Filtre : Tous

Icon Utilisateur

Qu'est-ce que la location gérance ?

Cette fiche est rédigée par Toute la Franchise.

 

Egalement appelée gérance libre, la location gérance est une formule intéressante pour les entrepreneurs qui souhaitent se lancer dans une activité déjà opérationnelle à moindre coût.

La location gérance est une formule contractuelle d'exploitation d'un fonds de commerce existant. Dans la pratique, le propriétaire dudit fonds de commerce concède à une personne tierce (le locataire-gérant), le droit d'exploiter librement et à ses risques et périls le fonds. En échange de ce droit d'exploiter, le locataire-gérant verse au propriétaire une redevance.

 

  • Une solution à coût réduit

Le principal intérêt d'une location gérance pour un créateur d'entreprise est de pouvoir débuter son activité à moindre coût. En effet, avec cette formule, le locataire-gérant n'a pas à investir dans l'achat d'un fonds de commerce. Il bénéficie ainsi pour un coût simple de redevance d'une clientèle, d'un droit au bail, et pour certaines activités d'une licence (restauration). La location-gérance peut ainsi être considérée comme un tremplin soit vers l'achat dudit fonds de commerce, soit vers la création d'une activité similaire ailleurs. Dans le premier cas, la viabilité de l'entreprise peut être testée et approuvée avant l'achat. Dans le second cas, c'est la vocation du locataire-gérant futur créateur qui est testée ! Côté propriétaire du fonds, le principal intérêt de la location-gérance est de conserver le fonds « opérationnel » sans avoir à s'en soucier, et dans le même temps, de s'assurer un revenu minimum grâce à la perception des redevances.

 

  • La location-gérance en pratique

Pour qu'un fonds soit donné en location-gérance, le propriétaire doit l'avoir exploité pendant 2 ans au moins (sauf exceptions). Le fonds loué doit être directement exploitable en « jouissance paisible ». Il doit notamment répondre aux normes d'hygiène et de sécurité. Lorsque le propriétaire du fonds n'est pas propriétaire des murs, il doit recueillir l'autorisation expresse du propriétaire des locaux. Du côté du locataire-gérant, celui-ci doit avoir la capacité d'exercer le commerce (immatriculation au registre du commerce et des sociétés ou au répertoire des métiers). Le locataire-gérant doit également s'engager à exploiter le fonds tel quel, sans changer d'activité et le gérer de telle sorte qu'il ne perde pas de valeur. Le contrat signé peut être à durée déterminée ou indéterminée. Quand la durée est déterminée, la résiliation s'envisage obligatoirement avec l'accord commun des deux parties. Quand la durée est indéterminée, la résiliation peut se faire unilatéralement sur congé donné par l'une des 2 parties. La redevance réclamée est de montant libre et révisable. Selon les contrats, le montant réclamé mensuellement ou trimestriellement peut être fixe ou proportionnel au chiffres d'affaires/bénéfice. Les redevances sont soumises à TVA. Elles sont imposables côté bailleur au titre des bénéfices industriels et commerciaux (BIC). Côté locataire-gérant, les redevances sont des charges déductibles du bénéfice imposable. Les contrats de travail attachés au fonds le suivent.

Le contrat liant les deux parties doit faire l'objet d'une publication obligatoire sous forme d'avis dans un journal d'annonces légales.

 

Bon à savoir : En fin de contrat le locataire ne peut prétendre à aucune indemnité même s'il a fait prospérer le fonds.

 

En savoir plus.

Partager cet article !

Réagir à cet article

Ces articles pourraient vous intéresser

QUI EST QUI?

Vous souhaitez savoir qui est votre interlocuteur, et ne pas perdre de temps dans vos démarches, veuillez trouver ci-dessous tous les collaborateurs de REALINOX

Comment détecter les réseaux de franchises prom...

Comment savoir si une enseigne franchisée est viable et possède le potentiel pour devenir un réel succès pour cette année 2017 ? Si vous avez un projet d’entreprendre au cours des prochains mois et que vous cherchez à rejoindre un réseau, il est vraisemblable que vous vous posiez la question. Il y a-t’il des critères objectifs afin de « détecter » le potentiel des réseaux ? On peut raisonnablement vous répondre par l’affirmatif. En se penchant sur le modèle économique d’un réseau et la conjoncture de son secteur, vous pouvez lister plusieurs indicateurs qui vous donneront une idée relativement précise du potentiel. L’expérience et le savoir-faire du réseauL’un des points essentiels définissant le principe de la franchise est la transmission d’un savoir-faire, via une formation et un accompagnement tout au long de la collaboration. Le savoir-faire du réseau, c’est avant tout proposer un avantage concurrentiel, différenciant aux franchisés. Le caractère déterminant du savoir-faire influe sur la performance économique de ces derniers et de l’ensemble du réseau. Concentrez-vous donc sur l’étude de la qualité de ce paramètre et à ses modes de transmission. Existe-t-il des supports de formation et de transmission de ces éléments ? Des groupes de réflexion sont-ils organisés ? Intéressez-vous à la culture d’innovation du réseauQue ce soit pour la réussite de votre projet professionnel ou tout simplement pour votre épanouissement, Il est important de rejoindre un réseau dans lequel une culture de l’innovation est réelle. Plusieurs études tendent à montrer que la culture d’innovation est une clé pour disposer d’une véritable stratégie efficace et d’une implication forte des membres d’un réseau. La culture d’innovation est aussi capitale pour assurer une vraie différenciation, notamment sur le plan marketing. Enfin pour évoluer sur le long terme, il faut aussi que la tête de réseau oriente sa stratégie, son concept, ses produits en fonction des tendances et de la demande.Quelle est la stratégie de développement du réseau à moyen et long termeLa manière dont un réseau de franchise se développe en dit énormément sur son potentiel de croissance. En effet, les coûts alloués au recrutement, mais aussi à la formation et l’animation du réseau et de ses partenaires, sont des indicateurs sur l’effort consenti par la tête de réseau pour faire croître l’enseigne. Un franchiseur qui ne fait que peu d’efforts pour « recruter » des nouveaux adhérents, ou qui néglige l’aspect transmission du savoir-faire, est un signe de réseau en perte de vitesse.Quels sont les profils des franchisés ?Un franchiseur qui développe et gère un réseau dans lequel les franchisés se « ressemblent » n'est pas forcément une bonne chose. Une idée sur le sujet est souvent relayée selon laquelle des profils similaires (au niveau des compétences et des qualités personnelles) devraient logiquement se retrouver dans un projet commun de franchise. Cela est tout à fait possible, mais ne négligez pas les réseaux dans lesquels les profils sont variés et polyvalents. Des franchisés différents adopteront bien moins facilement un comportement clanique… et pourront mieux vivre les uns avec les autres.  Y a t’il des conflits entre franchisés et franchiseur ?Enfin, avant de faire votre choix et de rejoindre un franchiseur, informez-vous sur les relations professionnelles et humaines entre les membres du réseau pour savoir si d’éventuels conflits existent. Les franchisés sortent-ils du réseau à cause de conflits avec le franchiseur ? La communication entre franchisés est-elle aisée ou au contraire assez brutale ? Regardez le turnover ainsi que les procédures judiciaires, arbitrages ou médiations en cours.Pour aller plus loin, nous vous conseillons la lecture de l’article « Franchises rentables, comment les dénicher ? » paru sur le site Toute La Franchise.Ce contenu a été rédigé par notre partenaire Toute la Franchise.  

Recruter et manager la génération Y : de quoi p...

Recruter et manager la génération Y : de quoi parle-t-on ? Cette fiche est rédigée par le Mag'RH de Randstad. La génération Y séduit et affole. Depuis leur enfance, ces nouveaux adultes sont confrontés à la crise économique et ils se montrent fascinés par tout ce qui a trait à la technologie. Quelles sont les spécificités de cette génération qui ne se laisse pas enfermer dans des généralités ? Passage en revue de ce qu’il est bon de savoir sur cette jeune génération qui bouscule les codes établis. Recrutement de jeunes : comprendre les différences de valeursSi les recruteurs et managers s’intéressent tant à la génération Y c’est sans doute qu’il existe une sorte de déphasage entre les attentes des candidats et la façon dont fonctionnent généralement les PME. Un écart qui pourrait s’expliquer par la forte croissance des nouvelles technologies de l’information et de la communication que les GenY maîtrisent, mais aussi par des valeurs différentes. Les enfants-rois de Françoise Dolto ont reçu de l’amour, certes, mais moins de règles que les générations précédentes. Souvent confrontés au divorce de leurs parents, ils ont développé une grande sensibilité, un besoin d’écoute et d’attention. Leur but, ce n’est plus d’avoir une bonne situation professionnelle, leur objectif ultime est d’être heureux. A la recherche de l’équilibreL’un des motifs d’étonnement de la part des recruteurs repose sur la demande des GenY d’un meilleur équilibre entre vie privée et vie professionnelle. Ils l’expriment clairement dès l’entretien d’embauche et interrogent leur vis-à-vis sur les horaires de travail, les RTT,  les vacances, etc. De plus en plus de jeunes souhaitent travailler selon des horaires aménagés et / ou en télétravail. La réussite personnelle devient tout aussi primordiale, voire plus que la réussite professionnelle. Pourtant, la motivation pour le travail existe, mais l’implication ne se mesure plus à l’aune d’un temps de travail où les heures ne seraient pas comptées. Un attachement moins profondContrairement aux générations précédentes qui pouvaient faire toute leur carrière au sein d’une même entreprise, les jeunes de la génération Y ne sont pas rebutés par les contrats courts. Ils ont intégré le fait qu’ils allaient changer souvent de poste. Ils préfèrent d’ailleurs en général un contrat court pour un projet passionnant plutôt qu’un poste stable mais peu intéressant à long terme. Ils peuvent exprimer un certain détachement vis-à-vis de l’entreprise, sachant que même s’ils ont trouvé un travail, ils peuvent être amenés à le perdre du jour au lendemain.Selon Benjamin Rowlson, patron de Modulo Digital :« Pour ces jeunes, perdre son travail et en chercher un autre, c’est banal. Mon challenge personnel, c’est d’aller à l’encontre de cette tendance, trouver des moyens de conserver mes collaborateurs. Le modèle du contremaître qui surveille avec sa baguette ne fonctionne plus. Il faut apprendre à faire confiance, et donc accepter de prendre des risques. ».  Lire l’interview complète de Benjamin RowlsonSophie Lion, adjointe RH chez LU Vervins, qui a utilisé la solution Pass Pro deux années de suite explique :« Dans les grandes villes, les jeunes sont sans doute moins attachés à leur emploi, à leur entreprise et peuvent préférer les contrats courts. Mais dans un bassin d’emploi comme le nôtre, assez pauvre en opportunités, la donne n’est pas la même. Il y a dix ans, les candidats intérimaires restaient même pour des contrats de quelques jours. Aujourd’hui, au sein de notre entreprise, ils cherchent des contrats longs. Si nous ne pouvons leur en proposer, ils sont plus ouverts à l’idée d’aller vers d’autres sociétés. Mais ils aiment la polyvalence et veulent évoluer ». Rejet d’une hiérarchie trop pesanteDonner des ordres, imposer des consignes sans explication aurait tendance à rebuter les GenY. Ces jeunes capables de mener un travail avec des écouteurs sur les oreilles et qui revendiquent le droit à l’erreur souhaitent un management de proximité capable d’expliquer et de guider plutôt que de fonctionner par injonctions. Appétence pour les nouvelles technologiesC’est l’une des grandes caractéristiques de cette génération née avec un clavier au bout des doigts. Ils savent parfaitement utiliser les nouvelles technologies et chercher la bonne information au bon endroit.Trois générations en toutes lettres : X, Y et Z.Après la génération baby-boom et son relationnel très fort vis-à-vis du travail, est apparue la génération Y qui a commencé à se frotter à la crise et au manque d’emploi. En quête d’un travail stimulant, ces jeunes ont tendance à placer leurs exigences avant celles de l’entreprise.Ceux qui sont nés après les années 2000 constituent la génération Z. Encore plus connectés et informés, leur moteur principal est le plaisir. Ils ne comptent plus sur les réussites scolaires pour réussir professionnellement et se montrent très entrepreneuriaux. A lire sur le même sujet :Management de la génération Y : les dix clés d’une intégration réussieInterview : « Les jeunes de la génération Y sont rapides sur tout »Rencontre avec un patron de PME issu de la génération YRegards croisés sur l’intégration de jeunes de la génération Y

Vous avez un nouveau message

Une question ?

Interrogez la
communauté

En direct
du forum

Derniers articles

Spécialisée dans l’installation, la réparation et l’entretien des chaudières à gaz

Basée à Montrouge et à Ballainvilliers dans l’Essonne, NRGIGAZ est à votre service pour tous les travaux touchant le système de chauffage au gaz. Avec plus de

0

Lire la suite

Entreprise spécialisée dans la petite maçonnerie à Saint-Michel-Mont-Mercure et aux alentours

JH Maçonnerie fournit diverses prestations dans le domaine de la petite maçonnerie. Les particuliers peuvent également la solliciter pour tous travaux de tonte de gazon, de nettoy

0

Lire la suite

Dernières questions

Le cadre légal de la formation en entreprise

1

Répondre

Ratios financiers normatifs de la start-up, site internet

2

Répondre

Une question ?

Interrogez la
communauté