Filtre : Tous

Icon Utilisateur

La formation initiale en franchise, ça sert à quoi ?

Cette fiche est rédigée par Toute la Franchise.

 

La formation initiale en franchise sert essentiellement au franchiseur à transmettre son savoir-faire d'un point de vue théorique mais aussi pratique. Côté franchisé, le moment est précieux pour prendre ses repères et des contacts utiles dans le réseau.

 

La formation initiale en franchise est un moment clé du contrat de franchise aussi bien pour le franchiseur que pour le franchisé. En effet, la formation initiale marque l'entrée officielle dans le réseau d'un franchisé. Véritable noyau commun de connaissances, la formation initiale explique le concept dans ses grandes lignes avant de partir dans le détail de la gestion au quotidien de la future affaire.

Après cet aspect théorique indispensable, la formation se termine généralement par une immersion du franchisé au sein de l'unité pilote pour un stage pratique en situation. La durée de la formation initiale varie énormément selon les franchiseurs, mais aussi selon les secteurs d'activité. Pour certains concepts très techniques, la formation initiale pourra ainsi s'étendre sur plusieurs semaines, voire plusieurs mois (notamment dans le secteur de la restauration). Pour d'autres concepts plus « légers », la formation initiale ne durera que quelques jours seulement. Pourquoi de telles différences ? Tout simplement parce que de la complexité du concept dépend la complexité du savoir-faire associé.

 

  • Avant tout la transmission d'un savoir-faire

Tout concept de franchise s'appuie obligatoirement sur un savoir-faire consistant et différenciant que le franchiseur s'engage par contrat à transmettre à chacun de ses franchisés. Ce savoir-faire, tout comme la marque, fait partie intrinsèque du modèle de la franchise (c'est à vrai dire sa valeur ajoutée !). Testé en unité pilote et formalisé avant le lancement du réseau, le savoir-faire atteste de la rentabilité et de l'originalité du concept. Quand un nouveau franchisé est recruté, le franchiseur se doit de lui transmettre dans les meilleures conditions les clés du succès de son activité. Cette transmission s'organise essentiellement pendant la formation initiale et est complétée par la remise du manuel opérationnel (également appelé bible), par l'accompagnement lors de l'ouverture, et par des formations complémentaires distillées tout au long du contrat (formation continue). A l'issue de la formation initiale théorique et pratique, le nouveau franchisé doit en principe être quasi opérationnel.

 

  • Un moment clé d'intégration

Si la formation initiale est un moment clé pour apprendre tout sur tout de son futur métier, côté franchisé, c'est aussi un moment clé pour faire connaissance avec le réseau dans son ensemble. En effet, la formation initiale est souvent considérée par les nouvelles recrues comme l'arrivée dans une nouvelle famille. Dans cette famille il y a bien évidemment la direction (la tête de réseau), mais aussi les salariés du franchiseur dont les animateurs, et les autres franchisés (ceux déjà en place et ceux en formation). Toutes ces nouvelles têtes sont autant de relais que le nouveau franchisé pourra actionner une fois « dans le grand bain », après ouverture de son point de vente. Il est donc essentiel pour le « nouveau » de prendre un maximum de contacts, et de lier la maximum d'amitiés pour trouver en cas de besoin, une aide qui sera très précieuse.

 

En savoir plus.

Partager cet article !

Réagir à cet article

Entrepreneur

Icon Utilisateur

03/04/2015

Equipe Wikipme

Mots clés : Franchise Formation initiale

Ces articles pourraient vous intéresser

Les 6 bonnes raisons d'externaliser ses tâches ...

L’externalisation (ou « Outsourcing ») consiste à confier une partie de ses activités à un prestataire extérieur afin d’éviter d’en assurer la charge en interne.Souvent perçue comme une menace, l’externalisation représente pourtant l’opportunité pour votre organisation de recentrer ses axes stratégiques sur son cœur de métier, un gain considérable qui pourrait à long terme assurer la réussite de vos objectifs. Choix hautement stratégique, l’externalisation nécessite cependant une main experte et ainsi de faire appel à des entreprises dont le cœur de métier est d’accompagner et de guider les entreprises tout en leur proposant des solutions pertinentes adaptées à leurs besoins.L’un des choix les plus judicieux consiste en l’externalisation des activités dites de « Back-Office » soit administratives, financières et juridiques. L’idée de cet article est de mettre en relief les 6 bonnes raisons pouvant pousser un acteur à envisager l’externalisation de ses activités de Back-Office. Cette analyse s’appuie sur l’expertise que les équipes de YourBO ont développé auprès d’une soixantaine de clients depuis plus de 4 ans.Se recentrer sur son cœur de métier, sur le « Business Development »Créer et développer un business est une activité à temps plein. Développer l’offre, chercher de nouveaux clients, communiquer, développer des partenariats, recruter, former… autant d’activités essentielles et critiques qui nécessitent un investissement plein du dirigeant.La lourdeur des contraintes administratives et financières françaises génère de nombreuses tâches à faible valeur ajoutée qui consomment un temps non négligeable pour le dirigeant. L’externalisation libère le dirigeant de ces tâches chronophages et lui permet de se concentrer sur la création de valeur en développant son activité.Générer un ROI (« Return On Investment ») considérableFace à une proposition d’externalisation chiffrée, de nombreux dirigeants sont frileux : pourquoi payer des services complémentaires qui peuvent partiellement être assumés par le dirigeant ?Cette vision à court terme est cependant biaisée et handicapante à moyen terme. Le coût inhérent à l’externalisation se transforme en investissement rentable grâce au temps à haute valeur ajoutée qu’elle dégage pour le dirigeant. De nombreux centres de coûts sont souvent négligés par les dirigeants : salaire de la personne en charge des fonctions administrative et financières, temps de formation, opportunités de business manquées…De plus, le recrutement d’une personne dédiée à ces fonctions est souvent bien plus coûteux que le coût d’une externalisation (le RAF d’une PME a en moyenne un salaire brut de 5417 euros par mois, soit un coût mensuel d’environ 7600 euros selon Michael Page).Un interlocuteur unique avec des limites : l’expert-comptableLe seul interlocuteur vers lequel se tournent les TPE et PME est souvent l’expert-comptable.Cependant, celui-ci ne répond pas pleinement aux attentes des dirigeants. Leur vision étant centrée sur la comptabilité et le contrôle des opérations, elle pourrait handicaper un entrepreneur voulant une vision dynamique et évolutive de son projet. Aujourd’hui, quelques sociétés sont spécialisées dans l’externalisation et peuvent vous proposer des services intégrés et adaptés à vos exigences métiers.Maîtriser son budget et la durée avec des prestations forfaitiséesLa gestion en interne expose au risque d’y consacrer un temps considérable, incompressible et difficile à appréhender qui pourra fluctuer fortement dans le temps et impacter considérablement l’agenda du dirigeant. Certains acteurs proposent des prestations « à la carte » facturées au forfait avec un engagement de résultat. Vous avez alors la garantie de la bonne réalisation de la prestation dans un temps imparti et avec un budget maîtrisé et connu à l’avance. Vous ne supportez plus les risques inhérents à cette prestation.Assurer la flexibilité et la continuité des activités Lors d’une gestion en interne, deux choix se posent :Si le dirigeant gère ces fonctions, son agenda est impacté par le cadre strict des obligations administratives, sociales et fiscales ;Si le dirigeant emploie un salarié pour gérer ces fonctions, il s’expose au risque de l’absentéisme, du recrutement, du remplacement, de la formation…L’externalisation garantit une continuité de services indépendant des aléas de la vie de l’entreprise.Bénéficier d’une expertise sur des questions hautement sensiblesLa prise en charge en interne des fonctions Back-office se heurte à un problème considérable : le manque d’expertise.Les fonctions comptables, ressources humaines, paies, juridiques et administratives sont très encadrées par un cadre législatif contraignant. Des erreurs peuvent avoir des conséquences considérables : amendes, pénalités, redressements social ou fiscal, responsabilité pénale…Les dirigeants disposent rarement des champs de compétences nécessaires à la gestion de l’ensemble de ces fonctions et s’exposent à des risques. L’externalisation garantit un service de qualité respectant les normes et le cadre législatif et fiscal, offre du conseil au dirigeant et protège l’entreprise en termes de responsabilité.

Le Cabinet d'Avocats Sexy

L’heure est grave. Les cabinets d’avocats sont au creux de la vague et, alors que la tempête bat son plein, leurs meilleurs éléments s’en vont. Qui pourrait les en blâmer ? Quitte à travailler 16h par jour, ils préfèrent le faire en montant leur start-up juridique plutôt que sous les ordres d’un associé qui n’a jamais été formé au management.Il n’y a pas de cause unique. C’est tout un ensemble d’éléments qui vient soutenir et favoriser cette fuite des talents. Mais une chose est sûre : si les cabinets d’avocats veulent les retenir, leurs associés et managers vont devoir apprendre à être plus « sexy ». C’est comme dans un couple : dès lors que l’un des deux se dit qu’il n’a plus d’efforts à faire, c’est le début de la fin.Revenons à nos talents. Qu’est-ce qui peut leur donner envie de rester ? Si vous posez la question autour de vous, vous aurez systématiquement deux types de réponses : l’argent et le statut (la promotion). Spoiler alert : CE SONT DES FAUX POSITIFS.Je ne dis pas qu’une rétrocession généreuse ne compte pas ou que la perspective d’être associé ne pèse pas dans la balance. Mais cela fait plus de 70 ans que l’on sait que la motivation ne vient pas de facteurs extrinsèques, mais intrinsèques. Si l’on reprend l’exemple du couple, ce n’est pas en couvrant l’autre de cadeaux que vous le persuadez de rester. Ou alors ça ne dure qu’un temps, et vous vous fâchez au passage avec votre banquier…Pour motiver et surtout impliquer les éléments les plus talentueux de son cabinet, le cabinet sexy fera en sorte de créer les conditions de leur épanouissement. Il dispose de trois outils principaux pour y arriver : d’abord, il tentera de casser la routine en les sollicitant régulièrement pour des tâches qui sortent de leur cadre habituel de travail ; ensuite, il stimulera leur créativité en dépassant les frontières hiérarchiques et les étiquettes ; et enfin, il construira une relation de confiance mutuelle en leur offrant un maximum d’autonomie. Le cabinet sexy fait des surprisesIl ne s’agit pas d’offrir des fleurs, mais des occasions de sortir du taylorisme moderne dans lequel il est si facile de s’empêtrer. Le cabinet sexy n’a pas peur de solliciter ses collaborateurs sur des problématiques différentes de celles qu’ils ont l’habitude de traiter. Exemple tiré du monde de l’entreprise : Atlassian est une entreprise australienne de logiciels. Et ils font quelque chose d’absolument génial. Quelques fois dans l’année, ils disent à leurs ingénieurs : « Partez les prochaines 24 heures et travaillez sur ce que vous voulez, tant que ce n’est pas votre tâche habituelle ». Les ingénieurs utilisent ce temps pour pondre un bout de code, ou trouver une astuce élégante. Cette journée de travail inhabituelle a permis à Atlassian de trouver des idées brillantes de correction de logiciels que personne n’aurait eu autrement. Comment pourriez-vous mettre cela en place dans votre cabinet ? On imagine tout de suite les freins : les avocats sont spécialisés, il faut qu’ils connaissent le dossier et la matière avant de travailler à de nouvelles solutions ou stratégies. Et pourtant, que se passerait-il si vous essayiez de les impliquer sur des sujets pour lesquels ils auraient un œil neuf ? Faite l’essai, et au-delà du résultat sur le dossier en question, demandez-leur ce qu’ils ont pensé de cette expérience et s’ils aimeraient qu’elle soit renouvelée. Vous risquez d’être surpris. Le cabinet sexy voit au-delà des apparencesDans le merveilleux film de Gus Van Sant « Will Hunting », l’énigme de mathématiques, lancée comme un défi aux brillants élèves du M.I.T., est résolue par Will, qui gagne sa vie en balayant les couloirs de l’institution. L’habit ne fait pas le moine. Le cabinet sexy a compris cela, il sait que chacun possède des talents inexploités. Alors on y organise de temps en temps un atelier créatif transversal où tout le cabinet est invité à participer (y compris le personnel administratif). Tout le monde planche sur une question qui concerne le cabinet, son positionnement, ses enjeux du moment. Ce qui compte, c’est que chacun ait la possibilité de s’exprimer, dans un cadre sécurisé et constructif.Chez Disney par exemple, on organise régulièrement des réunions où n’importe quel employé peut proposer une idée. Il la présente et si elle est acceptée, elle est immédiatement intégrée au travail du Studio. Pour info, c’est lors de ces réunions qu’a été proposée l’idée du film « La Petite Sirène » (211 millions de dollars de recettes) et aussi celle du film « Pocahontas » (346 millions de dollars de recettes). Ça aurait quand même été dommage de passer à côté vous ne trouvez pas ? Le cabinet sexy inspire confianceEnfin, dans un cabinet sexy, on peut avoir confiance en son n+1. Le truc avec la confiance, c’est que pour l’inspirer, il faut d’abord la donner. En d’autres termes, la confiance ne se demande pas, elle se mérite. Vous feriez confiance vous à un associé qui est constamment sur votre dos, à contrôler vos moindres faits et gestes ? C’est comme en amour : le conjoint ultra suspicieux n’est pas vraiment attirant… Alors pour éviter de se tirer une balle dans le pied, le cabinet sexy laissera à ses collaborateurs un maximum d’autonomie. En Amérique du nord deux consultants ont créé le ROWE (Results Only Work Environment) : environnement de travail axé uniquement sur les résultats. Quelques dizaines d’entreprises américaines ont déjà adopté ce système, et on le voit apparaître en Europe depuis quelques mois. Dans un ROWE, les employés n’ont pas d’horaires. Ils viennent quand ils veulent. Ils ne doivent pas être au bureau à des heures précises, ou même pas du tout. Ils doivent juste faire leur boulot. Comment ils le font, quand ils le font, où ils le font dépend entièrement d’eux. Les réunions sont optionnelles. Tamara Erickson, dans un article pour la prestigieuse Harvard Business Review, note que les entreprises qui ont adopté ce mode de fonctionnement voient leur productivité augmenter en moyenne de 35%, et le nombre de départs volontaires chuter instantanément. Pour les cabinets d’avocats, cela veut dire accepter l’idée du télétravail, et ne pas confondre durée avec efficacité. Certes, cela peut paraître compliqué pour une profession qui facture au temps passé, mais ce modèle est en train d’être transformé par les cabinets les plus innovants. Et si votre cabinet était parmi ceux-là ? CONCLUSIONIl y a fort à parier que les cabinets d’avocats du 21e siècle finiront par adopter un style de management plus soucieux des aspirations et de l’épanouissement de leurs collaborateurs. Tous ne le feront pas au même rythme et les plus lents continueront de dire au revoir à leurs meilleurs éléments. Une enquête de la Commission Qualité de Vie du Barreau de Paris en 2015 a révélé que pour améliorer la qualité de vie des avocats l’action prioritaire serait de former les associés des cabinets au management. Le problème, c’est que ce genre de formations sont chères et souvent difficile à négocier (narcissiquement parlant). En revanche ces trois outils sont faciles à mettre en œuvre, indolores pour les associés, ultra riches pour les collaborateurs et, cerise sur le gâteau, ils se révèle être un moyen idéal pour développer la clientèle car ils véhiculent une image moderne et innovante tout en renforçant dans le même temps la cohésion de l’équipe. En tous cas c’est tout le mal qu’on vous souhaite !

Qu'est-ce que la concession ?

Cette fiche est rédigée par Toute la franchise.   La concession est un modèle de développement en réseau utilisé essentiellement dans le cadre de la distribution de produits techniques. Le concédant est souvent un fabricant qui confie localement à son concessionnaire le soin de distribuer ses produits en exclusivité. Souvent utilisé dans le secteur de l'automobile et du bâtiment (piscine, cheminée, véranda, pompe à chaleur, fenêtre et porte, etc), la concession s'inscrit dans le cadre d'un réseau de distribution créé par un fabricant pour vendre ses produits et en assurer la maintenance. La signature d'un contrat de concession permet de déterminer les relations commerciales entre le fabricant (le concédant) et son revendeur (le concessionnaire). Le concédant doit garantir une assistance matérielle technique et commerciale au concessionnaire. Le concessionnaire peut utiliser la marque du fabricant.   Un réseau de distribution Le contrat de concession a été défini dans la circulaire Fontanet du 31 mars 1960 comme étant « une convention liant le fournisseur à un nombre limité de commerçants auxquels il réserve la vente d’un produit sous condition qu’ils satisfassent à certaines obligations ». Le plus souvent, le contrat de concession est utilisé pour commercialiser des produits de marque nécessitant un suivi technique. Le concédant n'est donc pas seulement un vendeur, il doit être capable de mobiliser des compétences professionnelles spécifiques pour livrer, installer, entretenir et réparer le produit vendu. Généralement, le contrat de concession implique une clause d'exclusivité de fourniture et d'exclusivité d'approvisionnement. L'exclusivité de fourniture implique que le concédant ne peut fournir un autre revendeur que le concessionnaire dans la zone d'exclusivité territoriale de son concessionnaire. L'exclusivité d'approvisionnement implique quant à elle, que le concessionnaire ne peut pas distribuer des produits de même nature que ceux fournis par son concédant. Le concessionnaire peut toutefois sans déroger à ses engagements, commercialiser des produits complémentaires à ceux lister dans son contrat dès lors qu'ils ne viennent pas en concurrence directe avec les produits commercialisés dans le cadre de son contrat de concession. Quand le concédant met à la disposition de son concessionnaire ses signes distinctifs (marque, savoir-faire, formations, etc), la signature du contrat doit être précédée de la remise d'un document d'information précontractuelle (DIP).    Bon à savoir : Le contrat de concession peut être signé pour une durée indéterminée ou déterminée. Dans le cas d'un contrat indéterminé, les deux co-contractants peuvent mettre un terme au contrat selon un délai de préavis fixé dans le contrat. Dans le cas d'un contrat à durée déterminée (minimum 5 ans pour les concessions auto et maximum 10 ans), les co-contractants ne peuvent mettre fin au contrat en cours sauf modification de la personne morale du concessionnaire. Lors du renouvellement, le concessionnaire ne peut se prévaloir d'une reconduction tacite. Il peut toutefois réclamer des dommages et intérêts s'il considère le non renouvellement abusif.      En savoir plus.

Vous avez un nouveau message

Une question ?

Interrogez la
communauté

En direct
du forum

Derniers articles

20 ans d'expérience en électricité générale au service de Nespouls (19) 24h/24 et 7j/7

SARL DE FREITAS ELECTRICITE est une entreprise d’électricité située Nespouls. Elle opère dans tout le département de la Corrèze et les départemen

0

Lire la suite

Et si la fidélisation devenait synonyme de développement commercial ?

« Mais, la fidélisation client, c’est exactement cela ! » me diront beaucoup d’entre vous. Et pourtant. Etes-vous certain que, dans vos organisations, l

0

Lire la suite

Dernières questions

Bonjour, je souhaite développer en marketing une stratégie avec des blogueurs et influenceurs pour augmenter la visibilité d'un site mais je ne sais pas bien comment m'y prendre. Que me conseillez-vous ?

2

Répondre

Bonjour, je souhaite développer en marketing une stratégie avec des blogueurs et influenceurs pour augmenter la visibilité d'un site mais je ne sais pas bien comment m'y prendre. Que me conseillez-vous ?

0

Répondre

Une question ?

Interrogez la
communauté