Filtre : Tous

Icon Utilisateur

Comment détecter les réseaux de franchises prometteurs pour 2017 ?

Comment savoir si une enseigne franchisée est viable et possède le potentiel pour devenir un réel succès pour cette année 2017 ? Si vous avez un projet d’entreprendre au cours des prochains mois et que vous cherchez à rejoindre un réseau, il est vraisemblable que vous vous posiez la question. Il y a-t’il des critères objectifs afin de « détecter » le potentiel des réseaux ? 

On peut raisonnablement vous répondre par l’affirmatif. En se penchant sur le modèle économique d’un réseau et la conjoncture de son secteur, vous pouvez lister plusieurs indicateurs qui vous donneront une idée relativement précise du potentiel. 

L’expérience et le savoir-faire du réseau

L’un des points essentiels définissant le principe de la franchise est la transmission d’un savoir-faire, via une formation et un accompagnement tout au long de la collaboration. Le savoir-faire du réseau, c’est avant tout proposer un avantage concurrentiel, différenciant aux franchisés. Le caractère déterminant du savoir-faire influe sur la performance économique de ces derniers et de l’ensemble du réseau. Concentrez-vous donc sur l’étude de la qualité de ce paramètre et à ses modes de transmission. Existe-t-il des supports de formation et de transmission de ces éléments ? Des groupes de réflexion sont-ils organisés ? 

Intéressez-vous à la culture d’innovation du réseau

Que ce soit pour la réussite de votre projet professionnel ou tout simplement pour votre épanouissement, Il est important de rejoindre un réseau dans lequel une culture de l’innovation est réelle. Plusieurs études tendent à montrer que la culture d’innovation est une clé pour disposer d’une véritable stratégie efficace et d’une implication forte des membres d’un réseau. La culture d’innovation est aussi capitale pour assurer une vraie différenciation, notamment sur le plan marketing. Enfin pour évoluer sur le long terme, il faut aussi que la tête de réseau oriente sa stratégie, son concept, ses produits en fonction des tendances et de la demande.

Quelle est la stratégie de développement du réseau à moyen et long terme

La manière dont un réseau de franchise se développe en dit énormément sur son potentiel de croissance. En effet, les coûts alloués au recrutement, mais aussi à la formation et l’animation du réseau et de ses partenaires, sont des indicateurs sur l’effort consenti par la tête de réseau pour faire croître l’enseigne. Un franchiseur qui ne fait que peu d’efforts pour « recruter » des nouveaux adhérents, ou qui néglige l’aspect transmission du savoir-faire, est un signe de réseau en perte de vitesse.

Quels sont les profils des franchisés ?

Un franchiseur qui développe et gère un réseau dans lequel les franchisés se « ressemblent » n'est pas forcément une bonne chose. Une idée sur le sujet est souvent relayée selon laquelle des profils similaires (au niveau des compétences et des qualités personnelles) devraient logiquement se retrouver dans un projet commun de franchise. Cela est tout à fait possible, mais ne négligez pas les réseaux dans lesquels les profils sont variés et polyvalents. Des franchisés différents adopteront bien moins facilement un comportement clanique… et pourront mieux vivre les uns avec les autres.  

Y a t’il des conflits entre franchisés et franchiseur ?

Enfin, avant de faire votre choix et de rejoindre un franchiseur, informez-vous sur les relations professionnelles et humaines entre les membres du réseau pour savoir si d’éventuels conflits existent. Les franchisés sortent-ils du réseau à cause de conflits avec le franchiseur ? La communication entre franchisés est-elle aisée ou au contraire assez brutale ? Regardez le turnover ainsi que les procédures judiciaires, arbitrages ou médiations en cours.

Pour aller plus loin, nous vous conseillons la lecture de l’article « Franchises rentables, comment les dénicher ? » paru sur le site Toute La Franchise.

Ce contenu a été rédigé par notre partenaire Toute la Franchise. 

 

Partager cet article !

Réagir à cet article

Ces articles pourraient vous intéresser

Evitez les impayés avec l’assurance-crédit !

Pour éviter au mieux de se retrouver face à un impayé, il faut, dans un premier temps s’assurer de la solvabilité de l’entreprise avec laquelle vous souhaitez travailler. En effet, connaître ses clients, ses antécédents, son fonctionnement permet de savoir à qui on s’adresse et d’éviter les entreprises qui auraient un potentiel risque. Ces éléments sont tout aussi importants que de savoir rédiger un contrat sans failles qui permet de cadrer les clauses liées aux échéances des paiements ainsi que d’intégrer des clauses de protections pour l’entreprise comme des indemnités compensatoires si les délais de paiement ne sont pas respectés.     L’assurance-crédit, de nombreux bénéfices   Pour se protéger des impayés, il est également bon de s’entourer de professionnels avertis qui pourront vous protéger et vous soutenir face à ces risques. Ils pourront vous apporter leurs connaissances des risques pays, du marché ou encore des conditions d’implantation… Ils vous guideront pour que vous preniez les bonnes décisions. Un assureur-crédit, vous permet donc d’assurer votre trésorerie et vous permet de favoriser la croissance de votre activité sans craintes d’impayés.  Tous ces bénéfices permettent aux entreprises d’éviter et de réduire le nombre d’impayés.    Coface vous propose différentes offres d’assurance-crédit   En tant qu’assureur-crédit, Coface a créé différentes offres permettant à tous les types d’entreprises en France comme à l’étranger de s’assurer contre les risques d’impayés, d’insolvabilité et offre des indemnisations et recouvrements pour s’assurer de votre bon fonctionnement. C’est en ce sens que Coface a créé TradeLiner, l’assurance-crédit pour les PME/ETI contre les risques de non-paiement. Une offre dédiée et personnalisée qui vous permet d’assurer vos opérations et limiter les prises de risques. Pour en savoir plus sur notre offre dédiée TradeLiner rendez-vous ici.    "Les clés du succès pour développer son entreprise" A l’heure où beaucoup de jeunes entreprises renoncent à se développer faute d’éclairages ou de conseils, Coface publie un guide éclairant et pragmatique à destination des entreprises, afin de leur donner les repères adaptés à leur taille et à leurs besoins. Cliquez ici pour télécharger le livre blanc

Transmission d’entreprise : comment bien gérer ...

 Un rapport remis le 7 décembre à Bercy faisait le point sur les transmissions des TPE et PME. Et si le financement de ces opérations est généralement bien assuré, des problématiques se posent autour de la préparation des repreneurs. Selon les dernières estimations, plus de 600 000 entreprises pourraient changer de mains dans les dix prochaines années. D’où la nécessité de trouver des moyens d’assurer la pérennité de l’activité après la reprise de l’entreprise.Dans un rapport remis le 7 décembre à Bercy, l’Observatoire du financement des entreprises assure qu’il « n’a pas identifié de difficultés générales quant au financement de ces reprises ». « On voit que, dans le domaine de la transmission, les problèmes d’anticipation par les cédants et la bonne correspondance du vendeur et du repreneur viennent avant le financement » analyse Fabrice Pesin, qui préside cet observatoire. Mieux préparer les repreneurs à la transmission d’entreprise Ce rapport met néanmoins le doigt sur un aspect primordial : l’acquéreur doit être bien préparé, ce qui n’est pas toujours le cas « compte tenu de la diversité des profils des repreneurs et des situations des entreprises avec autant de logiques de financement différentes ». Des points clés de la transaction comme le prix ou la prise de garanties par la banque peuvent ainsi faire échouer l’opération.  L’Observatoire du financement avance donc des pistes pour faciliter ces transmissions. L’une d’entre elles préconise aux repreneurs de s’accompagner de spécialistes, ou encore de s’engager dans des formations à la reprise d’entreprise. Une initiative pour le moment trop rare alors même que ce type de formations est largement répandu. Le rapport insiste également sur le montage du financement, et en particulier sur les efforts qui pourraient être faits par les banques pour accorder un prêt à un repreneur. « Un travail spécifique sur la prise des actifs de la société cible en garantie de la dette d’acquisition - actuellement interdite - pourrait être conduit » avance ainsi le texte.

Faire une déclaration d'intention de commenceme...

Cette fiche est rédigée par EDF Entreprises.   Pour éviter tout risque d’accident et d’atteinte aux ouvrages, il est nécessaire d'adresser une déclaration préalable aux exploitants concernés avant d'effectuer des travaux à proximité d'un ou plusieurs réseaux ou canalisations. Pour réaliser votre déclaration d’intention de commencement de travaux (DICT), nous vous conseillons de vous rendre sur le site suivant pour prendre connaissance des démarches à suivre. Vous y trouverez notamment le formulaire de déclaration à remplir et à adresser à votre centre régional ERDF.

Vous avez un nouveau message

Une question ?

Interrogez la
communauté

En direct
du forum

Derniers articles

Colonie de vacances

Un soutien scolaire efficace Dans ces séjours centrés sur la colonie de vacances, tout est fait pour permettre aux jeunes de rattraper leur éventuel retard et d'acqué

0

Lire la suite

Créer son argumentaire de Vente étape par étape

ARGUMENTAIRE DE VENTE ? QUE DOIT CONTENIR UN ARGUMENTAIRE DE VENTE ?    Argumentaire de vente ? Que doit contenir un argume

0

Lire la suite

Dernières questions

Le cadre légal de la formation en entreprise

1

Répondre

Ratios financiers normatifs de la start-up, site internet

2

Répondre

Une question ?

Interrogez la
communauté