Filtre : Tous

Icon Utilisateur

Qu'est-ce que la coopérative ?

Cette fiche est rédigée par Toute la franchise.

 

La coopérative est un modèle de développement en réseau particulier en ce sens que chaque membre est à la fois associé et client du réseau. Les décisions se prennent de manière collégiale et démocratique : une personne = une voix.

La coopérative est une société de personne. Elle se différencie des autres formes de réseau par son système de gouvernance fondée sur le principe « une personne, une voix ». Elle se distingue également de la franchise notamment par le fait qu'en qualité d’associé, chaque entrepreneur est propriétaire de son point de vente mais également copropriétaire de l’ensemble des structures (sièges, filiales, …), des moyens, et notamment de l’enseigne et des marques développées. Le Conseil d’administration de chaque groupement est composé d’associés, élus démocratiquement par l’Assemblée Générale.

Parmi les grands groupements coopératifs de commerçants l'on retrouve notamment des enseignes comme Leclerc ou encore Intermarché.

L’identité coopérative a été redéfinie en octobre 2010 par le mouvement coopératif français en ces termes : « Les coopératives constituent un modèle d’entreprise démocratique fondé sur des valeurs de responsabilité, de solidarité et de transparence. Ce sont des sociétés de personnes ayant pour finalité première de rendre des services individuels et collectifs à leurs membres. Des engagements réciproques et durables se nouent entre la coopérative et ses membres qui sont à la fois associés et clients, producteurs ou salariés. »

 

Un principe égalitaire et solidaire

Les groupements coopératifs sont mis en place par les associés. Ces associés peuvent être des agriculteurs, des artisans ou encore des commerçants. Les groupements coopérarifs sont gérés de manière démocratique. Chaque décision est soumise aux votes en Assemblée Générale. Chaque associé a une voix, ce qui garantit une équité entre chaque associé et permet à chacun de faire part de ses idées. Chaque associé est ainsi impliqué dans la gouvernance de son groupement. Il peut donner son avis sur les stratégies de développement mises au point par les salariés du siège en terme de communication, d'achats, de développement de nouveaux concepts de vente, etc.

Tous les entrepreneurs associés d'une coopérative sont juridiquement et financièrement indépendants. Ils ont toute latitude pour initier des projets en toute autonomie en utilisant les moyens mis en commun dans le cadre du groupement. Le principe même d'un groupement coopératif est de mutualiser et partager les savoir-faire, les moyens humains ou financiers. Il n'y a donc pas de tête de réseau comme en franchise, mais plutôt un pot commun détenu par tous. A ce titre, les associés se partagent également les excédents générés par le groupement notamment par les filiales ou les centrales d'achat.

Dans la très grande majorité des cas, la structure centrale d’un groupement de commerçants associés est une Société Anonyme (SA) Coopérative de Commerçants à capital variable. 

 

 

En savoir plus.

Partager cet article !

Réagir à cet article

Ces articles pourraient vous intéresser

La protection sociale reste le problème majeur ...

Alors que le nombre de travailleurs indépendants en France est en constante augmentation, ces derniers ne peuvent toujours pas profiter d’une vraie protection sociale efficace. De quoi imaginer une réforme de ce système pour les indépendants ?          Crédits photo : Le Monde des Artisans Après avoir connu une baisse progressive des années 70 jusqu’au début des années 2000, le nombre de travailleurs indépendants est à nouveau en augmentation depuis la crise de 2008. Ces dernières années, l’évolution du monde du travail a même entraîné une accélération de cette augmentation, au point qu’on compte actuellement près de 3 millions d’indépendants en France.    Un tel nombre pose naturellement la question de la protection sociale, d’autant plus que les profils dont on parle sont très hétérogènes. « La population des indépendants est très variée » confirme Alexis Masse, secrétaire confédéral CFDT, qui fait la différence entre les auto-entrepreneurs et les 600 000 indépendants étant par ailleurs salariés, les deux ayant des besoins très différents en matière de protection sociale.    Vers un nouveau système de protection sociale ?   Les transformations ayant touché le monde du travail sont d’ailleurs visibles à tous les niveaux, et pas seulement en termes de statut des travailleurs. En effet, s’ils sont toujours nombreux à faire valoir leurs droits, peu d’entre eux sont syndiqués, désormais ils se tournent davantage vers des collectifs, comme le Clap (Collectif des livreurs autonome de Paris).    Quoi qu’il en soit, il devient indispensable de trouver un nouveau système de protection sociale pour ces indépendants. Selon Jean-Jacques Arnal, fondateur de la plate-forme de mise en relation Stootie, la solution pourrait être de transférer la protection sociale sur la consommation de l’activité plutôt qu’elle soit à la charge de celui qui la produit, comme c’est le cas actuellement.  H.G     Retrouvez plus d'articles sur la marketplace Wikipme.fr  

Créer une entreprise en franchise : quels avant...

Cette fiche est rédigée par Toute la Franchise.   Le modèle de la franchise permet de créer une activité en bénéficiant d'un concept éprouvé et réputé rentable, d'une marque connue, d'un accompagnement de tous les instants et de la force d'entraide d'un réseau. Souvent considérée comme un facilitateur de business, la franchise est un modèle qui offre aux créateurs d'entreprise de nombreux avantages.   Parmi ces avantages, l'on peut citer notamment : La pertinence d'un modèle d'activité rentable : La spécificité première de la franchise est de proposer aux créateurs d'entreprise un concept rôdé qui a fait ses preuves. Ce concept est réputé rentable. Il doit assurer pour un candidat moyen, une garantie de succès s'inscrivant dans la moyenne du réseau (réitération du succès). Pour assurer ce succès, le concept est testé dans une unité pilote. Ce test préalable réalisé par le franchiseur puis ses premiers franchisés permet au créateur d'avoir une idée plus précise du potentiel du concept, de la pertinence du secteur économique, de l'adéquation du savoir-faire avec la réalité du terrain. Le risque de la création est ainsi largement diminué par rapport à une création en solo. Ceci a pour avantage indirect de faciliter l'obtention des prêts bancaires nécessaires à la création, mais aussi de sécuriser la démarche de création et les premières années d'exercice. Selon les chiffres de l'Insee, en moyenne 9 franchisés sur 10 sont encore en exercice après 5 ans, contre 50 % dans le cadre d'une création classique. La notoriété d'une enseigne : En optant pour un réseau bien implanté, le franchisé bénéficie d'emblée d'une marque connue. Au démarrage, cette notoriété a un effet booster. Elle instaure en effet instantanément une relation de confiance entre le client et le nouveau franchisé : Les produits ou services étant déjà connus par le public, cela permet de potentialiser la prospection. Un accompagnement constant : Dès lors qu'un contrat de franchise est signé, le franchiseur s'engage à accompagner son franchisé à toutes les étapes de la vie de son activité. L'accompagnement est tout autant juridique que commercial, marketing, publicitaire, etc. Des animateurs réseau viennent régulièrement visiter les franchisés pour les aider à mieux appliquer le concept. Une enseigne réactive : Face aux évolutions des demandes des clients, le franchiseur innove en permanence sur ses offres, sa logistique, ses produits, etc. Ces évolutions sont vitales. Elles sont tout autant technologiques que législatives, pour être en phase avec le terrain et la concurrence. Un esprit réseau : En rejoignant une enseigne, le nouveau franchisé peut compter sur l'aide de son franchiseur mais aussi des autres franchisés de son réseau. Cet esprit réseau est précieux pour les nouvelles recrues, notamment dans la phase de démarrage.    En savoir plus.

Climatisation ou chauffage : la pompe à chaleur...

Cette fiche est rédigée par EDF Entreprises.   Produire du froid et du chaud à partir d’un même matériel, c’est tout l’intérêt de la pompe à chaleur réversible qui permet de fournir alternativement rafraichissement en été et chauffage en hiver. Patrice Drapier, expert EDF R&D, vous explique les fonctionnalités de la pompe à chaleur. Outil essentiel pour optimiser l’accueil dans les commerces, pour assurer des conditions de travail satisfaisantes, voire pour préserver la qualité de certains matériels ou produits l’été (informatique, fleurs, aliments..), la pompe à chaleur (PAC) est un équipement multi-fonctions performant qui présente un bon Coefficient de Performance (COP) (1) Comment fonctionne la pompe à chaleur ? Pour créer du froid, la PAC prélève la chaleur d’un bâtiment et la rejette à l’extérieur. Inversement, dans le cas du chauffage, la PAC prélève la chaleur de l’extérieur pour la restituer à l’intérieur à une température plus élevée. Un fluide frigorigène transportant les calories captées circule dans un circuit fermé. Grâce au compresseur électrique, la chaleur ou le froid sont transférés d’un échangeur à un autre. Quels sont les principaux systèmes existants ? Aujourd’hui, la technologie est adaptable à de nombreuses configurations et de nombreux usages. On peut puiser la chaleur dans l’air ou dans l’eau et la redistribuer via des ventilo-convecteurs, des radiateurs ou des planchers à eau. On désigne alors les appareils suivant la source du prélèvement et le mode de distribution de la chaleur. appareil air-air : cette solution est particulièrement simple de mise en œuvre car se limite à l’installation d’un caisson extérieur et d’une unité intérieure reliés par des tuyauteries où circule le fluide frigorigène. Coût d’installation de 80 à 120 €/m² Coût de fonctionnement environ 4à 6 €m². appareil air-eau : même installation côté extérieur, le fluide frigorigène reste dans le caisson extérieur et un circuit d’eau assure le rôle de caloporteur vers le plancher chauffant ou les ventilo-convecteurs.          Coût d’installation de 120 à 170 €/m²  Coût de fonctionnement environ 4 à 6 € m² appareil eau-eau : le transfert de chaleur s’effectue entre l’eau d’une nappe phréatique ou le sol dont la température est stable toute l’année côté intérieur une autre boucle d’eau qui valorise cette énergie pour alimenter radiateurs, ventilo-convecteurs ou planchers à eau. Parmi les plus performantes, cette installation suppose des contraintes plus fortes (proximité d’une nappe phréatique, forage coûteux). Coût d’installation de 200 à 250 €/m² Coût de fonctionnement environ 3à 5 € m2.   Comment optimiser les performances de la climatisation ? Consulter un professionnel qualifié (QUALIBAT 541 et 542 par exemple) est essentiel pour bien sélectionner et dimensionner l’équipement suivant ses besoins précis, sa situation géographique, et ses contraintes locales, Privilégier du matériel certifié Eurovent (www.eurovent-certification.com) ayant une classe énergétique minimale en A voire A+ ou A++ Ne pas baisser la température de plus de 4 à 5°C par rapport à la température extérieure lorsqu’elle est très élevée. Respecter la réglementation sur le rafraichissement (Décret n° 2007-363 du 19 mars 2007)qui n’autorise le fonctionnement de celle-ci que lorsque la température intérieure dépasse 26°C. Limiter les flux d’air trop importants causés par une mauvaise diffusion d’air ou un mauvais emplacement des appareils sources d’inconfort. Réduire l’exposition solaire par des stores permet de réduire les besoins de rafraîchissements des locaux En savoir plus sur la pompe à chaleur pour le chauffage   (1)Le COP correspond à la quantité d’énergie fournie par rapport à la quantité d’énergie consommée. Par exemple un COP de 4 signifie que pour 1 kWh électrique consommé, la pompe à chaleur peut restituer 4 kWh de chaleur. Pour la production de froid, la performance s’exprime par le Coefficient d’efficacité frigorifique.

Vous avez un nouveau message

Une question ?

Interrogez la
communauté

En direct
du forum

Derniers articles

Colonie de vacances

Un soutien scolaire efficace Dans ces séjours centrés sur la colonie de vacances, tout est fait pour permettre aux jeunes de rattraper leur éventuel retard et d'acqué

0

Lire la suite

Créer son argumentaire de Vente étape par étape

ARGUMENTAIRE DE VENTE ? QUE DOIT CONTENIR UN ARGUMENTAIRE DE VENTE ?    Argumentaire de vente ? Que doit contenir un argume

0

Lire la suite

Dernières questions

Le cadre légal de la formation en entreprise

1

Répondre

Ratios financiers normatifs de la start-up, site internet

2

Répondre

Une question ?

Interrogez la
communauté