Filtre : Tous

Icon Utilisateur

Mutuelle santé ou complémentaire santé : quelle différence ?

Cette fiche a été rédigée par Humanis.

Quel que soit l’organisme assureur, on désigne souvent les régimes frais de santé sous le terme générique de mutuelle. Mutuelle santé, assurance santé, complémentaire santé, sur-complémentaire santé … Comment faire la différence ? Humanis vous donne les clefs pour tout comprendre.

 

  • Un seul objectif commun

Derrière ces termes différents existe un but commun : le remboursement des frais de santé non pris en charge par l’Assurance maladie.

 

  • Mutuelle santé : définition

Une mutuelle santé est un groupement à but non lucratif organisé pour mener des actions de prévoyance et de solidarité. La mutuelle est financée en majeure partie par la cotisation de ses membres.

 

  • Assurance santé : définition

Une garantie assurance santé est proposée par une compagnie d’assurance. Les assurances se distinguent par leur activité à but lucratif.

 

  • Complémentaire santé : définition

Elle est souvent proposée par une Institution de prévoyance, administrée paritairement par des membres adhérents que sont les représentants des employeurs et des membres participants que sont les représentants des salariés. Elles ont pour finalité de servir les intérêts des entreprises et des salariés. Elles peuvent mener des actions sociales et gèrent des contrats collectifs ou de groupe.

 

  • Sur-complémentaire santé : définition

Une sur-complémentaire santé permet de compléter une couverture santé existante mais jugée insuffisante pour certains besoins (dentaire, optique…) Elle est utile notamment dans le cadre de la généralisation de la complémentaire santé, lorsque la couverture proposée par l’employeur ne suffit pas à couvrir tous les besoins du salarié. Si la couverture santé doit être prise en charge à hauteur de 50% minimum par l’employeur, la sur-complémentaire santé reste, elle, entièrement à la charge du salarié. Elle peut être souscrite dans le cadre de son entreprise ou à titre individuel.

 

À partir du 1er janvier 2016, chaque employeur  de salarié devra proposer une couverture santé à ses salariés. Découvrez tous les conseils Humanis pour mettre en place un contrat santé collectif conforme aux nouvelles exigences règlementaires.

Partager cet article !

Réagir à cet article

Ces articles pourraient vous intéresser

Rendez-vous médical express (Ile-de-France)

Programmez un rendez-vous pour votre consultation médicale ou votre examen en moins de 3 jours et sans dépassement d’honoraires. Acceder au service

Comment utiliser le Compte Personnel de Formati...

Cette fiche vous est proposée par le Conseil Supérieur de l'Ordre des Experts Comptables.   L’utilisation du Compte Personnel de Formation (CPF) est soumise au respect de plusieurs conditions.   Formations éligibles Les actions de formation éligibles au compte personnel de formation sont exclusivement celles : permettant d'acquérir le socle de connaissances et de compétences ; permettant la validation des acquis de l'expérience ; ou figurant sur les listes de formations certifiantes ou qualifiantes élaborées par accord collectif conclu entre les organisations syndicales et patronales signataires d'un accord constitutif d'un OPCA interprofessionnel ou par les différentes commissions paritaires de l'emploi et de la formation.   On note un changement radical sur ce point par rapport au dispositif du DIF. En effet, si ce dernier permettait au salarié de solliciter tout type d’actions de formation, le CPF ne vise que des formations certifiantes, qualifiantes ou permettant un développement des compétences. Toute action de formation n’est donc pas éligible au compte formation. Notamment, le compte ne peut être utilisé pour réaliser un bilan de compétences. La nature des formations éligibles peut varier selon que le bénéficiaire est salarié ou en recherche d’emploi : formations éligibles communes aux personnes salariées et en recherche d’emploi : formations qualifiantes ou certifiantes, définies par le Comité paritaire interprofessionnel national pour l’emploi et la formation (Copanef) au sein de la liste nationale interprofessionnelle ; formations concernant le socle de connaissances et de compétences dont le contenu fera l’objet d’un décret ainsi que les actions d’accompagnement à la VAE ; formations éligibles spécifiques aux personnes salariées : formations qualifiantes ou certifiantes, définies par les branches professionnelles, nationales et régionales ; formations éligibles spécifiques aux personnes à la recherche d’un emploi : formations concourant à l’accès à la qualification des personnes à la recherche d’un emploi définies par les partenaires sociaux régionaux et financées par la Région, Pôle emploi et l'AGEFIPH.    Utilisation du portail Internet dédié Le compte est géré de manière dématérialisée par la Caisse des Dépôts et Consignations. L’accès au compte est opéré à partir du portail www.moncompteformation.gouv.fr. Une procédure d’authentification est prévue pour activer le compte personnel de formation lors de la première connexion (vérification d’identité, définition d’un mot de passe). Le portail internet, actif depuis le 5 janvier 2015, donne des informations sur les formations éligibles au titre du compte et sur les abondements complémentaires susceptibles d'être sollicités.   En savoir plus sur la mobilisation des droits à la formation.

Tracts syndicaux : où peuvent-ils être distribu...

Cette fiche vous est proposée par Wolters Kluwer.   Les tracts syndicaux peuvent être diffusés aux heures d'entrée et de sortie du travail dans l'enceinte de l'entreprise. En dehors de celle-ci, la distribution est libre et ne peut être restreinte que si leur contenu est injurieux ou diffamatoire.   Qui peut distribuer les tracts ? En général, c’est le délégué syndical qui distribue les publications et tracts syndicaux. Mais toute autre personne adhérente à la section syndicale peut s’en charger, voire tout autre salarié non syndiqué, dès lors qu’il est mandaté pour cela par la section.   Où et quand la distribution peut-elle avoir lieu ? > Lieu. Les tracts peuvent être distribués dans l’enceinte de l’entreprise [C. trav., art. L. 2142-4]. L’employeur ne peut pas désigner de façon unilatérale un endroit où la distribution devra exclusivement avoir lieu. Les tracts ne doivent pas forcément être distribués à proximité immédiate du seuil de l’entreprise. Par exemple, la distribution peut être effectuée dans un couloir conduisant aux ateliers [Cass. crim., 21 févr. 1979, n° 77-92.618] ou aux portes du restaurant situé à l’intérieur de l’entreprise [TGI Versailles, 2 nov. 1977]. Seule limite : elle ne doit pas apporter de trouble injustifié à l’exécution normale du travail ou à la marche de l’entreprise [Cass. crim., 27 nov. 1973, n° 73-90.495].   > Moment. Les tracts peuvent être distribués aux heures d’entrée et de sortie du travail. Autrement dit, lorsque les salariés arrivent à leur poste et qu’ils le quittent. La distribution ne peut donc pas être effectuée pendant le temps de travail. Ainsi, en particulier, elle n’est pas possible au cours des allées et venues du personnel pour raisons professionnelles [Cass. crim., 10 mai 1979, n° 78-40.900]. Idem pendant les pauses, qui ne sont pas assimilables à des heures d’entrée et de sortie du travail [Cass. soc., 8 juill. 1982, n° 81-14.176], ou pendant le repas pris dans la cafétéria de l’entreprise [Cass. soc., 20 oct. 1988, n° 85-46.050]. Par ailleurs, l’employeur peut s’opposer à ce qu’une liasse de tracts soit déposée en permanence dans le hall d’entrée de l’entreprise, étant ainsi à la disposition non seulement des employés soumis à des heures de passage échelonnées, mais également des visiteurs de l’établissement [Cass. crim., 30 janv. 1973, n° 72-92.034]. Il n’est pas possible non plus de déposer des tracts dans les bureaux pendant l’absence des salariés [Cass. soc., 27 mai 1997, n° 95-14.850].   A NOTER En cas d’horaires variables, la distribution peut avoir lieu pendant les plages mobiles, et ne peut être interdite que pendant les plages fixes. En cas de travail par équipes, les syndicats peuvent diffuser leurs tracts au moment du changement d’équipe [Rép. min. n° 11748, JO AN Q, 15 nov. 1999, p. 6578].   > Amélioration possible. Un accord collectif ou un usage peuvent améliorer les conditions de diffusion des tracts, par exemple en l’autorisant via l’intranet ou en dehors des heures d’entrée et de sortie. Mais ils ne peuvent en aucun cas durcir ces modalités [Cass. soc., 27 mai 2008, n° 06-46.403].   Un contrôle est-il possible ? Contrairement aux communications syndicales affichées, les tracts n’ont pas à être transmis simultanément à l’employeur. Leur contenu est librement déterminé par le syndicat, dans le respect des dispositions relatives à la presse interdisant l’injure, la diffamation publique, les fausses nouvelles et la provocation [C. trav., art. L. 2142-5]. Si l’employeur estime la distribution illicite (endroit ou moment non respecté…), il peut saisir le juge des référés du TGI pour la faire suspendre ou réclamer des dommages et intérêts.   Qu'en est-il en dehors de l'entreprise ? Les dispositions détaillées ci-dessus ne sont pas applicables lorsque la distribution a lieu en dehors de l’entreprise, qu’il s’agisse de la voie publique, des parties communes de l’immeuble ou encore des locaux de l’entreprise cliente au sein desquels les salariés de l’entreprise effectuent des missions [Cass. soc., 18 janv. 2011, n° 09-12.240]. Ainsi, un hall d’immeuble partie commune constitue un lieu de libre diffusion des tracts syndicaux. Par conséquent, l’employeur ne peut pas invoquer ces principes pour contester de telles distributions. Par exemple, dans cette affaire, les tracts avaient été laissés sur les bureaux en l’absence des salariés et d’autres leur avaient été remis pendant leurs heures de travail. Si cela s’était passé dans l’enceinte de l’entreprise, l’employeur aurait pu s’y opposer. Mais, en l’occurrence, la distribution avait eu lieu dans des locaux où les salariés effectuaient des missions. Les règles habituelles ne pouvaient donc pas être invoquées. L’employeur ne pouvait agir que sur le fondement de la loi relative à la presse s’il estimait que les tracts étaient diffamatoires ou injurieux [Cass. soc., 28 févr. 2007, n° 05-15.228]. Le régime applicable aux tracts syndicaux diffère donc selon le lieu où ils sont diffusés.

Vous avez un nouveau message

Une question ?

Interrogez la
communauté

En direct
du forum

Derniers articles

20 ans d'expérience en électricité générale au service de Nespouls (19) 24h/24 et 7j/7

SARL DE FREITAS ELECTRICITE est une entreprise d’électricité située Nespouls. Elle opère dans tout le département de la Corrèze et les départemen

0

Lire la suite

Et si la fidélisation devenait synonyme de développement commercial ?

« Mais, la fidélisation client, c’est exactement cela ! » me diront beaucoup d’entre vous. Et pourtant. Etes-vous certain que, dans vos organisations, l

0

Lire la suite

Dernières questions

Bonjour, je souhaite développer en marketing une stratégie avec des blogueurs et influenceurs pour augmenter la visibilité d'un site mais je ne sais pas bien comment m'y prendre. Que me conseillez-vous ?

2

Répondre

Bonjour, je souhaite développer en marketing une stratégie avec des blogueurs et influenceurs pour augmenter la visibilité d'un site mais je ne sais pas bien comment m'y prendre. Que me conseillez-vous ?

0

Répondre

Une question ?

Interrogez la
communauté