Bonjour, je peux vous aider ?
Discutons !

Posez une question

April 15, 2018

Gestion de la trésorerie

Pourquoi accorder de l'importance à vos créances commerciales ?

Pourquoi accorder de l'importance à vos créances commerciales ?

Les créances commerciales désignent l’ensemble des sommes dues par des clients à une entreprise suite à une prestation de services ou dans le cadre de la vente de marchandises. 

Selon la législation française, la créance est valable que dans trois conditions : la fourniture effective du service ou du bien au client, l’émission effective de la facture correspondante à ce dernier, et enfin, que l’entreprise prestataire n’ait pas encore reçu de paiement de la part du client.

La créance commerciale peut être contractée aussi bien par une personne morale que par une personne physique. Pour l’entreprise, il est important d’accorder une attention particulière à ses créances en ce sens que globalement, celles-ci peuvent avoir une incidence plus ou moins négative sur la disponibilité des ressources nécessaires à son bon fonctionnement. Impayé client ? Parlons-en dans cet article.

 

Impact pour une entreprise des impayés

Les conséquences des impayés clients sur le bon fonctionnement de l’entreprise peuvent se mesurer au moins sur deux indicateurs financiers essentiels : la trésorerie, et le besoin en fonds de roulement (BFR).

En ce qui concerne la trésorerie, il faut immédiatement noter qu’un impayé client ou un retard de paiement signifie moins de liquidités ou de ressources disponibles pour l’entreprise. 

Vous vous en doutez bien, cette situation constitue un manque à gagner et un véritable frein pour le développement de l’entreprise. Pour les dirigeants, c’est une période de tension qui s’accompagne de stress, de la perte de motivation et de temps à remplir les formalités.

Les impayés clients ont en outre une incidence négative sur le besoin en fonds de roulement de l’entreprise. Pour rappel, le BFR renvoie à tout ce dont une structure doit investir au quotidien pour assurer la bonne marche de son activité. 

L’absence ou la baisse de trésorerie suite au non-paiement d’une facture importante peut aboutir à terme, à une diminution nette du fonds de roulement. Or, un fonds de roulement en baisse suppose moins de capacités de production pour l’entreprise et conséquemment, un chiffre d’affaires qui sera revu à la baisse (ce qui peut être dangereux pour sa survie).

Pour résoudre ce problème, l’entreprise peut prévoir un budget d’approvisionnement de sa trésorerie plus important, ou avoir recours au crédit bancaire pour renforcer son fonds de roulement en attendant d’être remboursée par son ou ses débiteurs. 

Mais ces solutions peuvent présenter des limites dans le temps, d’où la nécessité pour elle d’instaurer davantage, une véritable culture qui incite ses clients à régler leurs factures à temps et en heures.

 

Instaurer une culture qui incite les clients à payer en temps et en heure

Tout d’abord, relativement aux impayés clients, vous devez savoir que la créance commence à courir à la date de livraison des marchandises, ou de la prestation de services. Et pour justifier tout ceci en temps de besoin, il est important de prévoir la signature d’une facture acceptée, d’un bon de livraison ou de tout autre document attestant la prestation de service.

En principe, la créance est exigible et recouvrable une fois que le délai de paiement convenu de commun accord entre l’entreprise et le client a expiré. En France, la loi limite le délai à 45 jours ou 60 jours à compter de la date de facturation. 

Cette échéance sera de 30 jours si les deux parties n’ont prévu aucun délai de paiement en amont de la transaction commerciale. Aussi, il existe des exceptions en la matière pour ce qui est des transactions passées dans le domaine des transports ou la livraison des denrées périssables.

Concernant l’instauration proprement dite par l’entreprise, d’une culture qui incite les clients à payer à temps et en heure, il faut dire que plusieurs solutions s’offrent à elle dans ce cas. En ce sens, pour limiter au plus les impayés clients, elle doit :

 

  • Prévenir les créances irrécouvrables en fichant notamment les mauvais payeurs. En classifiant ses débiteurs des bons au plus mauvais, il lui sera plus facile de mettre en place une stratégie de relance qui tienne compte des habitudes et de la situation des uns et des autres.
  • Mettre sur pied un calendrier de relance. Les relances doivent se faire de manière alternée par correspondance écrite et par appel téléphonique et particulièrement, quelques jours avant le délai prévu pour le paiement. Pour les clients malins, vous pouvez prétexter un contrôle de conformité afin de les inciter à payer plus rapidement.
  • Miser sur une relation privilégiée avec les clients. Si le client vous le demande parce qu’il ne peut pas s’acquitter de sa dette d’un seul coup, acceptez sa proposition de vous rembourser par tranche de paiement. Tout ceci doit se faire par écrit et être signé par votre client pour marquer son accord.
  • Se rendre chez ses débiteurs. La confrontation physique peut être un excellent moyen d’inciter les débiteurs à se bouger pour vous rembourser.
  • Avoir recours à un cabinet de recouvrement. Cette solution est un peu coûteuse, mais ce qui compte, c’est son efficacité. Le recouvrement pourra se faire à l’amiable ou par voie judiciaire. Avant de saisir le cabinet qui s’en occupera, montez un dossier solide et complet du litige et prévoyez un délai dans lequel il devra agir.
  • S’adresser à un huissier de justice. C’est une solution efficace pour les petites créances. Aussi, elle évitera à l’entreprise d’avoir à dépenser pour les frais de justice ou d’un avocat. L’huissier se chargera de transmettre les informations aux débiteurs, l’injonction de payer délivrée par le juge du tribunal de commerce.
  • S’adresser à son avocat. Cette solution est généralement chère. Car entre les frais d’honoraires de son avocat et le procès devant le juge qui peut durer jusqu’à 2 ans, l’entreprise devra beaucoup dépenser. C’est pourquoi il est recommandé de n’utiliser la voie judiciaire qu’en dernier recours.

Réagissez à cet article

Commentaires (0)

À lire également

May 9, 2019

Gestion de la trésorerie

0

Comment construire un prévisionnel financier efficace ?

Comment construire un prévisionnel financier efficace ? Le prévisionnel financier permet de donner un cap, d’avoir une vision sur l’avenir. Jean Philippe Fery, Expert-comptable associé d’In Extenso, vous ...

April 21, 2019

Gestion de la trésorerie

0

Solvabilité financière : identifier les entreprises à risque

Solvabilité financière : identifier les entreprises à risque Le risque de défaillance est un sujet important dans la gestion de votre entreprise : La Statistique à connaître : Entr...

April 19, 2019

Gestion de la trésorerie

0

Banques en ligne et néo-banques : Quelles avantages et quels...

Banques en ligne et néo-banques : Quelles avantages et quels inconvénients pour les PME? Les banques en ligne, comme les néo-banques, cherchent à élargir leur clientèle et proposent des offres ada...

April 13, 2019

Gestion de la trésorerie

0

Data entreprise et impayés : identifier les clients à risque

Data entreprise et impayés : identifier les clients à risque Nous sommes tous concerné par les impayés, et les certains clients qui nous réservent des mauvaise surprises. La Statistique &agrav...

Dernières questions

April 30, 2020

Gestion des formalités administratives et outils

0

masques FFP2

où puis je trouver des masques FFP2

March 4, 2020

Création d'entreprise

0

Sticking to a single domain name

There have been instances where content creators changed their domains name which resulted in a decrease within their ranking on search engines. In efforts to increase search engine ranking what most content creators do is continuously change their domain...

Vous avez un nouveau message