Filtre : Tous

Icon Utilisateur

Les avantages et inconvénients d'une Société Anonyme (SA)

Cette fiche vous est proposée par le Conseil Supérieur de l'Ordre des Experts Comptables.

 

La Société Anonyme (SA) fait partie des principales formes d'entrepreneuriat qui existent en France. Retour sur les avantages et inconvénients de ce statut juridique.

 

  • Principaux avantages

En termes de responsabilité :

  1. Limitation de la responsabilité des actionnaires à leur apport en capital social, sauf demande de garantie personnelle d'un actionnaire

En termes de marché :

  1. Crédibilité de cette forme juridique sur le marché national et international
  2. Structure adaptée à des projets d'envergure et nécessitant des financements externes

En matière d'organisation et de fonctionnement :

  1. Sécurité liée au cadre législatif et réglementaire de ce type de société

Au plan social :

  1. Régime social des assimilés-salariés pour le Président et les membres de la Direction
  2. Cotisations sociales du Président calculées sur sa seule rémunération

Au plan fiscal :

  1. Option pour l'Impôt sur le Revenu pour les sociétés de moins de 5 ans sous certaines conditions

En matière de développement et de transmission :

  1. Possibilité de faire appel public à l'épargne
  2. Cession libre des actions
  3. Faible fiscalité liée à la transmission des actions

 

  • Principaux inconvénients

En matière d'organisation et de fonctionnement :

  1. Formalisme rigoureux lors de la constitution et de la vie de la société
  2. Interdiction de faire des apports en industrie
  3. Nombre d'actionnaires minimum de 7 personnes
  4. Obligation d'avoir un Commissaire aux Comptes

Au plan financier :

  1. Capital social minimum important (37 000 €) même si les apports en numéraire ne peuvent être libérés que pour moitié au moment de la constitution de la société

 

En savoir plus sur la création et le fonctionnement d'une SA.

Partager cet article !

Réagir à cet article

Entrepreneur

Icon Utilisateur

21/07/2015

Equipe Wikipme

Mots clés : Statut juridique SA

Ces articles pourraient vous intéresser

Réforme de la santé : que se passe-t-il si vous...

Cette fiche a été rédigée par Humanis. À partir du 1er janvier 2016 toutes les employeurs de salariés du secteur privé, quelle que soit l’activité et la taille de l’entreprise, doivent leurs proposer une complémentaire santé collective obligatoire répondant au cahier des charges du contrat responsable et le panier de soins minimal, dans le respect des dispositions prévues par leurs conventions collectives nationales sur le sujet. Quelles sont vos obligations ? Vous devez mettre en place une complémentaire santé collective et obligatoire pour l’ensemble de vos salariés au plus tard le 1er janvier 2016. Pour connaître les cas de dispense, cliquez ici.Le contrat de complémentaire santé collectif et obligatoire doit être responsable et solidaire.La complémentaire santé collective et obligatoire doit prendre un charge un panier de soin minimum et elle doit être financée à hauteur de 50% minimum par l’employeur.Lire aussi : Complémentaire santé collective : quelles obligations pour les employeurs en 2016 ? Que se passe-t-il en cas de non-respect de cette obligation ?Aucune sanction n’est prévue par la loi.Cependant, si vous n’avez pas mis en place de complémentaire santé collective obligatoire au 1er janvier 2016, il est possible qu’un salarié ou l’un de ses représentants poursuive votre entreprise devant les tribunaux.Vous pouvez également risquer un redressement en cas de contrôle de l’URSSAF si vous n’avez pas respecté les règles de mise en place, de souscription, de dispense d’adhésion et si vous avez bénéficié de façon indue d’exonérations fiscales prévues dans le cadre de la mise en place d’un contrat santé collectif responsable.Pour aller plus loin, cliquez ici « En savoir plus » : Vous recherchez une complémentaire santé pour vos salariés ? Humanis accompagne les entreprises en leur proposant une complémentaire santé, Humanis Safe, et des services adaptés aux besoins de leurs salariés. Réalisez rapidement et gratuitement votre devis en ligne. 

Comment négocier la prévention de la pénibilité...

Cette fiche vous est proposée par le Conseil Supérieur de l'Ordre des Experts Comptables.   Pour tenir compte de la nouvelle définition de la pénibilité, le champ d’application de l’obligation de négocier sur la prévention de la pénibilité, ainsi que le contenu de cette obligation sont modifiés. Une circulaire d’application de la Direction Générale du Travail (DGT), à paraître prochainement, devrait revenir sur l’ensemble de ces nouveautés.   Champ d'application A compter du 1er janvier 2015, sont concernées par l’obligation d’être couvertes par un accord ou plan d’action relatif à la prévention de la pénibilité, les entreprises d’au moins 50 salariés ou qui appartiennent à un groupe de cette taille dès lors qu’au moins 50 % de leur effectif est exposé à un ou plusieurs facteurs de pénibilité au-delà des seuils définis par les textes. La proportion de salariés exposés aux facteurs de pénibilité au-delà des seuils prévus doit être consignée dans le document unique d’évaluation des risques à compter du 1er janvier 2015. Avant 2015, tous les salariés exposés à un facteur de pénibilité devaient être pris en compte quelle qu’ait été la durée et l’intensité de son exposition. A compter du 1er janvier 2015, seuls ceux exposés au-delà des seuils doivent être pris en compte. Par conséquent, le nombre de salarié pris en compte est réduit.   Priorité à la négociation A compter du 1er janvier 2015, les entreprises concernées auront l’obligation d’engager une négociation sur la prévention de la pénibilité. Seules les entreprises disposant d’au moins un délégué syndical sont tenues à cette obligation de négocier. Ce n’est qu’en cas d’échec des négociations que l’employeur devra établir un plan d’action. Pour attester du respect de son obligation de négociation, l’employeur devra produire le procès-verbal de désaccord ou l’accord conclu. Jusqu’en 2014, l’entreprise pouvait indifféremment conclure un accord collectif ou établir un plan d’action sans nécessairement passer par la négociation.   Contenu de l'accord ou du plan d'action L'accord collectif ou le plan d’action est prévu pour une durée maximale de trois ans. Il doit porter sur une liste de thèmes obligatoires qui est modifiée. L'accord ou le plan d’action traite d'au moins l'un des thèmes suivants :  la réduction des poly-expositions aux facteurs de pénibilité, au-delà des seuils ; l'adaptation et l'aménagement du poste de travail. A compter du 1er janvier 2018, un thème supplémentaire est ajouté. Il s’agit de la réduction des expositions liées aux facteurs de pénibilité. A cette date, les employeurs concernés devront négocier sur au moins 2 des 3 thèmes de la liste. L’accord ou le plan d’action traite, en outre, d'au moins deux des thèmes suivants :  l'amélioration des conditions de travail, notamment au plan organisationnel ; le développement des compétences et des qualifications ; l'aménagement des fins de carrière ; le maintien en activité des salariés exposés aux facteurs de pénibilité.   L’accord ou le plan d’action repose sur un diagnostic préalable des situations de pénibilité et doit prévoir les mesures de prévention qui découlent de ces situations, ainsi que les modalités de suivi de leur mise en œuvre effective. Chaque thème retenu doit être assorti d’objectifs chiffrés mesurés au moyen d’indicateurs.   En savoir plus sur le Compte Personnel Prévention de la Pénibilité (C3P).

Existe-t-il une obligation de formation des sal...

Cette fiche vous est proposée par le Conseil Supérieur de l'Ordre des Experts Comptables.   En matière de formation professionnelle, l’employeur n’est pas seulement tenu de payer les cotisations formation obligatoires. Il doit également mettre en œuvre de manière effective son obligation de formation sous peine d’être redevable de dommages et intérêts au profit des salariés. Cette obligation est indépendante du droit du salarié de se former dans le cadre du droit individuel à la formation (DIF), ou du compte personnel de formation, qui entre en vigueur en 2015.   L'obligation légale de formation La loi impose à l’employeur de former les salariés : « l’employeur assure l’adaptation des salariés à leur poste de travail. Il veille au maintien de leur capacité à occuper un emploi, au regard notamment de l’évolution des emplois, des technologies et des organisations. Il peut proposer des formations qui participent au développement des compétences, ainsi qu'à la lutte contre l'illettrisme. Les actions de formation mises en œuvre à ces fins sont prévues, le cas échéant, par le plan de formation ».   L’accès à la formation professionnelle Cet accès est assuré : soit à l’initiative de l’employeur dans le cadre du plan de formation, pendant le temps de travail ; soit à l’initiative du salarié dans le cadre du CIF (congé individuel de formation) ou du compte personnel de formation, hors du temps de travail ; soit à l’initiative du salarié avec l’accord de l’employeur dans le cadre du DIF ou du compte personnel de formation, pendant le temps de travail ; soit par le biais des contrats de professionnalisation.   Le plan de formation comprend deux types d’actions de formation : les actions d’adaptation au poste de travail ou liées à l’évolution des emplois ou au maintien dans l’emploi, et les actions destinées au développement des compétences. Les actions d’adaptation au poste ou liées à l’évolution dans l’emploi peuvent être imposées au salarié. Le refus d’y participer peut constituer un motif de licenciement. En revanche, le salarié peut valablement refuser de suivre des actions de développement des compétences qui se dérouleraient hors du temps de travail effectif, ainsi qu’un bilan de compétences ou une validation des acquis de l’expérience.   En savoir plus sur les sanctions que risque l'employeur en cas de défaut de formation.

Vous avez un nouveau message

Une question ?

Interrogez la
communauté

En direct
du forum

Derniers articles

U CAMPANILE : un auberge-restaurant à San Damiano, Corse

  U CAMPANILE est une auberge familiale tenue par le couple Giudicelli à Damiano en Corse. Située près de Bastia, l’établissement est ouvert de juin à fi

0

Lire la suite

Une entreprise de travaux publics dans la Sarthe

L'entreprise NEROS, située à Saint-Paterne dans la Sarthe (72), est reconnue dans le secteur des travaux publics, de terrassement et d’assainissement. Ses prestations sont dé

0

Lire la suite

Dernières questions

Bonjour, je souhaite développer en marketing une stratégie avec des blogueurs et influenceurs pour augmenter la visibilité d'un site mais je ne sais pas bien comment m'y prendre. Que me conseillez-vous ?

2

Répondre

Bonjour, je souhaite développer en marketing une stratégie avec des blogueurs et influenceurs pour augmenter la visibilité d'un site mais je ne sais pas bien comment m'y prendre. Que me conseillez-vous ?

0

Répondre

Une question ?

Interrogez la
communauté