur à 25 % du chiffre d'affaires total.   Important Il est essentiel de bien identifier la convention applicable; certains appliquent une convention par erreur, c'est ce qu'on appelle une application volontaire. Dans ce cas, il peut en résulter l'obligation pour l'employeur d'appliquer deux conventions: celle qui est obligatoire compte tenu de leur activité, et celle qui est appliquée à titre volontaire. Il faut aussi vérifier quelles sont les obligations de la convention collective quant au contenu du contrat de travail (période d’essai, clause de non-concurrence, etc.).   Quand une entreprise embauche un salarié, il faut interroger l’employeur sur les points suivants : le salarié a-t-il déjà travaillé dans l’entreprise (CDD, apprentissage, stage) ? Ceci est important notamment pour fixer la durée de la période d’essai (voir Fiche 2 Période d’essai) ; quelles sont les sujétions spécifiques relatives au poste de travail ?   Exemple Il faut savoir si le salarié va être amené à conduire un véhicule, à effectuer des déplacements, à engager des frais professionnels ; s’il doit être titulaire d’un diplôme pour exercer ses fonctions (dans ce cas, il faut vérifier qu’il est titulaire du diplôme, avant de l’engager) ; s’il doit être logé sur place, etc. Cela permettra d’identifier les clauses utiles pour rédiger le contrat.  

Vous avez un nouveau message

Une question ?

Interrogez la
communauté

En direct
du forum

Derniers articles

20 ans d'expérience en électricité générale au service de Nespouls (19) 24h/24 et 7j/7

SARL DE FREITAS ELECTRICITE est une entreprise d’électricité située Nespouls. Elle opère dans tout le département de la Corrèze et les départemen

0

Lire la suite

Et si la fidélisation devenait synonyme de développement commercial ?

« Mais, la fidélisation client, c’est exactement cela ! » me diront beaucoup d’entre vous. Et pourtant. Etes-vous certain que, dans vos organisations, l

0

Lire la suite

Dernières questions

Bonjour, je souhaite développer en marketing une stratégie avec des blogueurs et influenceurs pour augmenter la visibilité d'un site mais je ne sais pas bien comment m'y prendre. Que me conseillez-vous ?

2

Répondre

Bonjour, je souhaite développer en marketing une stratégie avec des blogueurs et influenceurs pour augmenter la visibilité d'un site mais je ne sais pas bien comment m'y prendre. Que me conseillez-vous ?

0

Répondre

Une question ?

Interrogez la
communauté