Filtre : Tous

Icon Utilisateur

Mutuelle santé ou complémentaire santé : quelle différence ?

Cette fiche a été rédigée par Humanis.

 

Quel que soit l’organisme assureur, on désigne souvent les régimes frais de santé sous le terme générique de mutuelle. Mutuelle santé, assurance santé, complémentaire santé, sur-complémentaire santé … Comment faire la différence ? Humanis vous donne les clefs pour tout comprendre.

 

  • Un seul objectif commun 

Derrière ces termes différents existe un but commun : le remboursement des frais de santé non pris en charge par l’Assurance maladie.

 

  • Mutuelle santé : définition 

Une mutuelle santé est un groupement à but non lucratif organisé pour mener des actions de prévoyance et de solidarité. La mutuelle est financée en majeure partie par la cotisation de ses membres.

 

  • Assurance santé : définition

Une garantie assurance santé est proposée par une compagnie d’assurance. Les assurances se distinguent par leur activité à but lucratif.

 

  • Complémentaire santé : définition

Elle est souvent proposée par une Institution de prévoyance, administrée paritairement par des membres adhérents que sont les représentants des employeurs et des membres participants que sont les représentants des salariés. Elles ont pour finalité de servir les intérêts des entreprises et des salariés. Elles peuvent mener des actions sociales et gèrent des contrats collectifs ou de groupe.

 

  • Surcomplémentaire santé : définition

Une sur-complémentaire santé permet de compléter une couverture santé existante mais jugée insuffisante pour certains besoins (dentaire, optique…) Elle est utile notamment dans le cadre de la généralisation de la complémentaire santé, lorsque la couverture proposée par l’employeur ne suffit pas à couvrir tous les besoins du salarié. Si la couverture santé doit être prise en charge à hauteur de 50% minimum par l’employeur, la sur-complémentaire santé reste, elle, entièrement à la charge du salarié. Elle peut être souscrite dans le cadre de son entreprise ou à titre individuel.

 

« En savoir plus » : À partir du 1er janvier 2016, chaque employeur  de salarié devra proposer une couverture santé à ses salariés. Découvrez tous les conseils Humanis pour mettre en place un contrat santé collectif conforme aux nouvelles exigences règlementaires.

Partager cet article !

Réagir à cet article

Ces articles pourraient vous intéresser

Utiliser les réseaux sociaux pour trouver un em...

Recherche d’emploi : comment bien utiliser les réseaux sociaux ? Qu’il s’agisse des employeurs ou des candidats, les réseaux sociaux sont devenus un outil indispensable dans les recherches. D’où l’intérêt de bien savoir les utiliser pour maximiser ses chances de réussite. Lorsque l’on est en recherche d’emploi, il y a les sites d’annonces évidemment mais il y a aussi les réseaux sociaux. À la différence des sites d’emploi, ces derniers permettent de rentrer en contact direct avec des entreprises, des recruteurs ou même des confrères. LinkedIn, le réseau professionnel par excellence En tête du classement des réseaux sociaux les plus efficaces dans la recherche d’emploi, on retrouve LinkedIn, avec ses quelques 8 millions de membres. Une étude publiée par le site et réalisée avec l’institut Odoxa révélait d’ailleurs que les secteurs les plus porteurs pour ses membres étaient ceux des technologies (matériel informatique et logiciels) et des services professionnels, suivis par les biens de consommation, l’ingénierie et l’architecture. Mais en termes de recherche d’emploi, LinkedIn est loin d’être le seul réseau social utile. On pense notamment à Huzz, Viadéo et PinaeoJobs dans le domaine professionnel ou encore aux indispensables Facebook et Twitter, qui peuvent autant servir aux candidats pour prospecter les entreprises qu’aux recruteurs pour chercher les profils les mieux adaptés. Soigner son profil Concernant les réseaux professionnels comme Viadéo ou LinkedIn, pensez-les comme un véritable CV : présentez vos expériences, votre formation, vos centres d’intérêt. N’oubliez pas de mettre une photo ni de mettre à jour votre profil régulièrement. Sur les réseaux comme Facebook et Twitter, il est important de bien gérer sa vie privée. En effet, sur ce type de plateformes, la vie personnelle peut rapidement devenir publique. Il est donc conseillé de conserver la majorité de ses informations privées. Notamment concernant un éventuel engagement syndical ou politique, à même de faire fuir bon nombre de recruteurs

Quel formalisme respecter pour le contrat de tr...

Cette fiche vous est proposée par le Conseil Supérieur de l'Ordre des Experts Comptables.   Le contrat de travail doit respecter plusieurs obligations réglementaires afin d'être considéré comme valable. Voici les principales.   Langue du contrat Il faut impérativement rédiger le contrat en français ; si le salarié est étranger, une traduction du contrat est rédigée, à la demande du salarié, dans la langue de ce dernier. Les deux textes font également foi en justice. En cas de discordance entre les deux textes, seul le texte rédigé dans la langue du salarié étranger peut être invoqué contre ce dernier.   Signature du contrat Le contrat, une fois établi, doit être signé ; il est important de vérifier que le salarié a restitué un exemplaire du contrat signé ; en pratique, il est conseillé d’établir trois contrats de travail : un pour le salarié, un pour l’employeur et un pour le cabinet comptable.   Remarque S’il s’agit d’un CDD, un exemplaire du contrat doit être transmis au salarié au plus tard dans les 2 jours ouvrables suivant l'embauche (le jour de l'embauche ne compte pas, ni le dimanche). Sa transmission tardive entraîne la requalification du CDD en CDI. En pratique, il est conseillé de faire signer le contrat avant le début du travail.   Spécicités en cas d'embauche d'un mineur Si le contrat est conclu avec un salarié mineur de moins de 18 ans, non émancipé, l’employeur doit s’assurer que le représentant légal du mineur l’a autorisé à s’engager. En pratique, soit le mineur présentera l’autorisation écrite de son représentant légal pour contracter, soit le représentant légal viendra directement signer le contrat de travail conjointement avec le salarié.   En savoir plus sur le préambule du contrat de travail.

Tracts syndicaux : où peuvent-ils être distribu...

Cette fiche vous est proposée par Wolters Kluwer.   Les tracts syndicaux peuvent être diffusés aux heures d'entrée et de sortie du travail dans l'enceinte de l'entreprise. En dehors de celle-ci, la distribution est libre et ne peut être restreinte que si leur contenu est injurieux ou diffamatoire.   Qui peut distribuer les tracts ? En général, c’est le délégué syndical qui distribue les publications et tracts syndicaux. Mais toute autre personne adhérente à la section syndicale peut s’en charger, voire tout autre salarié non syndiqué, dès lors qu’il est mandaté pour cela par la section.   Où et quand la distribution peut-elle avoir lieu ? > Lieu. Les tracts peuvent être distribués dans l’enceinte de l’entreprise [C. trav., art. L. 2142-4]. L’employeur ne peut pas désigner de façon unilatérale un endroit où la distribution devra exclusivement avoir lieu. Les tracts ne doivent pas forcément être distribués à proximité immédiate du seuil de l’entreprise. Par exemple, la distribution peut être effectuée dans un couloir conduisant aux ateliers [Cass. crim., 21 févr. 1979, n° 77-92.618] ou aux portes du restaurant situé à l’intérieur de l’entreprise [TGI Versailles, 2 nov. 1977]. Seule limite : elle ne doit pas apporter de trouble injustifié à l’exécution normale du travail ou à la marche de l’entreprise [Cass. crim., 27 nov. 1973, n° 73-90.495].   > Moment. Les tracts peuvent être distribués aux heures d’entrée et de sortie du travail. Autrement dit, lorsque les salariés arrivent à leur poste et qu’ils le quittent. La distribution ne peut donc pas être effectuée pendant le temps de travail. Ainsi, en particulier, elle n’est pas possible au cours des allées et venues du personnel pour raisons professionnelles [Cass. crim., 10 mai 1979, n° 78-40.900]. Idem pendant les pauses, qui ne sont pas assimilables à des heures d’entrée et de sortie du travail [Cass. soc., 8 juill. 1982, n° 81-14.176], ou pendant le repas pris dans la cafétéria de l’entreprise [Cass. soc., 20 oct. 1988, n° 85-46.050]. Par ailleurs, l’employeur peut s’opposer à ce qu’une liasse de tracts soit déposée en permanence dans le hall d’entrée de l’entreprise, étant ainsi à la disposition non seulement des employés soumis à des heures de passage échelonnées, mais également des visiteurs de l’établissement [Cass. crim., 30 janv. 1973, n° 72-92.034]. Il n’est pas possible non plus de déposer des tracts dans les bureaux pendant l’absence des salariés [Cass. soc., 27 mai 1997, n° 95-14.850].   A NOTER En cas d’horaires variables, la distribution peut avoir lieu pendant les plages mobiles, et ne peut être interdite que pendant les plages fixes. En cas de travail par équipes, les syndicats peuvent diffuser leurs tracts au moment du changement d’équipe [Rép. min. n° 11748, JO AN Q, 15 nov. 1999, p. 6578].   > Amélioration possible. Un accord collectif ou un usage peuvent améliorer les conditions de diffusion des tracts, par exemple en l’autorisant via l’intranet ou en dehors des heures d’entrée et de sortie. Mais ils ne peuvent en aucun cas durcir ces modalités [Cass. soc., 27 mai 2008, n° 06-46.403].   Un contrôle est-il possible ? Contrairement aux communications syndicales affichées, les tracts n’ont pas à être transmis simultanément à l’employeur. Leur contenu est librement déterminé par le syndicat, dans le respect des dispositions relatives à la presse interdisant l’injure, la diffamation publique, les fausses nouvelles et la provocation [C. trav., art. L. 2142-5]. Si l’employeur estime la distribution illicite (endroit ou moment non respecté…), il peut saisir le juge des référés du TGI pour la faire suspendre ou réclamer des dommages et intérêts.   Qu'en est-il en dehors de l'entreprise ? Les dispositions détaillées ci-dessus ne sont pas applicables lorsque la distribution a lieu en dehors de l’entreprise, qu’il s’agisse de la voie publique, des parties communes de l’immeuble ou encore des locaux de l’entreprise cliente au sein desquels les salariés de l’entreprise effectuent des missions [Cass. soc., 18 janv. 2011, n° 09-12.240]. Ainsi, un hall d’immeuble partie commune constitue un lieu de libre diffusion des tracts syndicaux. Par conséquent, l’employeur ne peut pas invoquer ces principes pour contester de telles distributions. Par exemple, dans cette affaire, les tracts avaient été laissés sur les bureaux en l’absence des salariés et d’autres leur avaient été remis pendant leurs heures de travail. Si cela s’était passé dans l’enceinte de l’entreprise, l’employeur aurait pu s’y opposer. Mais, en l’occurrence, la distribution avait eu lieu dans des locaux où les salariés effectuaient des missions. Les règles habituelles ne pouvaient donc pas être invoquées. L’employeur ne pouvait agir que sur le fondement de la loi relative à la presse s’il estimait que les tracts étaient diffamatoires ou injurieux [Cass. soc., 28 févr. 2007, n° 05-15.228]. Le régime applicable aux tracts syndicaux diffère donc selon le lieu où ils sont diffusés.

Vous avez un nouveau message

Une question ?

Interrogez la
communauté

En direct
du forum

Derniers articles

30% à 40% d’économie sur vos annonces légales grâce à Publication Annonce Légale

Nos modèles d’annonces légales ont été étudiées afin de les rendre plus simples et afin d’optimiser l’annonce et ce en utilisant les abr&eac

0

Lire la suite

Colonie de vacances

Un soutien scolaire efficace Dans ces séjours centrés sur la colonie de vacances, tout est fait pour permettre aux jeunes de rattraper leur éventuel retard et d'acqué

0

Lire la suite

Dernières questions

Le cadre légal de la formation en entreprise

1

Répondre

Ratios financiers normatifs de la start-up, site internet

2

Répondre

Une question ?

Interrogez la
communauté