Filtre : Tous

Icon Utilisateur

Prêts et Crédits Impôts

Bpifrance est le principal acteur public du financement des entreprises. Le prêt sans caution ni garanties personnelles est son principal mode d'intervention pour le financement du développement des PME et TPE.

 

  • Bpifrance peut soutenir les investissements des sociétés en développement via le Contrat de développement. Ce prêt permet de financer les dépenses immatérielles liées à un investissement immobilier ou matériel.
  • Le Prêt à long ou moyen terme concerne toute sorte d'entreprise, ayant un projet d'investissement. Contrairement au contrat de développement (qui a une durée de 6 ans), sa durée peut aller jusqu'à 15 ans.
  • Le Prêt Croissance de Bpifrance soutient les projets d'investissements ou de croissance externe. Il finance les dépenses immatérielles et matérielles liées à cette croissance. Ce prêt a une durée de 7 ans.
  • Le Prêt SOFIRED-PME Défense intervient pour les PME travaillant pour le secteur de la défense, ou celles situées sur les territoires touchés par les restructurations de la Défense. Ce prêt finance les projets de développement ou de croissance externe. Il a également une durée de 7 ans.
Tous ces prêts interviennent en complément d'un prêt bancaire classique.
 
 
En complément a été mis en place le Crédit d'Impôt Compétitivité et Emploi.
Le CICE (Crédit d'Impôt Compétitivité et Emploi) est destiné à financer la compétitivité des entreprises. Il soutient les efforts en matière d'investissement, de recherche, d'innovation, de formation, de recrutement, de prospection de nouveaux marchés, de transition écologique et énergétique, et de reconstitution de leurs fonds de roulement. Le CICE est calculé en fonction des rémunérations annuelles des salariés de l'entreprise.
 
 
Pour en savoir plus sur les aides auxquelles les TPE et PME peuvent accéder, rendez-vous ici.
 
 
 

Partager cet article !

Réagir à cet article

Ces articles pourraient vous intéresser

Artis lève 400 000€ sur la plateforme de crédit...

Paris, le 1 septembre 2017 – WeShareBonds, la plateforme de crowdlending agréée par l’AMF, annonce la finalisation d’un prêt de 400.000€ à Artis, groupe de tuyauterie industrielle du grand ouest.Créé en 2007 à Derval en région Pays de La Loire, par Arnaud Josse et Fabrice Chailloux, ARTIS (Atlantique Réalisation Tuyauterie Industrielle Soudage) est spécialisé dans l’organisation, la fabrication, le suivi et la maintenance d’ensembles de tuyauteries industrielles ou de réseaux de canalisations enterrées de transport de fluides à partir de tubes métalliques et d’accessoires.A ses débuts, Artis s’était positionné sur la soudure et le transport de gaz naturel. Au fil des années, le groupe a batit sa réputation (maîtrise technique, flexibilité, confiance), pour élargir aujourd’hui son activité à de nouveaux segments et de nouveaux produits. La PME, qui emploie 30 salariés, développe son offre sur les installations nouvelles (bio méthane, hydrogène…) et s’ouvre au marché européen.Si 50% de son chiffre d’affaires est aujourd’hui réalisé auprès de GRT Gaz, ARTIS travaille avec d’autres acteurs incontournables au sein de ce secteur comme Eiffage, Air Liquide ou Bouygues Energie. En 2016, la PME a réalisé un chiffre d’affaires de 4,8 millions d’euros (clôture au 31/12/2016), et 442.000 euros d’EBITDA soit une marge EBITDA/CA de 9%. Elle prévoit de réaliser un chiffre d’affaires de 5,7 millions d’euros en 2017.Afin de financer son développement, la PME ARTIS s’est tournée vers WeShareBonds, l’expert du financement des PME, via un emprunt obligataire de 400.000 euros. Comme sur chaque projet, les actionnaires de WeShareBonds ont tous participé au financement via le fonds de crédit « WSB-1617 ». Les prêteurs (institutionnels comme La Banque Postale, co-fondateurs de WeShareBonds et particuliers) bénéficieront d’un taux d’intérêt annuel de 6% durant les 36 mois de la durée de ce prêt.Arnaud JOSSE, Co-gerant d’ARTIS, témoigne : « Ce mode de financement est une première pour nous. Je souhaite remercier toute l’équipe de WeShareBonds pour son accompagnement, la clarté des informations et le dynamisme mis en œuvre pour arriver à ce succès, et à la communauté de prêteur pour la confiance qu’ils nous témoignent. »Cyril Tramon, Fondateur et CEO de WeShareBonds, déclare : « Nous sommes fiers de la confiance qu’Arnaud Josse a témoigné envers WeShareBonds afin de financer le développement de son entreprise, en complément de ses partenaires bancaires traditionnels. Ce financement illustre l’adéquation entre les besoins de financement de PME françaises de qualité comme ARTIS, et la recherche de rendement et de sens des particuliers et des institutionnels qui ont choisi ce placement innovant et sociétal. Leurs intérêts se rencontrent, au bénéfice de notre économie et de nos régions. »A propos de WeShareBonds : WeShareBonds est une plateforme de financement participatif, sur laquelle des particuliers et des clients professionnels cofinancent directement des crédits à destination des PME, avec l’équipe et les actionnaires de la plateforme tout en comprenant et acceptant les risques inhérents à l'investissement dans des PME françaises non cotées.WeShareBonds, marque déposée de Wiseprofits SAS, est agréée en tant que Conseiller en Investissement Participatif (CIP) auprès de l'Autorité des Marchés Financiers (AMF), et enregistrée auprès de l’ORIAS. www.wesharebonds.comSource : http://www.artis-groupe.fr/fr/specialiste-tuyauterie-industrielle-canalisations-enterrees/Avertissement : l'investissement dans des entreprises non cotées présente des risques parmi lesquels : la perte partielle ou totale du capital investi, l'illiquidité ainsi que des risques spécifiques à l'activité de l'entreprise, détaillés dans les notes d'opération mise à disposition dans l'onglet "Documents" des projets. L'investissement sur WeShareBonds doit être inscrit dans une démarche de constitution d'un portefeuille diversifié. Vous pouvez investir sur WeShareBonds une fois votre profil investisseur complété et validé par nos équipes.A propos du groupe ARTIS Enrichie par ses connaissances accumulées au fil des années, ARTIS a développé une expertise dans la construction et l’installation de skids et modules. La possibilité de construire et d’assembler des skids de petites et moyennes dimensions, permet à ARTIS de proposer aux sociétés européennes d’ingénierie, une capacité de réalisation de modules à destination du grand export, avec un haut niveau de qualités. Artis réalise également :- Postes de coupures et demi coupures- Poste de sectionnement- Gare de racteurs- Poste de comptageContact presseWeShareBondsAgence Rumeur PubliqueHélène Fritz helene.fritz@rumeurpublique.fr / 01 55 74 52 40Sébastien Dosne sebastien@rumeurpublique.fr / 01 82 28 37 28ARTISArnaud JOSSE / ajosse@artis-groupe.fr / 06.62.78.42.12

Entrepreneurs et banque : le verre à moitié ple...

Les résultats du premier Observatoire de la confiance des TPE envers leurs banques ont été diffusés ces derniers jours. Et ces derniers sont équivoques. D'un côté, plus de 80% des dirigeants des dirigeants de TPE estiment que la confiance en leur banque est élevée ; mais de l'autre côté, seuls 67% des Dirigeants qui ont éprouvé une difficulté lors d'un besoin de financement font confiance à leur banque, ce taux baissant même à 44% pour celles ayant dû faire face à un refus de financement. Explications.  Crédits Photo : BNP Paribas Banque Privée Les résultats étaient attendus. Pour sa première édition, l'Observatoire de la confiance des TPE envers leurs banques, outil piloté par la Médiation du Crédit, a rendu un verdict pour le moins partagé. Dans le cadre de cette enquête, ce sont près de 4 500 TPE qui ont été sondées afin d'étudier et analyser leur (mé)contentement vis-à-vis de leur partenaire financier. Et le premier enseignement de l'enquête correspond à une réalité souvent rappelée : pour 56% des Dirigeants de TPE, la demande de financement s'est heurtée à au moins une difficulté. Parmi les difficultés : demande importante de garanties ou cautions personnelles (1 cas sur 3) ou encore lourdeurs administratives (30%). Ce qui a un rôle fort sur le rapport entre entrepreneurs et partenaires financiers... Le verre à moitié vide ? Dans la réalité, les difficultés rencontrées par les dirigeants jouent sur la confiance que ces derniers accordent à leur banque. Le « taux de confiance » mesuré par le baromètre s'élève ainsi à 96,6% chez les dirigeants qui n'ont jamais eu de problème de financement, contre 67,6% chez ceux qui ont rencontré une difficulté. Ce taux descend même à 44% pour les dirigeants ayant dû faire face à un refus total de la part de la banque. La qualité de la relation entre le dirigeant et son conseiller bancaire est à cet égard citée comme le principal facteur de confiance ou de défiance envers la banque, très nettement devant la « capacité d'accompagnement et de soutien en cas de difficulté ». Autrement dit, la confiance prévaudrait dans la majorité des cas où aucun problème n'est apparu entre les différentes parties prenantes. Le verre à moitié plein ? Mais les résultats au global sont tout de même forts et correspondent à une tendance à la hausse. Parmi ces résultats très positifs : La confiance des TPE envers leur banque est élevée : 80,6%Pour la moitié des dirigeants elle tient à la relation avec le conseiller bancaireLes TPE estiment que leur conseiller leur fait confiance (près de 9/10) Alors que le sujet du financement est comme toujours crucial dans le cadre de la gestion et du développement de l'entreprise, nul doute que les résultats de cette première édition seront largement partagés et commentés. Et vous, le verre, vous le trouvez à moitié vide ou plein ? A.H. 

L'apport personnel en franchise

Cette fiche est rédigée par Toute la Franchise.   En franchise le créateur doit disposer d'un minimum d'apport personnel pour se lancer à son compte. Cet argent immédiatement mobilisable sert de garantie à l'emprunt. Il doit représenter au minimum l'équivalent d'un tiers de l'investissement global.   Pour ouvrir une entreprise, qu'elle soit en franchise ou hors franchise d'ailleurs, un créateur doit disposer d'un capital minimum de départ. Ce capital appelé plus communément apport personnel correspond aux fonds propres nécessaires au lancement d'une affaire hors emprunt.   Qu'appelle-t-on l'apport personnel ? L'apport personnel d'un créateur est constitué de sommes directement mobilisables. Il s'agit classiquement des économies personnelles du créateur mais aussi dans certains cas, de fonds prêtés par la famille ou amenés par un investisseur associé. Ces sommes peuvent être augmentées le cas échéant par des subventions ou des aides comme l'ACCRE (Aide aux chômeurs créant ou reprenant une entreprise), un prêt d'honneur, un crédit solidaire, une aide du Fonds de garantie à l'initiative des femmes (FGIF), etc. L'ensemble des sommes directement mobilisables par le créateur a pour objet de financer le projet de création, mais aussi et surtout, d'amener suffisamment de garanties sonnantes et trébuchantes pour qu'une banque suive le projet.   L'apport personnel, le nerf de la guerre Généralement, l'apport personnel minimum doit représenter 30 % du coût global du projet. Si ce pourcentage n'est pas atteint, la banque sera réticente pour octroyer un prêt et pourra exiger du créateur des garanties supplémentaires (nantissements sur les biens mobiliers, caution personnelle ou caution d'un organisme tiers). En d'autres termes, de la hauteur de l'apport personnel dépend l'avenir du projet et le niveau de risque de la banque et par ricochet de l'entrepreneur. D'où l'importance de mettre toutes les chances de son côté dès les prémices du projet. Sachant que de l'emprunt dépend la faisabilité, le créateur doit tout mettre en œuvre pour gonfler au maximum son apport personnel.   42 % en moyenne chez les franchisés 2014 Selon les résultats de la 11e enquête franchise réalisée par la Fédération Française de la Franchise et la Banque populaire, les franchisés en 2014 disposaient en moyenne de 42 % du coût du projet d'apport personnel. En complément de leurs ressources personnelles, les franchisés ont eu recours à de l’emprunt classique et à d’autres formes de financement comme le crédit-bail, le Prêt à la Création d’Entreprise BPI (ex Oséo), le prêt Nacre, un prêt d’honneur ou autre prêt régional. Sur l'ensemble des franchisés interrogés dans la cadre de cette enquête, 38 % ont obtenu un prêt bancaire supérieur à 200 000 €. Et si 23% des franchisés ont effectué des démarches particulières pour obtenir une aide financière auprès d’un organisme public, 15 % seulement ont obtenu l’une de ces aides.    En savoir plus.

Vous avez un nouveau message

Une question ?

Interrogez la
communauté

En direct
du forum

Derniers articles

Colonie de vacances

Un soutien scolaire efficace Dans ces séjours centrés sur la colonie de vacances, tout est fait pour permettre aux jeunes de rattraper leur éventuel retard et d'acqué

0

Lire la suite

Créer son argumentaire de Vente étape par étape

ARGUMENTAIRE DE VENTE ? QUE DOIT CONTENIR UN ARGUMENTAIRE DE VENTE ?    Argumentaire de vente ? Que doit contenir un argume

0

Lire la suite

Dernières questions

Le cadre légal de la formation en entreprise

1

Répondre

Ratios financiers normatifs de la start-up, site internet

2

Répondre

Une question ?

Interrogez la
communauté