Filtre : Tous

Icon Utilisateur

Recrutement de candidats : une étape clé du développement de son réseau

Cette fiche est rédigée par Toute la Franchise.

 

Le recrutement d'un candidat en franchise est un instant clé pour le franchiseur. Bien au-delà de l'aspect financier, le candidat doit démontrer qu'il sera un digne représentant de la marque avec laquelle il choisit de s'associer.

 

Le recrutement de candidats par un franchiseur est stratégique. En effet, sans recrutement, le développement du réseau est compromis. La marque piétine et l'activité globale du réseau en pâtit. Ceci étant, le recrutement réalisé par certains franchiseurs pressés est dangereux. Pourquoi dangereux ? Tout simplement parce qu'un réseau qui grandit trop vite est vulnérable pour deux raisons principales : les franchisés vite recrutés ne vont pas forcément correspondre au profil du franchisé modèle et à grandir trop vite, un franchiseur ne peut garantir le niveau de services attendu par les franchisés.

 

  • Une sélection salutaire

Un bon franchiseur doit impérativement faire une sélection dans les candidatures qu'il reçoit. En effet, toutes les candidatures ne sont à l'évidence pas bonnes à prendre. Certains candidats, néophytes en création d'entreprises se font ainsi des idées fausses sur le métier de patron. Ils ont l'enthousiasme naïf et sans un minimum de préparation, ils auront bien du mal à endosser leur nouvelle casquette. Si ce manque de préparation est dangereux pour l'entreprise franchisée à naître, elle est aussi dangereuse par ricochet pour le réseau. De fait, tout nouveau point de vente créé sous enseigne est en quelque sorte un porte étendard de la marque avec laquelle il s'est associé. Or, si l'entreprise est en difficulté, que son créateur n'est pas à la hauteur des espérances du franchiseur, elle offre une mauvaise image de la marque. Ceci est vrai vis-à-vis de la clientèle locale mais aussi du réseau. Un turn-over trop important dans un réseau renvoie un signe négatif aux futurs candidats. En procédant à une sélection préalable des candidatures, le réseau a de meilleures probabilités de voir réussir ses partenaires franchisés. Des critères exigeants dénotent aussi du sérieux de la démarche du franchiseur pour les futurs candidats.

 

  • Un développement raisonné et raisonnsable

Un réseau qui affiche des ambitions très fortes de recrutement doit en amont prévoir la contingence nécessaire pour rester dans les clous en matière d'accompagnement et de services à ses franchisés. La gestion « familiale » d'un réseau d'une dizaine de franchisés est à mille lieues de la gestion organisée qu'implique une centaine voire un millier de franchisés. Les spécialistes du développement des franchiseurs sont unanimes sur ce point : pour aller loin, le développement d'un réseau doit être raisonné et raisonnable. Le franchiseur doit se laisser le temps d'apprendre son métier de franchiseur ! A aller trop vite, le franchiseur risque de se retrouver débordé sur ses approvisionnements, son déploiement logistique, sa capacité d'innovation, etc. En recrutant raisonnablement, le recrutement et la formation des animateurs réseau pourront plus facilement être anticipés. Les coûts d'intégration des nouveaux franchisés pourront également être lissés.

 

En savoir plus.

Partager cet article !

Réagir à cet article

Ces articles pourraient vous intéresser

Cession d’un fonds de commerce : la publication...

L’obligation de publier la vente d’un fonds de commerce dans un journal d’annonces légales avait été supprimée par la loi Macron. Elle est de nouveau d’actualité. Supprimée en 2015, l’obligation de publication de la cession d’un fonds de commerce dans un journal  habilité à recevoir les annonces judiciaires ou légales est rétablie, et ce depuis le 16 novembre. La raison de ce retour en arrière ? Les recettes que représentent ce type d’annonces pour la presse spécialisée. Ainsi, selon les chiffres de l’Association de la presse pour la transparence économique (APTE), les annonces judiciaires et légales représentent 60% du chiffre d’affaires de la presse judiciaire spécialisée, 26% de celui de la presse rurale et agricole et 18% de celui de la presse hebdomadaire régionale. On comprend mieux le manque à gagner qu’une telle mesure a pu engendrer, et donc la pression mise par la presse spécialisée pour rétablir l’obligation de publication de la vente d’un fonds de commerce. Le délai de 45 jours est maintenu Dans les quinze jours suivant la vente ou l’apport d’un fonds de commerce, l’acquéreur sera donc à nouveau dans l’obligation de faire publier cette transaction dans un journal d’annonces légales. Rappelons que l’acquéreur doit également faire publier la vente ou l’apport au Bulletin officiel des annonces civiles et commerciales (Bodacc), consultable gratuitement par voie électronique. En revanche, ce qui change avec le rétablissement de cette mesure, c’est la date à partir de laquelle commence le délai imparti de 45 jours pour déposer la déclaration administrative de cession. Désormais, ce sera en effet à partir de la date de publication dans un journal d’annonces légales de la cession du fonds de commerce qu’il sera nécessaire d’effectuer les démarches.

Droits d’entrée, redevances : comment bien défi...

Cette fiche est rédigée par Toute la Franchise.   Si le droit d'entrée est facile à cerner dans le cadre d'un budget prévisionnel, les redevances quant à elles fluctuent le plus souvent en fonction du volant d'affaires mais peuvent aussi être forfaitaires.   Face à une création en solo, la franchise a ceci de particulier qu'elle ajoute des frais de réseaux essentiellement regroupés en trois grands postes : le droit d'entrée, les redevances de fonctionnement et les redevances de communication. Le versement de l'ensemble de ces redevances est une obligation pour le franchisé.   Le droit d'entrée Egalement appelé Redevance Initiale Forfaitaire (RIF), le droit d'entrée en franchise est du par le franchisé lors de la signature d'un contrat de franchise. Son montant forfaitaire est très variable selon les concepts (de 0 € pour les réseaux de mandataires immobiliers par exemple à plus de 60 000 € pour les restaurants à thème ou les salles de sport). Contrairement aux royalties, le droit d'entrée n'est réclamé qu'une seule fois à l'entrée dans le réseau. Attaché à la signature du contrat, le droit d'entrée peut aussi être réclamé lors du renouvellement de contrat. Le droit d'entrée couvre globalement la rémunération des investissements du franchiseur (définition du concept, test en unité pilote, etc), les services rendus aux franchisés avant l'ouverture de leurs points de vente (frais de recrutement, formation initiale du franchisé, recherche d'emplacement, etc), ainsi que le droit d'enseigne, et l'exclusivité d'exploitation du concept sur un territoire donné.   Les redevances de fonctionnement Egalement appelés royalties, les redevances de fonctionnement sont réclamées périodiquement (tous les mois, les trimestres, les semestres) aux franchisés pendant toute la durée de leur contrat. Le montant réclamé est défini par contrat. Le plus souvent la somme à verser périodiquement est exprimée sous forme d'un pourcentage du chiffre d'affaires. Ce pourcentage peut être plus ou moins élevé selon les concepts (de 2 % à 10 % voire 15 %). Les redevances de fonctionnement servent à payer le franchiseur pour ses services (l'animation du réseau, l'assistance technique et commerciale, la formation continue, la centrale d'achat, etc) mais aussi l'utilisation des signes distinctifs de l'enseigne (l'usage de la marque, l'exploitation du concept et le transfert du savoir-faire).    Les redevances de communication Egalement appelées redevances publicitaires, les redevances de communication ont un statut à part en franchise. Elles sont appelées pour financer exclusivement des campagnes de communication d'envergure nationale. Les fonds récoltés dans ce cadre ne peuvent être utilisés à d'autres fins. En clair, les redevances de communication ne peuvent être utilisées par le réseau pour autre chose que des actions de communication. Toutes ces redevances sont la contrepartie de l'utilisation du concept et de la marque. En cas de défaut de paiement, le franchiseur est en droit de rompre le contrat. Avant de signer un contrat de franchise, le franchisé doit s'assurer qu'il pourra s'acquitter sereinement du versement de ses frais, en complément des frais d'exploitation (droit au bail, loyer, charges de structure et de personnel).   Comme tout élément inscrit au contrat, le montant des royalties et du droit d'entrée peut être soumis à négociation.    En savoir plus.

Qu'est-ce que la concession ?

Cette fiche est rédigée par Toute la franchise.   La concession est un modèle de développement en réseau utilisé essentiellement dans le cadre de la distribution de produits techniques. Le concédant est souvent un fabricant qui confie localement à son concessionnaire le soin de distribuer ses produits en exclusivité. Souvent utilisé dans le secteur de l'automobile et du bâtiment (piscine, cheminée, véranda, pompe à chaleur, fenêtre et porte, etc), la concession s'inscrit dans le cadre d'un réseau de distribution créé par un fabricant pour vendre ses produits et en assurer la maintenance. La signature d'un contrat de concession permet de déterminer les relations commerciales entre le fabricant (le concédant) et son revendeur (le concessionnaire). Le concédant doit garantir une assistance matérielle technique et commerciale au concessionnaire. Le concessionnaire peut utiliser la marque du fabricant.   Un réseau de distribution Le contrat de concession a été défini dans la circulaire Fontanet du 31 mars 1960 comme étant « une convention liant le fournisseur à un nombre limité de commerçants auxquels il réserve la vente d’un produit sous condition qu’ils satisfassent à certaines obligations ». Le plus souvent, le contrat de concession est utilisé pour commercialiser des produits de marque nécessitant un suivi technique. Le concédant n'est donc pas seulement un vendeur, il doit être capable de mobiliser des compétences professionnelles spécifiques pour livrer, installer, entretenir et réparer le produit vendu. Généralement, le contrat de concession implique une clause d'exclusivité de fourniture et d'exclusivité d'approvisionnement. L'exclusivité de fourniture implique que le concédant ne peut fournir un autre revendeur que le concessionnaire dans la zone d'exclusivité territoriale de son concessionnaire. L'exclusivité d'approvisionnement implique quant à elle, que le concessionnaire ne peut pas distribuer des produits de même nature que ceux fournis par son concédant. Le concessionnaire peut toutefois sans déroger à ses engagements, commercialiser des produits complémentaires à ceux lister dans son contrat dès lors qu'ils ne viennent pas en concurrence directe avec les produits commercialisés dans le cadre de son contrat de concession. Quand le concédant met à la disposition de son concessionnaire ses signes distinctifs (marque, savoir-faire, formations, etc), la signature du contrat doit être précédée de la remise d'un document d'information précontractuelle (DIP).    Bon à savoir : Le contrat de concession peut être signé pour une durée indéterminée ou déterminée. Dans le cas d'un contrat indéterminé, les deux co-contractants peuvent mettre un terme au contrat selon un délai de préavis fixé dans le contrat. Dans le cas d'un contrat à durée déterminée (minimum 5 ans pour les concessions auto et maximum 10 ans), les co-contractants ne peuvent mettre fin au contrat en cours sauf modification de la personne morale du concessionnaire. Lors du renouvellement, le concessionnaire ne peut se prévaloir d'une reconduction tacite. Il peut toutefois réclamer des dommages et intérêts s'il considère le non renouvellement abusif.      En savoir plus.

Vous avez un nouveau message

Une question ?

Interrogez la
communauté

En direct
du forum

Derniers articles

Spécialisée dans l’installation, la réparation et l’entretien des chaudières à gaz

Basée à Montrouge et à Ballainvilliers dans l’Essonne, NRGIGAZ est à votre service pour tous les travaux touchant le système de chauffage au gaz. Avec plus de

0

Lire la suite

Entreprise spécialisée dans la petite maçonnerie à Saint-Michel-Mont-Mercure et aux alentours

JH Maçonnerie fournit diverses prestations dans le domaine de la petite maçonnerie. Les particuliers peuvent également la solliciter pour tous travaux de tonte de gazon, de nettoy

0

Lire la suite

Dernières questions

Le cadre légal de la formation en entreprise

1

Répondre

Ratios financiers normatifs de la start-up, site internet

2

Répondre

Une question ?

Interrogez la
communauté