Filtre : Tous

Mais il me raconte quoi mon Banquier ?.

Vous venez de rencontrer votre banquier pour une demande de financements pour votre entreprise. Il  a utilisé des termes techniques dont vous ne comprenez pas la signification. Pas d’affolements, ci-dessous les explications de deux ratios analysés en priorité.

L’autonomie financière

Un des ratios analysé en priorité par un banquier sollicité pour un financement d’entreprise est le ratio d’autonomie financière. Il se calcule de la manière suivante : fonds propres / total du bilan. Il doit être compris entre 25 et 35%. Aux alentours de 35% et au dessus, il est pour vous entrepreneur un point fort de votre projet et vous pouvez vous appuyer la dessus pour négocier des conditions de crédits  favorables (montant de l’autofinancement  nécessaire, garanties demandées).

En effet il représente la solidité financière de l’entreprise et son indépendance vis-à-vis des tiers (crédits fournisseurs, acomptes clients, dettes fiscales et sociales). Par exemple si vos fournisseurs réduisent leurs crédits, vus avez du mal à obtenir des acomptes, vous risquez de connaitre des difficultés.

La capacité de remboursement de l’entreprise.

Elle est calculée de la manière suivante : total des dettes bancaires moyen et long terme / capacité d’autofinancement et doit être inférieur idéalement à 4.
Cela veut dire que la trésorerie dégagée par votre entreprise permet de rembourser le capital de vos emprunts bancaires moyen et long terme en 4 ans maximum.

La capacité d’autofinancement, appelée aussi CAF  se calcule de la manière suivante : résultat net+  les amortissements et les provisions. En effet les amortissements et provisions sont des charges mais non décaissées par une entreprise.

Une autre manière de mesurer cette capacité de remboursement est de s’assurer que la CAF/ capacité d’autofinancement permet de rembourser le montant en capital de vos crédits.

Ouf…..j’arrête là pour aujourd’hui, car je comprends qu’il s’agit d’un langage indigeste pour beaucoup.

Marcel CASTEGE

https://credit-epargne.fr

contact@credit-epargne.fr

Partager cet article !

Réagir à cet article

Ces articles pourraient vous intéresser

Entrepreneurs et banque : le verre à moitié ple...

Les résultats du premier Observatoire de la confiance des TPE envers leurs banques ont été diffusés ces derniers jours. Et ces derniers sont équivoques. D'un côté, plus de 80% des dirigeants des dirigeants de TPE estiment que la confiance en leur banque est élevée ; mais de l'autre côté, seuls 67% des Dirigeants qui ont éprouvé une difficulté lors d'un besoin de financement font confiance à leur banque, ce taux baissant même à 44% pour celles ayant dû faire face à un refus de financement. Explications.  Crédits Photo : BNP Paribas Banque Privée Les résultats étaient attendus. Pour sa première édition, l'Observatoire de la confiance des TPE envers leurs banques, outil piloté par la Médiation du Crédit, a rendu un verdict pour le moins partagé. Dans le cadre de cette enquête, ce sont près de 4 500 TPE qui ont été sondées afin d'étudier et analyser leur (mé)contentement vis-à-vis de leur partenaire financier. Et le premier enseignement de l'enquête correspond à une réalité souvent rappelée : pour 56% des Dirigeants de TPE, la demande de financement s'est heurtée à au moins une difficulté. Parmi les difficultés : demande importante de garanties ou cautions personnelles (1 cas sur 3) ou encore lourdeurs administratives (30%). Ce qui a un rôle fort sur le rapport entre entrepreneurs et partenaires financiers... Le verre à moitié vide ? Dans la réalité, les difficultés rencontrées par les dirigeants jouent sur la confiance que ces derniers accordent à leur banque. Le « taux de confiance » mesuré par le baromètre s'élève ainsi à 96,6% chez les dirigeants qui n'ont jamais eu de problème de financement, contre 67,6% chez ceux qui ont rencontré une difficulté. Ce taux descend même à 44% pour les dirigeants ayant dû faire face à un refus total de la part de la banque. La qualité de la relation entre le dirigeant et son conseiller bancaire est à cet égard citée comme le principal facteur de confiance ou de défiance envers la banque, très nettement devant la « capacité d'accompagnement et de soutien en cas de difficulté ». Autrement dit, la confiance prévaudrait dans la majorité des cas où aucun problème n'est apparu entre les différentes parties prenantes. Le verre à moitié plein ? Mais les résultats au global sont tout de même forts et correspondent à une tendance à la hausse. Parmi ces résultats très positifs : La confiance des TPE envers leur banque est élevée : 80,6%Pour la moitié des dirigeants elle tient à la relation avec le conseiller bancaireLes TPE estiment que leur conseiller leur fait confiance (près de 9/10) Alors que le sujet du financement est comme toujours crucial dans le cadre de la gestion et du développement de l'entreprise, nul doute que les résultats de cette première édition seront largement partagés et commentés. Et vous, le verre, vous le trouvez à moitié vide ou plein ? A.H. 

Qu'est-ce que Lendopolis ?

Cette fiche est rédigée par Lendopolis.   Lendopolis est une plateforme spécialisée dans le crowdfunding sur le prêt rémunéré aux TPE/PME. Elle permet aux TPE/PME françaises d'emprunter des fonds auprès des particuliers pour financer leurs projets de développement.   Quels sont les avantages de Lendopolis ? une alternative au crédit bancaire : alors que l’accès au crédit bancaire pour les TPE et PME est de plus en plus difficile, Lendopolis vous permet de présenter votre projet, même s’il est atypique. Si les fondamentaux de votre entreprise sont sains et que votre projet de développement est crédible, il pourra être financé par des particuliers qui vous feront confiance. absence de garantie ou de caution personnelle : vous n’avez pas à vous préoccuper de la mise en place des garanties et cautions souvent demandées par les banques, qui constituent des frais et des démarches lourdes dans le cadre d’un emprunt bancaire. transparence sur les coûts : vous connaissez lors du lancement de votre collecte les coûts réels associés à votre emprunt. le soutien d’une communauté d’investisseurs engagés : LENDOPOLIS réunit une communauté d’épargnants engagés et désireux de prêter directement leur argent aux TPE et PME françaises. Vous êtes soutenu par des hommes et des femmes qui croient en vous et en votre entreprise, qui seront autant d’ambassadeurs ou peut-être de futurs clients ou partenaires.

Quelles aides financières pour se lancer en fra...

Cette fiche est rédigée par Toute la Franchise.   Avec un ticket d'entrée variant de quelques centaines d'euros à plusieurs centaines de milliers d'euros, la franchise nécessite de la part du créateur de trouver des financements. A quelles portes frapper ? Existe-t-il des aides ? Quelques éléments de réponse. Selon les résultats de la 11e enquête annuelle sur la franchise menée par la Fédération Française de la Franchise et la Banque Populaire, le coût pour se lancer en franchise fait le grand écart : entre moins de 50 000 € à plus de 500 000 €. Globalement, la moyenne se situe à moins de 200 000 € dans près des deux tiers des cas. Comment les franchisés financent-t-ils ces créations ? Sans surprise, en 2014 les franchisés ont en priorité puisé dans leurs économies personnelles. Cet apport personnel a représenté en moyenne 42 % du coût total des projets. Il a été complété en grande majorité par de l’emprunt classique, mais aussi quelques aides comme le Prêt à la Création d’Entreprise BPI (ex Oséo), le prêt Nacre, ou encore un prêt d’honneur. «Pour 38% des franchisés, le financement bancaire obtenu est supérieur à 200 k€, alors qu’il est inférieur à 50 k€ pour un franchisé sur quatre.» Globalement 23% des franchisés interrogés ont effectué des démarches particulières pour obtenir une aide financière auprès d'un organisme public et 15% ont obtenu l'une de ces aides.   Les principales aides à la création en franchise Les prêts d’honneur :  Accordés sans garantie, les prêts d'honneur sont intéressants puisqu'ils viennent s'ajouter à l'apport personnel et offrent ainsi un coup de pouce pour obtenir un prêt bancaire. Ces prêts d'honneur sont à taux 0. Leurs montants sont généralement compris entre 2 000 et 7 000 €, parfois plus en fonction du projet, remboursables sur une durée variant de 3 à 6 ans. Ils sont accordés par des associations telles que France Initiative, ADIE, réseau Entreprendre ou France Active, mais aussi la BPI via le Prêt à la Création d'Entreprise (PCE).   Les aides et subventions : Les pouvoirs publics encouragent la création d'entreprise au sens large, et multiplient les dispositifs spécifiques pour certains publics (femmes créatrices, créateurs handicapés, etc). Parmi les aides les plus couramment utilisées par les créateurs en franchise l'on compte notamment l'ACRE (Aide à la Création et la Reprise d'Entreprise). Cette aide est versée sous forme de capital par Pôle Emploi. Elle correspond au montant des allocations restant à percevoir par une personne inscrite comme demandeur d'emploi. Versée en deux fois, cette aide peut venir s'ajouter à l'apport personnel pour aider à l'octroi d'un prêt bancaire classique. A noter : Certaines régions soutiennent activement la création d'entreprise. Renseignez-vous !   Les franchiseurs : Certains franchiseurs développent des solutions de financement particulières pour aider les candidats à la franchise qui souhaitent rejoindre leur réseau. Le plus souvent il s'agit de système de franchise participative, c'est-à-dire que le franchiseur détient des parts dans l'entreprise à créer, charge au candidat ensuite de racheter ces parts à leur franchiseur.   En savoir plus.

Vous avez un nouveau message

Une question ?

Interrogez la
communauté

En direct
du forum

Derniers articles

Colonie de vacances

Un soutien scolaire efficace Dans ces séjours centrés sur la colonie de vacances, tout est fait pour permettre aux jeunes de rattraper leur éventuel retard et d'acqué

0

Lire la suite

Créer son argumentaire de Vente étape par étape

ARGUMENTAIRE DE VENTE ? QUE DOIT CONTENIR UN ARGUMENTAIRE DE VENTE ?    Argumentaire de vente ? Que doit contenir un argume

0

Lire la suite

Dernières questions

Le cadre légal de la formation en entreprise

1

Répondre

Ratios financiers normatifs de la start-up, site internet

2

Répondre

Une question ?

Interrogez la
communauté