Filtre : Tous

Icon Utilisateur

Stage, CDD, changement de poste : quelle articulation avec la période d'essai ?

Cette fiche vous est proposée par Wolters Kluwer.

 

La période d'essai permet à l'employeur d'évaluer les compétences du salarié dans son travail. Peut-elle, dès lors, être prévue alors que le salarié a déjà fait ses preuves, par exemple après un stage, un CDD ou en cas de changement de poste ?

 

  • Qu'en est-il après un CDD ou une mission d'intérim ?

L’employeur ne peut pas prévoir de période d’essai s’il a déjà été en mesure d’apprécier les aptitudes professionnelles du salarié concerné lors de l’exécution d’un même travail pendant une période antérieure [Cass. soc., 7 mars 2000, n° 98-40.198]. Ainsi, lorsqu’à l’issue d’un CDD ou d’une mission d’intérim, la relation contractuelle se poursuit par un CDI, la durée du CDD ou de la mission doit être déduite de la période d’essai éventuellement prévue dans le nouveau contrat, à condition toutefois que le poste sur lequel le salarié est recruté en CDI ne soit pas radicalement différent de celui qu’il occupait auparavant [C. trav., art. L. 1243-11 et L. 1251-38 ; Cass. soc., 17 mars 1993, n° 89-45.508].

Cette règle s’applique même si le CDI ne commence qu’un certain laps de temps après la fin du CDD ou de la mission d’intérim, dès lors qu’il est conclu pour le même emploi et aux mêmes conditions [Cass. soc., 20 févr. 2008, n° 06-44.340 : dans cette affaire, le salarié avait été embauché dix jours après la fin du CDD]. Il joue dans tous les cas où le salarié a effectué des CDD ou missions d’intérim successifs, même s’ils ont été entrecoupés d’une brève période d’interruption [Cass. soc., 9 oct. 2013, n° 12-12.113].

 

  • Et après un stage ou un contrat d'apprentissage ?

> Lorsqu’un salarié est embauché dans l’entreprise dans les trois mois suivant l’issue d’un stage intégré à son cursus pédagogique et réalisé lors de sa dernière année d’études, la durée de celui-ci doit être déduite de sa période d‘essai. En principe, cette déduction ne peut pas avoir pour effet de réduire la durée de l’essai de plus de la moitié, sauf dispositions plus favorables d’un accord collectif. Néanmoins, si l’embauche est réalisée dans un emploi en correspondance avec les activités qui ont été confiées au stagiaire, la durée du stage est déduite intégralement de la période d’essai [C. trav., art. L. 1221-24]. À noter qu’un stage de formation professionnelle, effectué via Pôle emploi, ne s’assimile pas à la période d’essai. Un salarié embauché à l’issue d’un tel stage peut être soumis à une période d’essai [Cass. soc., 27 oct. 2009, n° 08-41.661].

> Si un contrat d’apprentissage est suivi dans la même entreprise par un CDI, aucune période d’essai ne peut être imposée, sauf dispositions conventionnelles contraires [C. trav., art. L. 6222-16].

 

  • Un essai est-il possible en cas de changement de poste ?

> Le salarié peut être amené à changer de poste en raison d’une promotion interne, d’une mobilité professionnelle, voire d’un reclassement. Un tel changement ne peut s’accompagner que d’une période probatoire. Celle-ci se distingue de la période d’essai dans la mesure où l’échec de cette période probatoire n’a aucune incidence sur l’existence du contrat de travail et a seulement pour effet de replacer le salarié dans ses fonctions antérieures [Cass. soc., 30 mars 2005, n° 03-41.797]. Si l’affectation d’un salarié à un nouveau poste emporte modification du contrat de travail, toute période probatoire requiert l’accord exprès du salarié, ce qui suppose un écrit [Cass. soc., 16 mai 2012, n° 10-24.308 ; Cass. soc., 16 mai 2012, n° 10-10.623].

 

REMARQUE

La période probatoire conclue à l’occasion d’une promotion accordée au cours d’une période d’essai met nécessairement fin à l’essai initialement prévu. En cas d’échec de la promotion, le salarié doit donc être replacé dans son poste initial : l’employeur ne peut pas rompre la période d’essai [Cass. soc., 20 oct. 2010, n° 08-42.805].

 

Ainsi, le salarié quitte provisoirement ses fonctions, le temps de la période probatoire, et est susceptible de les retrouver s’il n’est pas satisfait par son nouveau poste ou si l’employeur considère que la période probatoire n’est pas concluante. Si l’employeur ne peut pas réaffecter le salarié dans ses anciennes fonctions (parce que l’ancien poste du salarié n’existe plus et qu’il ne peut être reclassé) ou que le salarié refuse de les reprendre, le contrat pourra être rompu, à condition de respecter les règles du licenciement.

 

ATTENTION

S’agissant d’un salarié protégé, le retour à l’affectation d’origine ne peut pas être imposé. En cas de refus, l’employeur peut décider de le maintenir sur le nouveau poste ou saisir l’inspecteur du travail d’une demande d’autorisation de licenciement [Cass. soc., 30 sept. 2010, n° 08-43.862].

 

> En revanche, lorsque le salarié conclut un nouveau contrat de travail avec une société différente mais appartenant au même groupe que celle avec laquelle il était auparavant lié, l’employeur peut lui imposer une période d’essai, sans que celle-ci ne soit qualifiée de période probatoire et alors même que l’on se trouve dans le cadre d’une mobilité intragroupe [Cass. soc., 20 oct. 2010, n° 08-40.822].

 

EXEMPLE

Dans cette affaire, un employé de casino avait démissionné puis avait été embauché par un autre casino du même groupe qui avait mis fin à sa période d’essai. Le salarié réclamait l’application du droit du licenciement au motif que son second emploi devait être considéré comme une mutation au sein du même groupe, c’est-à-dire comme un changement de poste ne pouvant être assorti que d’une simple période probatoire. En vain : ce changement d’employeur permettait un nouvel essai, les deux sociétés concernées constituant des personnes morales distinctes qui n’étaient pas co-employeurs.

 

En savoir plus sur le renouvellement de la période d'essai - se rendre ici.

Partager cet article !

Réagir à cet article

Ces articles pourraient vous intéresser

Comité d’entreprise pour PME : externalisez vot...

  Lorsqu’une PME atteint 50 salariés, elle doit obligatoirement disposer d’un comité d’entreprise.Mettre en place ce type de dispositif en interne peut être long, fastidieux et très coûteux pour l’entreprise, compte tenu des moyens humains et matériels engagés. Faire appel, pour une PME, à un comité d’entreprise externalisé apparaît alors comme une solution adéquate, simple et rapide à mettre en place. Découvrons pourquoi dans cet article.A quoi sert un comité d’entreprise pour les PMELa représentation du personnelLégalement, à partir de 50 salariés, les PME doivent disposer d’un comité d’entreprise. Présidé par le chef d’entreprise et composé dedélégués syndicaux et de représentants du personnel élus, le CE assure le dialogue social. Il statue notamment sur les conditions de travail (temps de travail, formation professionnelle, règlement intérieur, droit social, subventions, assistance juridique et bilan annuel …).La gestion des activités culturelles et socialesEn termes de gestion des animations culturelles et sociales dans l’entreprise, le CE est également très important, car il propose plusieurs activités et services à destination du salarié et sa famille. L’objectif de ce dispositif est d’améliorer ses conditions de vie et de bien-être (logements, crèches, cantines, activités sportives, bibliothèques, institutions de retraites, centres d’apprentissage, colonies de vacances…)Les avantages d’un comité d’entreprise externalisé pour PMEAvoir un CE de qualité pour PME apporte plusieurs avantages, à la fois pour le salarié et l’entreprise.Simplifier la gestion du comité d’entrepriseLa mise en place d’un CE externalisé permet aux PME (entreprises de moins de 250 salariés), de pouvoir faire profiter à leur personnel de nombreuses offres promotionnelles, et ce, de manière simple et rapide sans contrainte de gestion ni avance de trésorerie.En effet, l’outsourcing de ce service évite aux PME d’avoir à gérer le dispositif de billetterie. La relation client, le contrôle des stocks et des billets est donc pris en charge par un prestataire, évitant ainsi d’embaucher un salarié à temps plein, uniquement pour gérer la plateforme de vente en ligne.Avoir une billetterie de qualité pour les salariésLa mise en place d’une billetterie en ligne à tarif réduit et de qualité pour vos salariés leur permet d’accéder à tout moment aux offres CE, via leur espace personnel. Ils peuvent ainsi, facilement et n’importe quand, effectuer leurs achats.Ce type de dispositif a également bien d’autres avantages :En souscrivant à un CE externalisé proposant une billetterie en ligne, vous pouvez offrir à chacun des salariés un code d’accès privé pour qu’ils puissent avoir leur espace personnel.Les salariés ont également la possibilité de choisir facilement leur mode de livraison en sachant que la plupart des offres sont maintenant dématérialisées.Le paiement est 100% sécurisé, sur tous les types d’achats effectués sur le site.Des conseillers sont à l’écoute de vos salariés, s’ils rencontrent des difficultés sur le site.Ils ont un large choix d’avantages : bons d’achats grandes enseignes, promotions, offre loisirs, vacances, colonies, logements, abonnements presse, coffrets cadeaux…Comité d’entreprise pour PME : externalisez votre CE et offrez du pouvoir d’achat à vos salariésÉconomiser en externalisant votre CEFaites appel à un système type comité d’entreprise à l’écoute de vos contraintes budgétaires, en souscrivant à Réducbox qui fixe le droit d’entrer proportionnellement à votre effectif. En tant que PME, vous aurez l’assurance d’avoir un comité d’entreprise externalisé abordable, par rapport à vos moyens et vos besoins.Ainsi, la gestion en ligne d’une billetterie externalisée permet de faire gagner du temps et de l’argent à votre PME. Que vous soyez 10 ou 250 salariés, faire appel à un comité d’entreprise externalisé, c’est vous simplifier la vie, tout en ayant l’assurance d’un service de qualité et à moindres frais.Je souhaite découvrir les offres REDUCBOX pour PME ! 

Pénibilité : ce qui a changé en 2015

Cette fiche vous est proposée par le Conseil Supérieur de l'Ordre des Experts Comptables.   En 2015, la prévention des risques liés à la pénibilité est modifiée de façon significative par la création du compte personnel de prévention de la pénibilité, la redéfinition des salariés exposés à la pénibilité, mais aussi la modification du contenu du document unique d’évaluation des risques et de la négociation relative à la prévention de la pénibilité.   Avant 2015 Avant 2015, l’employeur était déjà tenu à certaines obligations en matière de prévention des risques liés à la pénibilité : tous les employeurs doivent établir un document unique d’évaluation des risques ; ils doivent aussi depuis le 1er juillet 2012 désigner une personne référente pour s’occuper des activités de protection et de prévention des risques professionnels de l’entreprise ; depuis le 1er janvier 2012, l’employeur a l’obligation d’établir une fiche individuelle de prévention des risques pour chaque salarié exposé à un ou plusieurs facteurs de risques professionnels, listés par les textes ; depuis le 1er janvier 2012, les entreprises d’au moins 50 salariés ou qui appartiennent à un groupe de cette taille doivent être couvertes par un accord collectif ou plan d’action relatif à la prévention de la pénibilité dès lors qu’au moins 50 % de leur effectif est exposé à un ou plusieurs facteurs de pénibilité listés par les textes.   Depuis 2015 Le compte personnel de prévention de la pénibilité, dit aussi « C3P », créé par la loi du 20 janvier 2014 garantissant l'avenir et la justice du système de retraites, devient effectif à compter du 1er janvier 2015 pour les salariés exposés à des facteurs de pénibilité au travail au-delà des seuils définis par les textes. Les salariés concernés vont acquérir des points afin de leur permettre de réduire, voire supprimer, leurs conditions de travail pénibles au moyen de formations, d’une réduction de leur durée du travail ou d’un départ anticipé à la retraite.   Le Gouvernement a estimé le nombre de travailleurs concernés par le compte pénibilité à 18,2 % des actifs, soit à 3,3 millions de salariés. Ce compte est financé par de nouvelles cotisations patronales, l’une applicable à toutes les entreprises, l’autre applicable aux entreprises employant des salariés exposés aux facteurs de pénibilité. Il est prévu par la loi du 20 décembre 2014 relative à la simplification de la vie des entreprises que le gouvernement devra remettre au Parlement, d’ici le 30 juin 2015, un rapport sur le compte pénibilité afin de proposer des pistes d’amélioration et de simplification.   En savoir plus sur le C3P.

Comment booster le pouvoir d'achat "loisirs et...

Cette fiche est rédigée par le groupe Up (anciennement : groupe Chèque Déjeuner).   Le groupe Up commercialise depuis 1964 une gamme de cartes et chèques socioculturels, qui aide les TPE/PME à concrétiser leur projet social en améliorant le quotidien de leurs collaborateurs : pour que bien-être individuel rime avec performance collective.   39 % des Français réduisent leur pratique de loisirs ponctuels (Source: Observatoire des loisirs - PMU /TNS Sofres - avril juin 2013).   Avec Chèque Lire® et Chèque Disque®, enrichissez le temps libre de vos salariés, c'est bon pour leur implication et la réussite de votre entreprise !   Profitez de cette offre en cliquant ici.

Vous avez un nouveau message

Une question ?

Interrogez la
communauté

En direct
du forum

Derniers articles

Entreprise : Caution solidaire et régime matrimonial.

Lors de la souscription d’un crédit, y compris de trésorerie, il est  n’est pas rare que votre (vos) banquiers souhaitent votre caution solidaire en terme de garanties.

0

Lire la suite

Entreprise de maçonnerie générale à Mardeuil

L’entreprise MONTERIO JOSE se spécialise dans tous les travaux de maçonnerie générale, de rénovation immobilière et de ravalement. Ses zones d’int

0

Lire la suite

Dernières questions

Bonjour, je souhaite développer en marketing une stratégie avec des blogueurs et influenceurs pour augmenter la visibilité d'un site mais je ne sais pas bien comment m'y prendre. Que me conseillez-vous ?

2

Répondre

Bonjour, je souhaite développer en marketing une stratégie avec des blogueurs et influenceurs pour augmenter la visibilité d'un site mais je ne sais pas bien comment m'y prendre. Que me conseillez-vous ?

0

Répondre

Une question ?

Interrogez la
communauté