Filtre : Tous

Icon Utilisateur

L'emploi dans les TPE

Cette fiche vous est proposée par le Conseil Supérieur de l'Ordre des Experts Comptables.

 

Selon une étude de la DARES, le service statistique du ministère du travail, consacrée à l’emploi dans les TPE, un tiers des TPE ont un seul salarié.

Fin décembre 2013, les entreprises de 1 à 9 salariés emploient 3 millions de salariés, soit 20 % des salariés du secteur concurrentiel. Les TPE comptent en moyenne 2,9 salariés mais plus d’un tiers n'en comptent qu’un seul, et près de 50 % des TPE ont au moins un non-salarié (gérant de l’entreprise, membre de la famille), 630 000 non-salariés travaillent ainsi aux cotés des 3 millions de salariés.

Le taux de contrat à durée déterminée, en progression depuis 2009, baisse très légèrement en 2013 : 13,7 % des salariés des TPE occupent un emploi en CDD tandis qu’ils sont 7,6 % dans les entreprises de 10 salariés ou plus. Le recours aux CDD est un peu plus élevé dans les TPE de l’industrie que dans la construction et le tertiaire.

Près de la moitié des CDD sont des emplois aidés, principalement les contrats d’apprentissage ou de professionnalisation qui représentent 81,6 % des emplois aidés auxquels ont recours les TPE. Alors qu’elle diminuait régulièrement depuis l’année 2000, la part des salariés des TPE en emploi aidé progresse de 6,2 % en 2013 par rapport à 2012, du fait de la montée en charge des emplois d’avenir et des contrats de génération. 7,5 % des salariés des TPE ont un emploi aidé, soit près de 230 000 salariés, 16,5 % des TPE, soit près de 170 000 entreprises, ont des salariés en emploi aidé et 13 % n’ont pas d’autres salariés que celui en emploi aidé.

Dans les TPE, la durée hebdomadaire moyenne de travail déclarée des salariés à temps complet est de 36,3 heures, stable par rapport à 2012. Le temps partiel est plus fréquent dans les TPE : 28,5 % des salariés des TPE sont à temps partiel tandis qu’ils sont 16,2 % dans les entreprises de 10 salariés ou plus, et le recours au temps partiel diminue avec la taille de l’entreprise. La durée hebdomadaire moyenne de travail des salariés à temps partiel est stable en 2013, à 18,5 heures, et 69,1 % des salariés des TPE à temps partiel effectuent moins de 24 heures par semaine.

 

Source : Ministère du Travail, de l’emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social - 12/2014 

Partager cet article !

Réagir à cet article

Icon Utilisateur

Par C - February 28th at 9:28pm

Bonour à Tous,
Icon Utilisateur

Par C - February 28th at 9:30pm

Je réalise une étude sur la prévention des risques psychosociaux dans les TPE.
Icon Utilisateur

Par C - February 28th at 9:31pm

Malheureusement les sources d'informations ne sont pléthoriques, donc merci de m'en communiquer si vous en avez.

Entrepreneur

Icon Utilisateur

February 12th at 9:26am

Equipe Wikipme

Mots clés : CDI CDD Recrutement TPE Emploi Salarié Etude

Contacter par WikiMail

Ces articles pourraient vous intéresser

Les clés pour en finir avec les retards de paie...

  Lutter contre les retards de paiement est primordial. En effet, ils représentent 25 % des faillites en France et touchent principalement les PME. En effet, ne pas avoir son paiement à temps, peut affecter la compétitivité et la rentabilité d’une entreprise qui n’a pas les fonds nécessaires pour pallier ces retards et les impayés. Il faut, dès la formalisation du contrat entre les parties prenantes, prévoir une clause concernant le délai maximal prévu pour le paiement du client. En France, si la clause n’est pas intégrée dans le contrat, celui-ci est fixé à 30 jours*.    Plusieurs dispositifs existent pour pouvoir lutter contre ces retards   Quand un client ne respecte pas ses délais de paiement, plusieurs moyens existent pour indemniser l’entreprise en attente et pousser le client à régler son dû le plus vite possible. Des pénalités de retard peuvent être appliquées au client et des indemnités forfaitaires peuvent également être appliquées en suivant les règles mises en place par la Banque Centrale Européenne. D’autres mesures peuvent également être appliquées telles que des amendes ou encore la vérification du bon paiement par des commissaires aux compte ainsi que la publication des entreprises sanctionnées pour non-respect des délais de paiement.* Il existe également des solutions de gestion de poste clients qui préservent les entreprises contre les pertes générées par le non-paiement de factures.   D’un point de vue macro et micro économique, des solutions existent également.   Il s’agirait ici, d’unifier les modèles de facturation et de les traiter électroniquement : une solution prévue pour 2020 pour toutes les entreprises. Cela permettra de réduire le temps de réception des factures qui sont envoyées de manière dématérialisée ainsi que ne pas être victime des demandes de certains grands groupes sur le contenu à inclure dans les factures.   Les clés du succès pour développer son entreprise A l’heure où beaucoup de jeunes entreprises renoncent à se développer faute d’éclairages ou de conseils, Coface publie un guide éclairant et pragmatique à destination des entreprises, afin de leur donner les repères adaptés à leur taille et à leurs besoins. Cliquez ici pour télécharger le livre blanc

Gestionnaire d'énergie : un pilote anti-gaspi

Cette fiche est rédigée par EDF Entreprises.   Le chauffage et l’eau chaude sont des postes souvent énergivores pour lesquels un gestionnaire d’énergie peut être source d’économies significatives notamment pour les commerces ou les petites surfaces inférieures à 500 m2. David Penhouet et René Sauger, experts EDF R&D, expliquent comment réduire les consommations électriques d'environ 15% grâce à un gestionnaire d'énergie. Gestionnaire d’énergie : des économies d’énergie garanties En regroupant plusieurs opérations de programmation, un gestionnaire d’énergie assure de manière automatique et centralisée la gestion du chauffage et de l’eau chaude sanitaire et, le cas échéant, de l’éclairage. Véritable chef d’orchestre des usages électriques, le gestionnaire permet une meilleure connaissance et maîtrise des charges électriques avec, à la clé, des économies d’énergie de plusieurs ordres : meilleure répartition ou limitation de puissance électrique, consommations évitées, optimisation du contrat… .Quelles sont les fonctions proposées par les gestionnaires d’énergie ? La programmation horaire qui permet d’adapter l’usage suivant la présence prévue dans les locaux. On peut, par exemple, programmer une température réduite en cas d’absence, éteindre automatiquement les luminaires après 19h. Une fois la programmation horaire paramétrée, il est possible de faire des dérogations manuelles. Cette fonction est éligible aux Certificats d’économie d’énergie (CEE). L’optimisation de la relance du chauffage pour assurer une température de confort aux utilisateurs dès leur arrivée dans les locaux. La limitation d’énergie permet d’améliorer le pilotage du chauffage. Par une action directe sur le réseau électrique, les temps de chauffage sont limités, définis suivant la température extérieure. L’asservissement tarifaire permet de lancer automatiquement son ballon électrique aux heures creuses. Le délestage tarifaire permet de limiter son appel de puissance suivant les tranches tarifaires en hiérarchisant les usages électriques pour limiter les charges simultanées. Ainsi l’abonnement est ajusté suivant les besoins réguliers et non pas suivant les utilisations inhabituelles et momentanées. La détection de présence pour n’allumer l’éclairage que dans les parties passantes ou la détection d’ouverture de fenêtres qui permet de couper et de rallumer le chauffage automatiquement. Deux fonctions intéressantes pour des entreprises moyennes. Quelles sont les conditions requises à la mise en place d’un gestionnaire de l’énergie ? Le découpage des lieux en zones à même profil d’occupation pour programmer les horaires de chauffage ou d’éclairage. Une sélection précise des horaires de présence de manière à assurer le confort des utilisateurs Un inventaire des usages prioritaires pour favoriser un plan de délestage cohérent. Quel retour sur investissement en attendre ? Le coût moyen d’un équipement se situe entre  600 et 900 € HT pour une surface comprise entre 80 et 250 m2, l’économie représente environ 15 % des consommations électriques. Prenons l’exemple d’une surface professionnelle de 250 m2, équipée d’un gestionnaire d’énergie destiné à garantir le confort des occupants en hiver et pendant les intersaisons. Avec un coût d’installation du matériel de 900 € HT, l’économie annuelle peut monter à 300 € HT avec un retour sur investissement d’à peine 3 ans ½ .   Pour en savoir plus, cliquez ici.

Qu'est-ce qu'un Certificat d'Economies d'Energi...

Cette fiche est rédigée par EDF Entreprises.   Les Certificats d'Economies d'Energie (CEE) sont un dispositif national d'incitation pour la mise en place d'actions visant à la réduction des consommations d'énergie. Mis en place par la loi POPE, ils sont en vigueur depuis 2006 et se déclinent notamment au travers d'actions standardisées d'économies d'énergie s'appliquant sur tous les secteurs : le bâtiment résidentiel, le bâtiment tertiaire, l'industrie, les réseaux (chaleur/froid, éclairage et électricité), les transports et l'agriculture.   Partenaire en matière d’efficacité énergétique, EDF Entreprises vous conseille sur les solutions éligibles aux CEE et vous propose, dans le cadre de ce dispositif, une incitation financière dans la mise en oeuvre de vos travaux*. Par ailleurs, EDF Entreprises vous propose son expertise et son expérience au travers d'un bouquet d’offres sur-mesure pour vous permettre de réduire les consommations d’énergie de votre entreprise ou de votre copropriété : Services d'analyse et de suivi de vos consommations d'énergie Services de diagnostics pour mettre en évidence des pistes d'économies d'énergie allant jusqu'à l'implication d'EDF Entreprises sur les économies détectées En savoir plus sur les Certificats d’Economies d’Energie : cliquez ici. *Sous certaines conditions et en application de la réglementation en vigueur

Vous avez un nouveau message

Une question ?

Interrogez la
communauté

En direct
du forum

Derniers articles

Colonie de vacances

Un soutien scolaire efficace Dans ces séjours centrés sur la colonie de vacances, tout est fait pour permettre aux jeunes de rattraper leur éventuel retard et d'acqué

0

Lire la suite

Créer son argumentaire de Vente étape par étape

ARGUMENTAIRE DE VENTE ? QUE DOIT CONTENIR UN ARGUMENTAIRE DE VENTE ?    Argumentaire de vente ? Que doit contenir un argume

0

Lire la suite

Dernières questions

Le cadre légal de la formation en entreprise

1

Répondre

Ratios financiers normatifs de la start-up, site internet

2

Répondre

Une question ?

Interrogez la
communauté