Filtre : Tous

Icon Utilisateur

Recruter et manager la génération Y : de quoi parle-t-on ?

Recruter et manager la génération Y : de quoi parle-t-on ?

 

Cette fiche est rédigée par le Mag'RH de Randstad.

 

La génération Y séduit et affole. Depuis leur enfance, ces nouveaux adultes sont confrontés à la crise économique et ils se montrent fascinés par tout ce qui a trait à la technologie. Quelles sont les spécificités de cette génération qui ne se laisse pas enfermer dans des généralités ? Passage en revue de ce qu’il est bon de savoir sur cette jeune génération qui bouscule les codes établis.

 

  • Recrutement de jeunes : comprendre les différences de valeurs

Si les recruteurs et managers s’intéressent tant à la génération Y c’est sans doute qu’il existe une sorte de déphasage entre les attentes des candidats et la façon dont fonctionnent généralement les PME. Un écart qui pourrait s’expliquer par la forte croissance des nouvelles technologies de l’information et de la communication que les GenY maîtrisent, mais aussi par des valeurs différentes. Les enfants-rois de Françoise Dolto ont reçu de l’amour, certes, mais moins de règles que les générations précédentes. Souvent confrontés au divorce de leurs parents, ils ont développé une grande sensibilité, un besoin d’écoute et d’attention. Leur but, ce n’est plus d’avoir une bonne situation professionnelle, leur objectif ultime est d’être heureux.

 

  • A la recherche de l’équilibre

L’un des motifs d’étonnement de la part des recruteurs repose sur la demande des GenY d’un meilleur équilibre entre vie privée et vie professionnelle. Ils l’expriment clairement dès l’entretien d’embauche et interrogent leur vis-à-vis sur les horaires de travail, les RTT,  les vacances, etc. De plus en plus de jeunes souhaitent travailler selon des horaires aménagés et / ou en télétravail. La réussite personnelle devient tout aussi primordiale, voire plus que la réussite professionnelle. Pourtant, la motivation pour le travail existe, mais l’implication ne se mesure plus à l’aune d’un temps de travail où les heures ne seraient pas comptées.

 

  • Un attachement moins profond

Contrairement aux générations précédentes qui pouvaient faire toute leur carrière au sein d’une même entreprise, les jeunes de la génération Y ne sont pas rebutés par les contrats courts. Ils ont intégré le fait qu’ils allaient changer souvent de poste. Ils préfèrent d’ailleurs en général un contrat court pour un projet passionnant plutôt qu’un poste stable mais peu intéressant à long terme. Ils peuvent exprimer un certain détachement vis-à-vis de l’entreprise, sachant que même s’ils ont trouvé un travail, ils peuvent être amenés à le perdre du jour au lendemain.

Selon Benjamin Rowlson, patron de Modulo Digital :

« Pour ces jeunes, perdre son travail et en chercher un autre, c’est banal. Mon challenge personnel, c’est d’aller à l’encontre de cette tendance, trouver des moyens de conserver mes collaborateurs. Le modèle du contremaître qui surveille avec sa baguette ne fonctionne plus. Il faut apprendre à faire confiance, et donc accepter de prendre des risques. ». 

 

Lire l’interview complète de Benjamin Rowlson

Sophie Lion, adjointe RH chez LU Vervins, qui a utilisé la solution Pass Pro deux années de suite explique :

« Dans les grandes villes, les jeunes sont sans doute moins attachés à leur emploi, à leur entreprise et peuvent préférer les contrats courts. Mais dans un bassin d’emploi comme le nôtre, assez pauvre en opportunités, la donne n’est pas la même. Il y a dix ans, les candidats intérimaires restaient même pour des contrats de quelques jours. Aujourd’hui, au sein de notre entreprise, ils cherchent des contrats longs. Si nous ne pouvons leur en proposer, ils sont plus ouverts à l’idée d’aller vers d’autres sociétés. Mais ils aiment la polyvalence et veulent évoluer ».

 

  • Rejet d’une hiérarchie trop pesante

Donner des ordres, imposer des consignes sans explication aurait tendance à rebuter les GenY. Ces jeunes capables de mener un travail avec des écouteurs sur les oreilles et qui revendiquent le droit à l’erreur souhaitent un management de proximité capable d’expliquer et de guider plutôt que de fonctionner par injonctions.

 

  • Appétence pour les nouvelles technologies

C’est l’une des grandes caractéristiques de cette génération née avec un clavier au bout des doigts. Ils savent parfaitement utiliser les nouvelles technologies et chercher la bonne information au bon endroit.

Trois générations en toutes lettres : X, Y et Z.

Après la génération baby-boom et son relationnel très fort vis-à-vis du travail, est apparue la génération Y qui a commencé à se frotter à la crise et au manque d’emploi. En quête d’un travail stimulant, ces jeunes ont tendance à placer leurs exigences avant celles de l’entreprise.

Ceux qui sont nés après les années 2000 constituent la génération Z. Encore plus connectés et informés, leur moteur principal est le plaisir. Ils ne comptent plus sur les réussites scolaires pour réussir professionnellement et se montrent très entrepreneuriaux.

 

A lire sur le même sujet :

Management de la génération Y : les dix clés d’une intégration réussie

Interview : « Les jeunes de la génération Y sont rapides sur tout »

Rencontre avec un patron de PME issu de la génération Y

Regards croisés sur l’intégration de jeunes de la génération Y

Partager cet article !

Réagir à cet article

Ces articles pourraient vous intéresser

Mon entreprise, ou un de mes magasins, est temp...

Cette fiche est rédigée par le Groupe la Poste.   Mon entreprise, ou un de mes magasins, est temporairement fermé(e) (congés, absences, travaux, sinistre…). Comment m’assurer que mon courrier ne soit pas perdu ?   Anticiper les fermetures annuelles, les travaux, les congés de vos collaborateurs ou vos propres déplacements professionnels est une nécessité impérative pour votre activité. 3 solutions sont possibles pour gérer au mieux ces situations :   Faire réexpédier votre courrier Vous pouvez à tout moment activer une réexpédition temporaire vers une autre adresse nationale (en France, incluant les DOM), ou même à l’étranger, et cela à tout moment et pour la durée que vous voulez quel que soit le volume de courrier arrivant durant la période que vous avez défini. Le tarif dépend de la durée durant laquelle s’applique la réexpédition (de 15 jours à 12 mois), et l’adresse à laquelle doit être réexpédié votre courrier (France ou étranger). Attention, certains types d’envois (Chronopost, les publicités sans adresse...) sont exclus de ce service.   Faire garder de votre courrier En alternative à la réexpédition, vous pouvez aussi faire garder votre courrier qui vous sera remis le jour ouvré suivant le terme de la période que vous avez choisi (2 mois maximum).   Alterner garde et réexpédition Dans le cas où vous multipliez les déplacements professionnels pour des durées variables, vous avez la possibilité d’effectuer la combinaison des 2 services pour assurer la meilleure adaptation à vos rythmes professionnels.   En savoir plus en cliquant ici.

Envoyer des recommandés depuis internet, c’est ...

Cette fiche est rédigée par le Groupe la Poste.   Oui, de les envoyer et même de les recevoir par internet !   Deux types d’envois de recommandés par internet sont désormais possibles : La lettre recommandée en ligne reçue par le destinataire sous forme de courrier physique recommandé classique. Seul l’expéditeur effectue sa requête via internet, le destinataire reçoit un courrier recommandé classique (avec ou sans Accusé de Réception, qui lui aussi reviendra sous forme physique classique à l’expéditeur). Vous pouvez ainsi expédier jusqu’à 60 pages (30 feuillets) dans les formats bureautiques les plus courants (.pdf, .doc, .docx, .rtf, .png, .jpeg, etc.). Utile pour vos devis, contrats, relances, etc. La lettre recommandée en ligne, dématérialisée de bout en bout. Pour ce second type d’envoi, il est impératif que le destinataire dispose d’une identité numérique, l’inscription est facile et gratuite sur www.idn.laposte.fr. Ces deux modes d’envoi disposent d’une preuve juridique permettant de garantir l’identité de l’expéditeur, du destinataire, la date et l’heure de dépôt, et même de garantir le contenu du recommandé que vous avez expédié.   Accessibles sans abonnement, ce service vous permet, sans vous déplacer, d’accéder à tout moment à l’envoi de recommandé (le soir ou le weekend par exemple). Les preuves sont conservées sur notre serveur et vous pouvez à tout moment en cas de litige effectuer une requête pour vérification de preuve.   Me renseigner sur l'offre.

L'emploi dans les TPE

Cette fiche vous est proposée par le Conseil Supérieur de l'Ordre des Experts Comptables.   Selon une étude de la DARES, le service statistique du ministère du travail, consacrée à l’emploi dans les TPE, un tiers des TPE ont un seul salarié. Fin décembre 2013, les entreprises de 1 à 9 salariés emploient 3 millions de salariés, soit 20 % des salariés du secteur concurrentiel. Les TPE comptent en moyenne 2,9 salariés mais plus d’un tiers n'en comptent qu’un seul, et près de 50 % des TPE ont au moins un non-salarié (gérant de l’entreprise, membre de la famille), 630 000 non-salariés travaillent ainsi aux cotés des 3 millions de salariés. Le taux de contrat à durée déterminée, en progression depuis 2009, baisse très légèrement en 2013 : 13,7 % des salariés des TPE occupent un emploi en CDD tandis qu’ils sont 7,6 % dans les entreprises de 10 salariés ou plus. Le recours aux CDD est un peu plus élevé dans les TPE de l’industrie que dans la construction et le tertiaire. Près de la moitié des CDD sont des emplois aidés, principalement les contrats d’apprentissage ou de professionnalisation qui représentent 81,6 % des emplois aidés auxquels ont recours les TPE. Alors qu’elle diminuait régulièrement depuis l’année 2000, la part des salariés des TPE en emploi aidé progresse de 6,2 % en 2013 par rapport à 2012, du fait de la montée en charge des emplois d’avenir et des contrats de génération. 7,5 % des salariés des TPE ont un emploi aidé, soit près de 230 000 salariés, 16,5 % des TPE, soit près de 170 000 entreprises, ont des salariés en emploi aidé et 13 % n’ont pas d’autres salariés que celui en emploi aidé. Dans les TPE, la durée hebdomadaire moyenne de travail déclarée des salariés à temps complet est de 36,3 heures, stable par rapport à 2012. Le temps partiel est plus fréquent dans les TPE : 28,5 % des salariés des TPE sont à temps partiel tandis qu’ils sont 16,2 % dans les entreprises de 10 salariés ou plus, et le recours au temps partiel diminue avec la taille de l’entreprise. La durée hebdomadaire moyenne de travail des salariés à temps partiel est stable en 2013, à 18,5 heures, et 69,1 % des salariés des TPE à temps partiel effectuent moins de 24 heures par semaine.   Source : Ministère du Travail, de l’emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social - 12/2014 

Vous avez un nouveau message

Une question ?

Interrogez la
communauté

En direct
du forum

Derniers articles

UN PROFESSIONNEL DE LA TOITURE A VOTRE SERVICE A ROUSSINES (36) !

L’entreprise Chauvain Fréderic est une référence dans le domaine des travaux de toitures. Assurant la pose et la réparation de vos couvertures, elle est sollicit&eacu

0

Lire la suite

Les ETS FERRET, spécialistes des travaux paysagers à Villefontaine

Situés à Villefontaine, les ETS FERRET sont spécialisés dans les travaux d’entretien d’espaces verts et de démoussage de toiture. Nous sommes une entrepr

0

Lire la suite

Dernières questions

Bonjour, j'aimerais bien avoir quelques tips concernant le SEO, je souhaiterai mieux comprendre comment obtenir des bons backlinks, et j'aimerais bien savoir qu'est-ce qu'un bon backlink. Merci !

0

Répondre

Bonjour, je souhaite développer en marketing une stratégie avec des blogueurs et influenceurs pour augmenter la visibilité d'un site mais je ne sais pas bien comment m'y prendre. Que me conseillez-vous ?

2

Répondre

Une question ?

Interrogez la
communauté