Filtre : Tous

Icon Utilisateur

Comment devient-on franchisé ?

Cette fiche a été rédigée par ToutelaFranchise.com.

 

Ouvrir une franchise est une aventure entrepreneuriale passionnante mais exigeante. Elle demeure l’aboutissement d’un projet bien mûri et réfléchi. Voici les étapes clés pour passer du statut de candidat à celui de franchisé.

 

  • Analyser ses motivations et ses aptitudes

Avant de se lancer dans le grand bain de la franchise, il faut se poser les bonnes questions. Est-ce que devenir entrepreneur franchisé correspond à votre projet de vie ? Quels sont vos motivations réelles ? En tant que futur créateur, vous devez habiter votre projet et ne pas vous voiler la face pour éviter les contradictions entre votre discours et votre façon d’être. Vous devez également analyser vos aptitudes et vos ressources (financières, morales, etc.). La plupart des franchises ne demandent pas de diplômes particuliers mais s’engager en franchise nécessite d’avoir un sens commerçant. Assurez-vous de bénéficier également du soutien de vos proches.

 

  • Connaître le monde de la franchise

Devenir franchisé répond à une démarche particulière. Vous devez prendre conscience qu’un patron franchisé possède des droits et des devoirs. Ce modèle économique repose sur un contrat entre le franchiseur et son franchisé. Pour en savoir exactement où vous mettez les pieds, informez-vous en consultant des ouvrages spécialisés, des sites internet et en rencontrant des franchisés.

 

  • Choisir son réseau de franchise et le rencontrer

Après avoir sélectionné votre domaine d’activité en fonction de vos goûts et de vos connaissances, il vous faudra sélectionner votre franchiseur. A vous d’évaluer les enseignes en fonction de la rentabilité des unités pilotes, du savoir-faire, de la qualité des produits et services, de l’originalité du concept, du leadership et de l’animation du réseau par le franchiseur, etc. Vous trouverez un certain nombre d’informations sur internet dans des annuaires de la franchise, mais le plus judicieux est de rencontrer directement les responsables de réseaux. Il existe de nombreux salons dédiés à la franchise qui se déroulent à Paris et en province.

 

  • Postuler puis s'engager avec une enseigne

Vous pouvez postuler en ligne en prenant soin de bien remplir le questionnaire de candidature. Veiller à remplir tous les champs demandés et à soigner votre orthographe. Si vous passez avec succès cette étape et celle des entretiens, le franchiseur vous remettra le DIP (Document d’information précontractuel). Vous aurez alors au moins 20 jours avant de signer le contrat. Durant cette période, étudiez toutes les informations contenues dans le DIP pour vérifier le sérieux du franchiseur.

 

  • Boucler son dossier financier

Elaborez votre budget prévisionnel en prenant en compte vos ressources et en tenant compte de la conjoncture. En dehors de votre apport personnel, vous devrez trouver des ressources financières auprès des établissements bancaires. Il existe aussi des dispositifs d’aide pour les créateurs d’entreprise. Réalisez votre propre étude de marché et interrogez-vous sur le retour sur investissement. Quand tous ces points seront validés, vous pourrez définir le rétro-planning de votre ouverture avec le franchiseur (recherche de local, recrutement de personnel si besoin, formation, etc.).

 

En savoir plus sur les documents à prévoir pour se lancer en franchise

Partager cet article !

Réagir à cet article

Entrepreneur

Icon Utilisateur

August 26th at 11:23am

Equipe Wikipme

Mots clés : Franchise Réseau Création Créer

Contacter par WikiMail

Ces articles pourraient vous intéresser

Qu'est-ce que la fiche de prévention des exposi...

Cette fiche vous est proposée par le Conseil Supérieur de l'Ordre des Experts Comptables.   Pour chaque salarié concerné, l’employeur doit établir une fiche individuelle de prévention des expositions qui recense les facteurs de risque auxquels le salarié a été exposé.    Champ d'application A compter du 1er janvier 2015, l’employeur doit réaliser et mettre à jour la fiche de prévention des expositions pour les salariés exposés au facteurs de risque de pénibilité au-delà des seuils définis par les textes. Avant le 1er janvier 2015, la fiche devait être établie pour tous les salariés exposés à des facteurs de pénibilité, quelles que soient l’intensité et la durée de leur exposition. Les travailleurs temporaires bénéficient également d’une fiche de prévention des expositions s’ils dépassent les seuils d’exposition. Il appartient à leur employeur (l’entreprise de travail temporaire) de l’établir. Toutefois, l’entreprise utilisatrice a l’obligation de transmettre à l’entreprise de travail temporaire les informations nécessaires à l’établissement de cette fiche. Les conditions dans lesquelles les entreprises utilisatrices transmettent ces informations doivent être définies par décret, non encore paru à la date de rédaction du présent ouvrage. L'entreprise utilisatrice qui n’a pas transmis les informations pourra faire l'objet d'une pénalité financière pouvant aller jusqu’à 50 % du plafond mensuel de sécurité sociale.   Contenu de la fiche La fiche de prévention des risques est individuelle : une fiche doit être établie pour chaque salarié concerné. Elle doit être établie en cohérence avec l'évaluation des risques et le document unique retranscrivant cette évaluation. Un arrêté fixera le nouveau modèle de fiche (arrêté non publié à la date de rédaction de cet ouvrage).  La fiche consigne : les conditions de pénibilité auxquelles le travailleur est exposé ; la période au cours de laquelle cette exposition est survenue ; les mesures de prévention mises en oeuvre par l'employeur pour faire disparaître ou réduire l'exposition à ces facteurs durant cette période. Elle doit également mentionner de manière apparente et claire le droit pour tout salarié de demander la rectification des informations contenues dans ce document.    Communication de la fiche La fiche doit être transmise au salarié au terme de chaque année civile, au plus tard, le 31 janvier de l’année suivant l’exposition.    Exemple Pour les salariés exposés à la pénibilité au-delà des seuils en 2015, la fiche doit être transmise au salarié au plus tard le 31 janvier 2016.   Elle doit être mise à la disposition du salarié et des agents de contrôle (inspecteur du travail, contrôleur de la caisse d’assurance vieillesse). Par ailleurs, elle doit être communiquée au service de santé au travail qui la transmet au médecin du travail. Elle complète le dossier médical en santé au travail de chaque travailleur. Pour les travailleurs dont le contrat s'achève en cours d'année civile, l’employeur l'établit et la transmet au travailleur au plus tard le dernier jour du mois suivant la date de fin du contrat de travail.   Exemple Pour un salarié partant le 15 octobre 2015, la fiche doit être transmise au plus tard le 30 novembre 2015.   Une copie de la fiche est remise au salarié en cas de : départ de l'établissement ; déclaration de maladie professionnelle ; arrêt de travail d'origine non-professionnelle d'au moins 3 mois ; arrêt de travail d'origine professionnelle d'au moins 30 jours. En cas de décès du travailleur, ses ayants droit peuvent obtenir cette copie. La fiche doit être conservée pendant 5 ans. Les informations contenues dans ce document sont confidentielles et ne peuvent pas être communiquées à un autre employeur auprès duquel le travailleur sollicite un emploi. Modalités de transmission de la fiche Etablissement ou mise à jour de la fiche Au terme de chaque année civile ou au terme du contrat de travail, transmission : au salarié à la médecine du travail Remise d’une copie Au salarié (ou aux ayants-droit le cas échéant), en cas de : Changement d’établissement Maladie professionnelle AT ≥ 30 jours Arrêt de travail ≥ 3 mois Décès : sur demande des ayants-droit Mise à disposition de la fiche du salarié des agents de contrôle Délai de conservation 5 ans     Sanctions Le fait de ne pas remplir ou actualiser la fiche de prévention des expositions est puni de l'amende prévue pour les contraventions de la cinquième classe. Le salarié pourra également demander des dommages-intérêts en raison de la non-communication de la fiche de prévention des expositions.   Sanction pénale Contravention de 5e classe : Personne physique : 1 500 € Personne morale : jusqu’à 7 500 € Appliqué autant de fois qu’il y a de travailleurs concernés par l’infraction. Montants doublés en cas de récidive dans un délai d’un an. Sanction civile Dommages-intérêts     En savoir plus sur le Compte Personnel Prévention de la Pénibilité (C3P). 

Doit-on rédiger un préambule au contrat de trav...

Cette fiche vous est proposée par le Conseil Supérieur de l'Ordre des Experts Comptables.   Lors de l’embauche, l’employeur doit informer le salarié de certains de ses droits à défaut de quoi il pourra être condamné au paiement d’amendes ou de dommages et intérêt. Présentation.   Si ce devoir d’information ne relève pas en principe du contrat de travail et peut faire l’objet de remise de documents en dehors de toute clause contractuelle, il peut être opportun de le rappeler dans le préambule du contrat de travail pour se ménager la preuve qu’il a bien remis les documents en cause. Il s’agit donc d’une clause purement informative.   Les obligations d’information lors de l’embauche sont les suivantes : la remise d’une notice d’information relative aux textes conventionnels et aux accords collectifs applicables (art. L 2262-5 et R 2262-1 C.tr) ; à défaut d’information sur la convention collective applicable dans l’entreprise, le salarié peut obtenir des dommages et intérêts (Cass. soc. 19 mai 2004, n° 02-44671) ; la remise d’une notice d’information précise sur les garanties en matière de protection sociale complémentaire (prévoyance et complémentaire santé ; cette notice est rédigée par l’organisme assureur qui la remet à l’employeur, ce dernier devant ensuite la remettre aux salariés (art. L 141-4 C. assurances et L 932-6 CSS) ; à défaut, l’employeur peut être condamné à indemniser le salarié à hauteur des garanties non couvertes par l’entreprise d’assurance ; la remise d’un livret sur les dispositifs d’épargne salariale existant dans l’entreprise (art. L 3341-6 C. tr.) ; le salarié doit être informé lors de l’embauche qu’il peut bénéficier tous les deux ans d’un entretien professionnel avec son employeur consacré à ses perspectives d’évolution professionnelle (art. L 6315-1 C. tr.). Au cours de cet entretien, le salarié sera informé de la possibilité de recourir à un conseil en évolution professionnelle. A défaut, le salarié pourra obtenir des dommages et intérêts.     Important En rappelant dans le Préambule du contrat de travail ces différents éléments, l’employeur se ménage la preuve que le salarié a bien été informé. S’il doit remettre une notice d’information, il devra bien évidemment procéder à cette remise, sans annexer ces différents documents au contrat de travail afin de ne pas leur donner une valeur contractuelle.    En savoir plus sur le formalisme à respecter pour le contrat de travail.

Quel formalisme respecter pour le contrat de tr...

Cette fiche vous est proposée par le Conseil Supérieur de l'Ordre des Experts Comptables.   Le contrat de travail doit respecter plusieurs obligations réglementaires afin d'être considéré comme valable. Voici les principales.   Langue du contrat Il faut impérativement rédiger le contrat en français ; si le salarié est étranger, une traduction du contrat est rédigée, à la demande du salarié, dans la langue de ce dernier. Les deux textes font également foi en justice. En cas de discordance entre les deux textes, seul le texte rédigé dans la langue du salarié étranger peut être invoqué contre ce dernier.   Signature du contrat Le contrat, une fois établi, doit être signé ; il est important de vérifier que le salarié a restitué un exemplaire du contrat signé ; en pratique, il est conseillé d’établir trois contrats de travail : un pour le salarié, un pour l’employeur et un pour le cabinet comptable.   Remarque S’il s’agit d’un CDD, un exemplaire du contrat doit être transmis au salarié au plus tard dans les 2 jours ouvrables suivant l'embauche (le jour de l'embauche ne compte pas, ni le dimanche). Sa transmission tardive entraîne la requalification du CDD en CDI. En pratique, il est conseillé de faire signer le contrat avant le début du travail.   Spécicités en cas d'embauche d'un mineur Si le contrat est conclu avec un salarié mineur de moins de 18 ans, non émancipé, l’employeur doit s’assurer que le représentant légal du mineur l’a autorisé à s’engager. En pratique, soit le mineur présentera l’autorisation écrite de son représentant légal pour contracter, soit le représentant légal viendra directement signer le contrat de travail conjointement avec le salarié.   En savoir plus sur le préambule du contrat de travail.

Vous avez un nouveau message

Une question ?

Interrogez la
communauté

En direct
du forum

Derniers articles

Colonie de vacances

Un soutien scolaire efficace Dans ces séjours centrés sur la colonie de vacances, tout est fait pour permettre aux jeunes de rattraper leur éventuel retard et d'acqué

0

Lire la suite

Créer son argumentaire de Vente étape par étape

ARGUMENTAIRE DE VENTE ? QUE DOIT CONTENIR UN ARGUMENTAIRE DE VENTE ?    Argumentaire de vente ? Que doit contenir un argume

0

Lire la suite

Dernières questions

Le cadre légal de la formation en entreprise

1

Répondre

Ratios financiers normatifs de la start-up, site internet

2

Répondre

Une question ?

Interrogez la
communauté