Filtre : Tous

Icon Utilisateur

Gestionnaire d'énergie : un pilote anti-gaspi

Cette fiche est rédigée par EDF Entreprises.

 

Le chauffage et l’eau chaude sont des postes souvent énergivores pour lesquels un gestionnaire d’énergie peut être source d’économies significatives notamment pour les commerces ou les petites surfaces inférieures à 500 m2. David Penhouet et René Sauger, experts EDF R&D, expliquent comment réduire les consommations électriques d'environ 15% grâce à un gestionnaire d'énergie.

Gestionnaire d’énergie : des économies d’énergie garanties


En regroupant plusieurs opérations de programmation, un gestionnaire d’énergie assure de manière automatique et centralisée la gestion du chauffage et de l’eau chaude sanitaire et, le cas échéant, de l’éclairage. Véritable chef d’orchestre des usages électriques, le gestionnaire permet une meilleure connaissance et maîtrise des charges électriques avec, à la clé, des économies d’énergie de plusieurs ordres : meilleure répartition ou limitation de puissance électrique, consommations évitées, optimisation du contrat… .

Quelles sont les fonctions proposées par les gestionnaires d’énergie ?

  • La programmation horaire qui permet d’adapter l’usage suivant la présence prévue dans les locaux. On peut, par exemple, programmer une température réduite en cas d’absence, éteindre automatiquement les luminaires après 19h. Une fois la programmation horaire paramétrée, il est possible de faire des dérogations manuelles. Cette fonction est éligible aux Certificats d’économie d’énergie (CEE).
  • L’optimisation de la relance du chauffage pour assurer une température de confort aux utilisateurs dès leur arrivée dans les locaux.
  • La limitation d’énergie permet d’améliorer le pilotage du chauffage. Par une action directe sur le réseau électrique, les temps de chauffage sont limités, définis suivant la température extérieure.
  • L’asservissement tarifaire permet de lancer automatiquement son ballon électrique aux heures creuses.
  • Le délestage tarifaire permet de limiter son appel de puissance suivant les tranches tarifaires en hiérarchisant les usages électriques pour limiter les charges simultanées. Ainsi l’abonnement est ajusté suivant les besoins réguliers et non pas suivant les utilisations inhabituelles et momentanées.
  • La détection de présence pour n’allumer l’éclairage que dans les parties passantes ou la détection d’ouverture de fenêtres qui permet de couper et de rallumer le chauffage automatiquement. Deux fonctions intéressantes pour des entreprises moyennes.

Quelles sont les conditions requises à la mise en place d’un gestionnaire de l’énergie ?

  • Le découpage des lieux en zones à même profil d’occupation pour programmer les horaires de chauffage ou d’éclairage.
  • Une sélection précise des horaires de présence de manière à assurer le confort des utilisateurs
  • Un inventaire des usages prioritaires pour favoriser un plan de délestage cohérent.

Quel retour sur investissement en attendre ?

Le coût moyen d’un équipement se situe entre  600 et 900 € HT pour une surface comprise entre 80 et 250 m2, l’économie représente environ 15 % des consommations électriques.

Prenons l’exemple d’une surface professionnelle de 250 m2, équipée d’un gestionnaire d’énergie destiné à garantir le confort des occupants en hiver et pendant les intersaisons. Avec un coût d’installation du matériel de 900 € HT, l’économie annuelle peut monter à 300 € HT avec un retour sur investissement d’à peine 3 ans ½ .

 

Pour en savoir plus, cliquez ici.

Partager cet article !

Réagir à cet article

Ces articles pourraient vous intéresser

Le e-commerce France-Chine

Le e-commerce France-Chine 4,5 % des sites ont réalisé 84 % du chiffre d'affaires total en 2016 Selon Fevad, la fédération du e-commerce et vente à distance, les chiffres du e-commerce sont en croissance en France et partout dans le monde depuis 10 ans. Cependant, seulement quelques sites se partagent l’essentiel des ventes. En effet, 4,5 % des sites ont réalisé 84 % du chiffre d'affaires total en 2016 (www.lesechos.fr). A l’instar des grandes compagnies françaises, les jeunes entreprises (start-ups) et PME françaises pourraient se lancer dans le e-commerce et cibler un marché tel que la Chine afin de s’arracher quelques parts de marché. Le e-commerce, un mode de vie en ChineComme l’ont expliqué plusieurs experts, la Chine est le marché à conquérir du fait de sa taille, sa croissance et le nombre impressionnant de consommateurs dont elle dispose. En ce qui concerne les achats en ligne, la Chine est en pleine explosion. La croissance du e-commerce en Chine est d’environ 25% par an contre seulement 13% en France (www.lesechos.fr). Ceci est dû à plusieurs facteurs dont la fascination qu’exercent les nouvelles technologies et le numérique sur les jeunes. En outre, des plateformes telles que Alipay, Tenpay ou WeChat permettent l’achat d’une grande variété de produits et services à des prix compétitifs tout en garantissant une livraison rapide et moins coûteuse. Le « Made in France » est un atout et un avantage compétitif qui aidera des startups tel que Open Airlines, ubudu dans leur implantation prochaine en Chine. Comment s’y prendre pour se lancer dans le e-commerce vers le marché Chinois?Pour en savoir plus sur le e-commerce en Chine, les nouvelles technologies, les dernières plateformes d’achat, les réglementations locales, les procédures douanières et la distribution, veuillez contacter Business France et Bpifrance deux organisations qui ont développé un programme visant à guider les startups dans le e-commerce en Chine.  Le Transport de vos marchandises France - Chine Transporteca vous permet de comparer différentes solutions de transport afin d’exporter ou d’importer vos marchandises à l’international. Quelque soit le mode de transport (aérien ou maritime) ou le volume, vous pouvez sélectionner, en quelques clics, le mode de transport approprié à vos besoins. Vous pouvez également effectuer la réservation et le paiement de vos produits et obtenir les documents nécessaires. Obtenez vos frets de transport France-Chine-France sur https://www.transporteca.com/ . Contactez-nous sur info@transporteca.com pour toutes informations supplémentaires. 

Business 2.0 : avez-vous du réseau ?

Business 2.0 : avez-vous du réseau ? Cette fiche est rédigée par le Mag'RH de Randstad. Facebook, Viadeo, LinkedIn … impossible de faire l’impasse sur les réseaux sociaux.Ces nouveaux canaux de communication sont désormais incontournables pour accroître la visibilité de l’entreprise, enrichir le portefeuille clients ou encore recruter de futurs collaborateurs. Entre tweets, likes et posts, comment se faire connaître, animer et étendre son réseau … et attirer toujours plus d’internautes ? Gagnez en visibilitéSavez-vous que chacun d’entre nous est à 7 connexions de n’importe qui dans le monde ?Avec l’émergence des réseaux sociaux, les contacts sont démultipliés et l’information circule à l’infini. Du pain béni pour les PME qui souffrent parfois d’un manque de visibilité. Pour développer leur base clients, leur notoriété et leur chiffre d’affaires, elles ont donc tout intérêt à renforcer leur présence sur la toile en s’affichant sur les principaux réseaux.A commencer par Facebook bien sûr, qui compte presque 30 millions d’utilisateurs en France et plus d’un milliard dans le monde. Créer ainsi une page au nom de votre société permet de mettre en avant les informations essentielles concernant votre activité, tout en renvoyant les internautes sur votre site Web officiel pour générer plus de trafic. Détail important : prenez soin de choisir les bons mots-clés pour être correctement référencé par les moteurs de recherche.Utilisez également Twitter pour partager les informations en temps réel et lancer de nouveaux produits ou des opérations événementielles …Quant à LinkedIn et Viadeo, ils s’avèrent très efficaces pour enrichir votre carnet d’adresses en France comme à l’international, nouer de nouvelles relations professionnelles et conclure des partenariats. La plupart de ces réseaux sociaux étant aussi des supports de communication à forte visibilité, vous pouvez également acheter de l’espace et diffuser des bannières Internet pour promouvoir vos produits. Passez à l’actionMais s’inscrire sur les réseaux ne suffit pas. Encore faut-il savoir créer de l’interactivité et animer sa communauté. Faute de quoi votre entreprise tombera vite aux oubliettes au fond de la toile ! Il existe mille et une façons de faire vivre votre page et de communiquer sur la vie de la société.Vous pouvez par exemple publier des offres ou des opérations spéciales, des invitations à des événements … Favorisez l’interactivité en posant des questions, en participant à des groupes de discussions, en incitant les internautes à réagir à vos publications, à les partager ou à donner leur avis. Les « Likes » sont souvent d’excellents retours d’expérience, tout aussi pertinents que des enquêtes coûteuses !Mais ne vous noyez pas dans des échanges peu productifs. Vous avez tout intérêt à bien choisir vos groupes, non seulement par rapport à leur pertinence pour votre activité, mais aussi à leurs effectifs. Entre 1000 et 5000 membres, un groupe vous apportera des articles et des discussions plus suivis. Si vous décidez d’ouvrir un blog, soignez la qualité de vos articles, mais aussi leur régularité. En publiant au moins 2 posts par mois, vous en ferez des rendez-vous attendus. Les recommandations sont aussi un excellent moyen de vous faire remarquer. N’hésitez pas à faire fonctionner le « renvoi d’ascenseur » : recommandez un client et demandez-lui de vous recommander à son tour. Vous crédibilisez ainsi votre profil et favorisez de nouveaux contacts. Enfin, sachez identifier les « influenceurs » et nourrir votre relation avec ces internautes particulièrement actifs, qui font souvent la pluie et le beau temps sur les réseaux sociaux. En créant un lien privilégié avec eux, vous obtiendrez leur soutien dans le cadre d’un lancement ou d’un événement déterminant pour votre entreprise. Semez pour récolterEnrichir sans cesse son profil, tisser des liens, entretenir son réseau… bien sûr, cela exige du temps et beaucoup d’heures passées en connexion et en discussions.Cet investissement est-il finalement rentable ?Oui, si l’on en juge par le nombre croissant d’entreprises présentes sur les réseaux sociaux. Utiliser ces plateformes pour booster son business est un travail de longue haleine, qui finit généralement par porter ses fruits. Et si certains dirigeants préfèrent déléguer leur communication digitale, ils peuvent faire appel à un « Community Manager », qui se chargera de gérer et d’animer les pages de l’entreprise, de défendre son e-réputation et d’augmenter sa visibilité. Une solution à étudier, d’autant plus qu’il est facile de recruter ce type de profil via … les réseaux sociaux ! Un vivier de collaborateurs potentielsDéjà largement utilisés pour dynamiser les ventes ou enrichir le portefeuille clients, les réseaux sociaux tendent aussi désormais à détrôner les outils traditionnels de recrutement. Il faut dire qu’ils sont particulièrement bien adaptés aux PME, qui cherchent souvent des profils pointus, pas forcément présents sur les sites d’emploi. Viadeo et LinkedIn par exemple, proposent la création de pages entreprises dont les fonctionnalités s’étoffent régulièrement. Ils disposent de moteurs de recherche qui identifient et ciblent les besoins du recruteur. Une porte ouverte pour entrer en relation et tisser des liens avec des profils intéressants, qui ne sont pas nécessairement en recherche d’emploi, mais que l’on pourra « relancer » de temps en temps. Autre avantage, les profils consultables sur les réseaux sociaux sont généralement mis à jour régulièrement et plus complets que les CV classiques. On peut accéder facilement via des liens aux productions numériques, blogs, articles et autres expertises du candidat. Sans oublier les diverses recommandations d’un employeur ou de collègues. A lire sur le même sujet :Blog d’entreprise : soignez votre e-réputation

Quelles sont les taxes appliquées sur les factu...

Cette fiche est rédigée par EDF Entreprises.   Différentes taxes et contributions sont appliquées sur vos factures d’électricité. EDF Entreprises  et les autres fournisseurs d’électricité sont des organismes collecteurs agissant au nom et pour le compte de différents bénéficiaires. Les taxes facturées en plus de votre abonnement et de votre consommation d’électricité sont : Les Taxes sur la Consommation Finale d'Electricité (TCFE) ? Les Taxes sur la Consommation Finale d'Electricité (TCFE) sont uniquement basées sur la quantité d'électricité consommée. Les TCFE sont au nombre de trois : la Taxe Communale sur la Consommation Finale d'Electricité (TCCFE), reversée aux communes, aux syndicats ou aux départements agissant au titre de leur compétence d'autorité organisatrice de la distribution publique d'électricité, la Taxe Départementale sur la Consommation Finale d'Electricité (TDCFE), reversée aux départements, la Taxe Intérieure sur la Consommation Finale d'Electricité (TICFE), concerne uniquement les Clients dont la puissance souscrite est supérieure à 250 kVA, elle est reversée au budget de l'Etat par l'intermédiaire de l'administration des Douanes. La Contribution Tarifaire sur l'Acheminement du gaz (CTA) La loi du 9 août 2004 a institué la Contribution Tarifaire d'Acheminement (CTA) au profit de la Caisse Nationale des retraites des Industries Électriques et Gazières (CNIEG). Soumise à la TVA, la CTA est calculée sur la base d'un pourcentage de la part fixe du Tarif d'Utilisation des Réseaux Publics de transport et de distribution d'Electricité (TURPE) associé à votre contrat de fourniture. Ce pourcentage et son évolution sont fixés par Arrêté ministériel. La CTA est collectée par les fournisseurs d'électricité pour les contrats de fourniture intégrant l'acheminement (tarifs réglementés ou offres de marché), ou par les gestionnaires des réseaux publics de transport ou de distribution pour les clients en offre de marché disposant d'un contrat d'acheminement distinct. La CTA s'applique à l'ensemble des clients souscrivant un contrat de fourniture,  quel que soit le type de contrat et quel que soit le fournisseur. Elle ne dépend que de la tension de raccordement, de la puissance souscrite et du  mode d'utilisation de l'électricité. La Contribution aux charges de Service Public de l’Electricité (CSPE) Instituée en 2003, et appliquée depuis le 1er janvier 2004, la CSPE est une taxe payée par tous les consommateurs d'électricité - elle est calculée au prorata des kWh consommés. La CSPE est destinée à compenser les surcoûts liés aux charges de service public de l'électricité, supportées par TOUS les concessionnaires de réseaux publics d'électricité (EDF et les Entreprises Locales de Distribution). Elles se répartissent de la manière suivante : Surcoûts liés aux dispositifs de soutien aux énergies renouvelables (dites ENR) et à l'obligation d'achat d'électricité (cogénération, solaire, éolien, hydraulique...). Surcoûts de production de l'électricité dans les parties du territoire non interconnectées au continent. Financement du dispositif de solidarité et des tarifs pour les personnes en situation de précarité. Financement des frais de gestion de la Caisse des Dépôts et Consignation, et du budget du Médiateur national de l'énergie. La TVA  Vos factures d’électricité mentionnent en principe deux taux différenciés de TVA : le taux réduit de 5,5% qui est calculé non seulement sur le prix de l'abonnement mais également sur la CTA et le taux normal de 20% qui est appliqué sur la part consommation de votre facture, la TCFE et la CSPE).

Vous avez un nouveau message

Une question ?

Interrogez la
communauté

En direct
du forum

Derniers articles

QUELLES SONT CES MARQUES EMBLÉMATIQUES « MADE IN FRANCE » ?

En 2017, des Solex sont à nouveau fabriqués en France à Saint-Lô ; il s’agit d’une nouvelle version électrique du mythique vélo à m

0

Lire la suite

Taxi des Couleurs : le prestataire de vos déplacements

L’entreprise Taxi des Couleurs est votre prestataire de confiance pour vos déplacements entre Lyon, Chambéry, Bourg-en-Bresse et Grenoble. Nous proposons aussi le transport en vill

0

Lire la suite

Dernières questions

Bonjour, j'aimerais bien avoir quelques tips concernant le SEO, je souhaiterai mieux comprendre comment obtenir des bons backlinks, et j'aimerais bien savoir qu'est-ce qu'un bon backlink. Merci !

1

Répondre

Bonjour, je souhaite développer en marketing une stratégie avec des blogueurs et influenceurs pour augmenter la visibilité d'un site mais je ne sais pas bien comment m'y prendre. Que me conseillez-vous ?

2

Répondre

Une question ?

Interrogez la
communauté