Filtre : Tous

Icon Utilisateur

Pénibilité : qu'en est-il de l'acquisition de points et de leur contestation éventuelle ?

Cette fiche vous est proposée par le Conseil Supérieur de l'Ordre des Experts Comptables.

 

Pour les contrats de travail couvrant l’intégralité de l’année, l’exposition à un facteur au-delà des seuils de pénibilité ouvre droit à 4 points, l’exposition à plusieurs facteurs (poly-exposition) ouvre droit à 8 points. Pour les personnes nées avant le 1er juillet 1956, le nombre de point est doublé. 

 

Le nombre total de points inscrits sur le compte ne peut excéder 100 points au cours de la carrière du salarié.

 

Remarque

Les contrats de travail d’une durée inférieure à un mois ne donnent pas lieu à l’acquisition de points. Ainsi, un salarié cumulant plusieurs CDD inférieurs à un mois au cours d’une même année n’acquerra pas de points de pénibilité, même si sur l’année, il dépasse les seuils définis par les textes.

 

Pour les contrats de travail ne couvrant pas l’intégralité de l’année civile (CDD, entrée ou sortie en cours d’année), le salarié acquiert un point par période d’exposition de 3 mois (2 points en cas de poly-exposition).

Pour les salariés ayant eu plusieurs employeurs au cours d’une même année, la CNAVTS agrège l’ensemble des déclarations pour établir, pour chaque facteur de risque professionnel déclaré, la durée totale d’exposition en mois au titre de l’année civile.

 

Modalités d’acquisition des points (1) (2)

Contrat de travail ≥ à l’année civile

Contrat de travail < à l’année civile

Entrée/sortie en cours d’année

Contrat de travail ≥ 1 mois

Contrat de travail < 1 mois

Mono-exposition

4 points

3 mois d’exposition = 1 point

0 point

Poly-exposition

8 points

3 mois d’exposition = 2 points

0 point

  1. Nombre de points doublé pour les salariés nés avant 1960
  2. Dans la limite de 100 points
 

 

  • Contestation de l'acquisition par le salarié

 

Le salarié peut contester les déclarations de l’employeur relatives à la pénibilité.

Exemple

Si un salarié constate qu’il est exposé à un facteur de pénibilité au-delà des seuils fixés par les textes, mais qu’il n’a acquis aucun point sur son compte pénibilité parce que l’employeur n’a pas déclaré cette exposition, il pourra contester ce défaut de déclaration pour obtenir les points qui lui sont dus.

 

Sa contestation peut porter sur les 3 années civiles précédentes.

Exemple

La contestation portée par le salarié en 2018 pourra porter sur les années d’exposition de 2015 à 2017 incluses.

Le salarié qui souhaite contester les déclarations de l’employeur doit au préalable porter sa réclamation devant son employeur qui dispose d’un délai de 2 mois pour répondre. Le salarié peut être assisté ou représenté par une personne de son choix appartenant au personnel de l'entreprise.

 

Dès la réception de sa réclamation, l’employeur indique au salarié que l’absence de réponse dans un délai de 2 mois équivaut à un refus et le délai dans lequel sa réclamation peut être portée devant la caisse. La décision de l’employeur qui doit intervenir dans un délai de 2 mois, doit être motivée et préciser à nouveau le délai de contestation devant la caisse (2 mois).

Si l’employeur refuse d’accéder à la demande du salarié ou s’il ne répond pas au bout de 2 mois, le salarié pourra saisir la caisse.

 

Les contestations du salarié peuvent donner lieu, si la caisse fait droit à sa demande, à une régularisation des cotisations de pénibilité et à une régularisation du nombre de points acquis. Une pénalité financière, pouvant aller jusqu’à 50 % du plafond mensuel de la sécurité sociale pour chaque salarié concerné par l’irrégularité peut également être appliquée.

Par ailleurs, en dehors de toute procédure de contrôle ou de contestation, le salarié pourra toujours demander des dommages-intérêts pour compenser le préjudice subi en raison de l’absence d’ouverture d’un compte pénibilité ou de sous-estimation du nombre de points acquis.

 

En savoir plus sur le Compte Personnel de Prévention de la Pénibilité (C3P).

Partager cet article !

Réagir à cet article

Ces articles pourraient vous intéresser

Existe-t-il une obligation de formation des sal...

Cette fiche vous est proposée par le Conseil Supérieur de l'Ordre des Experts Comptables.   En matière de formation professionnelle, l’employeur n’est pas seulement tenu de payer les cotisations formation obligatoires. Il doit également mettre en œuvre de manière effective son obligation de formation sous peine d’être redevable de dommages et intérêts au profit des salariés. Cette obligation est indépendante du droit du salarié de se former dans le cadre du droit individuel à la formation (DIF), ou du compte personnel de formation, qui entre en vigueur en 2015.   L'obligation légale de formation La loi impose à l’employeur de former les salariés : « l’employeur assure l’adaptation des salariés à leur poste de travail. Il veille au maintien de leur capacité à occuper un emploi, au regard notamment de l’évolution des emplois, des technologies et des organisations. Il peut proposer des formations qui participent au développement des compétences, ainsi qu'à la lutte contre l'illettrisme. Les actions de formation mises en œuvre à ces fins sont prévues, le cas échéant, par le plan de formation ».   L’accès à la formation professionnelle Cet accès est assuré : soit à l’initiative de l’employeur dans le cadre du plan de formation, pendant le temps de travail ; soit à l’initiative du salarié dans le cadre du CIF (congé individuel de formation) ou du compte personnel de formation, hors du temps de travail ; soit à l’initiative du salarié avec l’accord de l’employeur dans le cadre du DIF ou du compte personnel de formation, pendant le temps de travail ; soit par le biais des contrats de professionnalisation.   Le plan de formation comprend deux types d’actions de formation : les actions d’adaptation au poste de travail ou liées à l’évolution des emplois ou au maintien dans l’emploi, et les actions destinées au développement des compétences. Les actions d’adaptation au poste ou liées à l’évolution dans l’emploi peuvent être imposées au salarié. Le refus d’y participer peut constituer un motif de licenciement. En revanche, le salarié peut valablement refuser de suivre des actions de développement des compétences qui se dérouleraient hors du temps de travail effectif, ainsi qu’un bilan de compétences ou une validation des acquis de l’expérience.   En savoir plus sur les sanctions que risque l'employeur en cas de défaut de formation.

Création et fonctionnement d'une Entreprise Uni...

Cette fiche vous est proposée par le Conseil Supérieur de l'Ordre des Experts Comptables.   Création, fonctionnement, statut de l'entrepreneur : quelles sont les principales caractéristiques de l'Entreprise Unipersonnelle à Responsabilité Limitée (EURL) ? Explications sur les dimensions constitutives de ce statut juridique particulier.   Création Constitution Capital Son montant est librement fixé par les statuts. Il est divisé en parts sociales de valeur nominale égale. L’attribution de toutes les parts à l’associé unique doit être mentionnée dans les statuts. Associés Un seul. Durée La durée de la société doit figurer dans les statuts. Elle est au maximum de 99 ans à compter de l’immatriculation de la société au Registre du commerce et des sociétés. Apports Les apports en numéraire doivent être libérés pour 20 % au moins au moment de la constitution, le solde devant être libéré dans les cinq ans suivant l’immatriculation de la société au Registre du commerce et des sociétés. Ces apports doivent être déposés par le fondateur auprès de la Caisse des dépôts et consignations, chez un notaire ou dans une banque. Les apports en nature peuvent être opérés en propriété ou en simple jouissance. Ils doivent être évalués dans les statuts au vu d’un rapport établi par un commissaire aux apports, sauf si aucun d’entre eux n’a une valeur supérieure à 30 000 € et si la valeur totale des apports n’excède pas la moitié du capital social. Acte constitutif Les statuts doivent être établis par écrit. Le centre de formalités des entreprises (CFE) remet gratuitement un modèle de statuts d’EURL. Ce modèle s’adresse à l’EURL dont la gérance est confiée à l’associé unique. Ces statuts types s’appliquent à défaut de déposer d’autres statuts au CFE. Publicité La constitution de l’EURL doit faire l’objet d’une insertion dans un journal d’annonces légales. Elle fait également l’objet d’une insertion au bulletin officiel des annonces civiles et commerciales (BODACC) à la diligence du greffier du tribunal de commerce. Immatriculation Le dossier d’immatriculation au Registre du commerce et des sociétés (RCS) doit être déposé au centre de formalités des entreprises (CFE) de la chambre de commerce et de l’’industrie (CCI) ou de la chambre de métiers et de l’artisanat (CMA) selon l’activité et le nombre de salariés.   Fonctionnement Fonctionnement Gouvernance et prise de décision L’étendue des pouvoirs du ou des gérants est déterminée par les statuts. L’associé unique exerce les pouvoirs dévolus à la collectivité des associés dans les SARL pluripersonnelles, sous la forme de décisions unilatérales qui concernent tant le fonctionnement courant de la société que la modification de ses statuts. Nomination et révocation des gérants L’associé unique personne physique peut se désigner comme gérant ou confier la gérance à un ou plusieurs tiers. Le ou les gérants initiaux sont nommés dans les statuts ou dans un acte postérieur. La durée de leurs fonctions est fixée par les statuts. Les gérants peuvent être reconduits ou révoqués par l’associé unique. Obligations comptables Obligations comptables de droit commun. Compte bancaire séparé Oui. Dépôt des comptes sociaux Dépôt au greffe du tribunal de commerce. L’EURL répondant aux critères de la micro-entreprise définis par l’article D.123-200 du Code de commerce est : - dispensée du dépôt des annexes si elle ne dépasse pas au titre du dernier exercice comptable deux des trois critères suivants : total du bilan ≤ à 350 K€, CA net ≤ à 700 K€, ≤ à 10 salariés ; - tenue de déposer leurs comptes annuels mais peut déclarer, sauf exceptions, que les comptes annuels qu’elle dépose ne seront pas rendus publics. Dispense de déposer le rapport de gestion. Dispense d’établir le rapport de gestion pour le gérant-associé unique personne physique sous certaines conditions. Le dépôt des comptes aux greffes vaut approbation par l’associé unique. Publicité au BODACC à la diligence du greffier. Droit des entreprises en difficulté Livre sixième du Code de commerce. Imposition des bénéfices Les bénéfices de l’EURL sont en principe soumis à l’impôt sur le revenu dans la catégorie correspondant à l’activité de l’entreprise. Néanmoins, l’EURL relèvera obligatoirement de l’impôt sur les sociétés si l’associé unique est une personne morale. En outre, une EURL dont l’associé unique est une personne physique peut opter pour l’impôt sur les sociétés. Cette option est irrévocable.   Statut de l'entrepreneur Statut du dirigeant et des associés Gérant Responsabilité des gérants Les gérants sont responsables civilement et pénalement des fautes commises dans leur gestion. Ils sont également responsables fiscalement en cas de fraude ou de non-respect répété des obligations fiscales. Régime social des gérants Gérant associé unique : régime des non-salariés. Gérant non associé : assimilation au salarié pour le régime de sécurité sociale et de retraite. Régime fiscal des gérants EURL relevant de l’impôt sur le revenu : la rémunération du gérant associé unique n’est pas déductible des bénéfices (à la différence de celle du gérant non associé, qui est déductible de la société et taxée entre les mains de ce dernier dans la catégorie des traitements et salaires). EURL ayant opté pour l’impôt sur les sociétés : la rémunération du gérant, associé ou non, est taxée dans la catégorie des traitements et salaires. Associé unique Responsabilité de l’associé unique La responsabilité de l’associé unique est limitée au montant de ses apports, sauf en cas de faute de gestion ou de caution personnelle accordée dans le cadre d’engagements  consentis à l’EURL. Régime social de l’associé unique Régime social des travailleurs non-salariés, s’il exerce une activité dans l’entreprise, quelle qu’elle soit. En cas d’option pour l’IS, la part des dividendes qui excède 10 % du capital social et des primes d’émission et des sommes versées en compte courant détenus par les associés est soumise aux cotisations sociales. Régime fiscal de l’associé unique Le résultat de l’EURL est taxé entre les mains de l’associé unique à l’impôt sur le revenu, dans la catégorie de revenus correspondant à l’activité de l’entreprise.   En savoir plus sur les avantages et les inconvénients d'une EURL.

DSN : vers la simplification des déclarations

Cette fiche est rédigée par Humanis.   La Déclaration sociale nominative (DSN) est un projet visant à simplifier et alléger les démarches administratives. Quels sont ses enjeux principaux pour vous, entrepreneurs ?   Simplification des démarches La DSN vous permet de centraliser toutes vos informations sociales dématérialisées vers un seul destinataire : net-entreprise.fr, ce qui représente un gain de temps considérable. La DSN permet en effet de réduire de 20 à 30% le temps passé à la production de documents déclaratifs.   Comment ça fonctionne ? Concernant les déclarations mensuelles (contrats complémentaires, rémunération, informations sur le contrat de travail, identification du salarié, de l’entreprise…) : des flux DSN sont produits par les logiciels de paie. Concernant les déclarations ponctuelles (arrêt de travail, rupture ou fin de contrat …) : un flux doit être envoyé dans les 5 jours suivant l’événement. Pour vous inscrire à la DSN, il suffit de remplir un questionnaire en cliquant ici et le renvoyer à l’adresse indiqué.   Les avantages de la DSN  des démarches simplifiées, un gain de temps, plus d’efficacité, moins de risques d’erreurs, sécurité et confidentialité des données : elles sont contrôlées par l’Agence centrale des organismes de sécurité sociale (Acoss) et le traitement des données est validé par la Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil)   Qui est concerné ? Toutes les entreprises privées qui relèvent du régime général de la Sécurité sociale et/ou agricole.   Quelles sont vos obligations ? Le décret du 24 septembre 2014 oblige certains employeurs à basculer dans le système DSN dès le mois de mai 2015 pour la paie d’avril concernant les déclarations liées aux contrats prévoyance, santé, et/ou épargne salariale. Si vos cotisations sociales au titre de l’année 2013 n’excèdent pas un million d’euros, vous n’avez pas pour le moment - jusqu’au 1er janvier 2016 – l’obligation de basculer dans le système DSN. En revanche, vous êtes concernés dès à présent, si votre entreprise est redevable : de cotisations et de contributions sociales de deux millions d’euros ou plus, d’un montant égal ou supérieur à 1 million d’euros, lorsqu’elles ont recours à un tiers déclarant et que la somme totale des cotisations et contributions sociales déclarées par celui-ci au titre de 2013 pour le compte de l’ensemble de ses clients est égale ou supérieure à 10 millions d’euros. Cette obligation sera étendue au 1er janvier 2016 : elle inclura alors les déclarations concernant la retraite complémentaire et toutes les entreprises du secteur privé seront alors concernées.   Pour en savoir plus sur la DSN cliquez sur : www.dsn-info.fr

Vous avez un nouveau message

Une question ?

Interrogez la
communauté

En direct
du forum

Derniers articles

30% à 40% d’économie sur vos annonces légales grâce à Publication Annonce Légale

Nos modèles d’annonces légales ont été étudiées afin de les rendre plus simples et afin d’optimiser l’annonce et ce en utilisant les abr&eac

0

Lire la suite

Colonie de vacances

Un soutien scolaire efficace Dans ces séjours centrés sur la colonie de vacances, tout est fait pour permettre aux jeunes de rattraper leur éventuel retard et d'acqué

0

Lire la suite

Dernières questions

Le cadre légal de la formation en entreprise

1

Répondre

Ratios financiers normatifs de la start-up, site internet

2

Répondre

Une question ?

Interrogez la
communauté