Filtre : Tous

Icon Utilisateur

Qu’est-ce qu’un groupement momentané d’entreprises ?

Cette fiche a été rédigée par Small Business France.

 

Un groupement momentané d’entreprises (GME) est un accord privé entre entreprises qui leur permet de s’organiser pour réaliser un marché auquel elles n’auraient pu soumissionner si elles avaient été seules. Les entreprises sont dites alors cotraitantes, c’est-à-dire qu’elles accèdent toutes en direct au marché et non en tant que sous-traitantes.

 

Le GME n’existe que pour la durée de l'exécution du marché. Il n’a pas de personnalité morale.

 

Pourquoi répondre en GME ?

  • La réponse en GME donne plus de poids à une candidature et permet aux entreprises de gagner à plusieurs des marchés publics inaccessibles de manière autonome.
  • Elle renforce la capacité fonctionnelle de chacune des entreprises du GME à exécuter le marché.
  • La mutualisation des savoir-faire, des références, des moyens humains, des moyens techniques, sont des atouts.
  • De plus, cette démarche est généralement bien accueillie par les donneurs d’ordres publics.

 

En savoir plus sur les étapes de la remise d'une offre dématérialisée.

Partager cet article !

Réagir à cet article

Ces articles pourraient vous intéresser

Comment utiliser l’avis d’appel public à la con...

Cette fiche a été rédigée par Small Business France. L’avis d’appel public à la concurrence (AAPC) récapitule les principales informations relatives au marché. À la lecture de l’AAPC, il est essentiel d’identifier en quelques minutes l’intérêt de se porter ou non candidat pour son entreprise. Les éléments clés sur lesquels porter attention sont notamment :objet du marché ;date de remise des offres ;montant du marché ;zone géographique ou lieu d’exécution du marché ;procédure choisie par l’acheteur public ;moyens d’accès au DCE. En savoir plus sur le Dossier de Consultation des Entreprises (DCE).

Une entreprise peut-elle dialoguer avec les ach...

Cette fiche a été rédigée par Small Business France. Le Médiateur nationale des marchés publics émet cette recommandation dans son guide pratique « Chefs d’entreprise, osez la commande publique », publié en 2013 : « En dehors de la phase de passation (période qui s’étend de l’avis de publicité à l’attribution du marché, où les échanges sont limités et très encadrés), le dialogue doit être ouvert entre le pouvoir adjudicateur et les entreprises. Il est donc important d’aller à la rencontre des acheteurs publics pour faire connaître l’entreprise et ses produits ! » Pourquoi rencontrer les acteurs de la commande publique ?En fonction des ambitions de son entreprise sur ce type de marché, diverses démarches peuvent être engagées pour aller à la rencontre des acteurs de la commande publique afin de :faire connaître son entreprise. ;appréhender leurs besoins à venir ;être alerté lors des appels d’offre publics, notamment pour les marchés simples ou à procédure adaptée.Il est également dans l’intérêt des organismes publics d’améliorer leur connaissance de leur écosystème de fournisseurs potentiels et de ses évolutions. C’est pourquoi ils prennent souvent l’initiative d’organiser ces rencontres. ATTENTION : il est essentiel de se faire connaître auprès des donneurs d’ordres publics notamment pour être consulté lors de procédures simples : ce n’est pas du démarchage ! En savoir plus sur l'Avis d'Appel Public à la Concurrence.

Bien protéger sa marque pour développer son rés...

Cette fiche est rédigée par Toute la Franchise.   La marque est un élément essentiel du contrat de franchise. Elle fait partie intégrante des signes distinctifs qui sont au cœur même du franchisage. D'où l'importance pour le franchiseur de bien protéger sa marque pour développer son réseau de franchise.   Tout contrat de franchise implique la mise à disposition par le franchiseur de signes distinctifs. Ces signes distinctifs sont la marque, l'enseigne et le savoir-faire. Or pour conférer l'usage de sa marque à ses franchisés, le franchiseur doit bien évidemment en détenir tous les droits qu'il s'agisse du nom, mais aussi des logos, et autres dessins. En d'autres termes, la marque est un élément essentiel à la validité du contrat de franchise. Sa propriété doit être avérée. Et pour être propriétaire d'une marque, celle-ci doit être enregistrée auprès de l'INPI (Institut National de la Propriété Intellectuelle) pour la France.   L'INPI, un passage obligé mais pas suffisant Le dépôt à l'INPI marque l'antériorité en cas de litige. Le dépôt se fait sur des catégories précises que le franchiseur doit définir en amont en fonction de son activité actuelle, mais aussi de ses éventuelles activités futures qui pourraient être ajoutées dans le cadre du développement du réseau. La marque pour être acceptée à l'INPI doit être distinctive, c'est-à-dire qu'elle doit être facilement identifiable par le consommateur sans risque de tromperie. La marque ne doit également pas être générique, usuelle ou descriptive. Et bien évidemment, la marque doit être disponible, c'est-à-dire qu'elle ne doit pas être déjà utilisée pour des produits ou services similaires. C'est sur ce point que trop souvent les franchiseurs risquent gros. En effet, comme déjà dit précédemment, le dépôt à l'INPI marque l'antériorité en cas de litige, il ne préjuge en rien de la disponibilité de la marque ! Clairement, l’INPI ne vérifie pas que la marque ne porte pas atteinte à des droits antérieurs au moment de son dépôt. Il est donc impératif pour le franchiseur d’effectuer des recherches d’antériorité en amont pour protéger pleinement et entièrement sa marque. Ceci vaut pour la protection en France, mais aussi à l'international, dès lors que le réseau envisage à moyen terme de dépasser ses frontières nationales.   Des risques majeurs en cas de manquement En cas de manquement à la protection et à la propriété de la marque, le contrat de franchise devient caduc puisque la marque est un élément constitutif du contrat de franchise. Le fait que le contrat soit caduc a de lourdes conséquences sur le réseau dans son entier et non pas seulement sur le franchiseur. En effet, chaque franchisé, partenaire ou licencié étant lié à la même marque, son utilisation devient impossible pour l'ensemble des points de vente. Sachant qu'il est de la responsabilité du franchiseur de veiller à la protection de ses signes distinctifs, les partenaires sous contrat peuvent parfaitement réclamer des dommages et intérêts conséquents.   Bon à savoir : Le franchiseur qui dépose une marque en France dispose de 6 mois pour l’étendre sur d’autres territoires faisant partie d’une convention. Le dépôt à l'international se fait également en fonction de catégories comme en France.   En savoir plus.

Vous avez un nouveau message

Une question ?

Interrogez la
communauté

En direct
du forum

Derniers articles

UN PROFESSIONNEL DE LA TOITURE A VOTRE SERVICE A ROUSSINES (36) !

L’entreprise Chauvain Fréderic est une référence dans le domaine des travaux de toitures. Assurant la pose et la réparation de vos couvertures, elle est sollicit&eacu

0

Lire la suite

Les ETS FERRET, spécialistes des travaux paysagers à Villefontaine

Situés à Villefontaine, les ETS FERRET sont spécialisés dans les travaux d’entretien d’espaces verts et de démoussage de toiture. Nous sommes une entrepr

0

Lire la suite

Dernières questions

Bonjour, j'aimerais bien avoir quelques tips concernant le SEO, je souhaiterai mieux comprendre comment obtenir des bons backlinks, et j'aimerais bien savoir qu'est-ce qu'un bon backlink. Merci !

0

Répondre

Bonjour, je souhaite développer en marketing une stratégie avec des blogueurs et influenceurs pour augmenter la visibilité d'un site mais je ne sais pas bien comment m'y prendre. Que me conseillez-vous ?

2

Répondre

Une question ?

Interrogez la
communauté