Filtre : Tous

Icon Utilisateur

Communications téléphoniques : l'employeur peut-il les contrôler ?

Cette fiche vous est proposée par Wolters Kluwer.

 

L'employeur peut surveiller, sous certaines conditions, les appels passés par les salariés depuis leur téléphone professionnel. Il en va toutefois autrement s'agissant des salariés protégés.

 

  • L'employeur peut-il installer un autocommutateur ?

L’employeur peut installer un autocommutateur, lequel permet d’enregistrer la durée, le coût et les numéros des appels passés. S’agissant d’un dispositif de contrôle des salariés, il doit donc procéder, avant sa mise en place, à sa déclaration auprès de la Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil), à la consultation du comité d’entreprise [C. trav., art. L. 2323-32] et à l’information des salariés [C. trav., art. L. 1222-4]. Dès lors que l’installation de l’autocommutateur répond à ses conditions, l’employeur pourra utiliser les relevés édités à l’appui d’une sanction, même s’il n’a pas au préalable informé le salarié qu’il vérifierait ses communications téléphoniques [Cass. soc., 29 janv. 2008, n° 06-45.279 : en l’occurrence, le salarié a été licencié pour avoir appelé depuis son téléphone professionnel des messageries de rencontres pour adultes].

 

  • Peut-il utiliser les factures détaillées ?

L’employeur peut valablement se servir des factures détaillées fournies par l’opérateur téléphonique afin de surveiller les numéros appelés par le salarié depuis son téléphone professionnel, sans devoir l’en informer au préalable [Cass. soc., 15 mai 2001, n° 99-42.937].

 

  • Peut-il procéder à des écoutes ?

La mise en place d’écoutes téléphoniques, qui peut être justifiée par des impératifs de sécurité, constitue également un dispositif de surveillance des salariés. Elle doit donc respecter les conditions évoquées ci-dessus s’agissant du recours à un autocommutateur : consultation du CE, information des salariés et déclaration à la Cnil (une déclaration simplifiée existe pour certaines écoutes, voir ci-dessous).

Ainsi, l’écoute d’une communication téléphonique réalisée à l’insu du salarié ne peut être utilisée par l’employeur comme moyen de preuve en vue d’une sanction [Cass. soc., 16 déc. 2008, n° 07-43.993]. En revanche, dès lors que le salarié a été dûment informé de ce que ses conversations téléphoniques seraient enregistrées, les écoutes réalisées constituent un mode de preuve valable [Cass. soc., 14 mars 2000, n° 98-42.090].

 

ATTENTION

Le fait de procéder à des écoutes téléphoniques de manière dissimulée, sans le consentement de la personne, constitue le délit d’atteinte à la vie privée, passible d’un an de prison et de 45 000 € d’amende [C. pén., art. 226-1]. Pour l’administration, le salarié doit donc donner son accord, au moins implicite, à l’écoute de ses conversations [Rép. min., JO AN Q, 2 avr. 1992, p. 1540]. Par ailleurs, le délit n’est constitué que si l’écoute dissimulée porte sur des propos à caractère non professionnel [Cass. crim., 14 févr. 2006, n° 05-84.384].

 

  • Qu'en est-il des SMS (textos) ?

Si l’employeur ne peut utiliser des écoutes téléphoniques effectuées à l’insu du salarié, il en va différemment des textos envoyés depuis le téléphone portable professionnel. En effet, le salarié ne peut ignorer qu’ils sont enregistrés par l’appareil récepteur [Cass. soc., 23 mai 2007, n° 06-43.209]. Ces SMS sont donc présumés avoir un caractère professionnel, l’employeur pouvant donc les consulter sans que l’intéressé soit présent, et ce sauf s’ils sont identifiés comme étant personnels (messages débutant par la mention « Personnel » ou « Privé ») [Cass. com., 10 févr. 2015, n° 13-14.779].

 

  • Quelles sont les règles pour les salariés protégés ?

Pour l’accomplissement de leur mission légale et la préservation de la confidentialité qui s’y attache, les salariés protégés doivent disposer d’un matériel excluant l’interception de leurs communications téléphoniques et l’identification de leurs correspondants. Tous les salariés protégés sont concernés : représentants du personnel [Cass. soc., 6 avr. 2004, n° 02-40.498], administrateurs de l’Urssaf [Cass. soc., 4 avr. 2012, n° 10-20.845], conseillers prud’homaux, conseillers du salarié, etc. [C. trav., art. L. 2411-1]. En pratique, l’employeur ne pourra pas surveiller leurs communications téléphoniques : leurs lignes ne devront pas être reliées à un autocommutateur et les relevés fournis par l’opérateur téléphonique ne pourront être utilisés à leur encontre dès lors qu’ils permettent d’identifier les correspondants.

 

  • En quoi consiste la déclaration simplifiée à la CNIL ?

Si le système d’écoute et d’enregistrement téléphoniques mis en place remplit le cahier des charges fixé par la Cnil, l’employeur doit seulement lui envoyer un engagement de conformité et peut directement commencer à utiliser le dispositif [Délib. Cnil n° 2014-474, 27 nov. 2014, JO 6 janv. 2015]. En revanche, si toutes les exigences ne sont pas réunies, il devra passer par une déclaration de droit commun.

 

> Dispositifs concernés. Seuls peuvent bénéficier de la déclaration simplifiée les dispositifs relatifs à l’écoute et à l’enregistrement ponctuel des conversations téléphoniques sur le lieu de travail et qui répondent aux conditions de la norme simplifiée. Sont exclus les enregistrements audiovisuels, les écoutes faisant l’objet d’un couplage avec des captures d’écran du poste informatique du salarié et l’enregistrement permanent ou systématique des appels sur le lieu de travail. Le dispositif doit être mis en œuvre pour l’une au moins des finalités suivantes :

  1. la formation des employés ;
  2. l’évaluation des employés ;
  3. l’amélioration de la qualité du service.

 

> Données pouvant être traitées. Dans le cadre de l’élaboration des documents d’analyse, les données collectées et traitées doivent être adéquates, pertinentes et non excessives au regard des finalités. Elles peuvent porter sur :

  1. les données d’identification du salarié et de l’évaluateur ;
  2. les informations techniques relatives à l’appel (date, heure et durée de celui-ci) ;
  3. l’évaluation professionnelle du salarié.

Les données traitées incluent les enregistrements sonores.

Les destinataires de ces données sont limités : il s’agit des personnes chargées de la formation des employés, de leur évaluation et de l’amélioration de la qualité du service.

 

> Obligations d’information. Les salariés et leurs interlocuteurs doivent être informés :

  1. de l’identité du responsable du traitement ;
  2. de la finalité poursuivie par le traitement ;
  3. des catégories de données traitées, des destinataires des données ;
  4. de leurs droits d’accès, de rectification, d’opposition ainsi que des modalités d’exercice de ces derniers ;
  5. des transferts de données envisagés à destination d’un État non membre de l’Union européenne.

Les personnes doivent être informées de leur droit d’opposition avant la fin de la collecte des données les concernant, pour être en mesure de refuser cette dernière.

 

> Conservation des données. Les données ne peuvent être conservées que pour une durée pertinente au regard de la finalité justifiant leur traitement. Dans tous les cas, les enregistrements ne doivent pas être conservés au-delà de six mois à compter de leur collecte. Pour ce qui est des documents d’analyse établis à partir des données personnelles, leur durée de conservation est fixée au maximum à un an.

Partager cet article !

Réagir à cet article

Ces articles pourraient vous intéresser

Travailleurs non-salariés : comment comprendre ...

 Cette fiche a été rédigée par Humanis. Les travailleurs non-salariés (TNS) ou les travailleurs indépendants ne sont pas à l’abri d’un accident ou d’une maladie. Comme pour les salariés, il est important de se prémunir afin d’appréhender au mieux ces risques au quotidien. Quelles sont les solutions d’assurance en prévoyance et santé spécialement dédiées aux TNS ? Quel régime pour les TNS ? De par leur statut spécifique, les travailleurs non-salariés ou travailleurs indépendants, ne dépendent pas du régime général d’Assurance Maladie, mais du RSI (Régime Social des Indépendants). L’affiliation au RSI leur permet de bénéficier :d’une couverture sociale obligatoire des risques maladie-maternitéd’une retraite de based’une retraite complémentaired’une assurance invalidité-décèsIls cotisent également à l’URSSAF (Union de Recouvrement pour la Sécurité Sociale, et les Allocations Familiales). La cotisation allocation familiale leur permet de percevoir des prestations  familiales, telles que la prestation partagée d’éducation de l’enfant (Prepare) ou encore de la prestation d’accueil du jeune enfant (Paje). Penser à bien se protéger quand on est TNSSi les travailleurs indépendants bénéficient d’une base de remboursement  similaire au régime général d’un travailleur salarié, il est tout de même  préférable de souscrire également une complémentaire santé et un contrat de prévoyance spécial TNS.Le but : être le mieux protégé possible en bénéficiant de remboursements ou de prestations en complément du régime obligatoire du RSI. Ces offres spécifiques aux TNS prévoient généralement :des indemnités journalières en cas de maladie ou d’accidentune rente pour invalidité ou dépendancele versement d’une rente ou d’un capital en cas de décèsIl est à savoir que la loi Madelin n° 94-126 du 11 février 1994 relative à l'initiative et à l'entreprise individuelle, incite les TNS à se constituer une protection sociale plus solide en instaurant un régime fiscal de faveur. En effet, cette loi permet la déduction des cotisations prévoyance sous certaines conditions et dans la limite de plafonds. Ainsi, le travailleur indépendant peut mieux anticiper les aléas de la vie quotidienne. Le saviez-vous ? Radiance groupe Humanis développe des solutions prévoyance adaptées aux besoins des travailleurs indépendants.

Recrutement : comment arbitrer entre les contra...

Recrutement : comment arbitrer entre les contrats courts et longs ? Cette fiche est rédigée par le Mag'RH de Randstad. Plus simple et plus rapide d’embaucher un collaborateur pour un temps déterminé ? Rien n’est moins sûr ! CDI, CDD ou Intérim, la durée du contrat de travail importe peu, car les démarches à effectuer restent identiques. Et pour le recruteur, l’enjeu est finalement le même : dénicher la perle rare et ne pas se tromper !Dans un marché de plus en plus exigeant, recruter devient une opération minutieuse.Se retrouvent face à face des demandeurs d’emploi très attentifs aux conditions de travail et des employeurs pointilleux sur les qualités professionnelles et sociales des salariés. Dans certains secteurs, il faut également faire face à une pénurie de compétences. Un contexte dont il faut tenir compte, quelle que soit la forme du contrat. Peut-on réellement différencier les objectifs du recrutement à court et à long terme ?Pas vraiment. Dans tous les cas, l’entreprise embauche avant tout pour développer son activité et accroître sa productivité. Une évidence dictée par la loi du marché. Mais d’autres impératifs régissent également la politique salariale de l’entreprise. Produire n’est pas tout, il faut savoir séduire. Répondre aux exigences de plus en plus pointues des clients et améliorer sans cesse l’image de l’entreprise. Tous les collaborateurs, qu’ils soient en CDD, en CDI ou intérimaires, participent à cet effort. On embauchera donc avec le même soin un vendeur en extra pendant les fêtes qu’un commercial recruté en CDI. Paroles d’Expert…« Nous avons engagé un profil très spécialisé pour effectuer une mission de 3 mois dans l’entreprise », explique Anne Piontek, responsable RH au Fonds de Garantie. « Et croyez-moi, nous avons cherché la perle rare pendant plusieurs semaines, car ce projet était déterminant pour nous, nous n’avions pas le droit à l’erreur ».Même constat pour Philippe Ach, directeur des ventes chez Adler Radiateurs :« Pour rassurer la clientèle, nous avons recruté 20 commerciaux d’expérience, certains en CDD, d’autres en CDI. Et nous avons suivi exactement le même processus d’embauche pour tous. » Un processus de recrutement identique, quel que soit le contrat.Car, si ce sont les besoins de l’entreprise et les compétences requises qui déterminent le contrat le mieux adapté, les étapes du recrutement restent similaires. De la description de poste à l’intégration du nouvel arrivant, en passant par la diffusion de l’annonce, les entretiens, la sélection et la signature du contrat…, impossible de faire l’impasse sur une étape du processus, sous prétexte que l’on embauche pour une courte durée. CDD, CDI ou Intérim, dans tous les cas, réussir son recrutement nécessite des compétences, des outils et surtout du temps. Recourir aux services spécialisés semble être une bonne solution pour s’épargner le casse-tête de la chasse au candidat idéal. En proposant des stratégies d’actions souvent innovantes et des prestations à forte valeur ajoutée, ces services rendent le parcours du recruteur beaucoup plus serein.Gagner du temps, de la tranquillité et être certain de faire le bon choix, ça n’a pas de prix ! A lire sur le même sujet :CDI Intérimaire : le contrat qui gagne à être connu 

Qu’est-ce que la pénibilité au travail et comme...

Qu’est-ce que la pénibilité au travail et comment la gérer ? Cette fiche est rédigée par le Mag'RH de Randstad. Depuis le 1er janvier 2015, de nouveaux dispositifs ont été mis en place pour renforcer la prévention de la pénibilité au travail. Contraintes supplémentaires pour l’entreprise ou solution miracle ? Malgré une mise en œuvre parfois complexe, Stéphane Bes de Berc, directeur des opérations chez HR Consultancy Partners voit avant tout dans ces mesures un véritable outil de dialogue social.Interview de...                                                 Stéphane Bes de BercDirecteur des opérations chez HR Consultancy PartnersMag’RH :En 2015, où en est-on des mesures de prévention et d’évaluation de la pénibilité au travail ?Stéphane Bes de Berc :Les décrets d’octobre 2014 viennent clarifier à nouveau l’ensemble du dispositif. Ils sont entrés en vigueur le 1er janvier 2015 et imposent à l’employeur plusieurs obligations. La première concerne le diagnostic, qui devra être réalisé sur 4 des 10 facteurs de pénibilité prévus par le législateur. Le travail de nuit, le travail en équipes successives alternantes, le travail répétitif  et le travail en milieu hyperbare. La prise en compte des 6 autres facteurs sera différée jusqu’en 2016.Mag’RH :Les critères de ce diagnostic ont-ils évolué ?Stéphane Bes de Berc :Oui, c’est l’un des changements notables de ces nouvelles mesures. Jusqu’à présent, ces critères existaient déjà, mais c’était l’entreprise qui déterminait les seuils de pénibilité. Or, aujourd’hui, ces seuils sont précisément définis par la loi. En conséquence, même les entreprises qui avaient déjà fait ces évaluations doivent à nouveau les repenser poste à poste. Par exemple, certains postes considérés comme pénibles peuvent ne plus l’être et inversement. Il sera nécessaire de « toiletter » le diagnostic au vu du décret.Mag’RH :Quels conseils peut-on donner à un employeur pour éviter les litiges ?Stéphane Bes de Berc :Tout d’abord, être extrêmement précis et rigoureux. Notamment lors de la rédaction des fiches d’exposition. Il est conseillé d’expliquer, de circonstancier et de justifier le mieux possible les raisons qui ont amené à statuer sur tel ou tel poste et de conserver toutes les pièces. Il doit y avoir une traçabilité parfaite au fil des ans. Ces éléments pourront en effet servir de preuves en cas de litiges. Ensuite, il est préférable d’observer les conditions de travail en situation réelle. Il ne faut pas hésiter à aller sur les chantiers, à faire le tour des postes de travail. Evidemment, dans certains secteurs comme le BTP, l’agro-alimentaire ou l’industrie par exemple, la démarche est plus compliquée, les salariés étant amenés à changer d’environnement assez fréquemment. D’où un dernier conseil : privilégier le dialogue et l’échange avec les salariés et les partenaires sociaux. La mise en place de ces mesures sera d’autant plus fluide qu’elle se fera dans un esprit de collaboration, en impliquant les équipes et en travaillant ensemble. C’est une véritable démarche participative qui s’intègre parfaitement dans la démarche globale d’évaluation des risques.Mag’RH :Quelles seront les conséquences de ces mesures pour les salariés ?Stéphane Bes de Berc :Ce volet est également l’une des grandes évolutions du dispositif. Le décret s’appuie sur un constat : il existe une différence d’espérance de vie tout à fait notable entre les salariés. Cela peut aller jusqu’à 6 à 8 ans en fonction des postes occupés dans une carrière ! D’où la nécessité d’apporter des compensations aux personnes exposées à ces  facteurs de pénibilité. Elles pourront donc bénéficier de certains droits, ce qui n’était pas le cas avant. Concrètement, la fiche d’exposition aux facteurs pénibilité remise à chacun suite au diagnostic permet désormais d’alimenter ce que l’on appelle le compte personnel de prévention. Le salarié exposé recueille ainsi un certain nombre de points, utilisables pour accéder à différents dispositifs, des formations, l’accès à un poste à temps partiel, un départ à la retraite anticipé par exemple.Mag’RH :Et les conséquences pour l’employeur ?Stéphane Bes de Berc :Bien sûr, il y a des conséquences financières. Sans entrer dans le détail, les entreprises devront s’acquitter de deux cotisations supplémentaires. La première est calculée en fonction de la masse salariale des salariés exposés et sera doublée pour les salariés poly- exposés. La deuxième concerne l’ensemble de la masse salariale globale et sera exigible à compter de 2017. Même si le pourcentage de ces cotisations reste relativement faible, il est indéniable que ces mesures constitueront un poids financier supplémentaire pour l’entreprise.Mag’RH :Hormis l’aspect financier, comment ce nouveau dispositif est-il perçu ?Stéphane Bes de Berc :Ce dispositif fait couler beaucoup d’encre ! Tout le monde s’accorde à dire que c’est une réforme importante, mais extrêmement complexe. Les syndicats patronaux sont déjà descendus dans la rue pour manifester contre ce qu’ils appellent « une usine à gaz ». Certains pointent du doigt les difficultés de gestion et d’évaluation, les incidences administratives. D’autres redoutent une augmentation des contentieux dans les années à venir, relatifs à d’éventuelles inégalités des droits etc. Malgré tout, cette réforme est tout de même perçue comme une véritable avancée sociale. Prendre en compte la pénibilité et les contraintes qui en découlent et offrir des contreparties, c’est positif. Ce sont les solutions proposées qui font parfois grincer des dents.Mag’RH :Et l’enjeu semble se situer bien au-delà d’un simple décret administratif ?Stéphane Bes de Berc :Oui, en effet. C’est un sujet éminemment sensible et complexe car il touche à la fois à l’humain, au juridique, au social et à l’économique. Le rôle des ressources humaines est primordial. Les responsables seront amenés à repenser l’organisation du travail. Certaines pistes sont déjà évoquées, comme le renforcement de la polyvalence des salariés (travailler 3 jours au lieu de 5 sur tel ou tel poste par exemple).L’enjeu est de réduire progressivement cette pénibilité et la prévention apparaît comme le premier levier à activer. L’objectif étant, à terme, de ne plus avoir de salariés concernés. A lire sur le même sujet :Facteurs et seuils de pénibilité : votre entreprise est-elle aux normes ? 

Vous avez un nouveau message

Une question ?

Interrogez la
communauté

En direct
du forum

Derniers articles

Entreprise : Caution solidaire et régime matrimonial.

Lors de la souscription d’un crédit, y compris de trésorerie, il est  n’est pas rare que votre (vos) banquiers souhaitent votre caution solidaire en terme de garanties.

0

Lire la suite

Entreprise de maçonnerie générale à Mardeuil

L’entreprise MONTERIO JOSE se spécialise dans tous les travaux de maçonnerie générale, de rénovation immobilière et de ravalement. Ses zones d’int

0

Lire la suite

Dernières questions

Bonjour, je souhaite développer en marketing une stratégie avec des blogueurs et influenceurs pour augmenter la visibilité d'un site mais je ne sais pas bien comment m'y prendre. Que me conseillez-vous ?

2

Répondre

Bonjour, je souhaite développer en marketing une stratégie avec des blogueurs et influenceurs pour augmenter la visibilité d'un site mais je ne sais pas bien comment m'y prendre. Que me conseillez-vous ?

0

Répondre

Une question ?

Interrogez la
communauté