Filtre : Tous

Icon Utilisateur

Licenciement : comment se déroule l’entretien préalable ?

Cette fiche vous est proposée par Wolters Kluwer.

 

Tout salarié a droit à un entretien préalable lorsqu'il est visé par une procédure de licenciement pour motif personnel, mais aussi économique s'il s'agit d'un licenciement de moins de dix salariés ou prononcé en l'absence d'un représentant du personnel [C. trav., art. L. 1232-2 à L. 1232-4].

 

  • Quelles sont les parties présentes ?

→ L’employeur, ou la personne qui a qualité pour licencier en son nom, doit être présent(e). La personne représentant l’employeur ne peut pas être étrangère à l’entreprise [Cass. soc., 26 mars 2002, n° 99-43.155]. En revanche, il peut tout à fait s’agir du président du groupe auquel appartient la société [Cass. soc., 6 mars 2007, n° 05-41.378] ou du directeur du personnel de la société mère d’un tel groupe [Cass. soc., 19 janv. 2005, n° 02-45.675]. L’employeur peut être assisté par une personne de l’entreprise dès lors que cette assistance ne détourne pas l’entretien de son objet en le transformant en enquête ou procès [Cass. soc., 17 sept. 2008, n° 06-42.195]. En outre, il ne peut pas faire appel à une personne extérieure à l’entreprise telle qu’un huissier [Cass. soc., 30 mars 2011, n° 09-71.412].

→ Le salarié doit se présenter en personne à l’entretien, il ne peut s’y faire représenter. Il a la possibilité de se faire assister par une personne de son choix appartenant au personnel de l’entreprise. Si celle-ci ne dispose pas de représentants du personnel, le salarié peut aussi faire appel à un conseiller du salarié choisi sur une liste dressée par le préfet. Lorsque le salarié se fait assister il doit en informer l’employeur [C. trav., art. R. 1232-2]. Le rôle du conseiller du salarié n’est pas défini par la loi : il assiste et conseille le salarié pendant l’entretien. A priori, il peut donc intervenir, demander des explications à l’employeur et lui présenter ses observations. Il peut également faire office de témoin et rédiger une attestation sur le déroulement et le contenu de l’entretien [Cass. soc., 27 mars 2001, n° 98-44.666].

 

À NOTER

Le conseiller du salarié est lié par des obligations de secret professionnel et de discrétion, sous peine de radiation de la liste des conseillers par l’autorité administrative [C. trav., art. L. 1232-13 et D. 1232-12].

 

L’employeur ne peut s’opposer ni à l’entrée du conseiller dans l’établissement ni à l’exercice de sa mission [C. trav., art. L. 1238-1]. Il peut toutefois lui demander de justifier de sa qualité par la fourniture d’une attestation (attestation individuelle délivrée par la Direccte ou copie de l’arrêté préfectoral le mentionnant sur la liste). À défaut de cette justification, l’employeur peut refuser la présence du conseiller lors de l’entretien [Cass. soc., 25 sept. 2012, n° 11-10.684].

 

  • Quelles sont les règles à respecter ?

→ Sur la forme. L’entretien ne peut prendre la forme ni d’une conversation téléphonique [Cass. soc., 14 nov. 1991, n° 90-44.195] ni de conversations informelles ayant lieu dans la perspective de conclure une transaction [Cass. soc., 21 mai 1992, n° 91-40.989]. L’entretien doit avoir lieu dans une langue que les deux parties comprennent couramment [Cass. soc., 6 mars 2007, n° 05-41.378]. À défaut, elles peuvent s’accorder pour faire appel à un interprète [Cass. soc., 8 janv. 1997, n° 95-41.085]. L’entretien doit garder un caractère strictement individuel, même si les faits reprochés ont été commis par plusieurs salariés [Cass. soc., 23 avr. 2003, n° 01-40.817].

→ Sur le fond. L’employeur doit préciser les motifs de la décision envisagée. En revanche, il n’a aucune obligation de fournir les pièces susceptibles de justifier la sanction [Cass. soc., 18 févr. 2014, n° 12-17.557]. Un débat contradictoire doit être tenu : le salarié doit pouvoir répondre à l’employeur. À défaut, il peut prétendre à des dommages et intérêts. Tel est le cas par exemple lorsque la lettre de licenciement contient un motif non énoncé lors de l’entretien. Mais le licenciement lui-même ne sera pas remis en cause pour autant [Cass. soc., 17 déc. 2014, n° 13-20.217]. Par ailleurs, la liberté d’expression du salarié doit être garantie : les propos qu’il tient ne peuvent constituer, hors abus, une cause de licenciement [Cass. soc., 27 févr. 2013, n° 11-26.432].

 

  • Quid en cas d'absence du salarié ou de son assistant ?

Le salarié est libre de se rendre ou non à l’entretien. Son absence ne constitue ni une faute ni un motif de licenciement [Cass. soc., 9 juill. 1992, n° 91-41.880], et ne signifie en aucun cas que le licenciement est automatiquement justifié [Cass. soc., 3 oct. 1990, n° 88-43.311]. Elle ne rend pas non plus la procédure irrégulière [Cass. soc., 17 sept. 2014, n° 13-16.756]. Si le salarié ou la personne qui doit l’assister n’a pas pu se rendre à l’entretien, l’employeur n’est pas tenu de repousser celui-ci [Cass. soc., 3 oct. 2001, n° 99-42.281].

 

ATTENTION

Les règles sont identiques lorsque le salarié se trouve en arrêt maladie au moment de l’entretien : l’employeur n’est nullement tenu de le convoquer à une autre date. S’il le fait à la demande du salarié, il doit seulement l’aviser en temps utile et par tous moyens des nouvelles dates et heures [Cass. soc., 29 janv. 2014, n° 12-19.872]. Le délai minimal de cinq jours ouvrables devant séparer la convocation de la tenue de l’entretien s’apprécie en tenant compte de la première convocation [Cass. soc., 24 nov. 2010, n° 09-66.616]. En revanche, en cas de licenciement disciplinaire, celui-ci doit être notifié dans le délai d’un mois suivant la date fixée pour ce nouvel entretien [Cass. soc., 7 juin 2006, n° 04-43.819].

Partager cet article !

Réagir à cet article

Ces articles pourraient vous intéresser

Quelles sont les mesures de prévention sécurité...

Cette fiche a été rédigée par Humanis. Tous les employeurs se doivent de protéger la santé physique et mentale de leurs salariés. Chaque entreprise, quelle que soit sa taille, est concernée par des obligations légales en matière de sécurité au travail. En quoi consiste la prévention sécurité en entreprise ?Il s’agit de plusieurs mesures de préventions visant à protéger la santé physique et mentale des salariés, mais pas seulement : les employeurs se doivent également d’évaluer les risques professionnels, informer les salariés de ces risques et respecter les règles établies quant aux locaux de travail. Identifier les risques en entrepriseLes risques en entreprise sont nombreux : chute, incendie, risques liés aux agents chimiques, aux déplacements ou encore risques psychosociaux …>>> Lire aussi : Burn-out : constat, symptômes et prévention Les mesures de prévention à mettre en place Pour protéger ses salariés, l’employeur est tenu de mettre en place des actions de prévention des risques professionnels, des actions d’information et de formation, ainsi qu’une organisation et des moyens de travails adaptés.Le but est de protéger les salariés en évitant les risques et en évaluant ceux qui ne peuvent être évités.>>> Lire aussi : risques psychosociaux : les obligations de l’employeur L’évaluation des risques Les résultats des évaluations des risques dans l’entreprise doivent être répertoriés dans un Document Unique d’Evaluation des Risques Professionnels (DUERP) actualisé tous les ans. Il est ouvert d’accès aux salariés, aux représentants du personnel et à l’inspection du travail. Bon à savoir : OiRA (Online interactive risk assessment), est une application réalisée par l’Agence Européenne pour la sécurité et la santé au travail pour les TPE. Elle vous aidera à évaluer les risques de votre entreprise. Les règles de sécurité élémentairesL’employeur doit veiller à respecter les normes relatives à l’aménagement des locaux (hygiène, éclairage, chauffage, encombrement, aération …), à la protection contre le bruit, au matériel de secours, la prévention incendie, etc. En cas de non-respect des règles de sécurité élémentaires, l’employeur engage sa responsabilité civile et est passible de sanctions pénales.Pour aller plus loin sur les risques santé en entreprise : rendez-vous sur travaillersante.frEn savoir plus : Humanis accompagne les TPE dans la mise en place de couverture collective. Découvrez l’offre santé dédiée aux TPE. 

Délégué syndical : comment apprécier le score d...

Cette fiche vous est proposée par Wolters Kluwer.   Condition indispensable pour qu'un salarié puisse être désigné délégué syndical, l'obligation d'avoir obtenu un score électoral de 10% soulève de nombreuses questions. État des lieux.   À quelle élection l'audience de 10% doit-elle être obtenue ? Pour pouvoir être désigné délégué syndical, le salarié doit en principe avoir recueilli au moins 10 % des suffrages exprimés au premier tour des dernières élections au comité d’entreprise ou de la délégation unique du personnel ou des délégués du personnel, même si le quorum n’a pas été atteint, autrement dit quel que soit le nombre de votants [C. trav., art. L. 2143-3, al. 1er]. Il n’y a aucune priorité entre ces scrutins, de sorte que le salarié qui a obtenu 10 % aux élections des délégués du personnel peut être nommé délégué syndical, même s’il n’a pas recueilli un tel score aux élections des membres du comité d’entreprise [Cass. soc., 28 sept. 2011, n° 11-10.601]. Peu importe, en outre, que le score de 10 % ait été obtenu sur un poste de titulaire ou de suppléant [Circ. DGT n° 2008-20, 13 nov. 2008].   REMARQUE À l’inverse, s’agissant de l’appréciation de la représentativité du syndicat, l’audience de 10 % doit être recueillie en priorité aux élections du comité d’entreprise [Cass. soc., 13 juill. 2010, n° 10-60.148].   Par ailleurs, ce score de 10 % est calculé sur le seul collège au sein duquel le salarié a présenté sa candidature et non tous collèges confondus [Cass. soc., 29 juin 2011, n° 10-19.921]. Le périmètre de désignation du délégué syndical ne correspond pas forcément à celui de l’appréciation du score électoral. Le seuil de 10 % peut être obtenu au cours d’élections organisées au sein d’un des établissements distincts, alors même que le délégué est désigné au niveau de l’entreprise [Cass. soc., 28 nov. 2012, n° 12-13.628].   ATTENTION L’obligation de désigner le délégué syndical parmi les candidats ayant obtenu 10 % est une règle d’ordre public absolu. Un accord collectif ou un engagement unilatéral ne peut donc pas y déroger. Ainsi, lorsqu’un employeur accorde une dérogation pour un syndicat, un autre ne peut pas revendiquer le bénéfice de cet avantage. En revanche, il peut le contester en justice et obtenir qu’il y soit mis fin [Cass. soc., 29 mai 2013, n° 12-26.457].   Et si aucun candidat n'a obtenu le score de 10% ? Si aucun des candidats présentés par le syndicat aux élections professionnelles ne remplit cette condition ou s’il ne reste, dans l'entreprise ou l'établissement, plus aucun candidat qui remplit cette condition, le syndicat peut désigner un délégué syndical parmi les autres candidats ou, à défaut, parmi ses adhérents au sein de l'entreprise ou de l'établissement [C. trav., art. L. 2143-3]. Il n’est pas tenu de proposer au préalable la fonction de délégué syndical à l’ensemble des candidats ayant obtenu 10 %, toutes organisations syndicales confondues [Cass. soc., 27 févr. 2013, n° 12-15.807]. De même, en cas de carence en cours de mandat de candidats ayant obtenu 10 %, pour cause de départ ou de désaffiliation, le syndicat peut désigner comme nouveau délégué syndical un simple candidat ou l’un de ses adhérents.   Un candidat peut-il faire valoir le score de 10% s'il change d'affiliation ? Oui, dès lors que le salarié a recueilli une audience de 10 %, il peut être désigné délégué syndical par une organisation syndicale autre que celle sur la liste de laquelle il s’est porté candidat [Cass. soc., 28 sept. 2011, n° 10-26.762 ; Cass. soc., 17 avr. 2013, n° 12-22.699]. Le score électoral du délégué syndical est un score personnel, qui peut être séparé de toute référence syndicale. Il pourra donc s’en prévaloir en cas de changement d’étiquette syndicale après les élections. En pratique, un salarié pourra donc détenir plusieurs mandats sous différentes étiquettes syndicales : par exemple, un mandat de membre du comité d’entreprise sous la couleur du syndicat pour lequel il s’est présenté, et un mandat de délégué syndical sous la bannière d’un autre syndicat.   REMARQUE À l’inverse, lorsque c’est le syndicat qui change d’affiliation, celui-ci ne peut plus continuer à se prévaloir de l’audience électorale obtenue pour se prétendre représentatif [Cass. soc., 18 mai 2011, n° 10-21.705].   Un candidat ayant obtenu 10% peut-il renoncer à son mandat au profit d'un salarié non-candidat ? Les candidats d’un syndicat ayant obtenu une audience électorale de 10 % ne peuvent pas s’entendre pour renoncer à exercer le mandat de délégué syndical et le confier à un salarié, simple adhérent, qui ne s’est pas porté candidat [Cass. soc., 29 juin 2011, n° 10-60.394 ; Cass. soc., 20 juin 2012, n° 11-21.425].   EXEMPLE Des candidats souhaitent faire appliquer la règle selon laquelle s’il ne reste plus, dans l’entreprise, aucun candidat qui a atteint les 10 %, le syndicat peut désigner un délégué syndical parmi les autres candidats ou, à défaut, parmi ses adhérents (voir ci-dessus). Mais cette exception à l’obligation de désigner un délégué syndical parmi les candidats qui ont obtenu 10 % des suffrages ne peut jouer dans cette hypothèse. Dès lors, si aucun d’entre eux n’accepte le mandat, le syndicat sera privé de délégué syndical.   De même, si le syndicat n'a présenté aucun candidat dans le périmètre de désignation, sans faire état d'une situation particulière de nature à justifier cette carence, il ne peut pas désigner un délégué syndical [Cass. soc., 12 avr. 2012, n° 11-60.218]. La dérogation peut s’appliquer, en revanche, en cas de départ de l’entreprise des candidats. Le syndicat peut alors nommer un autre salarié comme délégué syndical : en priorité un candidat n’ayant pas eu 10 % (qui peut être affilié à un autre syndicat) ou, à défaut, un de ses adhérents.   En savoir plus sur l'attribution des sièges - se rendre ici.

Inventions du salarié : à qui reviennent les dr...

Cette fiche vous est proposée par Wolters Kluwer.   Les inventions réalisées par un salarié sont-elles toujours de la propriété de l'employeur ? L'auteur de l'invention peut-il bénéficier d'une rémunération supplémentaire ? Quelles sont les formalités à respecter ? Le point sur ces questions méconnues.   Quelles sont les inventions qui appartiennent à l'employeur ? > Inventions de service ou de mission. Sauf stipulation contractuelle ou conventionnelle contraire plus favorable au salarié, sont de la propriété de l’employeur les inventions réalisées par le salarié :     dans l’exécution d’un contrat de travail comportant une mission inventive qui correspond à ses fonctions effectives [Cass. soc., 21 sept. 2011, n° 09-69.927] ; dans le cadre d’études et de recherches qui lui sont explicitement confiées.   > Rémunération supplémentaire au salarié. Les conditions dans lesquelles le salarié, auteur d’une telle invention, bénéficie d’une rémunération supplémentaire, sont déterminées par la convention collective, un accord d’entreprise ou le contrat de travail. Si l’employeur ne relève pas d’une convention de branche, tout litige relatif à cette rémunération supplémentaire est soumis à une commission de conciliation ou au tribunal de grande instance [C. propr. intell., art. L. 611-7, 1].   A NOTER Lorsque l’invention du salarié est antérieure à la conclusion du contrat de travail et correspond à un apport en nature, elle ne peut donner lieu à une telle rémunération supplémentaire [Cass. soc., 2 juin 2010, n° 08-70.138].   Quelles sont les inventions qui appartiennent au salarié ? Toutes les autres inventions appartiennent au salarié. Il convient toutefois de distinguer les inventions hors mission non attribuables, qui doivent toujours rester la propriété du salarié, de celles qui sont attribuables. Sont considérées comme telles les inventions qu’il a réalisées : soit dans le cours d’exécution de ses fonctions ;   soit dans le domaine d’activité de l’entreprise ;     soit par la connaissance ou l’utilisation des techniques ou des moyens spécifiques à l’entreprise ou de données procurées par celle-ci.   Ainsi, pour les inventions présentant un lien avec l’entreprise, l’employeur peut se faire attribuer tout ou partie des droits, moyennant le versement d’un juste prix fixé par accord des parties et, à défaut, par la commission de conciliation ou le tribunal de grande instance [C. propr. intell., art. L. 611-7, 2.].   Comment déclarer et classer l'invention ? > Déclaration. Le salarié auteur d’une invention doit immédiatement la déclarer à l’employeur. Il doit lui communiquer toutes les informations utiles à son appréciation de la catégorie à laquelle se rattache l’invention. La déclaration doit ainsi préciser :     l’objet de l’invention ainsi que les applications envisagées ; les circonstances de sa réalisation (instructions ou directives reçues, expériences ou travaux de l’entreprise utilisés, collaborations obtenues, etc.) ;         le classement de l’invention tel qu’il apparaît au salarié : invention de mission, invention hors mission attribuable ou non [C. propr. intell., art. R. 611-1 à R. 611-5].   > Avis de l’employeur sur le classement. Il dispose d’un délai de deux mois pour prendre parti sur le classement proposé ou, en l’absence de classement indiqué par le salarié, lui indiquer, par une communication motivée, le classement qu’il retient. Ce délai court à compter de la date de réception de la déclaration ou de la date à laquelle celle-ci a été complétée en cas de demande de renseignements complémentaires reconnue justifiée. À défaut de réponse dans ce délai, l’employeur est réputé avoir accepté le classement indiqué dans la déclaration. Il a en outre quatre mois pour revendiquer le droit d’attribution, sauf accord contraire entre les parties (qui ne peut être que postérieur à la déclaration de l’invention). Le point de départ est identique à celui du délai de deux mois [C. propr. intell., art. R. 611-5 et s.].   Qu'en est-il des logiciels ? Leur régime est spécifique : sauf dispositions contraires du contrat, les droits patrimoniaux sur les logiciels et leur documentation créés par un ou plusieurs employés dans l’exercice de leurs fonctions ou d’après les instructions de leur employeur sont dévolus à ce dernier qui est seul habilité à les exercer [C. propr. intell., art. L. 113-9].

Vous avez un nouveau message

Une question ?

Interrogez la
communauté

En direct
du forum

Derniers articles

UN PROFESSIONNEL DE LA TOITURE A VOTRE SERVICE A ROUSSINES (36) !

L’entreprise Chauvain Fréderic est une référence dans le domaine des travaux de toitures. Assurant la pose et la réparation de vos couvertures, elle est sollicit&eacu

0

Lire la suite

Les ETS FERRET, spécialistes des travaux paysagers à Villefontaine

Situés à Villefontaine, les ETS FERRET sont spécialisés dans les travaux d’entretien d’espaces verts et de démoussage de toiture. Nous sommes une entrepr

0

Lire la suite

Dernières questions

Bonjour, j'aimerais bien avoir quelques tips concernant le SEO, je souhaiterai mieux comprendre comment obtenir des bons backlinks, et j'aimerais bien savoir qu'est-ce qu'un bon backlink. Merci !

0

Répondre

Bonjour, je souhaite développer en marketing une stratégie avec des blogueurs et influenceurs pour augmenter la visibilité d'un site mais je ne sais pas bien comment m'y prendre. Que me conseillez-vous ?

2

Répondre

Une question ?

Interrogez la
communauté