Filtre : Tous

Icon Utilisateur

Être un chef d'entreprise (www.vendredvd.com).

Bonjour, 

Je suis le gérant de vendredvd, vendredvd.com

Voici quelques conseils pour resté authentique.

Un chef est un chef car il accepte tout ce que les autres n'accepte pas. Un chef doit savoir qu'il ne fait jamais réagit immédiatement ni y répondre.

Un véritable chef ne se vengeant pas. Et doit accepté et resté authentique lors qu'ont lui crique, insulte ou même diffamé.

Vendredvd est un chef depuis 2011 je vu les gens se fait passer par moi sur internet en disant des mensonges je ne jamais répondu ou encore avec respect. Si vous souhaitez donner une longue vie a votre entreprise suivez mes conseil.

Je vous remercie de votre temps a très bientôt 

 

Cordialement

Vendredvd

 

Partager cet article !

Réagir à cet article

Ces articles pourraient vous intéresser

Transmission d’entreprise : comment bien gérer ...

 Un rapport remis le 7 décembre à Bercy faisait le point sur les transmissions des TPE et PME. Et si le financement de ces opérations est généralement bien assuré, des problématiques se posent autour de la préparation des repreneurs. Selon les dernières estimations, plus de 600 000 entreprises pourraient changer de mains dans les dix prochaines années. D’où la nécessité de trouver des moyens d’assurer la pérennité de l’activité après la reprise de l’entreprise.Dans un rapport remis le 7 décembre à Bercy, l’Observatoire du financement des entreprises assure qu’il « n’a pas identifié de difficultés générales quant au financement de ces reprises ». « On voit que, dans le domaine de la transmission, les problèmes d’anticipation par les cédants et la bonne correspondance du vendeur et du repreneur viennent avant le financement » analyse Fabrice Pesin, qui préside cet observatoire. Mieux préparer les repreneurs à la transmission d’entreprise Ce rapport met néanmoins le doigt sur un aspect primordial : l’acquéreur doit être bien préparé, ce qui n’est pas toujours le cas « compte tenu de la diversité des profils des repreneurs et des situations des entreprises avec autant de logiques de financement différentes ». Des points clés de la transaction comme le prix ou la prise de garanties par la banque peuvent ainsi faire échouer l’opération.  L’Observatoire du financement avance donc des pistes pour faciliter ces transmissions. L’une d’entre elles préconise aux repreneurs de s’accompagner de spécialistes, ou encore de s’engager dans des formations à la reprise d’entreprise. Une initiative pour le moment trop rare alors même que ce type de formations est largement répandu. Le rapport insiste également sur le montage du financement, et en particulier sur les efforts qui pourraient être faits par les banques pour accorder un prêt à un repreneur. « Un travail spécifique sur la prise des actifs de la société cible en garantie de la dette d’acquisition - actuellement interdite - pourrait être conduit » avance ainsi le texte.

Qu'est-ce que le coworking ?

Les questions financières et relatives aux ressources sont au centre des préoccupations du dirigeant d'une Startup. En effet, au fur et à mesure de son évolution, la société a tendance à croître plus rapidement que sa trésorerie. Trouver rapidement des locaux souples, flexibles sans être trop engagés et à moindre coût devient donc un enjeu important.Vous vous sentez concerné par cette problématique ?... Pas de panique ! Il y a une solution à tout. Connaissez-vous, par exemple, le co-working ? Non ? Eh bien, c'est un tort : laissez-nous vous expliquer de quoi il retourne… Partager des locauxDe plus en plus d’entreprises tentent de réduire leurs frais généraux en décidant de se passer de bureaux à temps plein. L'idée est simple : profiter d'un espace important qui est à la disposition de plusieurs dizaines - voire centaines pour les plus importants - d'entrepreneurs.Pour répondre à ce phénomène nouveau, de nombreuses entreprises ou plateformes numériques proposent des locations de bureaux pour de courtes durées (à l’heure, la journée, semaine etc…) sur le même modèle qu’Airbnb. Rejoindre un incubateurPartager des locaux, ce n'est pas seulement un enjeu financier. Un des autres bienfaits du coworking est de pouvoir être au sein d'un espace qui se rapproche d'un incubateur, où les énergies et talents de chacun sont catalysés. Vous avez par exemple une idée de startup dans le numérique ? Il est possible / probable que de nombreuses autres personnes se penchent sur le même sujet. Les rencontrer vous permet alors d'accélérer, d'éviter des écueils et de vous développer. Changer de mentalitéRencontrer des entrepreneurs qui sont confrontés aux mêmes problématiques que vous, cela peut aider. En se mettant à l'heure du coworking, vous évoluez également sur une dimension plus souple, flexible. En phase de création, vous ne savez pas du tout (et c'est normal) où vous en serez dans 6, 12 ou 18 mois. Aussi, partir sur un bail 3/6/9 n'est pas toujours la solution adaptée... le coworking est donc un espace flexible qui s'adaptera à vos contraintes. Vous souhaitez rejoindre un espace de coworking ? Rien de plus simple, interrogez la communauté sur wikipme.fr pour trouver à côté de chez vous des entrepreneurs !

Droits d’entrée, redevances : comment bien défi...

Cette fiche est rédigée par Toute la Franchise.   Si le droit d'entrée est facile à cerner dans le cadre d'un budget prévisionnel, les redevances quant à elles fluctuent le plus souvent en fonction du volant d'affaires mais peuvent aussi être forfaitaires.   Face à une création en solo, la franchise a ceci de particulier qu'elle ajoute des frais de réseaux essentiellement regroupés en trois grands postes : le droit d'entrée, les redevances de fonctionnement et les redevances de communication. Le versement de l'ensemble de ces redevances est une obligation pour le franchisé.   Le droit d'entrée Egalement appelé Redevance Initiale Forfaitaire (RIF), le droit d'entrée en franchise est du par le franchisé lors de la signature d'un contrat de franchise. Son montant forfaitaire est très variable selon les concepts (de 0 € pour les réseaux de mandataires immobiliers par exemple à plus de 60 000 € pour les restaurants à thème ou les salles de sport). Contrairement aux royalties, le droit d'entrée n'est réclamé qu'une seule fois à l'entrée dans le réseau. Attaché à la signature du contrat, le droit d'entrée peut aussi être réclamé lors du renouvellement de contrat. Le droit d'entrée couvre globalement la rémunération des investissements du franchiseur (définition du concept, test en unité pilote, etc), les services rendus aux franchisés avant l'ouverture de leurs points de vente (frais de recrutement, formation initiale du franchisé, recherche d'emplacement, etc), ainsi que le droit d'enseigne, et l'exclusivité d'exploitation du concept sur un territoire donné.   Les redevances de fonctionnement Egalement appelés royalties, les redevances de fonctionnement sont réclamées périodiquement (tous les mois, les trimestres, les semestres) aux franchisés pendant toute la durée de leur contrat. Le montant réclamé est défini par contrat. Le plus souvent la somme à verser périodiquement est exprimée sous forme d'un pourcentage du chiffre d'affaires. Ce pourcentage peut être plus ou moins élevé selon les concepts (de 2 % à 10 % voire 15 %). Les redevances de fonctionnement servent à payer le franchiseur pour ses services (l'animation du réseau, l'assistance technique et commerciale, la formation continue, la centrale d'achat, etc) mais aussi l'utilisation des signes distinctifs de l'enseigne (l'usage de la marque, l'exploitation du concept et le transfert du savoir-faire).    Les redevances de communication Egalement appelées redevances publicitaires, les redevances de communication ont un statut à part en franchise. Elles sont appelées pour financer exclusivement des campagnes de communication d'envergure nationale. Les fonds récoltés dans ce cadre ne peuvent être utilisés à d'autres fins. En clair, les redevances de communication ne peuvent être utilisées par le réseau pour autre chose que des actions de communication. Toutes ces redevances sont la contrepartie de l'utilisation du concept et de la marque. En cas de défaut de paiement, le franchiseur est en droit de rompre le contrat. Avant de signer un contrat de franchise, le franchisé doit s'assurer qu'il pourra s'acquitter sereinement du versement de ses frais, en complément des frais d'exploitation (droit au bail, loyer, charges de structure et de personnel).   Comme tout élément inscrit au contrat, le montant des royalties et du droit d'entrée peut être soumis à négociation.    En savoir plus.

Vous avez un nouveau message

Une question ?

Interrogez la
communauté

En direct
du forum

Derniers articles

UN PROFESSIONNEL DE LA TOITURE A VOTRE SERVICE A ROUSSINES (36) !

L’entreprise Chauvain Fréderic est une référence dans le domaine des travaux de toitures. Assurant la pose et la réparation de vos couvertures, elle est sollicit&eacu

0

Lire la suite

Les ETS FERRET, spécialistes des travaux paysagers à Villefontaine

Situés à Villefontaine, les ETS FERRET sont spécialisés dans les travaux d’entretien d’espaces verts et de démoussage de toiture. Nous sommes une entrepr

0

Lire la suite

Dernières questions

Bonjour, j'aimerais bien avoir quelques tips concernant le SEO, je souhaiterai mieux comprendre comment obtenir des bons backlinks, et j'aimerais bien savoir qu'est-ce qu'un bon backlink. Merci !

0

Répondre

Bonjour, je souhaite développer en marketing une stratégie avec des blogueurs et influenceurs pour augmenter la visibilité d'un site mais je ne sais pas bien comment m'y prendre. Que me conseillez-vous ?

2

Répondre

Une question ?

Interrogez la
communauté