Filtre : Tous

Icon Utilisateur

Les avantages et inconvénients d'une Entreprise Individuelle (EI)

Cette fiche vous est proposée par le Conseil Supérieur de l'Ordre des Experts Comptables.

 

Une Entreprise Individuelle est une des structures juridiques qui permettent à une personne de devenir entrepreneur. Présentation des principaux avantages et inconvénients de ce statut juridique.

 

  • Principaux avantages

En termes d'organisation et fonctionnement :

  1. Simplicité de constitution
  2. Simplicité de fonctionnement
  3. Pouvoir détenu par le seul chef d'entreprise
  4. Possibilité d'opter pour l'Entrepreneur Individuel à Responsabilité Limitée (EIRL) afin de limiter la responsabilité de l'entrepreneur à son seul patrimoine professionnel

 

En termes de marché visé :

--> La structure est adaptée à des activités nécessitant peu d'investissement et ayant peu de perspectives de développement

 

  • Principaux inconvénients 

En termes de responsabilité :

  1. Responsabilité totale et indéfinie (sauf option pour l'EIRL cf. ci-dessus ou déclaration d'insaisissabilité devant notaire pour les biens immobiliers non affectés à son usage professionnel)

Au plan social :

  1. Cotisations sociales de l'entrepreneur calculées sur la totalité des bénéfices réalisés

En termes de développement et transmission :

  1. Capacité d'autofinancement générée par l'activité limitée en raison de la soumission à l'Impôt sur le Revenu des bénéfices de l'entreprise intégrant la rémunération de l'exploitant
  2. Structure peu adaptée au développement de l'activité. En cas d'évolution de la structure vers une forme sociétale, formalisme à prévoir
  3. Modalités de transmission limitée à la cession des éléments d'actif

 

En savoir plus sur la création et le fonctionnement de l'EI.

Partager cet article !

Réagir à cet article

Entrepreneur

Icon Utilisateur

18/07/2015

Equipe Wikipme

Mots clés : EIRL Statut juridique Entrepreneur individuel EI

Ces articles pourraient vous intéresser

Puis je cumuler ma retraite avec des revenus d’...

Cette fiche a été rédigée par NB Gestion Retraite. Que vous soyez retraité ou en activité vous pouvez poursuivre ou reprendre une activité professionnelle rémunérée (salariée ou non salariée) tout en percevant vos pensions de retraite. Vous devez néanmoins répondre à certaines conditions. Quelles sont les conditions à remplir ?Vous devez avoir demandé le bénéfice de toutes vos retraites* : de base et complémentaires, tous régimes confondus, françaises et étrangèresVous devez avoir l’âge légal de départ à la retraite (entre 60 et 62 ans en fonction de votre année de naissance – tableau en annexe) et la durée d’assurance requise pour pourvoir bénéficier du taux plein ou avoir l’âge du taux plein automatique sans condition de durée d’assurance*Il existe une dérogation pour certaines professions libérales  pour lesquelles l’âge minimal pour percevoir une pension de retraite complémentaire sans décote est plus élevé que l’âge légal. Si c’est votre cas, vous pouvez attendre d’avoir atteint l’âge minimal requis pour demander le bénéficier des retraites complémentaires sans décote. Les cotisations versées depuis la date de liquidation des autres pensions ne seront pas productives de droits retraites  additionnels. Quelles sont les modalités du cumul ?Vous ne serez pas limité dans les rémunérations perçues si les conditions sont remplies.Vous serez limité dans les rémunérations perçues si les conditions ne sont pas remplies. Dans ce dernier cas :Pour les salariés : Si vous reprenez une activité chez l’ancien employeur, vous devez respecter un délai de carence de 6 mois. D’autre part, le total de vos revenus (pensions + retraites) ne doit pas être supérieur à la moyenne mensuelle des 3 derniers salaires ou 1,6  fois le SMIC si ce montant est plus avantageux.Pour les non-salariés : les revenus d’activité doivent être inférieurs au montant du plafond de la Sécurité Sociale (38040 euros en 2015)Si vos revenus dépassent le plafond,  vos pensions seront écrêtées du montant du dépassement.En cas de cumul emploi et de retraite anticipée pour carrière longue, le cumul est limité jusqu'à l'âge légal applicable à sa génération. Il faut par ailleurs respecter un délai de six mois pour travailler de nouveau chez son dernier employeur. Une fois l'âge légal atteint, le cumul pensions et nouveaux salaires remplit alors toutes les conditions pour devenir intégral. Quelles sont les modalités à accomplir ?Sauf dérogations* vous devez cesser votre activité initiale avant d’en reprendre une nouvelle  même si la nouvelle activité n’est autre que la poursuite de la première: rupture de contrat de travail si vous êtes salarié, radiation du Registre du Commerce et de Sociétés ou cessation d’activité  du chef d’entreprise délivrée par la chambre des métiers pour les activités non salariées donnant lieu à affiliation au régime généralVous devez avertir vos caisses de retraite de votre reprise d’activité*Vous n’êtes toutefois pas obligé d’interrompre : des activités artistiques, littéraires, scientifiques, juridictionnelles, des participations en tant que jury de concours publics, des activités d'hébergement en milieu rural (gîte rural, chambre d'hôtes...), des activités d'élu local, des activités non salariées (si le régime de retraite de base correspondant prévoit que l'activité peut être poursuivie). Quelles conséquences sur vos rémunérations de fin de carrière ?Pour toute liquidation des pensions de retraite à compter du 01/01/2015 l’activité reprise ou poursuivie, quelle que soit le régime dont elle relève donne lieu à cotisations mais ne vous rapporteront plus aucun droits retraite additionnels. En d’autres termes, les cotisations sont versées à fonds perdus. Référence :Loi du 20/01/2014 réformant les retraitesCirculaire AGIRC-ARRCO du 08/04/2015  Le conseil expert :Le cumul emploi retraite : un outil d’optimisation de rémunération  Le dispositif du cumul emploi retraite peut être beaucoup plus avantageux que celui de la surcote malgré les cotisations à fonds perdus.Il permet également en fonction de votre année de naissance de figer votre situation retraite et d’éviter des réformes qui pourraient s’avérer défavorables.Aussi, si vous avez l’âge légal sans avoir le nombre de trimestres requis pour l’obtention du taux plein,  il est  judicieux d’arbitrer parallèlement  l’intérêt d’un rachat de trimestre(s).Le cumul emploi retraite permettant de dégager des gains en capital, d’autres paramètres comme le poids de la fiscalité doivent également être pris en considération dans les arbitrages.

ANI : êtes-vous préparé ?

Cette fiche a été rédigée par Humanis. Seulement 14% des entreprises seraient préparées à l’entrée en vigueur de 4 réformes sociales majeures pour le 1er janvier 2016. Le point sur la question. De quelles réformes parle-t-on ?D’après un sondage mené par l’institut Odoxa pour Humanis, les entreprises françaises ne sont majoritairement pas préparées pour la mise en place des réformes suivantes : La généralisation de la complémentaire santé, la mise en place du contrat responsable, la déclaration sociale nominative et le compte pénibilité. Les résultats du sondageSelon les résultats de ce sondage, mené auprès de plus de 1000 chefs d’entreprises en juin 2015 :-         14% des entreprises sont prêtes à l’entrée en vigueur simultanée des 4 réformes,-         24% ont préparé la mise en place du contrat responsable,-         30% ont anticipé l’arrivée de la déclaration sociale nominative,-         38% se sont organisées pour la réforme du compte pénibilité,-         67% estiment qu’ils seront en mesure de mettre en place un contrat santé collectif le 1er janvier 2016.>> Découvrez tous les résultats du sondage en cliquant ici. Des chefs d’entreprise optimistesLe sondage met en avant un point très positif : 64% des chefs d’entreprises interrogés se disent optimistes pour l’avenir de leur société. Les grandes entreprises sont les plus optimistes (89%), devant les petites entreprises (62%). Le saviez-vous ? Humanis protège les chefs d’entreprises grâce à son offre Humanis SAFE PRO

Modification du contrat pour motif économique :...

Cette fiche vous est proposée par Wolters Kluwer.   La modification du contrat de travail, lorsqu'elle repose sur un motif économique, est soumise à un formalisme strict dont la violation est sévèrement sanctionnée.   Qu'est-ce qu'une modification pour motif économique ? La modification du contrat de travail repose sur un motif économique lorsqu’elle est fondée sur les mêmes motifs que ceux du licenciement économique : difficultés économiques, mutations technologiques, cessation d’activité, réorganisation nécessaire à la sauvegarde de la compétitivité de l’entreprise.   Quelles sont les formalités à respecter ? La proposition de modification du contrat de travail pour motif économique doit être adressée par lettre recommandée avec AR à chaque salarié concerné. Cette lettre doit en outre informer le salarié qu’il dispose d’un certain délai pour faire connaître son refus. Celui-ci est fixé à un mois en règle générale ou à 15 jours si l’entreprise est en redressement ou liquidation judiciaire [C. trav., art. L. 1222-6].   Comment ce délai d'un mois est-il décompté ? Il commence à courir à compter du retrait par le salarié de la lettre recommandée et non de la première présentation du courrier par la poste [Cass. soc., 27 mars 2008, n° 07-40.428 ; Cass. soc., 23 sept. 2008, n° 07-42.602]. S’agissant du délai d’un mois (applicable sauf procédure de redressement ou liquidation judiciaire), il « expire à minuit le jour du mois suivant qui porte le même quantième que le jour de la réception de la lettre recommandée contenant la proposition de modification » [Cass. soc., 3 mars 2009, n° 07-42.850]. Autrement dit, le 15 octobre à minuit pour une lettre recommandée reçue par le salarié le 15 septembre. Au cours de ce délai de réflexion, le salarié peut : – soit accepter la proposition de l’employeur et le contrat est modifié en conséquence ; – soit rester silencieux jusqu’au terme de ce délai et dans ce cas, son silence vaut acceptation [C. trav., art. L. 1222-6] ; – soit refuser la proposition, par exemple par lettre recommandée avec AR ou en apposant la formule « lu et refusé » sur l’avenant [Cass. soc., 17 juill. 2001, n° 99-43.230]. Une réponse conditionnelle ou dilatoire, telle une demande de prorogation, doit être assimilée à un refus [Cass. avis, 6 juill. 1998, n° 98-00.005]. Prenant acte du refus, l’employeur a le choix entre renoncer à la modification ou engager une procédure de licenciement pour motif économique. La lettre de licenciement devra alors mentionner que le licenciement fait suite au refus d’une modification du contrat proposée pour motif économique et préciser la nature de ce dernier [C. trav., art. L. 1233-3].   Quelles sont les sanctions ? L’employeur qui méconnaît ces règles impératives est lourdement sanctionné. En l’absence de lettre recommandée avec AR précisant le délai de réflexion d’un mois ou 15 jours, l’employeur ne peut se prévaloir ni d’un refus ni d’une acceptation du salarié [Cass. soc., 25 janv. 2005, n° 02-41.819]. Ce dernier peut donc exiger la poursuite du contrat aux conditions initiales même s’il a accepté la modification, ainsi que des dommages et intérêts pour préjudice [Cass. soc., 11 oct. 2006, n° 04-41.209].   REMARQUE L’employeur n’a aucune obligation de mentionner dans la lettre qu’en cas de refus, le salarié pourra être licencié [Cass. soc., 1er mars 2006, n° 04-44.742]. Il ne peut donc être sanctionné à ce titre. > Si l’employeur ne respecte pas le délai de réflexion d’un mois ou 15 jours et licencie le salarié suite à son refus de la modification proposée, le licenciement est alors dépourvu de cause réelle et sérieuse [Cass. soc., 10 déc. 2003, n° 01-44.745 ; Cass. soc., 28 oct. 2008, n° 07-42.270]. Le délai constitue en effet une période de réflexion destinée à permettre au salarié de prendre parti sur la proposition de modification en mesurant les conséquences de son choix. Mais attention, car même en cas de refus exprimé avant la fin du délai, l’employeur doit attendre l’expiration de celui-ci pour engager une procédure de licenciement sous peine de priver le licenciement de cause réelle et sérieuse [Cass. soc., 10 déc. 2003, n° 01-40.225 ; Cass. soc., 5 mars 2008, n° 07-42.720]. Le salarié est en effet libre de se rétracter tant que le délai n’est pas arrivé à échéance.

Vous avez un nouveau message

Une question ?

Interrogez la
communauté

En direct
du forum

Derniers articles

20 ans d'expérience en électricité générale au service de Nespouls (19) 24h/24 et 7j/7

SARL DE FREITAS ELECTRICITE est une entreprise d’électricité située Nespouls. Elle opère dans tout le département de la Corrèze et les départemen

0

Lire la suite

Et si la fidélisation devenait synonyme de développement commercial ?

« Mais, la fidélisation client, c’est exactement cela ! » me diront beaucoup d’entre vous. Et pourtant. Etes-vous certain que, dans vos organisations, l

0

Lire la suite

Dernières questions

Bonjour, je souhaite développer en marketing une stratégie avec des blogueurs et influenceurs pour augmenter la visibilité d'un site mais je ne sais pas bien comment m'y prendre. Que me conseillez-vous ?

2

Répondre

Bonjour, je souhaite développer en marketing une stratégie avec des blogueurs et influenceurs pour augmenter la visibilité d'un site mais je ne sais pas bien comment m'y prendre. Que me conseillez-vous ?

0

Répondre

Une question ?

Interrogez la
communauté