Filtre : Tous

Icon Utilisateur

Quel statut juridique pour créer son entreprise en franchise ?

Cette fiche est rédigée par Toute la Franchise.

 

Vous souhaitez vous lancer dans la création d'un point de vente en franchise ? Avant toutes autres choses, vous allez devoir choisir un statut juridique pour votre entreprise. Pas simple !

 

SARL, EURL, EIRL, SAS, SASU, SA, ou encore entreprise individuelle classique, auto-entrepreneur et VDI, en franchise, le candidat n'a que l'embarras du choix ! Et justement à l'heure du choix, reste l'embarras... Car en effet, pour bien choisir le statut adéquat, le créateur doit répondre à de nombreuses questions préalables. Quelles sont ces questions ? Elles sont essentiellement d'ordre fiscal et social, mais aussi financier et familial ! 

 

  • Un choix dicté par le projet

Le statut juridique idéal dépend en premier lieu de l'ampleur de votre projet. En effet, selon que l'activité à créer nécessite une grosse mise de fonds ou non, vous opterez soit pour une forme sociétaire plus sérieuse et protectrice mais plus contraignante ou pour une forme individuelle, plus légère et moins contraignante. En clair, plus l'investissement est conséquent, et plus la structure à créer est lourde. Pourquoi ? Tout simplement parce que le budget d'installation peut nécessiter l'intervention de tiers financeurs (associés, famille, amis) ce qui implique une forme sociétaire. De plus, dès lors que le projet est lourd financièrement, il doit démontrer de son sérieux à l'heure du recours à un emprunt bancaire. Et une banque aura plus confiance a priori en une forme sociétaire que dans une forme individuelle.

 

  • Un choix dicté par le risque

La création d'une entreprise est risquée par nature. Ce risque peut être limité en fonction du choix du statut juridique. En effet, une forme sociétaire de type SARL, EURL, EIRL, SAS ou SA limite les risques financiers à la hauteur des apports. Bien évidemment, ceci est la théorie, car bien souvent, le créateur doit se porter caution sur ses deniers personnels pour satisfaire aux besoins de garanties réclamés par les banques. Dans le cas d'une entreprise individuelle, les risques sont généralement plus étendus, sauf lorsqu'une démarche spécifique (séparation des biens personnels et biens professionnels) est réalisée. Il n'empêche qu'en cas de faillite, les créanciers pourront souvent se servir sur le patrimoine personnel du créateur jusqu'à l'extinction des dettes.

 

  • Un choix dicté par la situation familiale

Au même titre que le risque, la situation familiale peut influer sur le choix d'un statut juridique. En effet, selon le statut choisi, la nature des revenus pourra fortement évoluée (salaires, dividendes, revenus BNC, revenus BIC). Si le couple paie déjà beaucoup d'impôt, une évaluation fiscale des rentrées supplémentaires générés par l'activité devra être réalisée. De même, d'un point de vue social, la nature des revenus peut influer sur les droits acquis à la retraite notamment, mais aussi la couverture sociale du couple et de leurs enfants. Lorsque les deux membres du couple sont impliqués dans l'entreprise (cas du conjoint collaborateur), le choix du statut doit être minutieusement opéré pour s'éviter des conséquences financières fâcheuses pendant la durée de l'activité et après.

 

En savoir plus.

Partager cet article !

Réagir à cet article

Ces articles pourraient vous intéresser

Compte Personnel de Formation et rupture du con...

Cette fiche vous est proposée par le Conseil Supérieur de l'Ordre des Experts Comptables.   Jusqu’à présent, le certificat de travail remis au salarié lors de la rupture du contrat de travail devait mentionner le solde du nombre d'heures acquises au titre du DIF, la somme correspondant à ce solde et l'OPCA compétent.   A compter du 1er janvier 2015, ces obligations disparaissent du fait de l’abrogation de la réglementation sur le DIF. Le code du travail ne prévoyant pas de disposition similaire pour le Compte Personnel de Formation, aucune mention spécifique concernant le compte ne devra être portée sur le certificat de travail. Les droits figurant sur le compte restent acquis à son titulaire en cas de changement de situation professionnelle ou de perte d'emploi.   En savoir plus sur les sanctions en cas de défaut de formation. En savoir plus sur la rupture du contrat de travail.

Généralisation de la complémentaire santé : ce ...

Cette fiche est rédigée par Humanis.   La mise en place d’une couverture santé pour l’ensemble des salariés doit être appliquée par toutes les entreprises du secteur privé au 1er janvier 2016 au plus tard. Quels sont les principes clés à connaître lorsqu’on est entrepreneur ? Découvrez ce qu’il faut savoir sur la généralisation de la complémentaire santé.   La complémentaire santé obligatoire, c'est quoi ? Une complémentaire santé souscrite auprès d’un organisme spécialisé  – mutuelle, institution de prévoyance, société d’assurance – prend en charge tout ou partie de vos frais de santé. L’Accord National Interprofessionnel (ANI) du 11 janvier 2013 et la Loi de Sécurisation de l’emploi ont rendu obligatoires les complémentaires santé collectives, pour l’ensemble des entreprises du secteur privé. Tous les salariés du secteur privé seront donc couverts par une complémentaire santé souscrite par leur entreprise, à partir du 1er janvier 2016.   Qui est concerné ? La généralisation de la complémentaire santé concerne l’ensemble des entreprises du secteur privé – quelle que soit leur taille - et tous leurs salariés.   Quels sont les avantages pour les entreprises ? La mise en place de la complémentaire santé collective offre à l’entreprise des avantages fiscaux : Pour un contrat de complémentaire santé collectif et obligatoire, l’entreprise bénéficie d’une exonération de charges sociales patronales. Si le contrat est en plus solidaire et responsable, les cotisations salariales qui financent le régime sont déductibles de l’assiette de l’impôt sur le revenu – dans la limite de 5% du plafond annuel de la sécurité sociale auxquels s’ajoute 2% du salaire annuel brut (le total ne devant pas dépasser 16% du plafond annuel de la Sécurité sociale),  À savoir : les cotisations patronales qui financent la complémentaire santé collective ne sont pas soumises aux charges sociales - dans une certaine limite.   Quels sont les avantages pour les salariés ? Grâce à un contrat collectif, le salarié peut bénéficier de meilleures garanties qu’avec un contrat individuel et être mieux remboursé de ses frais de santé. En plus, une partie de la cotisation de la complémentaire santé est prise en charge par l’entreprise.   Quid des ayant-droits du salarié ? La plupart des contrats collectifs prennent en charge à la fois les salariés et leur famille : conjoint, ascendants à charge… mais rien dans l’ANI du 11 janvier 2013 n’impose aux entreprises de couvrir les ayants-droits de leurs salariés. Cependant,  il peut exister des obligations conventionnelles. Les entreprises peuvent choisir une cotisation unique "par famille " pour tous leurs salariés (même ceux qui n’ont pas d’ayant-droit), ou proposer différents niveaux de cotisation selon la situation familiale de chacun.   Quels sont les coûts de cette complémentaire santé ? L’entreprise doit financer au moins 50% des cotisations de la complémentaire santé, plus si elle le souhaite. Le reste est à la charge du salarié. Découvrez l’infographie qui vous explique le détail du coût réel net d’une complémentaire santé à 50 euros par mois pour l’entreprise et pour le salarié.   En savoir plus : découvrez les différentes offres de contrat collectif proposées par Radiance groupe Humanis.

Comment fidéliser vos équipes en leur offrant d...

Cette fiche est rédigée par le groupe Up (anciennement : groupe Chèque Déjeuner).   Le groupe Up commercialise depuis 1964 une gamme de cartes et chèques socioculturels, qui aide les TPE/PME à concrétiser leur projet social en améliorant le quotidien de leurs collaborateurs : pour que bien-être individuel rime avec performance collective.   Pour 81% des salariés, les petits plaisirs de la vie sont une nécessité (Source : IPSOS MARS 2013, les Français et le lâcher-prise).   Avec Cadhoc et MaxiCheque, marquez les grands événements de la vie des salariés.    Profitez de cette offre en cliquant ici.

Vous avez un nouveau message

Une question ?

Interrogez la
communauté

En direct
du forum

Derniers articles

Entreprise : Caution solidaire et régime matrimonial.

Lors de la souscription d’un crédit, y compris de trésorerie, il est  n’est pas rare que votre (vos) banquiers souhaitent votre caution solidaire en terme de garanties.

0

Lire la suite

Entreprise de maçonnerie générale à Mardeuil

L’entreprise MONTERIO JOSE se spécialise dans tous les travaux de maçonnerie générale, de rénovation immobilière et de ravalement. Ses zones d’int

0

Lire la suite

Dernières questions

Bonjour, je souhaite développer en marketing une stratégie avec des blogueurs et influenceurs pour augmenter la visibilité d'un site mais je ne sais pas bien comment m'y prendre. Que me conseillez-vous ?

2

Répondre

Bonjour, je souhaite développer en marketing une stratégie avec des blogueurs et influenceurs pour augmenter la visibilité d'un site mais je ne sais pas bien comment m'y prendre. Que me conseillez-vous ?

0

Répondre

Une question ?

Interrogez la
communauté