Filtre : Tous

Icon Utilisateur

Qu'est-ce que la concession ?

Cette fiche est rédigée par Toute la franchise.

 

La concession est un modèle de développement en réseau utilisé essentiellement dans le cadre de la distribution de produits techniques. Le concédant est souvent un fabricant qui confie localement à son concessionnaire le soin de distribuer ses produits en exclusivité.

Souvent utilisé dans le secteur de l'automobile et du bâtiment (piscine, cheminée, véranda, pompe à chaleur, fenêtre et porte, etc), la concession s'inscrit dans le cadre d'un réseau de distribution créé par un fabricant pour vendre ses produits et en assurer la maintenance. La signature d'un contrat de concession permet de déterminer les relations commerciales entre le fabricant (le concédant) et son revendeur (le concessionnaire). Le concédant doit garantir une assistance matérielle technique et commerciale au concessionnaire. Le concessionnaire peut utiliser la marque du fabricant.

 

Un réseau de distribution

Le contrat de concession a été défini dans la circulaire Fontanet du 31 mars 1960 comme étant « une convention liant le fournisseur à un nombre limité de commerçants auxquels il réserve la vente d’un produit sous condition qu’ils satisfassent à certaines obligations ». Le plus souvent, le contrat de concession est utilisé pour commercialiser des produits de marque nécessitant un suivi technique. Le concédant n'est donc pas seulement un vendeur, il doit être capable de mobiliser des compétences professionnelles spécifiques pour livrer, installer, entretenir et réparer le produit vendu. Généralement, le contrat de concession implique une clause d'exclusivité de fourniture et d'exclusivité d'approvisionnement. L'exclusivité de fourniture implique que le concédant ne peut fournir un autre revendeur que le concessionnaire dans la zone d'exclusivité territoriale de son concessionnaire. L'exclusivité d'approvisionnement implique quant à elle, que le concessionnaire ne peut pas distribuer des produits de même nature que ceux fournis par son concédant. Le concessionnaire peut toutefois sans déroger à ses engagements, commercialiser des produits complémentaires à ceux lister dans son contrat dès lors qu'ils ne viennent pas en concurrence directe avec les produits commercialisés dans le cadre de son contrat de concession. Quand le concédant met à la disposition de son concessionnaire ses signes distinctifs (marque, savoir-faire, formations, etc), la signature du contrat doit être précédée de la remise d'un document d'information précontractuelle (DIP). 

 

Bon à savoir : Le contrat de concession peut être signé pour une durée indéterminée ou déterminée. Dans le cas d'un contrat indéterminé, les deux co-contractants peuvent mettre un terme au contrat selon un délai de préavis fixé dans le contrat. Dans le cas d'un contrat à durée déterminée (minimum 5 ans pour les concessions auto et maximum 10 ans), les co-contractants ne peuvent mettre fin au contrat en cours sauf modification de la personne morale du concessionnaire. Lors du renouvellement, le concessionnaire ne peut se prévaloir d'une reconduction tacite. Il peut toutefois réclamer des dommages et intérêts s'il considère le non renouvellement abusif. 

 

 

En savoir plus.

Partager cet article !

Réagir à cet article

Ces articles pourraient vous intéresser

Les 6 bonnes raisons d'externaliser ses tâches ...

L’externalisation (ou « Outsourcing ») consiste à confier une partie de ses activités à un prestataire extérieur afin d’éviter d’en assurer la charge en interne.Souvent perçue comme une menace, l’externalisation représente pourtant l’opportunité pour votre organisation de recentrer ses axes stratégiques sur son cœur de métier, un gain considérable qui pourrait à long terme assurer la réussite de vos objectifs. Choix hautement stratégique, l’externalisation nécessite cependant une main experte et ainsi de faire appel à des entreprises dont le cœur de métier est d’accompagner et de guider les entreprises tout en leur proposant des solutions pertinentes adaptées à leurs besoins.L’un des choix les plus judicieux consiste en l’externalisation des activités dites de « Back-Office » soit administratives, financières et juridiques. L’idée de cet article est de mettre en relief les 6 bonnes raisons pouvant pousser un acteur à envisager l’externalisation de ses activités de Back-Office. Cette analyse s’appuie sur l’expertise que les équipes de YourBO ont développé auprès d’une soixantaine de clients depuis plus de 4 ans.Se recentrer sur son cœur de métier, sur le « Business Development »Créer et développer un business est une activité à temps plein. Développer l’offre, chercher de nouveaux clients, communiquer, développer des partenariats, recruter, former… autant d’activités essentielles et critiques qui nécessitent un investissement plein du dirigeant.La lourdeur des contraintes administratives et financières françaises génère de nombreuses tâches à faible valeur ajoutée qui consomment un temps non négligeable pour le dirigeant. L’externalisation libère le dirigeant de ces tâches chronophages et lui permet de se concentrer sur la création de valeur en développant son activité.Générer un ROI (« Return On Investment ») considérableFace à une proposition d’externalisation chiffrée, de nombreux dirigeants sont frileux : pourquoi payer des services complémentaires qui peuvent partiellement être assumés par le dirigeant ?Cette vision à court terme est cependant biaisée et handicapante à moyen terme. Le coût inhérent à l’externalisation se transforme en investissement rentable grâce au temps à haute valeur ajoutée qu’elle dégage pour le dirigeant. De nombreux centres de coûts sont souvent négligés par les dirigeants : salaire de la personne en charge des fonctions administrative et financières, temps de formation, opportunités de business manquées…De plus, le recrutement d’une personne dédiée à ces fonctions est souvent bien plus coûteux que le coût d’une externalisation (le RAF d’une PME a en moyenne un salaire brut de 5417 euros par mois, soit un coût mensuel d’environ 7600 euros selon Michael Page).Un interlocuteur unique avec des limites : l’expert-comptableLe seul interlocuteur vers lequel se tournent les TPE et PME est souvent l’expert-comptable.Cependant, celui-ci ne répond pas pleinement aux attentes des dirigeants. Leur vision étant centrée sur la comptabilité et le contrôle des opérations, elle pourrait handicaper un entrepreneur voulant une vision dynamique et évolutive de son projet. Aujourd’hui, quelques sociétés sont spécialisées dans l’externalisation et peuvent vous proposer des services intégrés et adaptés à vos exigences métiers.Maîtriser son budget et la durée avec des prestations forfaitiséesLa gestion en interne expose au risque d’y consacrer un temps considérable, incompressible et difficile à appréhender qui pourra fluctuer fortement dans le temps et impacter considérablement l’agenda du dirigeant. Certains acteurs proposent des prestations « à la carte » facturées au forfait avec un engagement de résultat. Vous avez alors la garantie de la bonne réalisation de la prestation dans un temps imparti et avec un budget maîtrisé et connu à l’avance. Vous ne supportez plus les risques inhérents à cette prestation.Assurer la flexibilité et la continuité des activités Lors d’une gestion en interne, deux choix se posent :Si le dirigeant gère ces fonctions, son agenda est impacté par le cadre strict des obligations administratives, sociales et fiscales ;Si le dirigeant emploie un salarié pour gérer ces fonctions, il s’expose au risque de l’absentéisme, du recrutement, du remplacement, de la formation…L’externalisation garantit une continuité de services indépendant des aléas de la vie de l’entreprise.Bénéficier d’une expertise sur des questions hautement sensiblesLa prise en charge en interne des fonctions Back-office se heurte à un problème considérable : le manque d’expertise.Les fonctions comptables, ressources humaines, paies, juridiques et administratives sont très encadrées par un cadre législatif contraignant. Des erreurs peuvent avoir des conséquences considérables : amendes, pénalités, redressements social ou fiscal, responsabilité pénale…Les dirigeants disposent rarement des champs de compétences nécessaires à la gestion de l’ensemble de ces fonctions et s’exposent à des risques. L’externalisation garantit un service de qualité respectant les normes et le cadre législatif et fiscal, offre du conseil au dirigeant et protège l’entreprise en termes de responsabilité.

Ouvrir un compte professionnel : Comment s'y pr...

L’ouverture d’un compte professionnel est un palier important pour l’entrepreneur, et plus particulièrement au lancement de son activité. Il faut dire que les dépenses, les recettes, les cotisations sociales… en somme, toutes les transactions financières liées à ses activités passeront par ce compte dédié. Entre les comptes pro quasi gratuits qui offrent le minimum de services, les packs sur mesure et les tout compris, les néobanques, le choix est vaste. Comment ouvrir son compte professionnel ? Auprès de quel établissement s’adresser ? Pour quelle formule opter ? Voici des éléments de réponse. Ce qu’il faut savoir avant l’ouverture d’un compte professionnel Qu’est-ce qu’un compte professionnel ? Le terme « compte professionnel » est un vocabulaire commercial utilisé par les banques pour désigner les offres destinées aux professionnels et à leurs activités, à l’inverse des comptes personnels. Au-delà des services qui peuvent être plus complets, ce sont surtout les frais (plus élevés) qui font la différence. Les obligations Détenir un compte professionnel dédié aux activités professionnelles est effectivement obligatoire pour les sociétés (EURL, SARL, SAS, SA et SCI) et les micro-entrepreneurs qui ont opté pour le statut EIRL. Les indépendants, commerçants, artisans et professions libérales sont donc libres de choisir entre l’ouverture d’un compte bancaire personnel (au nom d’une personne physique) ou professionnel.Quoi qu’il en soit, avoir un compte pro consacré à l’entreprise permet d’avoir de la transparence et de la clarté dans les opérations, la gestion de la trésorerie et l’aspect fiscal. Ouvrir un compte pro : les étapes clés Établir ses besoins Face à la diversité des offres et des services, il convient de connaitre ses véritables besoins et de les mettre noir sur blanc. Cela servira de base pour sélectionner et comparer les différentes propositions. A défaut, l’on pourrait tomber dans le superflu ou une offre qui ne répond pas aux exigences de l’activité, etc.Par exemple :Les moyens de paiement : carte bancaire (quel type, plafond…), chéquierUne assurance sur les moyens de paiementUn outil de gestion de compte à distanceUne autorisation de découvertLes moyens d’encaissement (paiement en ligne, paiement en plusieurs fois, encaissement en point de vente, acceptation de cartes bancaires internationales...)Transferts d’argent à l’internationalFinancement de projetEtc. Comparer les offres Nous l’avons vu précédemment, se diriger vers la solution de facilité (jeter son dévolu sur le premier établissement ou sa propre banque personnelle) éloigne toute opportunité de trouver la meilleure offre. Il faut s’appuyer sur les critères listés dans la détermination des besoins pour faire un comparatif des banques pros.Aller à la rencontre des conseillers, exposer ses exigences et négocier (ne prendre que ce qui est utile pour son entreprise) pour optimiser le cout, voilà les grandes lignes de cette étape.De nombreuses banques mettent à disposition des simulateurs sur leur site web afin d’avoir un premier aperçu. Et, pour obtenir un rendez-vous, il suffit généralement de passer par un formulaire en ligne ou appeler. Composer le dossier pour l’ouverture d’un compte professionnel Lorsque le choix de la banque est fié, elle demandera un certain nombre d’informations relatives à l’activité et au statut du professionnel. Voici une liste non exhaustive des justificatifs demandés :Une pièce d’identité du représentant légalPour les sociétés, il faudra fournir :Les statuts de la société désignant les personnes habilitées à faire fonctionner le compte et la sociétéUn extrait KbisL’extrait ou l’attestation de parution dans un journal d’annonces légales.Pour les entrepreneurs individuels employant moins de 10 salariés, il faudra l’immatriculation au répertoire des métiers.Pour les commerçants employant moins de 10 salariés, il faudra l’immatriculation au registre du commerce et des sociétés ou l’extrait Kbis.Le numéro SIREN et le code APE sont nécessairesUn justificatif d’utilisation du local tel un bail commercial, un contrat de domiciliation, etc. Cas particulier de la création de société Il y a une démarche spécifique : celui du dépôt de capital social lors de la constitution d’une nouvelle société. En réalité, cela consiste à bloquer les fonds correspondant au capital libéré sur un compte provisoire. Cette formalité est obligatoire pour obtenir une attestation nécessaire à l’immatriculation de la société. Premier versement La plupart des banques, à quelques exceptions près, réclament un premier versement pour valider l’ouverture du compte pro. Que faire si la banque refuse d’ouvrir le compte professionnel ? Une banque est tout à fait dans son droit de refuser l’ouverture d’un compte bancaire. Elle n’est d’ailleurs pas dans l’obligation de justifier ce refus. Cependant, il n’y a pas d’inquiétude à avoir ! Le professionnel dont la demande aurait été refusée en sera informé par écrit et pourra faire appel à son « droit au compte ». Le droit au compte est stipulé dans l’article L312-1 du Code Monétaire et Financier. En faisant appliquer ce droit, le demandeur se verra attribuer d’office une banque qui lui ouvrira un compte. Toutefois, pour bénéficier de ce droit, le professionnel ne doit pas déjà détenir un compte professionnel dans une autre banque.

Le répertoire des entreprises Sirene gratuit au...

 La plus grande base de données sur l’état civil des entreprises françaises va devenir gratuite et accessible à tous le 1er janvier 2017. Dans sa volonté d’open data, le gouvernement va bientôt ouvrir à tous la base de données répertoriant les entreprises françaises. Actuellement payant, le fichier Sirene (Système national d’identification et du répertoire des entreprises et de leurs établissements) va en effet devenir gratuit au 1er janvier 2017. La base de données, qui compte quelques 9 millions d’entités légales répertoriées par leur numéro SIREN ou SIRET, recense pour chacune d’elle la localisation, les effectifs, le secteur d’activité ou encore la date de création. Un coup de pouce pour les start-up ?L’objectif ? Booster le « développement commercial des entreprises » en donnant un coup de pouce aux « services de recherche d’emploi » selon l’Etat. Dans les faits, cette ouverture de données publiques pourrait ainsi permettre à des jeunes start-up innovantes de réutiliser ces données de manière à développer de nouveaux usages. Confiant dans la réutilisation de ces données par les entreprises elle-mêmes, l’Etat assure que l’ouverture de Sirene générera des « bénéfices socio-économiques très importants » à même de compenser la perte de bénéfices de l’Insee, à hauteur de 10 millions d’euros.

Vous avez un nouveau message

Une question ?

Interrogez la
communauté

En direct
du forum

Derniers articles

Entreprise : Caution solidaire et régime matrimonial.

Lors de la souscription d’un crédit, y compris de trésorerie, il est  n’est pas rare que votre (vos) banquiers souhaitent votre caution solidaire en terme de garanties.

0

Lire la suite

Entreprise de maçonnerie générale à Mardeuil

L’entreprise MONTERIO JOSE se spécialise dans tous les travaux de maçonnerie générale, de rénovation immobilière et de ravalement. Ses zones d’int

0

Lire la suite

Dernières questions

Bonjour, je souhaite développer en marketing une stratégie avec des blogueurs et influenceurs pour augmenter la visibilité d'un site mais je ne sais pas bien comment m'y prendre. Que me conseillez-vous ?

2

Répondre

Bonjour, je souhaite développer en marketing une stratégie avec des blogueurs et influenceurs pour augmenter la visibilité d'un site mais je ne sais pas bien comment m'y prendre. Que me conseillez-vous ?

0

Répondre

Une question ?

Interrogez la
communauté