Filtre : Tous

Icon Utilisateur

Comment fixer une rémunération ?

Cette fiche vous est proposée par le Conseil Supérieur de l’Ordre des Experts Comptables.

 

Le salaire est la contrepartie du travail du salarié, il est fixé librement sous réserve de respecter le SMIC et le minimum conventionnel.

1.       Salaire

 

Eléments du salaire

Salaire de base : salaire au temps (durée du travail × taux horaire non inférieur au SMIC ou minimum conventionnel) ou parfois au rendement

Accessoires du salaire : avantages en nature, commissions, pourboires…

Compléments de salaire : commissions, pourboires, primes (seules celles ayant un caractère obligatoire sont des éléments de salaire, celles dont l’attribution est aléatoire ne sont pas des éléments de salaire)

Fixation du salaire

Respect du SMIC et du salaire minimum

Application du SMIC dans toutes les branches d’activité professionnelle sauf les entreprises publiques ou assimilées, à tous les salariés âgés de 18 ans révolus et d’aptitude physique normale

Obligation d’assurer l’égalité de rémunération entre tous les salariés, s’ils sont dans une situation identique ; seuls des critères objectifs peuvent justifier une différence de rémunération

Paiement du salaire

Versement du salaire au moins une fois par mois pour les salariés mensualisés (art. L 3242-1 C. tr.)

Versement du salaire 2 fois par mois avec au plus 16 jours d’intervalle pour les ouvriers non mensualisés

Acompte obligatoire si le salarié le demande

Paiement du salaire en espèces, par chèque ou par virement ; au-delà de 1 500 €, obligatoirement payé par chèque ou virement (art. L 3241-1 C. tr.)

Remise d’un bulletin de paie lors du paiement du salaire

Protection du salaire

Interdiction des sanctions pécuniaires (art. L 1331-2 C. tr.)

Compensation entre les salaires et les dettes du salarié interdite. Autorisée dans certains cas, et limitée au 1/10e du montant des salaires exigibles (art. L 3251-1 et L 3251-2 C. tr.)

Saisie et cession sur salaire : barèmes annuels fixant la quotité saisissable (art. L 3252-1 3 C. tr.)

Redressement ou liquidation judiciaire : garantie (AGS)

Retenues sur salaire

En cas d’absence non rémunérée, ou de mois incomplet en raison d’une embauche ou d’un départ en cours de mois, le salaire doit être calculé en multipliant la rémunération horaire par le nombre d’heures de travail réellement effectuées dans le mois

 

2.       Assiette du SMIC et assiette du minimum conventionnel

 

Nature

Assiette du SMIC

Assiette du minimum conventionnel (sauf dispositions conventionnelles contraires)

Avantages en nature

Oui

Oui

Heures supplémentaires

Oui

Oui

Epargne salariale

Non

Non

Pourboires

Oui

Oui

Prime d’ancienneté

Oui

Oui

Treizième mois

Non sauf s’il a la même périodicité que la paie

Oui

Primes de rendement, Commissions calculées sur le chiffre d’affaires global de l’entreprise

Non

Oui

Primes de rendement, commissions individualisées

Oui

Oui

Indemnité de non-concurrence

Non

Non

Indemnité de précarité des CDD

Non

Non

 

3.       Avantages en nature et frais professionnels

3.1     Avantages en nature

Il s’agit de la fourniture ou de la mise à disposition d’un bien ou service, permettant au salarié de faire l’économie de frais qu’il aurait dû normalement supporter. Il s’agit par exemple de la fourniture d’un logement au salarié dès lors qu’elle est gratuite ou a pour contrepartie une indemnité minime ne pouvant être assimilée à un loyer, de la mise à disposition d’un véhicule avec usage privatif, de la fourniture d’outils technologiques avec usage privatif, etc.

Les avantages en nature sont soumis aux cotisations sociales salariales et patronales.

L’évaluation des avantages en nature peut s’opérer par option, au choix de l’employeur, sur une base forfaitaire ou sur la base d’une valeur réelle. Les évaluations forfaitaires sont des évaluations minimales pouvant être revalorisées à la hausse par convention ou accord collectif ou encore par accord entre le salarié et l’employeur. Les avantages en nature nourriture et logement devront être déterminés d’après les valeurs réelles et non selon les bases forfaitaires.

3.2     Frais professionnels

Il s’agit de charges de caractère spécial inhérentes à la fonction ou à l’emploi du salarié que celui-ci supporte au titre de l’accomplissement de ses missions. Les sommes constitutives de frais professionnels ne sont pas des éléments de salaire et sont exclues de la base de calcul des cotisations sociales, sauf si l’entreprise pratique un abattement professionnel pour frais. Si le remboursement des frais peut s’opérer sous forme d’allocations forfaitaires, l’employeur peut opter pour un remboursement au réel supérieur aux allocations forfaitaires, en justifiant de l’utilisation des frais conformément à leur objet.

Points de vigilance : Pour les dirigeants mandataires sociaux, les forfaits prévus par l’administration ne sont pas applicables.

Il est important d’avoir des justificatifs pour les frais professionnels, et, sauf dans les cas où des allocations forfaitaires sont admises, il ne faut pas pratiquer de forfait pour rembourser les frais du salarié.

Si l’employeur veut plafonner le remboursement des frais professionnels, il faut l’accord du salarié (avenant au contrat par exemple).

L’employeur peut imposer des modalités de justification et de remboursement de ces frais et si le salarié ne respecte pas la procédure, l’employeur peut refuser le remboursement des frais.

 

4.       Bulletin de paie

 

Mentions obligatoires
(art. R 3243-1 C. tr.)

Nom, adresse de l’employeur

Référence de l’organisme auquel l’employeur verse les cotisations et numéro d’immatriculation

Code NAF

Convention collective applicable, à défaut, référence au code du travail pour la durée des congés payés et du préavis

Nom du salarié, emploi occupé, position dans la classification

Période de travail et nombre total d’heures de travail correspondant à la rémunération versée

Salariés au forfait : nature et volume du forfait sur la base duquel la rémunération est calculée

Nombre d’heures rémunérées au taux normal et nombre d’heures supplémentaires, avec taux

Heures comportant une majoration autre que pour heures supplémentaires (travail de nuit, du dimanche ou des jours fériés)

Pour le temps passé à la douche (travaux salissants), rémunération afférente au temps de douche

Base de calcul des cotisations si ce n’est pas la durée du travail

Nature et montant des primes et accessoires de salaire

Nature et montant des cotisations salariales et patronales de sécurité sociale + CSG et CRDS

Mentions obligatoires
(art. R 3243-1 C. tr.)

Nature et le montant des autres déductions (absences, IJSS...) ou des sommes s’ajoutant à la rémunération et non soumises aux cotisations

Montant total du brut et du net de la rémunération nette

Date du paiement de la rémunération

Dates de congés et montant de l’indemnité correspondante

Montant de la prise en charge des frais de transport

Durée de conservation du bulletin de paie

Conservation
(art. L 3243-4 C. tr.)

Un double du bulletin de paie doit être conservé par l’employeur pendant au moins 5 ans (il est préconisé de les garder sans limitation de durée)

Mentions interdites
(art. R 3243-4 C. tr.)

Le bulletin de paie ne doit pas faire mention de l’exercice du droit de grève ni de l’activité de représentation du salarié (heures de délégation)

Forme

Aucune forme n’est exigée

En pratique, il est délivré sous forme de papier

Possibilité de délivrer des bulletins de paie sous forme électronique avec l’accord du salarié et à condition de garantir l’intégrité des données (art. L 3243-2 C. tr.)

Annexe au bulletin de paie

Durée du travail : annexe indiquant le repos compensateur, le cumul des heures supplémentaires depuis le début de l’année, le nombre de jours RTT acquis et pris (art. D 3171-12 C. tr.)

DIF : annexe indiquant le nombre d’heures acquises, les heures utilisées pendant l’année, le montant de l’allocation de formation versée (art. D 6321-10 C. tr.)

 

 

En savoir plus ? Rendez-vous sur http://www.experts-comptables.fr/

Partager cet article !

Réagir à cet article

Ces articles pourraient vous intéresser

Ouvrir un compte professionnel : Comment s'y pr...

L’ouverture d’un compte professionnel est un palier important pour l’entrepreneur, et plus particulièrement au lancement de son activité. Il faut dire que les dépenses, les recettes, les cotisations sociales… en somme, toutes les transactions financières liées à ses activités passeront par ce compte dédié. Entre les comptes pro quasi gratuits qui offrent le minimum de services, les packs sur mesure et les tout compris, les néobanques, le choix est vaste. Comment ouvrir son compte professionnel ? Auprès de quel établissement s’adresser ? Pour quelle formule opter ? Voici des éléments de réponse. Ce qu’il faut savoir avant l’ouverture d’un compte professionnel Qu’est-ce qu’un compte professionnel ? Le terme « compte professionnel » est un vocabulaire commercial utilisé par les banques pour désigner les offres destinées aux professionnels et à leurs activités, à l’inverse des comptes personnels. Au-delà des services qui peuvent être plus complets, ce sont surtout les frais (plus élevés) qui font la différence. Les obligations Détenir un compte professionnel dédié aux activités professionnelles est effectivement obligatoire pour les sociétés (EURL, SARL, SAS, SA et SCI) et les micro-entrepreneurs qui ont opté pour le statut EIRL. Les indépendants, commerçants, artisans et professions libérales sont donc libres de choisir entre l’ouverture d’un compte bancaire personnel (au nom d’une personne physique) ou professionnel.Quoi qu’il en soit, avoir un compte pro consacré à l’entreprise permet d’avoir de la transparence et de la clarté dans les opérations, la gestion de la trésorerie et l’aspect fiscal. Ouvrir un compte pro : les étapes clés Établir ses besoins Face à la diversité des offres et des services, il convient de connaitre ses véritables besoins et de les mettre noir sur blanc. Cela servira de base pour sélectionner et comparer les différentes propositions. A défaut, l’on pourrait tomber dans le superflu ou une offre qui ne répond pas aux exigences de l’activité, etc.Par exemple :Les moyens de paiement : carte bancaire (quel type, plafond…), chéquierUne assurance sur les moyens de paiementUn outil de gestion de compte à distanceUne autorisation de découvertLes moyens d’encaissement (paiement en ligne, paiement en plusieurs fois, encaissement en point de vente, acceptation de cartes bancaires internationales...)Transferts d’argent à l’internationalFinancement de projetEtc. Comparer les offres Nous l’avons vu précédemment, se diriger vers la solution de facilité (jeter son dévolu sur le premier établissement ou sa propre banque personnelle) éloigne toute opportunité de trouver la meilleure offre. Il faut s’appuyer sur les critères listés dans la détermination des besoins pour faire un comparatif des banques pros.Aller à la rencontre des conseillers, exposer ses exigences et négocier (ne prendre que ce qui est utile pour son entreprise) pour optimiser le cout, voilà les grandes lignes de cette étape.De nombreuses banques mettent à disposition des simulateurs sur leur site web afin d’avoir un premier aperçu. Et, pour obtenir un rendez-vous, il suffit généralement de passer par un formulaire en ligne ou appeler. Composer le dossier pour l’ouverture d’un compte professionnel Lorsque le choix de la banque est fié, elle demandera un certain nombre d’informations relatives à l’activité et au statut du professionnel. Voici une liste non exhaustive des justificatifs demandés :Une pièce d’identité du représentant légalPour les sociétés, il faudra fournir :Les statuts de la société désignant les personnes habilitées à faire fonctionner le compte et la sociétéUn extrait KbisL’extrait ou l’attestation de parution dans un journal d’annonces légales.Pour les entrepreneurs individuels employant moins de 10 salariés, il faudra l’immatriculation au répertoire des métiers.Pour les commerçants employant moins de 10 salariés, il faudra l’immatriculation au registre du commerce et des sociétés ou l’extrait Kbis.Le numéro SIREN et le code APE sont nécessairesUn justificatif d’utilisation du local tel un bail commercial, un contrat de domiciliation, etc. Cas particulier de la création de société Il y a une démarche spécifique : celui du dépôt de capital social lors de la constitution d’une nouvelle société. En réalité, cela consiste à bloquer les fonds correspondant au capital libéré sur un compte provisoire. Cette formalité est obligatoire pour obtenir une attestation nécessaire à l’immatriculation de la société. Premier versement La plupart des banques, à quelques exceptions près, réclament un premier versement pour valider l’ouverture du compte pro. Que faire si la banque refuse d’ouvrir le compte professionnel ? Une banque est tout à fait dans son droit de refuser l’ouverture d’un compte bancaire. Elle n’est d’ailleurs pas dans l’obligation de justifier ce refus. Cependant, il n’y a pas d’inquiétude à avoir ! Le professionnel dont la demande aurait été refusée en sera informé par écrit et pourra faire appel à son « droit au compte ». Le droit au compte est stipulé dans l’article L312-1 du Code Monétaire et Financier. En faisant appliquer ce droit, le demandeur se verra attribuer d’office une banque qui lui ouvrira un compte. Toutefois, pour bénéficier de ce droit, le professionnel ne doit pas déjà détenir un compte professionnel dans une autre banque.

Comment faire pour reprendre un business exista...

Cette fiche a été rédigée par BNP Paribas. On ne dénombre pas moins de 60 000 entreprises chaque année à la recherche de repreneurs (reprise d’entreprise). Les secteurs du commerce, de l’artisanat, des salons de coiffure, des cafés ou des restaurants sont en effet très demandeurs en la matière. Quelles sont les différentes étapes pour reprendre une affaire ?Elaborer une stratégie de recherche : définir son projet personnel, les formations que cela nécessite…Trouver une entreprise : prospecter, s’adresser à des spécialistes, consulter les sites Internet dédiés, entrer en contact.Réaliser un diagnostic : bilan comptable, valoriser, chiffre d’affaire…Monter un plan de repriseFinancer la repriseNégocier la reprise et conclure le deal. Vous avez un projet de création d'entreprise ? WikiPME et BNP Paribas vous accompagnent !

Signature électronique : quelles applications p...

Cette fiche est rédigée par le Groupe la Poste.   Quelle valeur juridique ? Depuis mars 2000, la signature numérique d’un document a en France la même valeur légale qu’une signature manuscrite, conformément à la loi n° 2000-230 du 13 mars 2000 et à son décret d’application n° 2001-272 du 30 mars 2001.   Quels documents sont éligibles ? La signature électronique permet de gagner en efficacité et en sérénité pour la plupart de vos documents internes et commerciaux : que ce contrats de travail, règlement intérieur, devis, contrat, bon de commande, facture, compte-rendu d’intervention, souscription à une assurance...Bref, elle s’adapte à la plupart des documents qui font actuellement l’objet d’une signature manuscrite.   Comment cela marche ?   4 étapes sont nécessaires : -Créer un circuit de signature : Connectez-vous sur une plateforme sécurisée Renseignez les signataires Importez vos documents à signer Planifiez vos envois, demandez des pièces justificatives, informez des contacts de l’état de la signature... -Informer les signataires Chaque signataire reçoit un lien par e-mail pour accéder aux documents  Il visualise le document et le signe grâce à un code unique transmis par SMS Une fois le document signé par tous, des tampons attestent de la signature électronique -Sécuriser le document scellage horodatage archivage en France par Docapost, tiers de confiance -Piloter les signatures Suivez l’avancée de vos opérations depuis votre interface   Quels avantages pour les PME ?   La signature électronique permet d’accélérer les échanges et de sécuriser les documents. -Accélérer les échanges éviter les indisponibilités des signataires limiter les flux physiques, risques de perte de document, sources de retards et de changement de position des signataires permettre un accès en mobilité -Sécuriser les documents : Bénéficier d’un archivage en France pendant 10 ans S’appuyer sur Docapost, tiers de confiance  Conserver un original numérique en lieu sûr éviter les modifications à posteriori -Optimiser la gestion : réduire l’archivage sur site et les coûts liés à leur sécurisation réduire les coûts internes : une étude du Gartner Group indique que le flux de signature électronique représente une économie de 29% par rapport au flux de signature physique.   Cliquez ici pour en savoir plus. 

Vous avez un nouveau message

Une question ?

Interrogez la
communauté

En direct
du forum

Derniers articles

Entreprise : Caution solidaire et régime matrimonial.

Lors de la souscription d’un crédit, y compris de trésorerie, il est  n’est pas rare que votre (vos) banquiers souhaitent votre caution solidaire en terme de garanties.

0

Lire la suite

Entreprise de maçonnerie générale à Mardeuil

L’entreprise MONTERIO JOSE se spécialise dans tous les travaux de maçonnerie générale, de rénovation immobilière et de ravalement. Ses zones d’int

0

Lire la suite

Dernières questions

Bonjour, je souhaite développer en marketing une stratégie avec des blogueurs et influenceurs pour augmenter la visibilité d'un site mais je ne sais pas bien comment m'y prendre. Que me conseillez-vous ?

2

Répondre

Bonjour, je souhaite développer en marketing une stratégie avec des blogueurs et influenceurs pour augmenter la visibilité d'un site mais je ne sais pas bien comment m'y prendre. Que me conseillez-vous ?

0

Répondre

Une question ?

Interrogez la
communauté