Filtre : Tous

Icon Utilisateur

Inventions du salarié : à qui reviennent les droits ?

Cette fiche vous est proposée par Wolters Kluwer.

 

Les inventions réalisées par un salarié sont-elles toujours de la propriété de l'employeur ? L'auteur de l'invention peut-il bénéficier d'une rémunération supplémentaire ? Quelles sont les formalités à respecter ? Le point sur ces questions méconnues.

 

  • Quelles sont les inventions qui appartiennent à l'employeur ?

> Inventions de service ou de mission. Sauf stipulation contractuelle ou conventionnelle contraire plus favorable au salarié, sont de la propriété de l’employeur les inventions réalisées par le salarié :    

  1. dans l’exécution d’un contrat de travail comportant une mission inventive qui correspond à ses fonctions effectives [Cass. soc., 21 sept. 2011, n° 09-69.927] ;
  2. dans le cadre d’études et de recherches qui lui sont explicitement confiées.

 

> Rémunération supplémentaire au salarié. Les conditions dans lesquelles le salarié, auteur d’une telle invention, bénéficie d’une rémunération supplémentaire, sont déterminées par la convention collective, un accord d’entreprise ou le contrat de travail. Si l’employeur ne relève pas d’une convention de branche, tout litige relatif à cette rémunération supplémentaire est soumis à une commission de conciliation ou au tribunal de grande instance [C. propr. intell., art. L. 611-7, 1].

 

A NOTER

Lorsque l’invention du salarié est antérieure à la conclusion du contrat de travail et correspond à un apport en nature, elle ne peut donner lieu à une telle rémunération supplémentaire [Cass. soc., 2 juin 2010, n° 08-70.138].

 

  • Quelles sont les inventions qui appartiennent au salarié ?

Toutes les autres inventions appartiennent au salarié. Il convient toutefois de distinguer les inventions hors mission non attribuables, qui doivent toujours rester la propriété du salarié, de celles qui sont attribuables. Sont considérées comme telles les inventions qu’il a réalisées :

  1. soit dans le cours d’exécution de ses fonctions ;  
  2. soit dans le domaine d’activité de l’entreprise ;    
  3. soit par la connaissance ou l’utilisation des techniques ou des moyens spécifiques à l’entreprise ou de données procurées par celle-ci.

 

Ainsi, pour les inventions présentant un lien avec l’entreprise, l’employeur peut se faire attribuer tout ou partie des droits, moyennant le versement d’un juste prix fixé par accord des parties et, à défaut, par la commission de conciliation ou le tribunal de grande instance [C. propr. intell., art. L. 611-7, 2.].

 

  • Comment déclarer et classer l'invention ?

> Déclaration. Le salarié auteur d’une invention doit immédiatement la déclarer à l’employeur. Il doit lui communiquer toutes les informations utiles à son appréciation de la catégorie à laquelle se rattache l’invention. La déclaration doit ainsi préciser :    

  1. l’objet de l’invention ainsi que les applications envisagées ;
  2. les circonstances de sa réalisation (instructions ou directives reçues, expériences ou travaux de l’entreprise utilisés, collaborations obtenues, etc.) ;        
  3. le classement de l’invention tel qu’il apparaît au salarié : invention de mission, invention hors mission attribuable ou non [C. propr. intell., art. R. 611-1 à R. 611-5].

 

> Avis de l’employeur sur le classement. Il dispose d’un délai de deux mois pour prendre parti sur le classement proposé ou, en l’absence de classement indiqué par le salarié, lui indiquer, par une communication motivée, le classement qu’il retient. Ce délai court à compter de la date de réception de la déclaration ou de la date à laquelle celle-ci a été complétée en cas de demande de renseignements complémentaires reconnue justifiée. À défaut de réponse dans ce délai, l’employeur est réputé avoir accepté le classement indiqué dans la déclaration. Il a en outre quatre mois pour revendiquer le droit d’attribution, sauf accord contraire entre les parties (qui ne peut être que postérieur à la déclaration de l’invention). Le point de départ est identique à celui du délai de deux mois [C. propr. intell., art. R. 611-5 et s.].

 

  • Qu'en est-il des logiciels ?

Leur régime est spécifique : sauf dispositions contraires du contrat, les droits patrimoniaux sur les logiciels et leur documentation créés par un ou plusieurs employés dans l’exercice de leurs fonctions ou d’après les instructions de leur employeur sont dévolus à ce dernier qui est seul habilité à les exercer [C. propr. intell., art. L. 113-9].

Partager cet article !

Réagir à cet article

Ces articles pourraient vous intéresser

Comment devient-on franchisé ?

Cette fiche a été rédigée par ToutelaFranchise.com. Ouvrir une franchise est une aventure entrepreneuriale passionnante mais exigeante. Elle demeure l’aboutissement d’un projet bien mûri et réfléchi. Voici les étapes clés pour passer du statut de candidat à celui de franchisé. Analyser ses motivations et ses aptitudesAvant de se lancer dans le grand bain de la franchise, il faut se poser les bonnes questions. Est-ce que devenir entrepreneur franchisé correspond à votre projet de vie ? Quels sont vos motivations réelles ? En tant que futur créateur, vous devez habiter votre projet et ne pas vous voiler la face pour éviter les contradictions entre votre discours et votre façon d’être. Vous devez également analyser vos aptitudes et vos ressources (financières, morales, etc.). La plupart des franchises ne demandent pas de diplômes particuliers mais s’engager en franchise nécessite d’avoir un sens commerçant. Assurez-vous de bénéficier également du soutien de vos proches. Connaître le monde de la franchiseDevenir franchisé répond à une démarche particulière. Vous devez prendre conscience qu’un patron franchisé possède des droits et des devoirs. Ce modèle économique repose sur un contrat entre le franchiseur et son franchisé. Pour en savoir exactement où vous mettez les pieds, informez-vous en consultant des ouvrages spécialisés, des sites internet et en rencontrant des franchisés. Choisir son réseau de franchise et le rencontrerAprès avoir sélectionné votre domaine d’activité en fonction de vos goûts et de vos connaissances, il vous faudra sélectionner votre franchiseur. A vous d’évaluer les enseignes en fonction de la rentabilité des unités pilotes, du savoir-faire, de la qualité des produits et services, de l’originalité du concept, du leadership et de l’animation du réseau par le franchiseur, etc. Vous trouverez un certain nombre d’informations sur internet dans des annuaires de la franchise, mais le plus judicieux est de rencontrer directement les responsables de réseaux. Il existe de nombreux salons dédiés à la franchise qui se déroulent à Paris et en province. Postuler puis s'engager avec une enseigneVous pouvez postuler en ligne en prenant soin de bien remplir le questionnaire de candidature. Veiller à remplir tous les champs demandés et à soigner votre orthographe. Si vous passez avec succès cette étape et celle des entretiens, le franchiseur vous remettra le DIP (Document d’information précontractuel). Vous aurez alors au moins 20 jours avant de signer le contrat. Durant cette période, étudiez toutes les informations contenues dans le DIP pour vérifier le sérieux du franchiseur. Boucler son dossier financierElaborez votre budget prévisionnel en prenant en compte vos ressources et en tenant compte de la conjoncture. En dehors de votre apport personnel, vous devrez trouver des ressources financières auprès des établissements bancaires. Il existe aussi des dispositifs d’aide pour les créateurs d’entreprise. Réalisez votre propre étude de marché et interrogez-vous sur le retour sur investissement. Quand tous ces points seront validés, vous pourrez définir le rétro-planning de votre ouverture avec le franchiseur (recherche de local, recrutement de personnel si besoin, formation, etc.). En savoir plus sur les documents à prévoir pour se lancer en franchise

Durée du travail : vers qui se tourner pour obt...

Cette fiche vous est proposée par Wolters Kluwer.   De nombreuses règles en matière de durée du travail sont assorties de la possibilité, pour l'employeur, d'obtenir une dérogation. A qui doit-il s'adresser ? Le point sur la question.   Existe-t-il une règle générale ? L’autorité administrative compétente est celle dont dépend l’établissement qui emploie les salariés concernés par la dérogation, à savoir :    l’inspecteur du travail pour les demandes de dérogations relatives au travail de nuit et à la durée maximale journalière ;     le directeur régional des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi (Direccte) ou, par délégation, le responsable de l’unité territoriale, ou encore, par subdélégation, l’inspecteur du travail, pour les demandes relatives à la durée maximale hebdomadaire. L’établissement est défini comme l’unité de travail disposant d’une autonomie de gestion, comme en matière de représentation du personnel. La règle est la même lorsque le lieu de travail est distinct de l’établissement de rattachement. Ainsi, même si les salariés visés par la demande n’exécutent pas leur travail au sein de l’établissement auquel ils sont rattachés, l’autorité compétente est celle dont dépend ce dernier. Celle-ci doit cependant consulter l’autorité administrative du lieu de travail avant de prendre sa décision. Lorsque l’entreprise est dotée d’établissements distincts et que plusieurs d’entre eux sollicitent une dérogation reposant sur un même motif (par exemple si le lancement d’un nouveau produit entraîne une augmentation de la durée du travail dans tous les établissements), chacun doit s’adresser à l’autorité compétente le concernant. Mais une concertation entre les différents décisionnaires est là encore indispensable, la coordination étant assumée par l’autorité administrative compétente pour le siège social de l’entreprise.   ATTENTION Si l’entreprise a des établissements distincts au sens des délégués du personnel mais avec un comité d’entreprise unique, l’autorité administrative compétente est celle de l’établissement où se trouve celui-ci.   Que faire en cas d'urgence ? En cas de situation inhabituelle, l’employeur qui veut obtenir une dérogation à la durée journalière et/ou hebdomadaire de travail (par exemple pour faire face à des intempéries) doit solliciter l’autorité administrative compétente pour son établissement, en précisant les lieux de travail concernés dans sa demande. L’autorité compétente prend sa décision après avoir rapidement contacté les différents agents concernés. Si l’employeur saisit à tort l’autorité administrative du lieu de travail pour obtenir une dérogation, celle-ci accuse réception de la demande, transmet le dossier à l’autorité administrative compétente, puis avise le demandeur du résultat de sa démarche. Elle doit en outre le renseigner sur les possibilités légales de déroger de sa propre initiative à la durée maximale journalière.   A qui s'adresser en cas d'intervention d'une entreprise extérieure ? Lorsqu’une entreprise utilisatrice sollicite une dérogation à la durée du travail, il se peut que des salariés appartenant à des entreprises extérieures interviennent dans ses locaux et soient donc concernés. C’est alors à l’entreprise extérieure de demander une dérogation à l’autorité administrative dont dépend l’établissement de rattachement de ces salariés. Et il incombe à l’autorité administrative de l’entreprise utilisatrice d’assurer la coordination nécessaire à la prise de décisions cohérentes entre elles.   EXEMPLE Une entreprise, installée à Rouen, intervient dans les locaux d’une société située à Bordeaux et sollicite une dérogation à la durée journalière suite au réaménagement des locaux de son client. La section compétente est celle de Rouen et la coordination est assurée par la Direccte d’Aquitaine.   Quid dans les situations internationales ? En cas de travaux réalisés à l’étranger par une entreprise française, l’autorité administrative française n’est pas compétente pour se prononcer sur une demande de dérogation concernant cette intervention, bien que le salarié concerné soit rattaché à un établissement situé en France. Lorsqu’une entreprise étrangère réalise des travaux sur le territoire français, elle doit demander une dérogation si elle souhaite dépasser les durées maximales de travail. En l’absence d’établissement en France, c’est l’autorité administrative du lieu de travail des salariés concernés qui est compétente. En cas de lieux de travail multiples, le service sollicité s’assure auprès de l’entreprise de la localisation des autres lieux d’intervention et se rapproche des autres décisionnaires dans un souci de cohérence.

Complémentaire santé collective : quelles oblig...

Cette fiche est rédigée par Humanis.   À partir du 1er janvier 2016, toutes les entreprises du secteur privé devront proposer à leurs employés une complémentaire santé dans le cadre de la loi de sécurisation de l’emploi. Tour d’horizon des principales obligations à respecter dans la mise en place de ce contrat collectif.   Une complémentaire santé collective, responsable et solidaire Elle doit couvrir un ensemble de garanties minimales appelées « panier de soins ». Ce panier de soins comprend : la totalité du ticket modérateur pour tous les actes, à l’exclusion des médicaments remboursés à hauteur de 15 % ou 35 % par l’Assurance maladie, de l’homéopathie et des cures thermales, l’intégralité du forfait journalier hospitalier, sans limitation de durée, les soins dentaires prothétiques et soins d’orthopédie dentofaciale à hauteur d’au moins 125 % du tarif de la Sécurité sociale, un équipement d’optique (monture + verres) tous les deux ans, sauf pour les mineurs ou en cas d’évolution de la vue. Dans ce cas, la période de prise en charge est d’un an. Cette complémentaire santé collective doit être qualifiée de responsable et solidaire selon les exigences de la Loi de financement de la Sécurité sociale pour 2014. Ce nouveau critère doit être appliqué à tous les contrats souscrits ou renouvelés à partir du 1er avril 2015. Les entreprises ont jusqu’à décembre 2017 pour mettre à jour tous les autres contrats. Si ce n’est pas mis en place, l’entreprise ne pourra bénéficier d’exonérations de certaines charges sociales et fiscales.   Une participation minimale de 50% L’employeur doit participer à hauteur d’au moins 50% des frais de cotisations. Le reste est à la charge du salarié. Les employés pourront également choisir une option : la sur-complémentaire santé qui améliore la prise en charge de certains soins. Elle sera à la charge du salarié qui souhaite la souscrire.   Une portabilité de 12 mois Les salariés dont le contrat de travail est rompu ou arrivé à son terme continuent à être couverts –sous certaines conditions - par la complémentaire santé pendant 12 mois depuis le 1er juin 2014. L’employeur doit, dans ce cadre, signaler le maintien de ces garanties à leurs anciens salariés et informer l’organisme assureur à chaque rupture ou fin de contrat.   Une notice d’information Une notice d’information rédigée par l’assureur doit être communiquée aux salariés par l’entreprise. Elle doit comprendre : la présentation des garanties, leur modalité d’application, les formalités à accomplir, les éventuelles modifications apportées aux droits et obligations des salariés, avant leur entrée en vigueur.   En savoir plus : vous souhaitez faire bénéficier à vos salariés d’une couverture santé collective qui répond à ces nouvelles exigences réglementaires ? Optez pour le pack Humanis SAFE, Santé Facile !

Vous avez un nouveau message

Une question ?

Interrogez la
communauté

En direct
du forum

Derniers articles

Taxi des Couleurs : le prestataire de vos déplacements

L’entreprise Taxi des Couleurs est votre prestataire de confiance pour vos déplacements entre Lyon, Chambéry, Bourg-en-Bresse et Grenoble. Nous proposons aussi le transport en vill

0

Lire la suite

Auto Ecole Anne-Marie

            Fondée en 1987 à Caen, l’auto-école Anne-Marie vous propose différentes formations (code de la rout

0

Lire la suite

Dernières questions

Bonjour, j'aimerais bien avoir quelques tips concernant le SEO, je souhaiterai mieux comprendre comment obtenir des bons backlinks, et j'aimerais bien savoir qu'est-ce qu'un bon backlink. Merci !

1

Répondre

Bonjour, je souhaite développer en marketing une stratégie avec des blogueurs et influenceurs pour augmenter la visibilité d'un site mais je ne sais pas bien comment m'y prendre. Que me conseillez-vous ?

2

Répondre

Une question ?

Interrogez la
communauté