Filtre : Tous

Icon Utilisateur

Indemnité de clientèle : quand doit-elle être versée au VRP ?

Cette fiche vous est proposée par Wolters Kluwer.

 

Le VRP qui voit son contrat de travail rompu par l'employeur peut percevoir une indemnité spécifique visant à compenser la cessation d'exploitation de sa clientèle.

 

  • Quelles sont les ruptures concernées ?

En cas de rupture de leur contrat de travail par l’employeur, les VRP (voyageurs, représentants ou placiers de commerce) ont droit à une « indemnité de clientèle » [C. trav., art. L. 7313-13]. Est concerné :  

  1. le licenciement, quel qu’en soit le motif, sauf s’il résulte d’une faute grave ou lourde du VRP. L’indemnité reste due si le licenciement a été prononcé pour inaptitude totale ou partielle [Cass. soc., 8 juin 2005, n° 03-43.398] ;        
  2. la rupture anticipée du contrat à durée déterminée par l’employeur ou son défaut de renouvellement, sauf faute grave ou lourde du VRP [C. trav., art. L. 7313-14] ; 
  3. la mise à la retraite du salarié par l’employeur [Cass. soc., 21 juin 1995, n° 91-43.639].

 

En revanche, l’indemnité de clientèle n’est pas due en cas de rupture du contrat au cours de l’essai, de démission, de départ à la retraite à l’initiative du salarié, de faute grave ou lourde, de force majeure ou de décès [Cass. soc., 26 nov. 2002, n° 00-43.511]. Pas plus qu’en cas de rupture d’un commun accord [Cass. soc., 22 janv. 1981, n° 78-41.839], solution a priori transposable à la rupture conventionnelle homologuée.

 

À NOTER

L’indemnité est due au VRP lorsque sa démission est requalifiée en licenciement [Cass. soc., 17 mai 2000, n° 98-41.488]. Idem par analogie, en cas de prise d’acte ou de demande de résiliation judiciaire du contrat reconnues fondées.

 

  • Quelles sont les conditions pour en bénéficier ?

L’indemnité de clientèle a pour objet de réparer le préjudice que cause au VRP pour l’avenir la perte de la clientèle qu’il a apportée, créée ou développée. Son paiement est soumis au respect de trois conditions.

 

> Le VRP doit avoir développé en nombre et en valeur la clientèle qui lui a été attribuée, ces deux conditions étant cumulatives. L’augmentation de la clientèle s’apprécie à la date à laquelle le contrat a pris fin, par rapport à celle à laquelle le VRP est entré en fonction.

 

EXEMPLE

Le paiement d’une prime de clientèle est justifié lorsque le chiffre d’affaires réalisé par un salarié a régulièrement augmenté durant ses six années de présence au sein de la société à hauteur de 129 %, la constance et la régularité de cette progression établissant le développement par lui de la clientèle [Cass. soc., 9 mars 2011, n° 09-66.469].

 

Notons que le préjudice existe du seul fait de la cessation d’exploitation de la clientèle, sans que les niveaux de revenus du salarié avant et après la rupture puissent être pris en considération. Ainsi, le fait que le salarié perçoive, depuis sa mise à la retraite, une pension de vieillesse supérieure aux revenus qu’il aurait pu escompter dans le cadre du démarchage de sa clientèle importe peu. L’indemnité lui est due dès lors qu’est constaté un accroissement de la clientèle en nombre et en valeur [Cass. soc., 11 mai 2011, n° 09-41.298].

 

REMARQUE

Pour apprécier l’augmentation en valeur de la clientèle, la base de référence retenue est généralement le chiffre d’affaires réalisé par la maison représentée dans le secteur du VRP, pendant les 12 mois qui ont précédé l’entrée en fonction, et pendant les 12 mois qui ont précédé le départ du VRP [CA Paris, 2 juill. 1962].

 

> Le développement de la clientèle doit être dû à l’action personnelle du VRP. L’indemnité de clientèle correspond en effet à la part qui revient personnellement au VRP dans l’augmentation en nombre et en valeur de la clientèle [C. trav., art. L. 7313-13, al. 1er]. Il s’agit alors de tenir compte, non seulement des efforts déployés personnellement par le VRP dans sa prospection, mais également de l’aide apportée directement ou indirectement par l’employeur. Cette aide peut notamment résulter de la publicité faite par l’employeur, de la notoriété de la marque, des facilités de paiement et avantages particuliers accordés à la clientèle (crédit, réductions de lancement, etc.).

 

> La clientèle doit demeurer exploitable par l’entreprise, c’est-à-dire qu’elle doit être susceptible de renouveler ses achats.

 

À NOTER

Un VRP licencié continuant de visiter la même clientèle que celle de son précédent employeur ne peut pas, en principe, prétendre à l’indemnité de clientèle [Cass. soc., 11 févr. 2004, n° 02-40.601]. Tel n’est pas le cas s’il continue de démarcher la même clientèle mais en plaçant des articles différents [Cass. soc., 23 mars 2011, n° 09-42.921].

 

  • Quel est son montant ?

Aucun mode de calcul de l’indemnité de clientèle n’est prévu par la loi, qui se limite à préciser que celle-ci ne peut être déterminée forfaitairement à l’avance [C. trav., art. L. 7313-16]. En cas de désaccord, il revient au juge de fixer le montant de l’indemnité de clientèle, qui doit correspondre au préjudice réel et effectif causé par la perte de clientèle pour le VRP [Cass. soc., 24 janv. 1989, n° 86-40.046].

Le VRP ne peut pas cumuler, au titre du même contrat, le bénéfice d’une indemnité de clientèle et d’une indemnité de licenciement [Cass. soc., 21 mars 1990, n° 87-40.626] ou d’une indemnité de mise à la retraite. Dans les deux cas, seule la plus élevée de ces indemnités est due au salarié [Cass. soc., 21 juin 1995, n° 91-43.639 ; Cass. soc., 11 mai 2011, n° 09-41.298].

Partager cet article !

Réagir à cet article

Ces articles pourraient vous intéresser

Qu'est-ce que le Compte Personnel de Prévention...

Cette fiche vous est proposée par le Conseil Supérieur de l'Ordre des Experts Comptables.   Le compte personnel de prévention de la pénibilité, dit aussi « C3P », créé par la loi du 20 janvier 2014 garantissant l'avenir et la justice du système de retraites, est devenu effectif à compter du 1er janvier 2015 pour les salariés exposés à des facteurs de pénibilité au travail au-delà des seuils définis par les textes.   Champ d'application du dispositif Peuvent bénéficier du compte pénibilité, s’ils remplissent les conditions requises, tous les salariés des employeurs de droit privé, ainsi que le personnel employé dans les conditions du droit privé par des personnes publiques. Sont toutefois exclus du dispositif, les salariés affiliés à un régime spécial de retraite prenant en compte la pénibilité au travail. Ces régimes, listés par décret, sont notamment le régime de retraite de la Banque de France, de la SNCF, de la RATP, etc.   Liste des facteurs de risques et seuils d'exposition Il est prévu 10 facteurs de risques ; pour chacun d’eux des seuils d’exposition ont été fixés par les textes. Ces seuils combinent deux critères, en intensité et en durée calculée sur l’année. Le salarié est considéré en situation de pénibilité s’il dépasse à la fois le critère d’intensité et le critère de durée.   En savoir plus sur les facteurs de risques.   Evaluation de l'exposition aux risques L’employeur évalue l’exposition du salarié au regard des conditions habituelles de travail caractérisant le poste occupé, appréciées en moyenne sur l’année civile. Lorsque la durée minimale d’exposition est décomptée en nombre d’heures par an, le dépassement du seuil est apprécié en cumulant les durées pendant lesquelles se déroulent chacune des actions ou pendant lesquelles chacune des situations sont constatées.   Exemple Pour l’exposition aux températures extrêmes, le salarié dépasse les seuils lorsqu’il est exposé à une température de 5°C ou moins pendant plus de 900 heures par an. Pour un salarié cumulant plusieurs CDD dans l’année, l’amenant être exposé à ces températures pendant 370 heures le premier trimestre, puis 490 heures le second trimestre, puis 60 heures le dernier trimestre, il convient de cumuler toutes les heures d’exposition pour apprécier le seuil. Dans cet exemple, le cumul (370h + 490h + 60h) aboutit à un total de 920h. Le salarié a donc bien dépassé le seuil pour ce facteur de pénibilité.   Les conditions de travail sont appréciées après application des mesures de protection collective et individuelle qui ont pu être prises dans le cadre des actions de prévention des risques. Pour réaliser cette évaluation, l’employeur s’appuie sur les données collectives suivantes : le document unique d’évaluation des risques ; des documents d’aide à l’évaluation des risques, notamment des référentiels de branche, dont la liste doit être fixée par arrêté. un éventuel accord collectif de branche étendu identifiant des situations types d’exposition ; Un accord collectif de branche étendu peut caractériser l'exposition des travailleurs à un ou plusieurs des facteurs de risques professionnels, au-delà des seuils définis par les textes, par des situations types d'exposition, faisant notamment référence aux postes occupés et aux mesures de protection collective et individuelle appliquées.   Acquisition de points Pour les contrats de travail couvrant l’intégralité de l’année, l’exposition à un facteur au-delà des seuils ouvre droit à 4 points, l’exposition à plusieurs facteurs (poly-exposition) ouvre droit à 8 points. Pour les personnes nées avant le 1er juillet 1956, le nombre de point est doublé. Le nombre total de points inscrits sur le compte ne peut excéder 100 points au cours de la carrière du salarié.   En savoir plus sur l'acquisition de points et sa contestation éventuelle. En savoir plus sur l'utilisation du compte par le salarié. En savoir plus sur la déclaration à la charge de l'employeur.

Durée de travail minimale de 24 heures : à qui ...

Cette fiche vous est proposée par Wolters Kluwer.   Depuis le 1er juillet 2014, la durée minimale hebdomadaire d'un salarié est fixée à 24 heures [C. trav., art. L. 3123-14-1 à 3123-14-6]. Mais cette durée est-elle obligatoire pour tous ? Comment y déroger ? S'applique-t-elle aux contrats déjà en cours ?   Quel est le principe à retenir ? La durée minimale de travail du salarié à temps partiel est fixée à : 24 heures par semaine ; ou, pour des horaires répartis sur le mois, l’équivalent mensuel de cette durée ; ou, le cas échéant, l’équivalent calculé sur la période prévue par accord collectif dans le cadre d’un aménagement du temps partiel sur tout ou partie de l’année.   Pour quels contrats ?   La durée minimale s’applique que le salarié soit en contrat de travail à durée déterminée ou indéterminée. Toutefois, ne sont pas concernés : les contrats d’une durée égale ou inférieure à sept jours ; les contrats à durée déterminée ou les contrats de travail temporaire conclus pour assurer le remplacement d’un salarié absent.   Quelles sont les dérogations possibles ? → Dérogation par accord de branche. Une durée inférieure à 24 heures hebdomadaires peut être fixée par convention ou accord de branche étendu. Pour ce faire, l’accord ou la convention doit comporter des garanties pour les salariés quant à : la mise en œuvre d’horaires réguliers ; ou d’horaires leur permettant de cumuler plusieurs activités afin d’atteindre une durée globale d’activité correspondant à un temps plein ou au moins égale à 24 heures. → Dérogations individuelles. Le salarié peut demander à effectuer une durée du travail inférieure à 24 heures hebdomadaires. Sa demande doit être écrite et motivée. Elle peut être justifiée par : des contraintes personnelles, telle une situation de handicap ; le cumul de plusieurs activités afin d’atteindre une durée globale d’activité correspondant à un temps plein ou au moins égale aux 24 heures hebdomadaires. L’employeur doit informer chaque année le comité d’entreprise ou, à défaut, les délégués du personnel du nombre de demandes de dérogation individuelle formulées par les salariés. → Répartition des horaires en cas de dérogation. En cas de dérogation, les horaires de travail du salarié doivent obligatoirement être regroupés sur des journées ou des demi-journées régulières ou complètes. Un accord de branche étendu ou un accord d’entreprise peut déterminer les modalités selon lesquelles s’opère ce regroupement.   Quels sont les salariés exclus de la durée minimale ? → Les étudiants. Le salarié âgé de moins de 26 ans et qui poursuit des études peut travailler moins de 24 heures hebdomadaires. Aucun regroupement d’horaires n’est obligatoire. → Les employés de maison. Les salariés employés par des particuliers à des travaux domestiques ne sont pas soumis aux règles relatives à la durée du travail. La durée minimale ne leur est donc pas applicable [C. trav., art. L. 7221-2]. → Les salariés en insertion. Les entreprises de travail temporaire ou les associations intermédiaires dont l’activité consiste à faciliter l’insertion professionnelle des personnes sans emploi rencontrant des difficultés sociales et professionnelles particulières peuvent proposer des contrats d’une durée de travail inférieure à la durée minimale. Cette durée de travail doit être justifiée par le parcours d’insertion du salarié [C. trav., art. L. 5132-6 et L. 5132-7].   Quel est le calendrier de mise en oeuvre ? Depuis le 1er juillet 2014, tous les contrats de travail doivent prévoir une durée de travail d’au moins 24 heures (sauf dérogation, voir ci-dessus). S’agissant cependant des contrats conclus avant le 1er janvier 2014, à titre provisoire jusqu’au 1er janvier 2016, l’employeur n’a pas l’obligation d’augmenter la durée de travail du salarié pour atteindre 24 heures hebdomadaires. Toutefois, le salarié peut demander à en bénéficier. L’employeur ne peut alors refuser que s’il lui est impossible d’y faire droit compte tenu de l’activité économique de l’entreprise.

Comment proposer un avantage social défiscalisé...

Cette fiche est rédigée par le groupe Up (anciennement : groupe Chèque Déjeuner).   Le groupe Up commercialise depuis 1964 une gamme de cartes et chèques socioculturels, qui aide les TPE/PME à concrétiser leur projet social en améliorant le quotidien de leurs collaborateurs : pour que bien-être individuel rime avec performance collective.   Près de 2/3 des Français ont le sentiment que leur pouvoir d'achat a diminué lors des douze derniers mois (Source : Baromètre : "Les Français et leur pouvoir d'achat "- Sondage CSA pour COFIDIS - Septembre 2013).   Avec Chèque Déjeuner® et Chèque Domicile, améliorez le niveau de vie des salariés sans alourdir les charges de l'entreprise : Pour votre structure, c'est l'opportunité de bénéficier d'une exonération de charges sociales et fiscales ; Pour vos salariés, c'est l'occasion de bénéficier d'avantages qui amélioreront leur moral et leur bien-être dans l'entreprise.   Profitez de cette offre en cliquant ici.

Vous avez un nouveau message

Une question ?

Interrogez la
communauté

En direct
du forum

Derniers articles

Spécialisée dans l’installation, la réparation et l’entretien des chaudières à gaz

Basée à Montrouge et à Ballainvilliers dans l’Essonne, NRGIGAZ est à votre service pour tous les travaux touchant le système de chauffage au gaz. Avec plus de

0

Lire la suite

Entreprise spécialisée dans la petite maçonnerie à Saint-Michel-Mont-Mercure et aux alentours

JH Maçonnerie fournit diverses prestations dans le domaine de la petite maçonnerie. Les particuliers peuvent également la solliciter pour tous travaux de tonte de gazon, de nettoy

0

Lire la suite

Dernières questions

Le cadre légal de la formation en entreprise

1

Répondre

Ratios financiers normatifs de la start-up, site internet

2

Répondre

Une question ?

Interrogez la
communauté