Filtre : Tous

Icon Utilisateur

Qu'est-ce que le financement participatif ?

Le financement participatif (ou crowdfunding en anglais) est un dispositif qui décrit les outils mis à la disposition d'une personne morale ou physique pour collecter, auprès d'un nombre d'acteurs important, des ressources de financement.

 

Il existe plusieurs types de financement participatif possible :

  • le don sans contrepartie
  • le don avec contrepartie
  • le prêt à taux 0
  • le prêt rémunéré
  • l'equity crowdfunding (prise de participation dans le capital)

 

Le financement participatif illustre l'arrivée du mouvement collaboratif dans le secteur du financement pour les particuliers et professionnels.

 

Partager cet article !

Réagir à cet article

Ces articles pourraient vous intéresser

Quelles aides financières pour se lancer en fra...

Cette fiche est rédigée par Toute la Franchise.   Avec un ticket d'entrée variant de quelques centaines d'euros à plusieurs centaines de milliers d'euros, la franchise nécessite de la part du créateur de trouver des financements. A quelles portes frapper ? Existe-t-il des aides ? Quelques éléments de réponse. Selon les résultats de la 11e enquête annuelle sur la franchise menée par la Fédération Française de la Franchise et la Banque Populaire, le coût pour se lancer en franchise fait le grand écart : entre moins de 50 000 € à plus de 500 000 €. Globalement, la moyenne se situe à moins de 200 000 € dans près des deux tiers des cas. Comment les franchisés financent-t-ils ces créations ? Sans surprise, en 2014 les franchisés ont en priorité puisé dans leurs économies personnelles. Cet apport personnel a représenté en moyenne 42 % du coût total des projets. Il a été complété en grande majorité par de l’emprunt classique, mais aussi quelques aides comme le Prêt à la Création d’Entreprise BPI (ex Oséo), le prêt Nacre, ou encore un prêt d’honneur. «Pour 38% des franchisés, le financement bancaire obtenu est supérieur à 200 k€, alors qu’il est inférieur à 50 k€ pour un franchisé sur quatre.» Globalement 23% des franchisés interrogés ont effectué des démarches particulières pour obtenir une aide financière auprès d'un organisme public et 15% ont obtenu l'une de ces aides.   Les principales aides à la création en franchise Les prêts d’honneur :  Accordés sans garantie, les prêts d'honneur sont intéressants puisqu'ils viennent s'ajouter à l'apport personnel et offrent ainsi un coup de pouce pour obtenir un prêt bancaire. Ces prêts d'honneur sont à taux 0. Leurs montants sont généralement compris entre 2 000 et 7 000 €, parfois plus en fonction du projet, remboursables sur une durée variant de 3 à 6 ans. Ils sont accordés par des associations telles que France Initiative, ADIE, réseau Entreprendre ou France Active, mais aussi la BPI via le Prêt à la Création d'Entreprise (PCE).   Les aides et subventions : Les pouvoirs publics encouragent la création d'entreprise au sens large, et multiplient les dispositifs spécifiques pour certains publics (femmes créatrices, créateurs handicapés, etc). Parmi les aides les plus couramment utilisées par les créateurs en franchise l'on compte notamment l'ACRE (Aide à la Création et la Reprise d'Entreprise). Cette aide est versée sous forme de capital par Pôle Emploi. Elle correspond au montant des allocations restant à percevoir par une personne inscrite comme demandeur d'emploi. Versée en deux fois, cette aide peut venir s'ajouter à l'apport personnel pour aider à l'octroi d'un prêt bancaire classique. A noter : Certaines régions soutiennent activement la création d'entreprise. Renseignez-vous !   Les franchiseurs : Certains franchiseurs développent des solutions de financement particulières pour aider les candidats à la franchise qui souhaitent rejoindre leur réseau. Le plus souvent il s'agit de système de franchise participative, c'est-à-dire que le franchiseur détient des parts dans l'entreprise à créer, charge au candidat ensuite de racheter ces parts à leur franchiseur.   En savoir plus.

L'apport personnel en franchise

Cette fiche est rédigée par Toute la Franchise.   En franchise le créateur doit disposer d'un minimum d'apport personnel pour se lancer à son compte. Cet argent immédiatement mobilisable sert de garantie à l'emprunt. Il doit représenter au minimum l'équivalent d'un tiers de l'investissement global.   Pour ouvrir une entreprise, qu'elle soit en franchise ou hors franchise d'ailleurs, un créateur doit disposer d'un capital minimum de départ. Ce capital appelé plus communément apport personnel correspond aux fonds propres nécessaires au lancement d'une affaire hors emprunt.   Qu'appelle-t-on l'apport personnel ? L'apport personnel d'un créateur est constitué de sommes directement mobilisables. Il s'agit classiquement des économies personnelles du créateur mais aussi dans certains cas, de fonds prêtés par la famille ou amenés par un investisseur associé. Ces sommes peuvent être augmentées le cas échéant par des subventions ou des aides comme l'ACCRE (Aide aux chômeurs créant ou reprenant une entreprise), un prêt d'honneur, un crédit solidaire, une aide du Fonds de garantie à l'initiative des femmes (FGIF), etc. L'ensemble des sommes directement mobilisables par le créateur a pour objet de financer le projet de création, mais aussi et surtout, d'amener suffisamment de garanties sonnantes et trébuchantes pour qu'une banque suive le projet.   L'apport personnel, le nerf de la guerre Généralement, l'apport personnel minimum doit représenter 30 % du coût global du projet. Si ce pourcentage n'est pas atteint, la banque sera réticente pour octroyer un prêt et pourra exiger du créateur des garanties supplémentaires (nantissements sur les biens mobiliers, caution personnelle ou caution d'un organisme tiers). En d'autres termes, de la hauteur de l'apport personnel dépend l'avenir du projet et le niveau de risque de la banque et par ricochet de l'entrepreneur. D'où l'importance de mettre toutes les chances de son côté dès les prémices du projet. Sachant que de l'emprunt dépend la faisabilité, le créateur doit tout mettre en œuvre pour gonfler au maximum son apport personnel.   42 % en moyenne chez les franchisés 2014 Selon les résultats de la 11e enquête franchise réalisée par la Fédération Française de la Franchise et la Banque populaire, les franchisés en 2014 disposaient en moyenne de 42 % du coût du projet d'apport personnel. En complément de leurs ressources personnelles, les franchisés ont eu recours à de l’emprunt classique et à d’autres formes de financement comme le crédit-bail, le Prêt à la Création d’Entreprise BPI (ex Oséo), le prêt Nacre, un prêt d’honneur ou autre prêt régional. Sur l'ensemble des franchisés interrogés dans la cadre de cette enquête, 38 % ont obtenu un prêt bancaire supérieur à 200 000 €. Et si 23% des franchisés ont effectué des démarches particulières pour obtenir une aide financière auprès d’un organisme public, 15 % seulement ont obtenu l’une de ces aides.    En savoir plus.

Vous avez un nouveau message

Une question ?

Interrogez la
communauté

En direct
du forum

Derniers articles

Un professionnel des travaux de toitures et de ravalement à Vaucresson

JEANMAIRE est une entreprise spécialisée dans les travaux de toiture et de ravalement. Elle est  basée à Vaucresson, dans le département des Yvelines (78). Elle

0

Lire la suite

UN PROFESSIONNEL DE LA TOITURE A VOTRE SERVICE A ROUSSINES (36) !

L’entreprise Chauvain Fréderic est une référence dans le domaine des travaux de toitures. Assurant la pose et la réparation de vos couvertures, elle est sollicit&eacu

0

Lire la suite

Dernières questions

Bonjour, j'aimerais bien avoir quelques tips concernant le SEO, je souhaiterai mieux comprendre comment obtenir des bons backlinks, et j'aimerais bien savoir qu'est-ce qu'un bon backlink. Merci !

1

Répondre

Bonjour, je souhaite développer en marketing une stratégie avec des blogueurs et influenceurs pour augmenter la visibilité d'un site mais je ne sais pas bien comment m'y prendre. Que me conseillez-vous ?

2

Répondre

Une question ?

Interrogez la
communauté