Filtre : Tous

Icon Utilisateur

Rédiger ses statuts

Les statuts, cette convention sur laquelle se fonde toute société, est le point de départ de son existence juridique. Avant que les associés et actionnaires y apposent leur signature en guise de consentement, il va sans dire que rédiger ses statuts réclame le plus grand soin. Que trouve-t-on sur ce document crucial ? Quels sont les points d’attention ? Peut-on rédiger soi-même ses statuts ou faut-il recourir à un professionnel ? Les réponses.

 

Les informations obligatoires dans les statuts

 

Tout d’abord, il faut savoir que les statuts d’une société sont obligatoirement établis par écrits. Pour la forme, il y a le choix entre l’acte sous seing privé et l’acte notarié (indispensable dans le cas ou des immeubles figurent parmi les apports).

Puis, il existe un certain nombre de mentions obligatoires communes à toutes les formes de société qui devront y apparaitre :

  • le nom de la société (dénomination sociale ou raison sociale )
  • la forme juridique ;
  • l’adresse du siège social ;
  • l’objet social (il définit et délimite le domaine d’activité de l’entreprise. Il détermine également le code APE ainsi que le rattachement aux organismes sociaux) ;
  • le montant du capital social ;
  • les apports de chaque associé ou actionnaire ;
  • la durée de vie de la société (99 ans maximum).


Bon à savoir

  • Selon la forme de la société, d’autres mentions complémentaires peuvent être exigées (les conditions de prise de décision, les premiers commissaires aux comptes, la variabilité du capital, etc.)
  • Le nom et l’adresse du notaire devront aussi être mentionnés si les statuts sont sous forme d’acte notarié.

 

Les points d’attention lors de la rédaction des statuts

 

Vérification à l’INPI

Pour le nom de la société, il est primordial de procéder à une recherche d’antériorité auprès de l’INPI (Institut National de la propriété Industrielle) afin de vérifier que celle-ci n’est pas déjà utilisée par une autre entreprise qui œuvrerait dans le même domaine. Le but : éviter tout risque de concurrence déloyale.

 

Les apports en nature

Si un associé compte réaliser des apports en nature, une évaluation du ou des biens sera nécessaire. Dans le cas d’une SAS/SASU, il est obligatoire de faire appel à un commissaire aux apports. Pour une EURL/SARL, l’intervention d’un commissaire aux apports n’est obligatoire que lorsque le total des apports en nature est supérieur à la moitié du capital social ou lorsque l’apport en nature est supérieur à 30 000 €.

À titre de rappel, dans les cas d’apport en nature l’associé doit en informer son conjoint et obtenir son accord.

 

La cession des titres et parts sociales

La transmission des titres financiers diffère également selon le statut juridique que vous aurez choisi. Pour la SAS/SASU, les modalités de cession des actions sont fixées librement. Alors, pour ne pas se retrouver submergé par de nouveaux actionnaires qui n’auront pas été approuvés, il est judicieux d’encadrer soigneusement les cessions. Pour l’EURL/SARL, la cession des parts sociales est soumise à un agrément.


La nomination du gérant ou du président

Dès la constitution de la société, un gérant ou un président doit être désigné. S’il est possible de le mentionner directement dans les statuts (l’on parle notamment de gérant statutaire), il est possible de réaliser la nomination dans un acte postérieur. Il s’agit d’une décision prise en assemblée générale par les associés.

 

 

Les clauses spécifiques dans les statuts d’une entreprise


En plus des clauses standards, d’autres dispositions spécifiques peuvent être inscrites dans les statuts pour organiser au mieux le fonctionnement de la société. Plus il y a d’associés, plus l’insertion de ces clauses spécifiques est conseillée.

Certaines rubriques sont d’ailleurs plus sensibles que d’autres, à savoir :

 

Le fonctionnement des organes de direction

Sa composition, les pouvoirs et leur répartition, la durée des mandats et les modalités de fixation des rémunérations.

 

La gestion des conflits entre associés

Anticiper d’éventuelles divergences pour éviter la paralysie de votre entreprise. Exemple : prévoir une procédure de conciliation.

 

Les décisions collectives

Il s’agit notamment de l’organisation des décisions collectives, des modalités d’information des associés et des conditions permettant de voter une décision.

 

La répartition des bénéfices

Les bénéfices ne sont pas répartis de manière égale entre associés. Néanmoins, chaque associé a droit à sa part et il faut prendre garde à respecter ce qui est convenu en matière de répartition des bénéfices. C’est-à-dire ne prévoir aucun dividende fixe ni répartir l’intégralité des bénéfices à un associé ou à un groupe d’associés.

 

Rédaction de statuts : faut-il faire appel à un professionnel ?


Rien n’oblige les créateurs d’entreprise à recourir au service d’un professionnel pour rédiger les statuts de leur société. Il est tout à fait possible de les rédiger à partir de modèles disponibles sur des sites reconnus ou encore en utilisant un modèle établi par un expert.

Néanmoins, il est recommandé de faire appel à un professionnel tel qu'un expert-comptable afin de bénéficier d’un accompagnement personnalisé. Cela permet d’éviter les oublis, mais surtout de rédiger correctement les clauses les plus délicates. Quant au cout, il varie en fonction de la complexité du projet.

Partager cet article !

Réagir à cet article

Entrepreneur

Icon Utilisateur

07/06/2017

Mathieu George

Mots clés : Statut de l'entreprise

Ces articles pourraient vous intéresser

Création d’entreprise : comment bien démarrer s...

 37% des Français souhaitent se lancer dans l’entrepreneuriat. Pourtant, une entreprise sur deux ne passe pas le cap de la cinquième année. La bonne volonté, aussi importante soit-elle, n’est donc pas suffisante si on veut réussir à faire tourner son entreprise correctement. Voici des pistes qui vous permettront de bien démarrer votre activité.Savoir être multi-tâches Lancer son business nécessite généralement, tout du moins au début, d’être relativement seul. N’ayez donc pas peur de la solitude et surtout, apprenez à être multi-tâches. Qu’il s’agisse de remplir la paperasse, faire les comptes ou gérer la trésorerie, il peut être nécessaire de se former un minimum pour éviter tout faux-pas. S’il est important de savoir gérer les coûts, et donc de faire attention au budget consacré aux prestataires de services, il peut néanmoins être intéressant de faire appel à des aides extérieures de la part de personnes qualifiées et qui apporteront un regard neuf à votre projet. Pour preuve, 80% des entreprises qui passent le cap de la cinquième année ont bénéficié d’un accompagnement. Organiser ses priorités Lorsque l’on crée son entreprise, le temps passe très vite. Il est donc indispensable de lister ses priorités, au risque de tout faire dans le désordre et de courir à la faillite. Par exemple, l’une des premières choses à faire est de mettre en place des actions commerciales, de manière à décrocher très vite ses premiers contrats. Car sans client, pas de rentrée d’argent et donc une entreprise qui ne décolle pas. Ensuite, efforcez-vous de respecter les échéances fiscales. Il est pour cela préférable de se référer à un calendrier fixe pour éviter d’avoir à payer des pénalités de retard. En d’autres termes, soyez organisé ! Voir sur le long terme Le taux de pérennité des entreprises à trois ans est de 66%. Un chiffre encourageant mais qui ne permet pas de penser les difficultés auxquelles doivent faire faire toutes les entreprises, même celles qui durent. L’un des mantras de l’entreteneur est donc : ne pas se décourager. Plus important encore, il est indispensable d’anticiper l’évolution de son entreprise et de ne pas appréhender son activité au jour le jour. L’idéal : être ambitieux tout en restant réaliste quant à la faisabilité du projet en fonction de ses moyens.

Signature électronique : quelles applications p...

Cette fiche est rédigée par le Groupe la Poste.   Quelle valeur juridique ? Depuis mars 2000, la signature numérique d’un document a en France la même valeur légale qu’une signature manuscrite, conformément à la loi n° 2000-230 du 13 mars 2000 et à son décret d’application n° 2001-272 du 30 mars 2001.   Quels documents sont éligibles ? La signature électronique permet de gagner en efficacité et en sérénité pour la plupart de vos documents internes et commerciaux : que ce contrats de travail, règlement intérieur, devis, contrat, bon de commande, facture, compte-rendu d’intervention, souscription à une assurance...Bref, elle s’adapte à la plupart des documents qui font actuellement l’objet d’une signature manuscrite.   Comment cela marche ?   4 étapes sont nécessaires : -Créer un circuit de signature : Connectez-vous sur une plateforme sécurisée Renseignez les signataires Importez vos documents à signer Planifiez vos envois, demandez des pièces justificatives, informez des contacts de l’état de la signature... -Informer les signataires Chaque signataire reçoit un lien par e-mail pour accéder aux documents  Il visualise le document et le signe grâce à un code unique transmis par SMS Une fois le document signé par tous, des tampons attestent de la signature électronique -Sécuriser le document scellage horodatage archivage en France par Docapost, tiers de confiance -Piloter les signatures Suivez l’avancée de vos opérations depuis votre interface   Quels avantages pour les PME ?   La signature électronique permet d’accélérer les échanges et de sécuriser les documents. -Accélérer les échanges éviter les indisponibilités des signataires limiter les flux physiques, risques de perte de document, sources de retards et de changement de position des signataires permettre un accès en mobilité -Sécuriser les documents : Bénéficier d’un archivage en France pendant 10 ans S’appuyer sur Docapost, tiers de confiance  Conserver un original numérique en lieu sûr éviter les modifications à posteriori -Optimiser la gestion : réduire l’archivage sur site et les coûts liés à leur sécurisation réduire les coûts internes : une étude du Gartner Group indique que le flux de signature électronique représente une économie de 29% par rapport au flux de signature physique.   Cliquez ici pour en savoir plus. 

Comment contacter un conseiller, un commercial ...

Cette fiche est rédigée par EDF Entreprises.   EDF Entreprises compte 2 300 collaborateurs, répartis dans huit directions régionales commerciales et une direction nationale Grands Comptes.   EDF Entreprises met à votre disposition une large palette de compétences : les conseillers clientèle traitent les demandes relatives à la facturation et à la gestion quotidienne des contrats ; les interlocuteurs commerciaux et les experts énergétiques proposent des solutions pour optimiser la performance énergétique et environnementale de chaque client selon ses usages et son secteur d’activité.   Pour les clients TPE/PME : la proximité géographique L’engagement de proximité et d’efficacité d’EDF Entreprises auprès de ses clients TPE/PME s’exprime à travers sa décision d’implanter, dans chacune de ses huit régions commerciales, des centres de relation client : un client qui appelle de Marseille par exemple est pris en charge par un conseiller situé dans sa région. Cela permet au client d’avoir un interlocuteur proche géographiquement et qui maîtrise mieux les enjeux liés au contexte local et à son secteur d’activité. EDF Entreprises a donc choisi de localiser les conseillers dans votre région, et a développé une palette de services leur faisant gagner du temps aussi bien pour choisir et gérer leurs contrats d’électricité et de gaz naturel, que pour traiter un imprévu ou pour investir dans des équipements performants, de sorte qu’ils puissent se consacrer pleinement à leur coeur de métier tout en maîtrisant leur budget énergie.   Contacter EDF Entreprises EDF Entreprises vous propose différents moyens pour contacter votre conseiller clientèle et/ou être mis en relation avec un interlocuteur commercial.   Par votre Espace Client :  faites votre demande en ligne, elle sera transmise directement à votre conseiller clientèle qui vous adressera une réponse rapide et personnalisée.   Par téléphone : retrouvez les coordonnées de votre Conseiller Clientèle EDF Entreprises en haut à gauche de votre facture ou rendez-vous directement dans la rubrique Contacts du site EDF Entreprises.   Par courrier : retrouvez les coordonnées postales de votre conseiller clientèle en haut à gauche de votre facture ou ou rendez-vous directement dans la rubrique Contacts du site EDF Entreprises.

Vous avez un nouveau message

Une question ?

Interrogez la
communauté

En direct
du forum

Derniers articles

Spécialisée dans l’installation, la réparation et l’entretien des chaudières à gaz

Basée à Montrouge et à Ballainvilliers dans l’Essonne, NRGIGAZ est à votre service pour tous les travaux touchant le système de chauffage au gaz. Avec plus de

0

Lire la suite

Entreprise spécialisée dans la petite maçonnerie à Saint-Michel-Mont-Mercure et aux alentours

JH Maçonnerie fournit diverses prestations dans le domaine de la petite maçonnerie. Les particuliers peuvent également la solliciter pour tous travaux de tonte de gazon, de nettoy

0

Lire la suite

Dernières questions

Le cadre légal de la formation en entreprise

1

Répondre

Ratios financiers normatifs de la start-up, site internet

2

Répondre

Une question ?

Interrogez la
communauté