Filtre : Tous

Icon Utilisateur

Comment fixer une rémunération ?

Cette fiche vous est proposée par le Conseil Supérieur de l’Ordre des Experts Comptables.

 

Le salaire est la contrepartie du travail du salarié, il est fixé librement sous réserve de respecter le SMIC et le minimum conventionnel.

1.       Salaire

 

Eléments du salaire

Salaire de base : salaire au temps (durée du travail × taux horaire non inférieur au SMIC ou minimum conventionnel) ou parfois au rendement

Accessoires du salaire : avantages en nature, commissions, pourboires…

Compléments de salaire : commissions, pourboires, primes (seules celles ayant un caractère obligatoire sont des éléments de salaire, celles dont l’attribution est aléatoire ne sont pas des éléments de salaire)

Fixation du salaire

Respect du SMIC et du salaire minimum

Application du SMIC dans toutes les branches d’activité professionnelle sauf les entreprises publiques ou assimilées, à tous les salariés âgés de 18 ans révolus et d’aptitude physique normale

Obligation d’assurer l’égalité de rémunération entre tous les salariés, s’ils sont dans une situation identique ; seuls des critères objectifs peuvent justifier une différence de rémunération

Paiement du salaire

Versement du salaire au moins une fois par mois pour les salariés mensualisés (art. L 3242-1 C. tr.)

Versement du salaire 2 fois par mois avec au plus 16 jours d’intervalle pour les ouvriers non mensualisés

Acompte obligatoire si le salarié le demande

Paiement du salaire en espèces, par chèque ou par virement ; au-delà de 1 500 €, obligatoirement payé par chèque ou virement (art. L 3241-1 C. tr.)

Remise d’un bulletin de paie lors du paiement du salaire

Protection du salaire

Interdiction des sanctions pécuniaires (art. L 1331-2 C. tr.)

Compensation entre les salaires et les dettes du salarié interdite. Autorisée dans certains cas, et limitée au 1/10e du montant des salaires exigibles (art. L 3251-1 et L 3251-2 C. tr.)

Saisie et cession sur salaire : barèmes annuels fixant la quotité saisissable (art. L 3252-1 3 C. tr.)

Redressement ou liquidation judiciaire : garantie (AGS)

Retenues sur salaire

En cas d’absence non rémunérée, ou de mois incomplet en raison d’une embauche ou d’un départ en cours de mois, le salaire doit être calculé en multipliant la rémunération horaire par le nombre d’heures de travail réellement effectuées dans le mois

 

2.       Assiette du SMIC et assiette du minimum conventionnel

 

Nature

Assiette du SMIC

Assiette du minimum conventionnel (sauf dispositions conventionnelles contraires)

Avantages en nature

Oui

Oui

Heures supplémentaires

Oui

Oui

Epargne salariale

Non

Non

Pourboires

Oui

Oui

Prime d’ancienneté

Oui

Oui

Treizième mois

Non sauf s’il a la même périodicité que la paie

Oui

Primes de rendement, Commissions calculées sur le chiffre d’affaires global de l’entreprise

Non

Oui

Primes de rendement, commissions individualisées

Oui

Oui

Indemnité de non-concurrence

Non

Non

Indemnité de précarité des CDD

Non

Non

 

3.       Avantages en nature et frais professionnels

3.1     Avantages en nature

Il s’agit de la fourniture ou de la mise à disposition d’un bien ou service, permettant au salarié de faire l’économie de frais qu’il aurait dû normalement supporter. Il s’agit par exemple de la fourniture d’un logement au salarié dès lors qu’elle est gratuite ou a pour contrepartie une indemnité minime ne pouvant être assimilée à un loyer, de la mise à disposition d’un véhicule avec usage privatif, de la fourniture d’outils technologiques avec usage privatif, etc.

Les avantages en nature sont soumis aux cotisations sociales salariales et patronales.

L’évaluation des avantages en nature peut s’opérer par option, au choix de l’employeur, sur une base forfaitaire ou sur la base d’une valeur réelle. Les évaluations forfaitaires sont des évaluations minimales pouvant être revalorisées à la hausse par convention ou accord collectif ou encore par accord entre le salarié et l’employeur. Les avantages en nature nourriture et logement devront être déterminés d’après les valeurs réelles et non selon les bases forfaitaires.

3.2     Frais professionnels

Il s’agit de charges de caractère spécial inhérentes à la fonction ou à l’emploi du salarié que celui-ci supporte au titre de l’accomplissement de ses missions. Les sommes constitutives de frais professionnels ne sont pas des éléments de salaire et sont exclues de la base de calcul des cotisations sociales, sauf si l’entreprise pratique un abattement professionnel pour frais. Si le remboursement des frais peut s’opérer sous forme d’allocations forfaitaires, l’employeur peut opter pour un remboursement au réel supérieur aux allocations forfaitaires, en justifiant de l’utilisation des frais conformément à leur objet.

Points de vigilance : Pour les dirigeants mandataires sociaux, les forfaits prévus par l’administration ne sont pas applicables.

Il est important d’avoir des justificatifs pour les frais professionnels, et, sauf dans les cas où des allocations forfaitaires sont admises, il ne faut pas pratiquer de forfait pour rembourser les frais du salarié.

Si l’employeur veut plafonner le remboursement des frais professionnels, il faut l’accord du salarié (avenant au contrat par exemple).

L’employeur peut imposer des modalités de justification et de remboursement de ces frais et si le salarié ne respecte pas la procédure, l’employeur peut refuser le remboursement des frais.

 

4.       Bulletin de paie

 

Mentions obligatoires
(art. R 3243-1 C. tr.)

Nom, adresse de l’employeur

Référence de l’organisme auquel l’employeur verse les cotisations et numéro d’immatriculation

Code NAF

Convention collective applicable, à défaut, référence au code du travail pour la durée des congés payés et du préavis

Nom du salarié, emploi occupé, position dans la classification

Période de travail et nombre total d’heures de travail correspondant à la rémunération versée

Salariés au forfait : nature et volume du forfait sur la base duquel la rémunération est calculée

Nombre d’heures rémunérées au taux normal et nombre d’heures supplémentaires, avec taux

Heures comportant une majoration autre que pour heures supplémentaires (travail de nuit, du dimanche ou des jours fériés)

Pour le temps passé à la douche (travaux salissants), rémunération afférente au temps de douche

Base de calcul des cotisations si ce n’est pas la durée du travail

Nature et montant des primes et accessoires de salaire

Nature et montant des cotisations salariales et patronales de sécurité sociale + CSG et CRDS

Mentions obligatoires
(art. R 3243-1 C. tr.)

Nature et le montant des autres déductions (absences, IJSS...) ou des sommes s’ajoutant à la rémunération et non soumises aux cotisations

Montant total du brut et du net de la rémunération nette

Date du paiement de la rémunération

Dates de congés et montant de l’indemnité correspondante

Montant de la prise en charge des frais de transport

Durée de conservation du bulletin de paie

Conservation
(art. L 3243-4 C. tr.)

Un double du bulletin de paie doit être conservé par l’employeur pendant au moins 5 ans (il est préconisé de les garder sans limitation de durée)

Mentions interdites
(art. R 3243-4 C. tr.)

Le bulletin de paie ne doit pas faire mention de l’exercice du droit de grève ni de l’activité de représentation du salarié (heures de délégation)

Forme

Aucune forme n’est exigée

En pratique, il est délivré sous forme de papier

Possibilité de délivrer des bulletins de paie sous forme électronique avec l’accord du salarié et à condition de garantir l’intégrité des données (art. L 3243-2 C. tr.)

Annexe au bulletin de paie

Durée du travail : annexe indiquant le repos compensateur, le cumul des heures supplémentaires depuis le début de l’année, le nombre de jours RTT acquis et pris (art. D 3171-12 C. tr.)

DIF : annexe indiquant le nombre d’heures acquises, les heures utilisées pendant l’année, le montant de l’allocation de formation versée (art. D 6321-10 C. tr.)

 

 

En savoir plus ? Rendez-vous sur http://www.experts-comptables.fr/

Partager cet article !

Réagir à cet article

Ces articles pourraient vous intéresser

Transmission d’entreprise : comment bien gérer ...

 Un rapport remis le 7 décembre à Bercy faisait le point sur les transmissions des TPE et PME. Et si le financement de ces opérations est généralement bien assuré, des problématiques se posent autour de la préparation des repreneurs. Selon les dernières estimations, plus de 600 000 entreprises pourraient changer de mains dans les dix prochaines années. D’où la nécessité de trouver des moyens d’assurer la pérennité de l’activité après la reprise de l’entreprise.Dans un rapport remis le 7 décembre à Bercy, l’Observatoire du financement des entreprises assure qu’il « n’a pas identifié de difficultés générales quant au financement de ces reprises ». « On voit que, dans le domaine de la transmission, les problèmes d’anticipation par les cédants et la bonne correspondance du vendeur et du repreneur viennent avant le financement » analyse Fabrice Pesin, qui préside cet observatoire. Mieux préparer les repreneurs à la transmission d’entreprise Ce rapport met néanmoins le doigt sur un aspect primordial : l’acquéreur doit être bien préparé, ce qui n’est pas toujours le cas « compte tenu de la diversité des profils des repreneurs et des situations des entreprises avec autant de logiques de financement différentes ». Des points clés de la transaction comme le prix ou la prise de garanties par la banque peuvent ainsi faire échouer l’opération.  L’Observatoire du financement avance donc des pistes pour faciliter ces transmissions. L’une d’entre elles préconise aux repreneurs de s’accompagner de spécialistes, ou encore de s’engager dans des formations à la reprise d’entreprise. Une initiative pour le moment trop rare alors même que ce type de formations est largement répandu. Le rapport insiste également sur le montage du financement, et en particulier sur les efforts qui pourraient être faits par les banques pour accorder un prêt à un repreneur. « Un travail spécifique sur la prise des actifs de la société cible en garantie de la dette d’acquisition - actuellement interdite - pourrait être conduit » avance ainsi le texte.

Qu’est-ce que la création ex-nihilo ?

Cette fiche a été rédigée par BNP Paribas. La création ex-nihilo est définie comme une création qui se fait sans base pré existante. Lorsqu’un entrepreneur utilise ses propres moyens, son savoir-faire ou part d’un concept innovant, on parle de création ex-nihilo.  Comment définir son projet ?Une création d’entreprise n’est jamais une chose facile, et est le fruit d’une réflexion personnelle ou professionnelle. Avant de se lancer il y a plusieurs facteurs à évaluer et il s’agît de se poser les bonnes questions : Quelles sont mes compétences ?Quelles sont mes capacités en gestion ou en vente ?Quelle est ma situation familiale aujourd’hui ? N’hésitez pas à prendre contact avec des spécialistes pour vous aider.Vous avez un projet de création d'entreprise ? WikiPME et BNP Paribas vous accompagnent !

Quelles sont les offres de gaz naturel à prix d...

Cette fiche est rédigée par EDF Entreprises   Dans un contrat à prix de marché, le prix de la fourniture est librement fixé par les fournisseurs, tandis que les tarifs réglementés de vente sont fixés par les pouvoirs publics. Cependant, il faut noter qu’en offre de marché vous devrez vous acquitter des mêmes taxes qu’au tarif réglementé de vente (CTA, TICGN, CTSSG…) ainsi que du tarif d’accès aux réseaux publics d’électricité fixé par les pouvoirs publics.   Découvrir les offres à prix de marché d’EDF Entreprises En fonction de votre activité, de la taille de votre entreprise et de ses besoins énergétiques, EDF Entreprises a conçu une gamme d'offres de gaz naturel à prix fixe ou indexé, adaptées aux enjeux de toutes les entreprises.   Pour les consommations annuelles inférieures à 300 MWh   Découvrez l’offre Gaz naturel à prix garanti 3 ans Vous bénéficiez d’un prix stable pendant 3 ans pour un budget énergie conforme à vos précisions te profitez d’un contrat sans aucun engagement de consommation   Pour les consommations annuelles de 300 MWh à 5 GWh   Découvrez  les offres de gaz naturel à prix fixe Vous profitez d’un prix fixe pendant toute la durée de votre contrat en étant préservé de toute hausse de prix du gaz naturel et des évolutions des tarifs d’acheminement Découvrez  les offres de gaz naturel à prix indexé Vous bénéficiez d’un contrat unique à durée déterminé qui ne comporte aucun engagement de consommation   Anticiper la fin des tarifs réglementés de vente   Conformément à l’article L.337-9 du code de l’énergie, pour le gaz naturel, vous ne pourrez plus bénéficier des tarifs réglementés de vente et par conséquent, Vous devrez donc avoir souscrit un contrat de gaz naturel à prix de marché : à compter du 1er janvier 2015 pour les consommateurs dont la consommation est supérieure à 200 MWh par an, à compter du 1er janvier 2016 pour les consommateurs avec une consommation supérieure à 30 000 MWh par an et pour les immeubles à usage principal d’habitation consommant plus de 150 000 kWh par an.

Vous avez un nouveau message

Une question ?

Interrogez la
communauté

En direct
du forum

Derniers articles

QUELLES SONT CES MARQUES EMBLÉMATIQUES « MADE IN FRANCE » ?

En 2017, des Solex sont à nouveau fabriqués en France à Saint-Lô ; il s’agit d’une nouvelle version électrique du mythique vélo à m

0

Lire la suite

Taxi des Couleurs : le prestataire de vos déplacements

L’entreprise Taxi des Couleurs est votre prestataire de confiance pour vos déplacements entre Lyon, Chambéry, Bourg-en-Bresse et Grenoble. Nous proposons aussi le transport en vill

0

Lire la suite

Dernières questions

Bonjour, j'aimerais bien avoir quelques tips concernant le SEO, je souhaiterai mieux comprendre comment obtenir des bons backlinks, et j'aimerais bien savoir qu'est-ce qu'un bon backlink. Merci !

1

Répondre

Bonjour, je souhaite développer en marketing une stratégie avec des blogueurs et influenceurs pour augmenter la visibilité d'un site mais je ne sais pas bien comment m'y prendre. Que me conseillez-vous ?

2

Répondre

Une question ?

Interrogez la
communauté