Filtre : Tous

Icon Utilisateur

Inaptitude professionnelle : quels éléments prendre en compte ?

Cette fiche vous est proposée par Wolters Kluwer.

 

Lorsque l'inaptitude d'un salarié fait suite à un accident du travail ou à une maladie professionnelle, l'employeur doit associer les Délégués du Personnel (DP) à la procédure visant à le reclasser.

 

  • Dans quels cas la consultation des DP est-elle obligatoire ?

> Lorsqu’un salarié est déclaré inapte par le médecin du travail à reprendre l’emploi qu’il occupait précédemment, suite à un accident du travail ou une maladie professionnelle, l’employeur est non seulement tenu de lui proposer un autre emploi approprié à ses capacités, mais doit également recueillir l’avis des délégués du personnel (DP) sur les possibilités de reclassement. Cette obligation s’impose qu’il s’agisse d’un salarié en contrat à durée indéterminée ou en contrat à durée déterminée [C. trav., art. L. 1226-10, al. 2 et L. 1226-20]. L’avis des DP doit être consigné dans un procès-verbal.

 

A NOTER

L’employeur ne peut pas se contenter de consulter un seul DP, alors que l’établissement en compte plusieurs [Cass. soc., 30 avr. 2009, n° 07-43.219]. Il peut en revanche consulter chaque délégué pris individuellement, et non l’ensemble des DP au cours d’une réunion [Cass. soc., 29 avr. 2003, n° 00-46.477].

 

> L’employeur ne peut pas invoquer l’absence de DP pour se soustraire à cette obligation de consultation, dès lors qu’il est tenu de les mettre en place (établissement d’au moins 11 salariés) et qu’il n’est pas en mesure de produire un procès-verbal de carence aux élections professionnelles [Cass. soc., 23 sept. 2009, n° 08-41.685]. Il ne peut pas non plus se prévaloir de la consultation du comité d’entreprise, en évoquant par exemple l’inaptitude du salarié au cours d’une réunion de celui-ci, au lieu de consulter les DP [Cass. soc., 16 juin 1988, n° 85-46.452 ; Cass. soc., 22 mars 2000, n° 98-41.166].

 

REMARQUE

En revanche, l’employeur n’est pas tenu de consulter le CHSCT [Cass. soc., 26 mars 1996, n° 93-40.325].

 

L’employeur doit fournir aux DP toutes les informations nécessaires quant à l’état de santé et à la recherche de reclassement du salarié inapte. Il est ainsi tenu de leur transmettre les conclusions du médecin du travail, notamment celles relatives à l’aptitude du salarié à exercer l’une des tâches existantes dans l’entreprise [Cass. Soc., 13 juill. 2004, n° 02-41.046 ; Cass. soc., 26 janv. 2011, n° 09-72.284].

 

  • À quel moment consulter ?

> Après la seconde visite médicale de reprise. La consultation ne peut intervenir qu’après les deux examens médicaux espacés de deux semaines au cours desquels l’inaptitude du salarié est constatée par le médecin du travail [Cass. soc., 23 mars 2011, n° 09-42.978], et non entre ces deux examens [Cass. soc., 8 avr. 2009, n° 07-44.307].

 

> Avant une proposition effective de poste. La consultation doit avoir lieu avant la proposition effective d’un poste de reclassement au salarié [Cass. soc., 23 mars 2011, n° 09-42.978], et non le lendemain de l’offre [Cass. soc., 28 oct. 2009, n° 08-42.804].

 

À NOTER

En cas d’impossibilité de reclassement, les DP doivent être consultés avant d’engager la procédure de licenciement [Cass. soc., 23 sept. 2009, n° 08-41.685].

 

  • L'employeur est-il tenu de suivre l'avis des DP ?

L’employeur n’a pas à recueillir un avis conforme. Il peut donc poursuivre ses démarches alors même que les DP rendent un avis défavorable. Il a toutefois intérêt à répondre de façon objective aux propositions des DP, au risque de se voir condamner pour non-respect de son obligation de reclassement. En outre, l’avis des DP concluant à une impossibilité de reclassement n’empêche pas l’employeur de rechercher l’existence d’une telle possibilité [Cass. soc., 20 juill. 1994, n° 91-41.420].

 

  • Quelles sanctions ?

> Sanctions civiles. Le salarié en inaptitude professionnelle licencié ou qui voit son contrat à durée déterminée rompu sans que les DP aient été consultés a droit à une indemnité qui ne peut pas être inférieure à 12 mois de salaires, calculée en fonction des salaires bruts [C. trav., art. L. 1226-15 ; Cass. soc., 8 juill. 2003, n° 00-21.862]. Cela vaut également lorsque les DP n’ont pas été correctement informés sur le reclassement du salarié ou lorsque leur avis n’a pas été recueilli après le second examen médical de reprise [Cass. soc., 13 juill. 2004, n° 02-41.046 ; Cass. soc., 8 avr. 2009, n° 07-44.307 ; Cass. soc., 26 janv. 2011, n° 09-72.284]. Cette indemnité se cumule avec les indemnités dues en cas de licenciement (y compris l’indemnité spéciale en cas d’impossibilité de reclassement) mais non avec l’indemnité prévue en cas de non-respect de l’obligation de reclassement : une seule et même indemnité est due [Cass. soc., 16 déc. 2010, n° 09-67.446].

 

> Sanctions pénales. Le licenciement d’un salarié déclaré inapte en violation des règles relatives à la consultation des DP constitue un délit d’entrave [Cass. soc., 26 janv. 1993, n° 89-85.389], passible d’un an d’emprisonnement et d’une amende de 3 750 € [C. trav., art. L. 2316-1].

Partager cet article !

Réagir à cet article

Ces articles pourraient vous intéresser

Comité d’entreprise pour PME : externalisez vot...

  Lorsqu’une PME atteint 50 salariés, elle doit obligatoirement disposer d’un comité d’entreprise.Mettre en place ce type de dispositif en interne peut être long, fastidieux et très coûteux pour l’entreprise, compte tenu des moyens humains et matériels engagés. Faire appel, pour une PME, à un comité d’entreprise externalisé apparaît alors comme une solution adéquate, simple et rapide à mettre en place. Découvrons pourquoi dans cet article.A quoi sert un comité d’entreprise pour les PMELa représentation du personnelLégalement, à partir de 50 salariés, les PME doivent disposer d’un comité d’entreprise. Présidé par le chef d’entreprise et composé dedélégués syndicaux et de représentants du personnel élus, le CE assure le dialogue social. Il statue notamment sur les conditions de travail (temps de travail, formation professionnelle, règlement intérieur, droit social, subventions, assistance juridique et bilan annuel …).La gestion des activités culturelles et socialesEn termes de gestion des animations culturelles et sociales dans l’entreprise, le CE est également très important, car il propose plusieurs activités et services à destination du salarié et sa famille. L’objectif de ce dispositif est d’améliorer ses conditions de vie et de bien-être (logements, crèches, cantines, activités sportives, bibliothèques, institutions de retraites, centres d’apprentissage, colonies de vacances…)Les avantages d’un comité d’entreprise externalisé pour PMEAvoir un CE de qualité pour PME apporte plusieurs avantages, à la fois pour le salarié et l’entreprise.Simplifier la gestion du comité d’entrepriseLa mise en place d’un CE externalisé permet aux PME (entreprises de moins de 250 salariés), de pouvoir faire profiter à leur personnel de nombreuses offres promotionnelles, et ce, de manière simple et rapide sans contrainte de gestion ni avance de trésorerie.En effet, l’outsourcing de ce service évite aux PME d’avoir à gérer le dispositif de billetterie. La relation client, le contrôle des stocks et des billets est donc pris en charge par un prestataire, évitant ainsi d’embaucher un salarié à temps plein, uniquement pour gérer la plateforme de vente en ligne.Avoir une billetterie de qualité pour les salariésLa mise en place d’une billetterie en ligne à tarif réduit et de qualité pour vos salariés leur permet d’accéder à tout moment aux offres CE, via leur espace personnel. Ils peuvent ainsi, facilement et n’importe quand, effectuer leurs achats.Ce type de dispositif a également bien d’autres avantages :En souscrivant à un CE externalisé proposant une billetterie en ligne, vous pouvez offrir à chacun des salariés un code d’accès privé pour qu’ils puissent avoir leur espace personnel.Les salariés ont également la possibilité de choisir facilement leur mode de livraison en sachant que la plupart des offres sont maintenant dématérialisées.Le paiement est 100% sécurisé, sur tous les types d’achats effectués sur le site.Des conseillers sont à l’écoute de vos salariés, s’ils rencontrent des difficultés sur le site.Ils ont un large choix d’avantages : bons d’achats grandes enseignes, promotions, offre loisirs, vacances, colonies, logements, abonnements presse, coffrets cadeaux…Comité d’entreprise pour PME : externalisez votre CE et offrez du pouvoir d’achat à vos salariésÉconomiser en externalisant votre CEFaites appel à un système type comité d’entreprise à l’écoute de vos contraintes budgétaires, en souscrivant à Réducbox qui fixe le droit d’entrer proportionnellement à votre effectif. En tant que PME, vous aurez l’assurance d’avoir un comité d’entreprise externalisé abordable, par rapport à vos moyens et vos besoins.Ainsi, la gestion en ligne d’une billetterie externalisée permet de faire gagner du temps et de l’argent à votre PME. Que vous soyez 10 ou 250 salariés, faire appel à un comité d’entreprise externalisé, c’est vous simplifier la vie, tout en ayant l’assurance d’un service de qualité et à moindres frais.Je souhaite découvrir les offres REDUCBOX pour PME ! 

Les avantages et inconvénients d'une Société pa...

Cette fiche vous est proposée par le Conseil Supérieur de l'Ordre des Experts Comptables.   La Société par Actions Simplifiée Unipersonnelle (SASU) fait partie des formes d'entrepreneuriat qui existent en France. Retour sur les avantages et inconvénients de ce statut juridique.   Principaux avantages En termes de responsabilité : Limitation de la responsabilité des actionnaires à leur apport en capital social, sauf demande de garantie personnelle d'un actionnaire En matière d'organisation et de fonctionnement : Liberté pour organiser les règles de gouvernance de cette société Maintien possible du caractère familial et intuitu personae sous cette forme juridique Faculté d'avoir un associé unique Possibilité de désigner une société comme Président de la SASU Obligation d'avoir un Commissaire aux Comptes que dans certains cas Au plan financier : Capital social fixé librement En termes de marché : Crédibilité de cette forme juridique sur le marché national et international Structure adaptée à des projets d'envergure Au plan social : Régime social des assimilés-salariés pour le Président Cotisations sociales du Président calculées sur sa seule rémunération Au plan fiscal : Option pour l'Impôt sur le Revenu pour les sociétés de moins de 5 ans sous certaines conditions En matière de développement et de transmission : Faible fiscalité liée à la transmission des actions   Principaux inconvénients  Formalisme rigoureux lors de la constitution liée à la possibilité d'organiser librement les règles de gouvernance dans la structure   En savoir plus sur la création et le fonctionnement d'une SASU.

Quelles sont les obligations de l'employeur à l...

Cette fiche vous est proposée par Wolters Kluwer.   Laisser le temps nécessaire au salarié pour se rendre et participer aux activités prud'homales ainsi que pour se former, maintenir sa rémunération, ne le licencier que sur autorisation de l'inspecteur du travail, telles sont les principales obligations de l'employeur vis-à-vis d'un salarié élu conseiller prud'homal.   Temps nécessaire à l'activité prud'homale Tout employeur doit laisser aux salariés de son entreprise membres d’un conseil de prud’hommes le temps nécessaire pour se rendre et participer aux activités prud’homales. Celles-ci incluent, notamment, la prestation de serment, les assemblées générales, les audiences, l’étude des dossiers et les mesures d’instruction [C. trav., art. L. 1442-5 et R. 1423-55]. Par ailleurs, le temps passé hors de l’entreprise pendant les heures de travail par les conseillers prud’homaux du collège salarié pour l’exercice de leurs fonctions est assimilé à un temps de travail effectif pour la détermination des droits que ces salariés tiennent de leur contrat de travail, des dispositions légales et des stipulations conventionnelles [C. trav.,  art. L. 1442-6].   À NOTER Le temps passé hors de l’entreprise dont il est question englobe le temps de transport entre le lieu de travail ou le domicile et le conseil de prud’hommes [Circ. min. 11 juill. 1983].   Temps de repos minimal Tout salarié doit bénéficier d’un repos quotidien d’une durée minimale de 11 heures consécutives [C. trav., art. L. 3131-1]. Afin de garantir un temps de repos minimal au salarié membre d’un conseil de prud’hommes, celui-ci a droit, lorsqu’il travaille en service continu ou discontinu posté, à un aménagement d’horaires [C. trav., art. L. 1442-7].   ATTENTION Le temps nécessaire pour se rendre du domicile au conseil de prud’hommes ne peut pas être imputé sur la durée du repos quotidien [Cass. soc., 8 avr. 2009, n° 08-40.278].   Maintien de la rémunération Les absences de l’entreprise des conseillers prud’homaux, justifiées par l’exercice de leurs fonctions, ne doivent entraîner aucune diminution de leurs rémunérations et des avantages correspondants, qu’ils appartiennent au collège salarié [C. trav., art. L. 1442-6 ; Cass. soc., 25 mai 2005, n° 03-43.373] ou au collège employeur [Cass. soc., 12 oct. 2005, n° 03-47.749]. Cependant, le nombre d’heures indemnisables que les conseillers prud’homaux peuvent déclarer avoir consacré à l’exercice de leurs fonctions est limité [C. trav., art. D. 1423-65 à D. 1423-72]. L’employeur est remboursé mensuellement par l’État des salaires maintenus aux conseillers du collège salarié ainsi que de l’ensemble des avantages et des charges sociales y afférents, à condition d’en faire la demande au greffe du conseil de prud’hommes au plus tard dans l’année civile qui suit l’absence du salarié de l’entreprise. À défaut, la demande de remboursement est prescrite [C. trav., art. L. 1442-6]. À noter que les salariés rémunérés uniquement à la commission sont indemnisés directement par l’État sur la base d’une indemnité horaire égale à 1/1 607e de leurs revenus [C. trav., art. D. 1423-60].   Congé de formation L’employeur doit accorder à ses salariés conseillers prud’homaux, sur leur demande et pour les besoins de leur formation, des autorisations d’absence, dans la limite de six semaines par mandat et de deux semaines par année civile [C. trav., art. L. 1442-2 ; C. trav., art. D. 1442-7]. Il doit rémunérer ces absences mais peut imputer leur coût sur la participation à la formation professionnelle continue. Par ailleurs, la durée de ce congé de formation ne peut pas être imputée sur celle du congé payé annuel. Elle est assimilée à une durée de travail effectif pour tous les droits que le salarié peut faire valoir du fait de son ancienneté dans l’entreprise.   Protection contre le licenciement Si l’employeur veut licencier un salarié membre d’un conseil de prud’hommes, il doit solliciter l’inspecteur du travail et obtenir son autorisation [C. trav., art. L. 2411-22].

Vous avez un nouveau message

Une question ?

Interrogez la
communauté

En direct
du forum

Derniers articles

Entreprise : Caution solidaire et régime matrimonial.

Lors de la souscription d’un crédit, y compris de trésorerie, il est  n’est pas rare que votre (vos) banquiers souhaitent votre caution solidaire en terme de garanties.

0

Lire la suite

Entreprise de maçonnerie générale à Mardeuil

L’entreprise MONTERIO JOSE se spécialise dans tous les travaux de maçonnerie générale, de rénovation immobilière et de ravalement. Ses zones d’int

0

Lire la suite

Dernières questions

Bonjour, je souhaite développer en marketing une stratégie avec des blogueurs et influenceurs pour augmenter la visibilité d'un site mais je ne sais pas bien comment m'y prendre. Que me conseillez-vous ?

2

Répondre

Bonjour, je souhaite développer en marketing une stratégie avec des blogueurs et influenceurs pour augmenter la visibilité d'un site mais je ne sais pas bien comment m'y prendre. Que me conseillez-vous ?

0

Répondre

Une question ?

Interrogez la
communauté