Filtre : Tous

Icon Utilisateur

Quelles sont les obligations liées à l'embauche ?

Cette fiche vous est proposée par le Conseil Supérieur de l’Ordre des Experts Comptables.

 

L’embauche d’un salarié déclenche un certain nombre d’obligations à la charge de l’employeur et il faut mettre en place des procédures pour vérifier qu’elles sont respectées, faute de quoi l’employeur s’expose à certaines sanctions. Les formalités sont renforcées quand il s’agit d’un salarié étranger.

1.       Embauche : formalités obligatoires

L’embauche d’un salarié déclenche un certain nombre d’obligations à la charge de l’employeur.

 

Déclaration d’embauche

Obligation pour tous les employeurs de faire une déclaration avant toute embauche (sauf cas spécifiques : TESE, CESU) auprès de l’Urssaf (ou MSA) dont dépend l’établissement (art. L 1221-10 C. tr.)

A effectuer au plus tôt dans les 8 jours précédant l’embauche et au plus tard le dernier jour ouvrable précédant l’embauche lorsque la déclaration est faite par courrier ou dans les instants précédant l’embauche si elle est faite par Internet ou télécopie

Contenu de la déclaration :

-     Références de l’employeur et du salarié

-     Date et heure de l’embauche

-     Nature, durée du contrat et durée de la période d’essai

-     Données nécessaires au calcul par les caisses de mutualité sociale agricole des cotisations (pour l’emploi de salariés agricoles)

La déclaration sert à :

–     Immatriculer l’employeur et le salarié

–     Affilier à l’assurance chômage

–     Adhérer à un service médical du travail et demander la visite médicale d’embauche

Inscription sur le registre du personnel

Inscription du salarié sur le registre unique du personnel en mentionnant :

Nom du salarié, prénom, nationalité, date de naissance, sexe, emploi et qualification, date d’entrée et de sortie, date d’autorisation d’embauche ou de licenciement le cas échéant, etc.

(art. L 1221-13 C. tr.)

Inscription à la caisse de retraite complémentaire et de prévoyance

Affiliation du salarié auprès de la caisse de retraite compétente et organismes de prévoyance et de mutuelle le cas échéant

Visite médicale d’embauche

Obligation de passer une visite médicale d’embauche avant l’embauche ou au plus tard avant la fin de la période d’essai, quelle que soit la nature du contrat de travail (avec quelques exceptions)

(art. R 4624-10, 12, 14, 18 C. tr.)

Visite avant l’embauche pour les salariés soumis à une surveillance médicale renforcée (jeunes, femmes enceintes ; salariés exposés à l’amiante…)

Remise d’un contrat de travail

CDI à temps plein : pas d’écrit obligatoire sauf disposition conventionnelle contraire

CDD : contrat écrit obligatoire

Contrat à temps partiel : contrat écrit obligatoire

Information du salarié

Remise d’une notice d’information sur les accords collectifs (convention collective…) applicables

(art. L 2262-5 C. tr.)

Remise d’un document récapitulant les informations contenues dans la déclaration préalable d’embauche

Remise d’un livret sur les dispositifs d’épargne salariale existant dans l’entreprise (art. L. 3341-6 C. tr.)

S’il existe une prévoyance dans l’entreprise, remise d’une notice d’information, établie par l’organisme assureur

En cas de mise en place d'une couverture sociale complémentaire par décision unilatérale du chef d'entreprise, remise d’un écrit à chaque intéressé (art. L 911-1 CSS)

Déclaration mensuelle des mouvements de personnel

Entreprises d’au moins 50 salariés : remise à la DARES dans les 8 premiers jours de chaque mois la déclaration des mouvements du personnel

(art. D 1221-29 C. tr.)

 

 

Points de vigilance : en l’absence de déclaration d’embauche, l’employeur encourt une infraction de travail dissimulé, lourdement sanctionnée.

Un stagiaire n’étant pas un salarié (absence de contrat de travail), ces formalités n’ont pas à être effectuées. Cependant, l’entreprise qui accueille des stagiaires doit inscrire les noms et prénoms des stagiaires, selon leur ordre d'arrivée, dans une section spécifique du registre unique du personnel (art. L 1221-13 C. tr.).

 

2.       Embauche d’un salarié étranger hors UE et EEE : formalités supplémentaires

L’employeur qui embauche un salarié étranger sans respecter les nombreuses formalités s’expose à de lourdes sanctions, notamment pénales. L’embauche de salariés étrangers est régie par les articles L 5221-5 et 8 du code du travail :

  • Obligation pour l’employeur d’acquitter à l’office français de l’immigration et de l’intégration (OFII) des taxes et redevances ;
  • Obligation pour le salarié étranger d’avoir une carte de résident ou une carte de séjour avec une autorisation de travail (permanente ou provisoire) ;
  • Obligation pour l’employeur de s’assurer auprès de l’administration (lettre RAR ou courrier électronique) de la validité du titre autorisant l’étranger à exercer une activité salariée en France, sauf s’il est inscrit sur la liste des demandeurs d’emploi tenue par Pôle emploi ;
  • Visite médicale obligatoire auprès de l’OFII pour certains travailleurs étrangers ;
  • Registre du personnel : mention du type et numéro d’ordre du titre autorisant à travailler, la photocopie de ce titre doit être annexée au registre ;
  • Le cas échéant, l'employeur doit transmettre à la préfecture la déclaration relative à l'hébergement collectif (Loi 27 juin 1973).

Points de vigilance : la procédure de vérification du titre de séjour auprès de l’administration se fait au moins deux jours ouvrables avant l’embauche. En l’absence de réponse dans les deux jours ouvrables de la réception de la demande, le titre est réputé valide. L’employeur qui emploie un travailleur étranger en situation irrégulière est passible de sanctions de différentes natures : sanctions pécuniaires, administratives mais également pénales.

 

En savoir plus ? Rendez-vous sur http://www.experts-comptables.fr/

Partager cet article !

Réagir à cet article

Ces articles pourraient vous intéresser

Gouvernance d'Entreprise où en êtes vous ?

Gouvernance d'Entreprise : et vous où en êtes-vous ? "Gouverner" son Entreprise, c'est anticiper, prévoir, organiser et gérer une entreprise dans son intérêt pour assurer sa croissance profitable et sa pérennité. C'est aussi permettre aux différentes parties prenantes (Entrepreneur, Directeurs et Managers, Investisseurs et famille, Actionnaires extérieurs, ...) de voir leurs intérêts préservés et leurs voies entendues. Facteur essentiel du développement de toute Société, une bonne Gouvernance est une aide précieuse à l'équipe dirigeante pour élaborer l'intérêt social, comme de garantir les performances vis à vis des actionnaires. La Gouvernance d'Entreprise, c'est un ensemble de règles de bon fonctionnement, de principes, ... c'est également une organisation précise et rigoureuse d'Assemblées et de Comités,... et c'est enfin une attitude, une éthique, une forme de communication. Et vous, où en êtes vous ?  Etes vous satisfait de la Gouvernance de votre Entreprise ? l'avez-vous évaluée ? pensez-vous nécessaire d'y apporter des améliorations ? Faites donc ce petit test (en 2mn) et revenez vers moi si vous avez des questions. https://fr.surveymonkey.com/r/RLMRK8Q

Comment accéder efficacement aux marchés public...

Cette fiche a été rédigée par Small Business France. Il existe plusieurs règles d'or à respecter lorsqu'il s'agit de l'accès aux marchés publics. Voici les principales : •       Se former : acculturer l’ensemble des collaborateurs dédiés aux fondamentaux du code des marchés publics, aux bonnes pratiques, aux pièges à éviter… est essentielle pour se donner les meilleures chances de succès.•        Définir une stratégie d’accès à la commande publique : Quelles sont mes ambitions ? Quelles sont mes cibles, Quels moyens suis-je prêt à investir ? Quelles sont les ressources humaines que je peux dédier à ces marchés ?•        Mettre en place une veille économique afin d’anticiper les besoins de ses cibles et détecter les appels d’offres pertinents parmi les 500 000 AAPC (avis d’appel public à la concurrence) publiés chaque année.•        Faire connaître ses produits et solutions aux acteurs publics : Lorsqu’un avis d’appel d’offre public est publié, le dialogue avec l’acheteur public est codifié. Mais en amont de cette phase, il est indispensable pour les entreprises d’élaborer une véritable stratégie pour valoriser leur offre auprès des administrations publiques.•       Organiser avec rigueur sa réponse à un appel d’offre, que ce soit pour élaborer le dossier de candidature ou le mémoire technique. En savoir plus sur les conditions pour répondre à un Appel d'Offres.

Qu'est-ce que la location gérance ?

Cette fiche est rédigée par Toute la Franchise.   Egalement appelée gérance libre, la location gérance est une formule intéressante pour les entrepreneurs qui souhaitent se lancer dans une activité déjà opérationnelle à moindre coût. La location gérance est une formule contractuelle d'exploitation d'un fonds de commerce existant. Dans la pratique, le propriétaire dudit fonds de commerce concède à une personne tierce (le locataire-gérant), le droit d'exploiter librement et à ses risques et périls le fonds. En échange de ce droit d'exploiter, le locataire-gérant verse au propriétaire une redevance.   Une solution à coût réduit Le principal intérêt d'une location gérance pour un créateur d'entreprise est de pouvoir débuter son activité à moindre coût. En effet, avec cette formule, le locataire-gérant n'a pas à investir dans l'achat d'un fonds de commerce. Il bénéficie ainsi pour un coût simple de redevance d'une clientèle, d'un droit au bail, et pour certaines activités d'une licence (restauration). La location-gérance peut ainsi être considérée comme un tremplin soit vers l'achat dudit fonds de commerce, soit vers la création d'une activité similaire ailleurs. Dans le premier cas, la viabilité de l'entreprise peut être testée et approuvée avant l'achat. Dans le second cas, c'est la vocation du locataire-gérant futur créateur qui est testée ! Côté propriétaire du fonds, le principal intérêt de la location-gérance est de conserver le fonds « opérationnel » sans avoir à s'en soucier, et dans le même temps, de s'assurer un revenu minimum grâce à la perception des redevances.   La location-gérance en pratique Pour qu'un fonds soit donné en location-gérance, le propriétaire doit l'avoir exploité pendant 2 ans au moins (sauf exceptions). Le fonds loué doit être directement exploitable en « jouissance paisible ». Il doit notamment répondre aux normes d'hygiène et de sécurité. Lorsque le propriétaire du fonds n'est pas propriétaire des murs, il doit recueillir l'autorisation expresse du propriétaire des locaux. Du côté du locataire-gérant, celui-ci doit avoir la capacité d'exercer le commerce (immatriculation au registre du commerce et des sociétés ou au répertoire des métiers). Le locataire-gérant doit également s'engager à exploiter le fonds tel quel, sans changer d'activité et le gérer de telle sorte qu'il ne perde pas de valeur. Le contrat signé peut être à durée déterminée ou indéterminée. Quand la durée est déterminée, la résiliation s'envisage obligatoirement avec l'accord commun des deux parties. Quand la durée est indéterminée, la résiliation peut se faire unilatéralement sur congé donné par l'une des 2 parties. La redevance réclamée est de montant libre et révisable. Selon les contrats, le montant réclamé mensuellement ou trimestriellement peut être fixe ou proportionnel au chiffres d'affaires/bénéfice. Les redevances sont soumises à TVA. Elles sont imposables côté bailleur au titre des bénéfices industriels et commerciaux (BIC). Côté locataire-gérant, les redevances sont des charges déductibles du bénéfice imposable. Les contrats de travail attachés au fonds le suivent. Le contrat liant les deux parties doit faire l'objet d'une publication obligatoire sous forme d'avis dans un journal d'annonces légales.   Bon à savoir : En fin de contrat le locataire ne peut prétendre à aucune indemnité même s'il a fait prospérer le fonds.   En savoir plus.

Vous avez un nouveau message

Une question ?

Interrogez la
communauté

En direct
du forum

Derniers articles

30% à 40% d’économie sur vos annonces légales grâce à Publication Annonce Légale

Nos modèles d’annonces légales ont été étudiées afin de les rendre plus simples et afin d’optimiser l’annonce et ce en utilisant les abr&eac

0

Lire la suite

Colonie de vacances

Un soutien scolaire efficace Dans ces séjours centrés sur la colonie de vacances, tout est fait pour permettre aux jeunes de rattraper leur éventuel retard et d'acqué

0

Lire la suite

Dernières questions

Le cadre légal de la formation en entreprise

1

Répondre

Ratios financiers normatifs de la start-up, site internet

2

Répondre

Une question ?

Interrogez la
communauté