Bonjour, je peux vous aider ?
Discutons !

Posez une question

10 janvier 2018

Gestion de la trésorerie

Quel est l'état du crowdfunding en France ?

Le crowdfunding ou financement participatif (ou par la foule) est une activité qui met en relation des porteurs de projet à la recherche de fonds avec des donateurs et des investisseurs. La France est l’un des pionniers dans cette finance 2.0, avec le lancement de nouvelles plateformes de crowdfunding dès 2007.

Quelle est la situation du crowdfunding aujourd’hui en France ? Quelles sont les plateformes qui se démarquent dans chaque secteur ?

Des chiffres en hausse pour tous les types de crowdfunding

Selon le baromètre du crowdfunding en France, sur les 628,8 millions d’euros de fonds collectés par la finance alternative en 2016 (qui comprend 5 secteurs, dont le financement participatif), 233,8 millions d’euros l’ont été grâce au financement participatif. Pour ce dernier, cela représente une progression de 40 % par rapport à 2015, avec plus de 21 375 projets financés.

Cette progression se reflète au niveau de chaque type de financement participatif. Ainsi, on note une hausse de 36 % des montants collectés via des investisseurs par rapport à 2015, les investissements en capital étant quasi totalement responsables de cette hausse. Viennent ensuite les dons, qui enregistrent une progression de 37 %, avec une forte récurrence des dons avec contrepartie.

Ce sont les prêts qui ont le plus progressé entre 2015 et 2016, passant de 66,3 à 96,6 millions d’euros collectés, soit une hausse de 46 %. La diversité des modalités de cette dernière branche de crowdfunding est peut-être celle qui justifie des chiffres élevés, car elle se décline en prêts rémunérés, non rémunérés et en obligations.

Par ailleurs, le baromètre note également une hausse du nombre de financeurs par rapport à 2015, puisque ces derniers sont désormais 2 500 000, pour environ 1 400 000 souscriptions. Ce sont en majorité des contributeurs de plus de 35 ans, les plus jeunes étant tout de même nombreux.

Quant aux porteurs de projets, ce sont le plus souvent des associations (bénéficiaires surtout de dons sans récompenses), des entreprises commerciales (bénéficiaires en majorité de prêts rémunérés), des particuliers, des entrepreneurs dans le social et bien d’autres.

Des évolutions réglementaires et de marché

La situation du crowdfunding en France évolue sur le point légal, concurrentiel et économique. On note effectivement :

  • L’extension de la réglementation. Une PME peut désormais lever jusqu’à 2,5 millions d’euros par an via le financement participatif, contre une limite de 1 million d’euros l’année précédente ;

  • Les plateformes ayant obtenu le statut de Conseil en Investissement Participatif (CIP) peuvent maintenant négocier les obligations convertibles et les minibons. De même, les plateformes de crowdfunding basées sur le don avec contrepartie doivent désormais posséder le statut d’Intermédiaire en Financement Participatif (IFP) ;

  • Le taux de succès des projets financés via des dons avec contrepartie est plus élevé, car les projets sont désormais plus rigoureusement sélectionnés ;

  • L’entrée de divers experts et comparateurs d’offres dans ce marché l’a rendu plus transparent ;

  • L’offre s’améliore, les plateformes diversifient leurs services pour desservir plusieurs secteurs, et dans ce climat, des leaders émergent sur le marché.

Les plateformes qui fonctionnent bien

Malgré la diversité des offres des sites de crowdfunding, ces derniers sont regroupés en trois typologies, et certaines sont excellentes dans leur domaine.

  • Les sites d’investissement en capital, où les investisseurs prennent des participations directement ou à travers une holding. Celles qui se démarquent dans cette branche sont par exemple 1001pact, ab-funding, anaxago, fundimo, feedelios, hoolders, sora-equity, thegoodinvest, sparkUp, Wine-funding ou encore Wiseed ;

  • Les plateformes de prêts, où des particuliers prêtent directement aux sociétés. Les plus importantes dans cette catégorie sont : Babyloan, Alterfinance, Bluebees, clubfunding, collecticity, Ecobole, Equinoox, Freelandeese, Lendix, Maroon, Ornicare, My annona, ou encore Tributile ;

  • Les plateformes de dons, où les donateurs soutiennent une cause et peuvent même recevoir des avantages en nature. Celles qui fonctionnent bien ici sont : Abracamundi, buzzetboost, devenez-proprio, KissKissBankBank, Ulule, Tipeee et Zentreprendre.

 

Réagissez à cet article

Commentaires (0)

À lire également

24 août 2018

Gestion de la trésorerie

0

Entreprendre en ligne, est-ce possible?

En 2017, dans le cadre de notre étude scientifique, nous nous sommes intéressés à une nouvelle structure d’accompagnement à la création et au développement d’entreprises dont les particularit&ea...

21 août 2018

Gestion de la trésorerie

0

Prélèvement à la source : qu'est-ce que cela va changer pour...

Le 1er janvier 2019 va entrer en vigueur une nouvelle évolution fiscale en France : le prélèvement à la source. Le principe en est que les impôts ne seront plus prélevés a posteriori mais en amont pour les p...

9 juillet 2018

Gestion de la trésorerie

0

5 raisons de faire appel à un expert comptable

5 raisons de faire appel à un expert-comptable De plus en plus d’entrepreneurs décident de faire appel à un expert-comptable. Mais pourquoi confier sa comptabilité, et bien plus à ce professionnel ? Voic...

8 juillet 2018

Gestion de la trésorerie

0

Est-ce que les réseaux sociaux augmentent la valeur d'une st...

Est-ce que les réseaux sociaux augmentent la valeur d’une startup ? Pour booster la notoriété d’une entreprise, les réseaux sociaux sont nos meilleurs alliés. Pourquoi augmentent-ils la valeur d&rs...

Dernières questions

25 novembre 2018

Développement du réseau professionnel

0

Avez vous déjà acheter sur le site de vendredvd.com ?

Avez vous déjà acheter sur le site de vendredvd.com ? pensez à nous aider pour amélioré nos services svp Je compte beaucoup sur vos réactions

28 septembre 2018

Conseils juridique et social

4

Rupture d'engagement écrit

Bonjour à tous, Je viens d'apprendre de la part d'un client qu'un partenariat sur lequel nous nous étions entendus (accord oral & écrit par le biais d'emails) n'allait finalement plus pouvoir être réalisé. Mon souci, c'est que nous nous étions basés sur...

Vous avez un nouveau message