Filtre : Tous

Icon Utilisateur

Inventions du salarié : à qui reviennent les droits ?

Cette fiche vous est proposée par Wolters Kluwer.

 

Les inventions réalisées par un salarié sont-elles toujours de la propriété de l'employeur ? L'auteur de l'invention peut-il bénéficier d'une rémunération supplémentaire ? Quelles sont les formalités à respecter ? Le point sur ces questions méconnues.

 

  • Quelles sont les inventions qui appartiennent à l'employeur ?

> Inventions de service ou de mission. Sauf stipulation contractuelle ou conventionnelle contraire plus favorable au salarié, sont de la propriété de l’employeur les inventions réalisées par le salarié :    

  1. dans l’exécution d’un contrat de travail comportant une mission inventive qui correspond à ses fonctions effectives [Cass. soc., 21 sept. 2011, n° 09-69.927] ;
  2. dans le cadre d’études et de recherches qui lui sont explicitement confiées.

 

> Rémunération supplémentaire au salarié. Les conditions dans lesquelles le salarié, auteur d’une telle invention, bénéficie d’une rémunération supplémentaire, sont déterminées par la convention collective, un accord d’entreprise ou le contrat de travail. Si l’employeur ne relève pas d’une convention de branche, tout litige relatif à cette rémunération supplémentaire est soumis à une commission de conciliation ou au tribunal de grande instance [C. propr. intell., art. L. 611-7, 1].

 

A NOTER

Lorsque l’invention du salarié est antérieure à la conclusion du contrat de travail et correspond à un apport en nature, elle ne peut donner lieu à une telle rémunération supplémentaire [Cass. soc., 2 juin 2010, n° 08-70.138].

 

  • Quelles sont les inventions qui appartiennent au salarié ?

Toutes les autres inventions appartiennent au salarié. Il convient toutefois de distinguer les inventions hors mission non attribuables, qui doivent toujours rester la propriété du salarié, de celles qui sont attribuables. Sont considérées comme telles les inventions qu’il a réalisées :

  1. soit dans le cours d’exécution de ses fonctions ;  
  2. soit dans le domaine d’activité de l’entreprise ;    
  3. soit par la connaissance ou l’utilisation des techniques ou des moyens spécifiques à l’entreprise ou de données procurées par celle-ci.

 

Ainsi, pour les inventions présentant un lien avec l’entreprise, l’employeur peut se faire attribuer tout ou partie des droits, moyennant le versement d’un juste prix fixé par accord des parties et, à défaut, par la commission de conciliation ou le tribunal de grande instance [C. propr. intell., art. L. 611-7, 2.].

 

  • Comment déclarer et classer l'invention ?

> Déclaration. Le salarié auteur d’une invention doit immédiatement la déclarer à l’employeur. Il doit lui communiquer toutes les informations utiles à son appréciation de la catégorie à laquelle se rattache l’invention. La déclaration doit ainsi préciser :    

  1. l’objet de l’invention ainsi que les applications envisagées ;
  2. les circonstances de sa réalisation (instructions ou directives reçues, expériences ou travaux de l’entreprise utilisés, collaborations obtenues, etc.) ;        
  3. le classement de l’invention tel qu’il apparaît au salarié : invention de mission, invention hors mission attribuable ou non [C. propr. intell., art. R. 611-1 à R. 611-5].

 

> Avis de l’employeur sur le classement. Il dispose d’un délai de deux mois pour prendre parti sur le classement proposé ou, en l’absence de classement indiqué par le salarié, lui indiquer, par une communication motivée, le classement qu’il retient. Ce délai court à compter de la date de réception de la déclaration ou de la date à laquelle celle-ci a été complétée en cas de demande de renseignements complémentaires reconnue justifiée. À défaut de réponse dans ce délai, l’employeur est réputé avoir accepté le classement indiqué dans la déclaration. Il a en outre quatre mois pour revendiquer le droit d’attribution, sauf accord contraire entre les parties (qui ne peut être que postérieur à la déclaration de l’invention). Le point de départ est identique à celui du délai de deux mois [C. propr. intell., art. R. 611-5 et s.].

 

  • Qu'en est-il des logiciels ?

Leur régime est spécifique : sauf dispositions contraires du contrat, les droits patrimoniaux sur les logiciels et leur documentation créés par un ou plusieurs employés dans l’exercice de leurs fonctions ou d’après les instructions de leur employeur sont dévolus à ce dernier qui est seul habilité à les exercer [C. propr. intell., art. L. 113-9].

Partager cet article !

Réagir à cet article

Ces articles pourraient vous intéresser

Utiliser les réseaux sociaux pour trouver un em...

Recherche d’emploi : comment bien utiliser les réseaux sociaux ? Qu’il s’agisse des employeurs ou des candidats, les réseaux sociaux sont devenus un outil indispensable dans les recherches. D’où l’intérêt de bien savoir les utiliser pour maximiser ses chances de réussite. Lorsque l’on est en recherche d’emploi, il y a les sites d’annonces évidemment mais il y a aussi les réseaux sociaux. À la différence des sites d’emploi, ces derniers permettent de rentrer en contact direct avec des entreprises, des recruteurs ou même des confrères. LinkedIn, le réseau professionnel par excellence En tête du classement des réseaux sociaux les plus efficaces dans la recherche d’emploi, on retrouve LinkedIn, avec ses quelques 8 millions de membres. Une étude publiée par le site et réalisée avec l’institut Odoxa révélait d’ailleurs que les secteurs les plus porteurs pour ses membres étaient ceux des technologies (matériel informatique et logiciels) et des services professionnels, suivis par les biens de consommation, l’ingénierie et l’architecture. Mais en termes de recherche d’emploi, LinkedIn est loin d’être le seul réseau social utile. On pense notamment à Huzz, Viadéo et PinaeoJobs dans le domaine professionnel ou encore aux indispensables Facebook et Twitter, qui peuvent autant servir aux candidats pour prospecter les entreprises qu’aux recruteurs pour chercher les profils les mieux adaptés. Soigner son profil Concernant les réseaux professionnels comme Viadéo ou LinkedIn, pensez-les comme un véritable CV : présentez vos expériences, votre formation, vos centres d’intérêt. N’oubliez pas de mettre une photo ni de mettre à jour votre profil régulièrement. Sur les réseaux comme Facebook et Twitter, il est important de bien gérer sa vie privée. En effet, sur ce type de plateformes, la vie personnelle peut rapidement devenir publique. Il est donc conseillé de conserver la majorité de ses informations privées. Notamment concernant un éventuel engagement syndical ou politique, à même de faire fuir bon nombre de recruteurs

Comment gérer les risques psychosociaux dans le...

Cette fiche a été rédigée par Humanis. L’amélioration de la qualité de vie au travail et la lutte contre les risques psychosociaux sont devenus des enjeux majeurs pour les TPE. Comment identifier les risques ? Comment les prévenir ? Quelles sont vos obligations ? Réponses. Identifier les risques psychosociauxLes risques psychosociaux sont classés en plusieurs catégories par l’INRS : insécurité quant à la situation de travail, manque d’autonomie, incohérence entre le travail et les valeurs du salarié, temps de travail, mauvais rapports sociaux, exigences émotionnelles compliquées à gérer… Ces risques peuvent entraîner certains troubles psychosociaux : dépression, violence, stress, épuisement, maladies cardio-vasculaires, addiction… Mettre en place des démarches de préventionPour éviter ces situations à risque et l’apparition de ces troubles, il faut mettre en place une démarche de prévention des risques psychosociaux. Les obligations de l’employeur sont les suivantes : évaluation des risques et mise en place de mesures visant à protéger la santé – physique et mentale – des salariés.L’Action sociale Humanis s’engage aux côtés des dirigeants de TPE/PME en les accompagnant dans la mise en œuvre des obligations légales au sujet des risques psychosociaux. L’Action sociale Humanis met en effet en place une offre de services axés sur la santé au travail. Pour aller plus loin : Qualité de vie au travail, parlons-en !En savoir plus : découvrez travaillersanté.fr, le site spécialisé dans la santé au travail.

Pénibilité : qu'en est-il de l'acquisition de p...

Cette fiche vous est proposée par le Conseil Supérieur de l'Ordre des Experts Comptables.   Pour les contrats de travail couvrant l’intégralité de l’année, l’exposition à un facteur au-delà des seuils de pénibilité ouvre droit à 4 points, l’exposition à plusieurs facteurs (poly-exposition) ouvre droit à 8 points. Pour les personnes nées avant le 1er juillet 1956, le nombre de point est doublé.    Le nombre total de points inscrits sur le compte ne peut excéder 100 points au cours de la carrière du salarié.   Remarque Les contrats de travail d’une durée inférieure à un mois ne donnent pas lieu à l’acquisition de points. Ainsi, un salarié cumulant plusieurs CDD inférieurs à un mois au cours d’une même année n’acquerra pas de points de pénibilité, même si sur l’année, il dépasse les seuils définis par les textes.   Pour les contrats de travail ne couvrant pas l’intégralité de l’année civile (CDD, entrée ou sortie en cours d’année), le salarié acquiert un point par période d’exposition de 3 mois (2 points en cas de poly-exposition). Pour les salariés ayant eu plusieurs employeurs au cours d’une même année, la CNAVTS agrège l’ensemble des déclarations pour établir, pour chaque facteur de risque professionnel déclaré, la durée totale d’exposition en mois au titre de l’année civile.   Modalités d’acquisition des points (1) (2) Contrat de travail ≥ à l’année civile Contrat de travail < à l’année civile Entrée/sortie en cours d’année Contrat de travail ≥ 1 mois Contrat de travail < 1 mois Mono-exposition 4 points 3 mois d’exposition = 1 point 0 point Poly-exposition 8 points 3 mois d’exposition = 2 points 0 point Nombre de points doublé pour les salariés nés avant 1960 Dans la limite de 100 points     Contestation de l'acquisition par le salarié   Le salarié peut contester les déclarations de l’employeur relatives à la pénibilité. Exemple Si un salarié constate qu’il est exposé à un facteur de pénibilité au-delà des seuils fixés par les textes, mais qu’il n’a acquis aucun point sur son compte pénibilité parce que l’employeur n’a pas déclaré cette exposition, il pourra contester ce défaut de déclaration pour obtenir les points qui lui sont dus.   Sa contestation peut porter sur les 3 années civiles précédentes. Exemple La contestation portée par le salarié en 2018 pourra porter sur les années d’exposition de 2015 à 2017 incluses. Le salarié qui souhaite contester les déclarations de l’employeur doit au préalable porter sa réclamation devant son employeur qui dispose d’un délai de 2 mois pour répondre. Le salarié peut être assisté ou représenté par une personne de son choix appartenant au personnel de l'entreprise.   Dès la réception de sa réclamation, l’employeur indique au salarié que l’absence de réponse dans un délai de 2 mois équivaut à un refus et le délai dans lequel sa réclamation peut être portée devant la caisse. La décision de l’employeur qui doit intervenir dans un délai de 2 mois, doit être motivée et préciser à nouveau le délai de contestation devant la caisse (2 mois). Si l’employeur refuse d’accéder à la demande du salarié ou s’il ne répond pas au bout de 2 mois, le salarié pourra saisir la caisse.   Les contestations du salarié peuvent donner lieu, si la caisse fait droit à sa demande, à une régularisation des cotisations de pénibilité et à une régularisation du nombre de points acquis. Une pénalité financière, pouvant aller jusqu’à 50 % du plafond mensuel de la sécurité sociale pour chaque salarié concerné par l’irrégularité peut également être appliquée. Par ailleurs, en dehors de toute procédure de contrôle ou de contestation, le salarié pourra toujours demander des dommages-intérêts pour compenser le préjudice subi en raison de l’absence d’ouverture d’un compte pénibilité ou de sous-estimation du nombre de points acquis.   En savoir plus sur le Compte Personnel de Prévention de la Pénibilité (C3P).

Vous avez un nouveau message

Une question ?

Interrogez la
communauté

En direct
du forum

Derniers articles

Colonie de vacances

Un soutien scolaire efficace Dans ces séjours centrés sur la colonie de vacances, tout est fait pour permettre aux jeunes de rattraper leur éventuel retard et d'acqué

0

Lire la suite

Créer son argumentaire de Vente étape par étape

ARGUMENTAIRE DE VENTE ? QUE DOIT CONTENIR UN ARGUMENTAIRE DE VENTE ?    Argumentaire de vente ? Que doit contenir un argume

0

Lire la suite

Dernières questions

Le cadre légal de la formation en entreprise

1

Répondre

Ratios financiers normatifs de la start-up, site internet

2

Répondre

Une question ?

Interrogez la
communauté