Filtre : Tous

Icon Utilisateur

Une TPE ou PME peut-elle accéder à un restaurant d’entreprise ?

Cette fiche a été rédigée par Elior Entreprises.

 

Toute entreprise peut accéder à un restaurant d’entreprise quel que soit le nombre de ses salariés :

  1. Soit en créant son propre restaurant d’entreprise.
  2. Soit en adhérant à un restaurant d’entreprise extérieur, conseillé pour les TPE et PME.

Selon les cas ou modalités d’accès, les titres restaurant peuvent être acceptés au Restaurant d’entreprise.

 

  • Les modalités d’adhésion à un restaurant d’entreprise

L’employeur doit signer une convention écrite avec le « comité de gestion » du restaurant d’entreprise.

Ce comité de gestion peut être représenté par :

  1. une Association ou un Groupement Conventionnel réunissant les entreprises utilisatrices pour un restaurant inter-entreprises,
  2. le Comité d’entreprise ou la Direction elle-même pour un restaurant d’entreprise.

Par cette convention d’adhésion, l'entreprise qui souhaite bénéficier du restaurant d’entreprise :

  1. autorise ses salariés à fréquenter le restaurant d'entreprise,
  2. donne mandat au Comité de gestion pour toute question relative à l'organisation et au fonctionnement du restaurant.

 

  • 3 étapes pour adhérer à un restaurant d’entreprise
  1. Vous signez une convention avec le comité gestionnaire.
  2. Vous établissez la liste des salariés autorisés à venir déjeuner au restaurant.
  3. Après distribution des cartes d'accès au restaurant, chaque salarié est libre de venir se restaurer.

 

Pour en savoir plus, rapprochez-vous d’un acteur de la restauration d’entreprise

Pour découvrir ce qu'est un Restaurant d'Entreprise, cliquez ici.

Partager cet article !

Réagir à cet article

Ces articles pourraient vous intéresser

Quelles sont les étapes de la remise d’une offr...

Cette fiche a été rédigée par Small Business France. A la remise d'une offre dématérialisée correspond une série de contraintes qu'il convient de respecter. En voici la liste :Acheter un certificat de signature électronique auprès d’une autorité de certificationInstaller le certificat de signature électronique sur un poste informatique principal et un poste informatique de secoursS’enregistrer sur la plateforme de dématérialisation de l’acheteur publicVérifier que la configuration des postes informatiques, principal et de secours, sont compatibles avec la plateforme de dématérialisation (navigateur…)Télécharger le Dossier de Consultation des Entreprises (DCE)Elaborer la réponse au format numériqueDéposer le dossier de candidature sur la plateformeApposer la signature électronique aux documents déposésConsulter la boîte e-mail de l’entreprise pour s’assurer d’avoir bien reçu l’accusé confirmant la bonne réception de la candidature par l’acheteur public En savoir plus sur l'accès efficace aux marchés publics.

Qu’est-ce qu’un groupement momentané d’entrepri...

Cette fiche a été rédigée par Small Business France. Un groupement momentané d’entreprises (GME) est un accord privé entre entreprises qui leur permet de s’organiser pour réaliser un marché auquel elles n’auraient pu soumissionner si elles avaient été seules. Les entreprises sont dites alors cotraitantes, c’est-à-dire qu’elles accèdent toutes en direct au marché et non en tant que sous-traitantes. Le GME n’existe que pour la durée de l'exécution du marché. Il n’a pas de personnalité morale. Pourquoi répondre en GME ?La réponse en GME donne plus de poids à une candidature et permet aux entreprises de gagner à plusieurs des marchés publics inaccessibles de manière autonome.Elle renforce la capacité fonctionnelle de chacune des entreprises du GME à exécuter le marché.La mutualisation des savoir-faire, des références, des moyens humains, des moyens techniques, sont des atouts.De plus, cette démarche est généralement bien accueillie par les donneurs d’ordres publics. En savoir plus sur les étapes de la remise d'une offre dématérialisée.

Un DIP, ça sert à quoi ?

Cette fiche est rédigée par Toute la franchise.   Depuis la loi Doubin, toute signature d'un contrat de franchise doit être précédée de la remise par le franchiseur d'un Document d'Information Pré-contractuel (DIP). Ce document sert à informer le futur franchisé 20 jours minimum avant la signature du contrat pour qu'il puisse décider en toute connaissance de cause. Depuis le vote de l’article L 330-3 du Code du Commerce, dite loi Doubin et son décret d’application du 4 avril 1991, les franchiseurs ont obligation de remettre un Document d'Information Pré-contractuel (DIP) au candidat à la franchise, 20 jours au moins avant la signature du contrat de franchise. Ce document concerne globalement toutes les formes de commerces organisés et pas seulement la franchise, dès lors que sont transmis une enseigne et/ou une marque en contrepartie d’un engagement d’exclusivité ou de quasi-exclusivité. « Toute personne qui met à la disposition d’une autre personne un nom commercial, une marque, une enseigne, en exigeant d’elle une exclusivité ou une quasi exclusivité pour l’exercice de son activité, est tenue, préalablement à la signature de tout contrat conclu dans l’intérêt commun des deux parties de fournir à l’autre partie un document donnant des informations sincères qui lui permette de s’engager en connaissance de cause ».   Un document contractuel Le DIP a pour vocation de protéger le candidat à la franchise en lui donnant avant signature, toutes les informations nécessaires pour mieux décider si oui, ou non, le réseau auprès duquel il souhaite s'engager correspond à ses attentes. Le DIP est un document officiel dont le contenu est encadré par la Loi Doubin. Les informations pré-contractuelles fournies dans le cadre du DIP engagent le franchiseur seul, pas le franchisé. En clair, la remise d'un DIP ne saurait valoir acceptation et engagement du franchisé. A ce titre, et en aucun cas, la remise du DIP ne peut être le prétexte d'une demande de versement d'une somme d'argent de la part du franchiseur. Côté franchiseur, les informations fournies dans le cadre de la remise du DIP sont légalement opposables en cas de litige après signature du contrat. Elles doivent être « sincères », c'est-à-dire qu'elles doivent refléter la réalité du réseau et de son marché.   Les informations transmises sont encadrées par la loi Doubin. Doivent notamment figurer sur le DIP : l'identité physique et juridique du franchiseur et du chef d'entreprise, les éléments techniques concernant la marque et les enregistrements de l'entreprise, des informations sur la domiciliation bancaire de l'entreprise, des éléments sur l'historique et l'expérience du franchiseur depuis 5 ans minimum, des éléments sur l'état général et local du marché des produits ou services devant faire l'objet du contrat et des perspectives de développement, et enfin, des éléments sur le réseau d'exploitants (liste des entreprises franchisées, turn-over, conditions des départs, etc). Le document doit, en outre, préciser la nature et le montant des dépenses et investissements spécifiques à l'enseigne, la durée du contrat, les conditions de résiliation et de renouvellement, ainsi que le champ des exclusivités.     En savoir plus.

Vous avez un nouveau message

Une question ?

Interrogez la
communauté

En direct
du forum

Derniers articles

30% à 40% d’économie sur vos annonces légales grâce à Publication Annonce Légale

Nos modèles d’annonces légales ont été étudiées afin de les rendre plus simples et afin d’optimiser l’annonce et ce en utilisant les abr&eac

0

Lire la suite

Colonie de vacances

Un soutien scolaire efficace Dans ces séjours centrés sur la colonie de vacances, tout est fait pour permettre aux jeunes de rattraper leur éventuel retard et d'acqué

0

Lire la suite

Dernières questions

Le cadre légal de la formation en entreprise

1

Répondre

Ratios financiers normatifs de la start-up, site internet

2

Répondre

Une question ?

Interrogez la
communauté