Filtre : Tous

Icon Utilisateur

Un contrat de travail écrit est-il obligatoire ?

Cette fiche vous est proposée par le Conseil Supérieur de l'Ordre des Experts Comptables.

 

L’embauche d’un salarié déclenche automatiquement pour l’employeur de multiples obligations. Avant de rédiger un contrat de travail, il lui faut se poser plusieurs questions et notamment de savoir si le contrat de travail écrit est obligatoire ou non.

 

  • Cadre légal

Le Code du travail n’impose pas la rédaction d’un contrat de travail écrit pour le contrat à durée indéterminée à temps complet, mais la plupart des conventions collectives exigent un écrit.

Pour les contrats spécifiques tels que le contrat à temps partiel, le contrat à durée déterminée… un écrit est obligatoire, et un contenu minimum est prévu par la loi et, le cas échéant, par la convention collective. 

Nature du contrat

Ecrit obligatoire

Ecrit non obligatoire

CDI à temps plein

 

X

(sauf disposition conventionnelle contraire)

CDI à temps partiel

X

 

CDD à temps plein ou à temps partiel

X

 

Contrat de travail temporaire

X

 

Contrat d’apprentissage

X
(Cerfa)

 

Contrats aidés

X

 

 Si le CDI n’est pas obligatoirement écrit, il faut néanmoins informer par écrit le salarié, dans les deux mois suivant le début du travail, des éléments essentiels applicables au contrat ou à la relation de travail : lieu de travail, titre du salarié, date de début du contrat, durée du congé payé, durée du préavis, salaire, durée du travail, convention collective (Directive européenne 91/533 du 14 octobre 1991).

 

  • Conseil

En pratique, il est conseillé de conclure un contrat de travail écrit, dans tous les cas de figure, pour les raisons suivantes :

  • à défaut d’écrit, le contrat est conclu pour une durée indéterminée et à temps complet ;
  • pour protéger les parties, un écrit est indispensable ; il permettra d’insérer des clauses spécifiques : période d’essai, rémunération variable, non-concurrence, forfait, mobilité géographique, etc.

 

En savoir plus sur la convention collective et le contrat de travail.

Partager cet article !

Réagir à cet article

Ces articles pourraient vous intéresser

Les avantages et inconvénients d'une Entreprise...

Cette fiche vous est proposée par le Conseil Supérieur de l'Ordre des Experts Comptables.   L'Entreprise Individuelle à Responsabilité Limitée est une des formes que l'entrepreneuriat individuel peut revêtir. Présentation des avantages et inconvénients de ce statut juridique.   Principaux avantages Responsabilité : limitation de la responsabilité de l'entrepreneur individuel au seul patrimoine professionnel affecté à l'EIRL Fiscal : option pour l'impôt sur les sociétés possible sans création d'une société   Principaux inconvénients En termes d'organisation et de fonctionnement : Formalisme de constitution (déclaration d'affectation précédée d'une évaluation des biens par un professionnel dans certains cas, etc.) Formalisme de fonctionnement (ouverture d'un compte bancaire dédié à l'EIRL, tenue d'une comptabilité commerciale autonome, dépôt du bilan, etc.) Coût de constitution et de fonctionnement plus important qu'en Entreprise Individuelle (EI) En termes de responsabilité : Remise en cause de l'étanchéité des patrimoines professionnels et personnels si non-respect du formalisme par l'entrepreneur   En savoir plus sur la création et le fonctionnement de l'EIRL.

Cadre dirigeant : quelles règles appliquer en m...

Cette fiche vous est proposée par Woltes Kluwer.   Un cadre dirigeant échappe à la quasi-totalité des règles sur la durée du travail. Il convient donc de bien identifier cette catégorie de salariés, en principe assez restreinte.   Quel est le statut du cadre dirigeant ? > Les cadres dirigeants sont exclus de la plupart des dispositions légales et réglementaires relatives à la durée du travail. Autrement dit, ils ne sont pas concernés notamment par : les 35 heures. Ils ne peuvent donc pas prétendre à la rémunération d’heures supplémentaires [Cass. soc., 10 mai 2006, n° 04-47.772] ;      les limites maximales à la durée journalière ou hebdomadaire du travail. Ils peuvent donc effectuer plus de 10 heures par jour et plus de 48 heures par semaine ;           l’obligation de bénéficier d’un repos quotidien et hebdomadaire ;           l’interdiction de travail le 1er Mai ; les règles protectrices relatives au travail de nuit ; les astreintes : aucune compensation financière ou de repos ne leur est due à ce titre, sauf dispositions contractuelles ou conventionnelles plus favorables [Cass. soc., 28 oct. 2008, n° 07-42.487].   > En revanche, les cadres dirigeants bénéficient des dispositions concernant :      les congés payés et les congés pour événements familiaux (mariage, naissance, décès, etc.) ; l’interdiction d’emploi des femmes pendant huit semaines au total avant et après l’accouchement, dont six après ; les congés particuliers non rémunérés : congé de solidarité familiale, congé de soutien familial, congé de solidarité internationale, etc. [C. trav., art. L. 3142-16 et s.] ;          le compte épargne-temps.   ATTENTION Les cadres dirigeants sont en outre soumis aux règles relatives à la santé, à la sécurité et à la médecine du travail (visite d’embauche, visite périodique, etc.).   Comment identifier un cadre dirigeant ? > Caractéristiques. Les cadres dirigeants sont ceux qui répondent à trois critères cumulatifs [C. trav., art. L. 3111-2] : ils sont en charge de responsabilités importantes impliquant une grande indépendance dans leur emploi du temps ; ils sont habilités à prendre des décisions de façon largement autonome. Ce n’est pas le cas, par exemple, d’un directeur de magasin bénéficiant d’une autonomie toute relative dès lors qu’il ne peut embaucher du personnel que dans le cadre des directives reçues et qu’il a pour rôle de mettre en œuvre des politiques commerciales définies en dehors de lui [Cass. soc., 18 juin 2008, n° 07-40.427] ;  ils perçoivent une rémunération se situant dans les niveaux les plus élevés des systèmes de rémunération pratiqués dans l’entreprise ou l’établissement.   En revanche, la qualité de cadre dirigeant ne suppose ni l’existence d’un accord particulier entre l’employeur et le salarié, ni que ce dernier se situe au niveau hiérarchique le plus élevé de la classification conventionnelle [Cass. soc., 30 nov. 2011, n° 09-67.798]. Attention donc à bien distinguer la rémunération, qui doit être parmi les plus élevées de l’entreprise ou de l’établissement pour conférer la qualité de cadre dirigeant, du niveau hiérarchique, lequel ne constitue pas un critère déterminant.   Par définition, les cadres dirigeants sont peu nombreux dans une entreprise. Seuls relèvent de cette catégorie les cadres qui participent à la direction de l’entreprise, peu importe sa taille [Cass. soc., 31 janv. 2012, n° 10-24.412 ; Cass. soc., 26 nov. 2013, n° 12-21.758]. Il s’agit, le plus souvent [Rapport AN n° 1826, p. 162] :         des directeurs participant à la prise de décisions stratégiques ou siégeant au comité de direction ;        des membres du comité de direction ayant une totale latitude d’action dans leur domaine d’activité ; des cadres exerçant, dans leur domaine, toutes les prérogatives de l’employeur sans avoir à solliciter d’autorisation préalable et assumant, par délégation implicite, la responsabilité pénale du chef d’entreprise.   > Fonctions réellement occupées. Pour retenir ou écarter la qualité de cadre dirigeant, les juges examinent la fonction que le salarié occupe réellement au regard de chacun des trois critères cumulatifs évoqués ci-dessus [Cass. soc., 25 juin 2008, n° 07-40.910]. La constatation d’une grande liberté dans l’organisation du temps de travail d’un salarié ne suffit pas à lui faire reconnaître la qualité de cadre dirigeant si les autres critères ne sont pas réunis [Cass. soc., 3 nov. 2004, n° 02-44.778].   Les juges ne sont en outre pas liés par la qualification de cadre dirigeant retenue par une convention collective. Ils doivent toujours vérifier les conditions réelles d’emploi du cadre concerné, même si l’accord collectif applicable retient, pour la fonction occupée par le salarié, la qualité de cadre dirigeant [Cass. soc., 13 janv. 2009, n° 06-46.208].

Inaptitude professionnelle : quels éléments pre...

Cette fiche vous est proposée par Wolters Kluwer.   Lorsque l'inaptitude d'un salarié fait suite à un accident du travail ou à une maladie professionnelle, l'employeur doit associer les Délégués du Personnel (DP) à la procédure visant à le reclasser.   Dans quels cas la consultation des DP est-elle obligatoire ? > Lorsqu’un salarié est déclaré inapte par le médecin du travail à reprendre l’emploi qu’il occupait précédemment, suite à un accident du travail ou une maladie professionnelle, l’employeur est non seulement tenu de lui proposer un autre emploi approprié à ses capacités, mais doit également recueillir l’avis des délégués du personnel (DP) sur les possibilités de reclassement. Cette obligation s’impose qu’il s’agisse d’un salarié en contrat à durée indéterminée ou en contrat à durée déterminée [C. trav., art. L. 1226-10, al. 2 et L. 1226-20]. L’avis des DP doit être consigné dans un procès-verbal.   A NOTER L’employeur ne peut pas se contenter de consulter un seul DP, alors que l’établissement en compte plusieurs [Cass. soc., 30 avr. 2009, n° 07-43.219]. Il peut en revanche consulter chaque délégué pris individuellement, et non l’ensemble des DP au cours d’une réunion [Cass. soc., 29 avr. 2003, n° 00-46.477].   > L’employeur ne peut pas invoquer l’absence de DP pour se soustraire à cette obligation de consultation, dès lors qu’il est tenu de les mettre en place (établissement d’au moins 11 salariés) et qu’il n’est pas en mesure de produire un procès-verbal de carence aux élections professionnelles [Cass. soc., 23 sept. 2009, n° 08-41.685]. Il ne peut pas non plus se prévaloir de la consultation du comité d’entreprise, en évoquant par exemple l’inaptitude du salarié au cours d’une réunion de celui-ci, au lieu de consulter les DP [Cass. soc., 16 juin 1988, n° 85-46.452 ; Cass. soc., 22 mars 2000, n° 98-41.166].   REMARQUE En revanche, l’employeur n’est pas tenu de consulter le CHSCT [Cass. soc., 26 mars 1996, n° 93-40.325].   L’employeur doit fournir aux DP toutes les informations nécessaires quant à l’état de santé et à la recherche de reclassement du salarié inapte. Il est ainsi tenu de leur transmettre les conclusions du médecin du travail, notamment celles relatives à l’aptitude du salarié à exercer l’une des tâches existantes dans l’entreprise [Cass. Soc., 13 juill. 2004, n° 02-41.046 ; Cass. soc., 26 janv. 2011, n° 09-72.284].   À quel moment consulter ? > Après la seconde visite médicale de reprise. La consultation ne peut intervenir qu’après les deux examens médicaux espacés de deux semaines au cours desquels l’inaptitude du salarié est constatée par le médecin du travail [Cass. soc., 23 mars 2011, n° 09-42.978], et non entre ces deux examens [Cass. soc., 8 avr. 2009, n° 07-44.307].   > Avant une proposition effective de poste. La consultation doit avoir lieu avant la proposition effective d’un poste de reclassement au salarié [Cass. soc., 23 mars 2011, n° 09-42.978], et non le lendemain de l’offre [Cass. soc., 28 oct. 2009, n° 08-42.804].   À NOTER En cas d’impossibilité de reclassement, les DP doivent être consultés avant d’engager la procédure de licenciement [Cass. soc., 23 sept. 2009, n° 08-41.685].   L'employeur est-il tenu de suivre l'avis des DP ? L’employeur n’a pas à recueillir un avis conforme. Il peut donc poursuivre ses démarches alors même que les DP rendent un avis défavorable. Il a toutefois intérêt à répondre de façon objective aux propositions des DP, au risque de se voir condamner pour non-respect de son obligation de reclassement. En outre, l’avis des DP concluant à une impossibilité de reclassement n’empêche pas l’employeur de rechercher l’existence d’une telle possibilité [Cass. soc., 20 juill. 1994, n° 91-41.420].   Quelles sanctions ? > Sanctions civiles. Le salarié en inaptitude professionnelle licencié ou qui voit son contrat à durée déterminée rompu sans que les DP aient été consultés a droit à une indemnité qui ne peut pas être inférieure à 12 mois de salaires, calculée en fonction des salaires bruts [C. trav., art. L. 1226-15 ; Cass. soc., 8 juill. 2003, n° 00-21.862]. Cela vaut également lorsque les DP n’ont pas été correctement informés sur le reclassement du salarié ou lorsque leur avis n’a pas été recueilli après le second examen médical de reprise [Cass. soc., 13 juill. 2004, n° 02-41.046 ; Cass. soc., 8 avr. 2009, n° 07-44.307 ; Cass. soc., 26 janv. 2011, n° 09-72.284]. Cette indemnité se cumule avec les indemnités dues en cas de licenciement (y compris l’indemnité spéciale en cas d’impossibilité de reclassement) mais non avec l’indemnité prévue en cas de non-respect de l’obligation de reclassement : une seule et même indemnité est due [Cass. soc., 16 déc. 2010, n° 09-67.446].   > Sanctions pénales. Le licenciement d’un salarié déclaré inapte en violation des règles relatives à la consultation des DP constitue un délit d’entrave [Cass. soc., 26 janv. 1993, n° 89-85.389], passible d’un an d’emprisonnement et d’une amende de 3 750 € [C. trav., art. L. 2316-1].

Vous avez un nouveau message

Une question ?

Interrogez la
communauté

En direct
du forum

Derniers articles

Spécialisée dans l’installation, la réparation et l’entretien des chaudières à gaz

Basée à Montrouge et à Ballainvilliers dans l’Essonne, NRGIGAZ est à votre service pour tous les travaux touchant le système de chauffage au gaz. Avec plus de

0

Lire la suite

Entreprise spécialisée dans la petite maçonnerie à Saint-Michel-Mont-Mercure et aux alentours

JH Maçonnerie fournit diverses prestations dans le domaine de la petite maçonnerie. Les particuliers peuvent également la solliciter pour tous travaux de tonte de gazon, de nettoy

0

Lire la suite

Dernières questions

Le cadre légal de la formation en entreprise

1

Répondre

Ratios financiers normatifs de la start-up, site internet

2

Répondre

Une question ?

Interrogez la
communauté