Filtre : Tous

Icon Utilisateur

Comment devient-on franchisé ?

Cette fiche a été rédigée par ToutelaFranchise.com.

 

Ouvrir une franchise est une aventure entrepreneuriale passionnante mais exigeante. Elle demeure l’aboutissement d’un projet bien mûri et réfléchi. Voici les étapes clés pour passer du statut de candidat à celui de franchisé.

 

  • Analyser ses motivations et ses aptitudes

Avant de se lancer dans le grand bain de la franchise, il faut se poser les bonnes questions. Est-ce que devenir entrepreneur franchisé correspond à votre projet de vie ? Quels sont vos motivations réelles ? En tant que futur créateur, vous devez habiter votre projet et ne pas vous voiler la face pour éviter les contradictions entre votre discours et votre façon d’être. Vous devez également analyser vos aptitudes et vos ressources (financières, morales, etc.). La plupart des franchises ne demandent pas de diplômes particuliers mais s’engager en franchise nécessite d’avoir un sens commerçant. Assurez-vous de bénéficier également du soutien de vos proches.

 

  • Connaître le monde de la franchise

Devenir franchisé répond à une démarche particulière. Vous devez prendre conscience qu’un patron franchisé possède des droits et des devoirs. Ce modèle économique repose sur un contrat entre le franchiseur et son franchisé. Pour en savoir exactement où vous mettez les pieds, informez-vous en consultant des ouvrages spécialisés, des sites internet et en rencontrant des franchisés.

 

  • Choisir son réseau de franchise et le rencontrer

Après avoir sélectionné votre domaine d’activité en fonction de vos goûts et de vos connaissances, il vous faudra sélectionner votre franchiseur. A vous d’évaluer les enseignes en fonction de la rentabilité des unités pilotes, du savoir-faire, de la qualité des produits et services, de l’originalité du concept, du leadership et de l’animation du réseau par le franchiseur, etc. Vous trouverez un certain nombre d’informations sur internet dans des annuaires de la franchise, mais le plus judicieux est de rencontrer directement les responsables de réseaux. Il existe de nombreux salons dédiés à la franchise qui se déroulent à Paris et en province.

 

  • Postuler puis s'engager avec une enseigne

Vous pouvez postuler en ligne en prenant soin de bien remplir le questionnaire de candidature. Veiller à remplir tous les champs demandés et à soigner votre orthographe. Si vous passez avec succès cette étape et celle des entretiens, le franchiseur vous remettra le DIP (Document d’information précontractuel). Vous aurez alors au moins 20 jours avant de signer le contrat. Durant cette période, étudiez toutes les informations contenues dans le DIP pour vérifier le sérieux du franchiseur.

 

  • Boucler son dossier financier

Elaborez votre budget prévisionnel en prenant en compte vos ressources et en tenant compte de la conjoncture. En dehors de votre apport personnel, vous devrez trouver des ressources financières auprès des établissements bancaires. Il existe aussi des dispositifs d’aide pour les créateurs d’entreprise. Réalisez votre propre étude de marché et interrogez-vous sur le retour sur investissement. Quand tous ces points seront validés, vous pourrez définir le rétro-planning de votre ouverture avec le franchiseur (recherche de local, recrutement de personnel si besoin, formation, etc.).

 

En savoir plus sur les documents à prévoir pour se lancer en franchise

Partager cet article !

Réagir à cet article

Entrepreneur

Icon Utilisateur

26/08/2016

Equipe Wikipme

Mots clés : Franchise Réseau Création Créer

Ces articles pourraient vous intéresser

Les syndicats peuvent-il désigner un délégué sy...

Cette fiche vous est proposée par Wolters Kluwer.   Dans les entreprises comportant au moins deux établissements de 50 salariés et plus, les syndicats ont la possibilité de désigner un délégué syndical central. Mais celui-ci ne peut être distinct des autres délégués que dans les entreprises d'au moins 2 000 salariés.   A quelles conditions une telle désignation est possible ? > Entreprises multi-établissements. Un délégué syndical central ne peut être désigné que dans les entreprises qui comportent au minimum deux établissements, lesquels doivent compter chacun au moins 50 salariés. En principe, ces établissements distincts doivent correspondre à ceux prévus pour la mise en place du comité d’établissement, sauf si un accord collectif en dispose autrement [Cass. soc., 18 mai 2011, n° 10-60.383].   > Syndicats représentatifs dans l’entreprise. Pour pouvoir procéder à la désignation d’un délégué syndical central, le syndicat doit être représentatif dans l’entreprise toute entière, c’est-à-dire par rapport à l’ensemble du personnel. Le fait qu’il soit représentatif dans seulement plusieurs établissements ne suffit pas [Cass. soc., 28 sept. 2011, n° 10-26.545]. Il doit donc avoir recueilli au moins 10 % des suffrages exprimés au premier tour des dernières élections des titulaires au comité d’entreprise ou de la délégation unique du personnel ou, à défaut, des délégués du personnel, quel que soit le nombre de votants, et ce en additionnant les suffrages de l’ensemble des établissements compris dans l’entreprise.   À NOTER Un syndicat peut désigner un délégué syndical central au niveau d’une unité économique et sociale dès lors qu’elle comporte au moins deux établissements de 50 salariés chacun ou plus [Cass. soc., 23 févr. 2005, n° 04-60.289].   Qui peut être désigné dans une entreprise de moins de 2 000 salariés ? > Délégué syndical d’établissement. Si l’effectif de l’entreprise ne dépasse pas 2 000 salariés, le délégué syndical central doit obligatoirement être choisi parmi l’un des délégués syndicaux d’établissement déjà désignés. Par conséquent :     la nomination en tant que délégué syndical central d’un salarié non désigné au préalable comme délégué syndical d’établissement pourra être annulée par les magistrats [Cass. soc., 25 oct. 2006, n° 05-60.369] ;           un salarié qui perd son mandat de délégué syndical d’établissement ne peut pas conserver celui de délégué syndical central. L’employeur, d’autres syndicats ou encore des salariés peuvent alors saisir le tribunal de grande instance afin qu’il constate la caducité de ce mandat [Cass. soc., 25 oct. 2006, n° 04-19.103] ;   si un syndicat a nommé un délégué syndical pour l’entreprise toute entière, il ne peut pas ensuite désigner un délégué d’établissement. Il doit, au préalable, transformer le mandat du premier salarié en mandat de délégué d’établissement [Cass. soc., 16 avr. 2008, n° 07-60.414].   > Moyens. Le délégué syndical d’établissement désigné en outre comme délégué syndical central ne dispose pas de moyens supplémentaires pour exercer cette mission. Ses fonctions de délégué central ne lui donnent donc pas droit à un crédit d’heures spécifique : il doit se contenter des heures de délégation dont il peut bénéficier au titre de son mandat de délégué d’établissement (soit 10 heures par mois dans les établissements de 50 à 150 salariés, 15 heures dans ceux de 151 à 500 salariés et 20 heures dans ceux de plus de 500 salariés).   > Dérogation possible. Un accord collectif peut autoriser les syndicats à désigner, dans les entreprises de moins de 2 000 salariés, un délégué syndical central distinct des délégués d’établissement. Une telle possibilité ne peut pas, en revanche, être prévue par usage ou par engagement unilatéral de l’employeur [Cass. soc., 19 sept. 2007, n° 06-60.090].   À NOTER Lorsque l’effectif total de l’entreprise est au moins égal à 2 000 salariés, les organisations syndicales représentatives peuvent désigner un délégué syndical central d’entreprise, distinct des délégués syndicaux d’établissement. Celui-ci peut donc être librement choisi parmi les salariés. Sa désignation n’est pas subordonnée au fait qu’il ait obtenu un score électoral minimal. Contrairement au délégué syndical d’établissement, il n’est donc pas nécessaire qu’il se soit présenté aux élections professionnelles et qu’il y ait recueilli au moins 10 % des voix [Cass. soc., 16 nov. 2011, n° 10-28.201]. Pour l’exercice de sa mission, ce délégué syndical central peut prétendre à un crédit spécifique de 20 heures de délégation. Il bénéficie en outre de la même protection que les autres délégués syndicaux.

Complémentaire santé collective : quelles oblig...

Cette fiche est rédigée par Humanis.   À partir du 1er janvier 2016, toutes les entreprises du secteur privé devront proposer à leurs employés une complémentaire santé dans le cadre de la loi de sécurisation de l’emploi. Tour d’horizon des principales obligations à respecter dans la mise en place de ce contrat collectif.   Une complémentaire santé collective, responsable et solidaire Elle doit couvrir un ensemble de garanties minimales appelées « panier de soins ». Ce panier de soins comprend : la totalité du ticket modérateur pour tous les actes, à l’exclusion des médicaments remboursés à hauteur de 15 % ou 35 % par l’Assurance maladie, de l’homéopathie et des cures thermales, l’intégralité du forfait journalier hospitalier, sans limitation de durée, les soins dentaires prothétiques et soins d’orthopédie dentofaciale à hauteur d’au moins 125 % du tarif de la Sécurité sociale, un équipement d’optique (monture + verres) tous les deux ans, sauf pour les mineurs ou en cas d’évolution de la vue. Dans ce cas, la période de prise en charge est d’un an. Cette complémentaire santé collective doit être qualifiée de responsable et solidaire selon les exigences de la Loi de financement de la Sécurité sociale pour 2014. Ce nouveau critère doit être appliqué à tous les contrats souscrits ou renouvelés à partir du 1er avril 2015. Les entreprises ont jusqu’à décembre 2017 pour mettre à jour tous les autres contrats. Si ce n’est pas mis en place, l’entreprise ne pourra bénéficier d’exonérations de certaines charges sociales et fiscales.   Une participation minimale de 50% L’employeur doit participer à hauteur d’au moins 50% des frais de cotisations. Le reste est à la charge du salarié. Les employés pourront également choisir une option : la sur-complémentaire santé qui améliore la prise en charge de certains soins. Elle sera à la charge du salarié qui souhaite la souscrire.   Une portabilité de 12 mois Les salariés dont le contrat de travail est rompu ou arrivé à son terme continuent à être couverts –sous certaines conditions - par la complémentaire santé pendant 12 mois depuis le 1er juin 2014. L’employeur doit, dans ce cadre, signaler le maintien de ces garanties à leurs anciens salariés et informer l’organisme assureur à chaque rupture ou fin de contrat.   Une notice d’information Une notice d’information rédigée par l’assureur doit être communiquée aux salariés par l’entreprise. Elle doit comprendre : la présentation des garanties, leur modalité d’application, les formalités à accomplir, les éventuelles modifications apportées aux droits et obligations des salariés, avant leur entrée en vigueur.   En savoir plus : vous souhaitez faire bénéficier à vos salariés d’une couverture santé collective qui répond à ces nouvelles exigences réglementaires ? Optez pour le pack Humanis SAFE, Santé Facile !

Généralisation de la complémentaire santé : com...

Cette fiche est rédigée par Humanis.   Comment anticiper au mieux  cette nouvelle réglementation ? Réponses aux principales interrogations.   Qui est concerné par cette loi ? La généralisation de la complémentaire santé concerne toutes les entreprises – quel que soit leur taille - et tous les salariés du secteur privé.   Quelles garanties pour les salariés ? La mise en place d’un socle de garanties minimales permettant aux salariés de couvrir leur frais de santé sur les postes les plus importants est obligatoire.   Pourquoi anticiper et mettre en place dès à présent une complémentaire santé dans votre entreprise ? La généralisation de la complémentaire santé sera appliquée par toutes les entreprises au 1er janvier 2016. En anticipant ce projet de loi, vous vous tenez informé des prochaines négociations au sein des branches professionnelles. En plus, le coût d’une complémentaire santé est avantageux en termes de fiscalité sur les cotisations patronales. Pourquoi s’en priver ? Lire aussi : Contrat collectif obligatoire : quel organisme choisir ?   En savoir plus : Radiance groupe Humanis conçoit des formules santé adaptées à vos besoins.

Vous avez un nouveau message

Une question ?

Interrogez la
communauté

En direct
du forum

Derniers articles

20 ans d'expérience en électricité générale au service de Nespouls (19) 24h/24 et 7j/7

SARL DE FREITAS ELECTRICITE est une entreprise d’électricité située Nespouls. Elle opère dans tout le département de la Corrèze et les départemen

0

Lire la suite

Et si la fidélisation devenait synonyme de développement commercial ?

« Mais, la fidélisation client, c’est exactement cela ! » me diront beaucoup d’entre vous. Et pourtant. Etes-vous certain que, dans vos organisations, l

0

Lire la suite

Dernières questions

Bonjour, je souhaite développer en marketing une stratégie avec des blogueurs et influenceurs pour augmenter la visibilité d'un site mais je ne sais pas bien comment m'y prendre. Que me conseillez-vous ?

2

Répondre

Bonjour, je souhaite développer en marketing une stratégie avec des blogueurs et influenceurs pour augmenter la visibilité d'un site mais je ne sais pas bien comment m'y prendre. Que me conseillez-vous ?

0

Répondre

Une question ?

Interrogez la
communauté