Filtre : Tous

Financement en ligne : mode d'emploi

La profession s’est mobilisée pour faciliter l’accès au financement bancaire des TPE, notamment pour les besoins de financement inférieurs à 25 000 euros

Le 7 février 2013, les Caisses d'Epargne et le Conseil Supérieur de l'Ordre des Experts Comptables annonçaient un accord pour faciliter les financements de moins de 25 000 euros auprès des TPE/PME.

Retrouvez la convention et le formulaire à télécharger.

Partager cet article !

Réagir à cet article

Entrepreneur

30/06/2014

Emakina France

Mots clés : TPE Financement Amorçage

Ces articles pourraient vous intéresser

COMMENT FAIRE AVEC MON BANQUIER ?

La relation entre votre PME et votre banque, ou vos banques si vous en avez plusieurs, est essentielle pour vous comme pour vos banquiers. C’est d’abord une relation de partenariat qui vous lie, avec pour objectif commun la pérennité et le développement de votre PME, autour de l’identification des besoins de votre activité et vos projets. La banque vous conseille et s’efforcer de vous apporter des solutions, elle recherche pour vous des services et des financements adaptés, en réponse à vos attentes.CREER LA CONFIANCEVotre relation avec votre banque est d’abord fondée sur la confiance. Vous travaillez avec elle et vous lui confiez l’activité financière de votre PME parce que vous connaissez ses produits et services, qu’ils sont adaptés à votre activité et parce que vous connaissez votre conseiller bancaire et d’autres experts de votre banque.Votre banque a aussi confiance dans votre PME : votre conseiller vous connaît, il comprend votre activité et il partage, avec ses responsables au sein de sa banque, la stratégie que vous conduisez dans votre entreprise. Votre banque vous accompagne dans vos besoins réguliers, dans vos nouveaux projets, et peut-être aussi dans des périodes où l’activité est plus tendue. DIALOGUER ENSEMBLE                                                               Pour que la relation de confiance soit réciproque entre vous et votre banquier, vous devez d’abord échanger ensemble en toute transparence sur votre PME : passer en revue la période écoulée, vos perspectives d’activité, la stratégie poursuivie et les besoins de financement qui peuvent en découler. Votre banque a besoin d’une information claire sur votre entreprise et d’échanger sur votre stratégie afin d’anticiper les réponses possibles. A savoir : si votre PME a plusieurs banques, vous pouvez entretenir ce dialogue en bilatéral avec chacun de vos conseillers ou vous pouvez également les réunir pour croiser les informations disponibles, leurs points de vue et leurs observations. Ces réunions peuvent prendre la forme de « réunions de transparence » souvent utiles pour présenter vos bilans annuels, vos projets à venir et les estimations de financement qui vous seront utiles pour les mener à bien.  ANTICIPER LES PROJETS OU LES DIFFICULTESUne des clés dans votre relation réside aussi dans l’anticipation… Il est plus facile que vous, patron de PME, échangiez en amont avec votre conseiller bancaire sur des opportunités que vous identifiez (développement sur de nouveaux produits ou marchés, opération de croissance externe …) et plus encore si vous rencontrez une quelconque difficulté. Plus tôt vous serez entrés en contact, mieux vous pourrez rechercher des solutions ensemble ; la panoplie de ces solutions sera aussi plus étendue. Attention : en cas de difficultés, dissimuler la réalité à son banquier ou essayer de « gagner du temps » n’est général pas bénéfique. En effet, vous vous empêchez alors de rechercher des solutions viables : cela contribue à détériorer les relations. Le dialogue avec votre banquier s’appuie sur la communication de données fiables : vous avez besoin dans la gestion de votre PME de clarté pour savoir où vous allez. Votre banque doit aussi avoir accès à des données réalistes sur votre entreprise, son activité et ses perspectives, pour adapter ses réponses possible en termes de financement.Différents tableaux de bord sur votre PME qui feront l’objet d’échanges : plan de financement, trésorerie, prévisionnels[1]… Ces éléments peuvent être préparés avec vos conseils (comme votre expert comptables). Ils serviront lors des entretiens de suivi réguliers entre votre banque et votre PME, ainsi qu’en appui des demandes de financement. A savoir : Au-delà des données sur l’entreprise, l’entretien avec votre banquier peut se dérouler « in situ » dans votre PME. Vous pourrez utilement détailler les spécificités de l’entreprise, de votre secteur d’activité ou encore des profils de clientèle sélectionnés. Votre banquier aura aussi une vision plus transparente et pratique.  GERER LES DESACCORDS Comme pour toute relation (celles avec vos clients, vos fournisseurs, les autres entreprises de votre secteur…), les différences de vues sont toujours possibles entre vous et votre banquier. En premier lieu, il faut essayer de vous rencontrer au plus vite et exposer les points de vue afin de rechercher la meilleure solution avec votre conseiller. Si les points de vue divergent toujours, vous pouvez demander à rencontrer un autre responsable de votre banque ou contacter le service de relation clientèle.  A savoir : Si votre entreprise a un besoin de financement que vous n’avez pas obtenu par votre banque et que vous jugez votre démarche légitime, vous avez la possibilité de solliciter l’intervention de la médiation du crédit aux entreprises, en déposant une demande depuis le site internet : www.mediateurducredit.fr. Ce dispositif, créé fin 2008, permet de rechercher des solutions possibles aux difficultés de trésorerie et de financement des entreprises et des PME, avec les médiateurs nationaux et départementaux et la participation active des banques, qui ont nommé des correspondants dans chacun des leurs réseaux. En 2015, la médiation du crédit aux entreprises, avec les banques, a permis de rechercher des solutions de financement pour un peu plus de 2 000 entreprises avec un taux de réussite de 2 sur 3. en savoir plus : www.aveclespme.fr 

Plan de financement et business plan : de quoi ...

Cette fiche a été rédigée par BNP Paribas. Moment fondateur lors de la création de l’entreprise, le business plan est un des outils majeurs pour permettre à l’entrepreneur de structurer ses actions et le financement de ces dernières. Compte de résultat provisionnel, plan de financement, marge brute… : voici les principaux éléments qu’il faut tenir en compte. Compte de résultat prévisionnelLe compte de résultat prévisionnel est un outil qui permet de calculer le résultat net – et donc de la profitabilité, ou non, de l’entreprise. Il est constitué des recettes et des charges prévisionnelles. Plan de financement triennalIl s’agit d’un élément majeur notamment lorsque l’entrepreneur est confronté à la recherche de financement dans le secteur bancaire, car il permet de chiffre le montant des ressources qui seront nécessaires à l’entreprise ainsi que sa capacité d’autofinancement. L’étude de marchéPassage obligatoire en création et développement d’entreprise, l’étude de marché a pour objets d’identifier les acteurs concurrents ou complémentaires, mais également de déterminer les opportunités et menaces présentes sur le marché cible.

Quelles sont les différentes aides à l'emploi q...

Cette fiche vous est proposée par le Conseil Supérieur de l’Ordre des Experts Comptables.   Les dispositifs d’aide à l’emploi sont nombreux et, au fil du temps, ils ont été recentrés sur les publics les plus fragiles (jeunes, seniors, travailleurs handicapés…). Pour bénéficier d’aides à l’emploi, il faut respecter un certain nombre de conditions tenant à l’employeur mais également aux caractéristiques du salarié embauché.    1.       Travailleurs handicapés Outre les aides indiquées ci-après, l’employeur peut bénéficier d’une aide au tutorat, en cas de recrutement d’un travailleur handicapé, pour son maintien dans l’emploi ou pour suivre la formation d’un stagiaire handicapé. Il peut aussi bénéficier d’une aide au maintien dans l’emploi des personnes handicapées pour fin de carrière. Ces aides sont présentées sur le site : www.agefiph.fr   1.1     Aide à l’insertion professionnelle Aide à l’insertion professionnelle de personnes handicapées (montants 2014) Salariés visés Conditions Procédure Aide Personnes handicapées d’au moins 50 ans au chômage et ayant travaillé moins de 6 mois dans les 24 mois précédents ou sortant d’un établisse-ment adapté Conclusion d’un CDI ou d’un CDD de 6 mois minimum. Durée minimale hebdomadaire de travail : 16 heures Aide prescrite par Pôle emploi, Cap emploi, Mission locale Montants 2014 : - 4 000 € pour un CDI ou CDD d’au moins 12 mois, à temps plein ; - 2 000 € pour un CDD entre 6 et 12 mois, à temps plein ; - 2 000 € pour un CDI ou CDD d’au moins 12 mois, à temps partiel - 1 000 € pour un CDD entre 6 et 12 mois   1.2     Aide au contrat de professionnalisation ou d’apprentissage Si l’entreprise conclut un contrat de professionnalisation ou d’apprentissage avec un salarié handicapé, ou pérennise un tel contrat, elle peut recevoir une subvention d’un montant de : 1 500 € pour un contrat de 6 à 11 mois ; 3 000 € pour un contrat de 12 mois ; 4 500 € pour un contrat de 12 à 18 mois inclus ; 6 000 € pour un contrat de 18 à 24 mois inclus. 7 500 € en cas de conclusion d’un CDI. L’aide à la pérennisation d’un contrat de professionnalisation ou d’apprentissage, en cas d’embauche d’une personne handicaptée à l’issue de l’alternance est fixé à : 4 000 € en cas d’embauche en CDI à temps plein ; 2 000 € en cas d’embauche en CDI à temps partiel (au moins 16 heures) ; 2 000 en cas d’embauche en CDD d’au moins 12 mois ; 1 000 € en cas d’embauche en CDD d’au moins 12 mois à temps partiel (au moins 16 heures). La demande est adressée à l’Agefiph directement par l’employeur ou avec l’aide de Pôle emploi notamment. 1.3     Aide pour les emplois d’avenir Un employeur du secteur marchand qui embauche un travailleur handicapé dans le cadre d’un emploi d’avenir peut bénéficier d’une aide de : 6 900 € la première année du contrat ; 3 400 € la seconde année.   2.       Aides dans certaines zones géographiques Outre les aides citées ci-après, il existe aussi des aides dans les zones de restructuration de la défense (ZRD), dans les bassins d’emploi à redynamiser (BER). Pour en savoir plus sur ces aides : www.urssaf.fr   Zones de redynamisation urbaine (ZRU) et zones de revitalisation rurale (ZRR) Entreprises concernées Conditions Aide Entreprises dont le siège social est situé dans la ZRR ou ZRU (liste sur www.urssaf.fr) Dont l’effectif est inférieur à 50 salariés Embauchant dans la ZRR ou ZRU N’ayant pas procédé à un licenciement économique dans les 12 mois précédant l’embauche Embauche d’un salarié en CDI ou CDD d’au moins 12 mois pour accroissement d’activité pour travailler (partiellement ou en totalité) dans la ZRU ou ZRR Exonération des cotisations patronales de SS pendant 12 mois pour toute embauche accroissant l’effectif dans la limite de 50 salariés Exonération totale jusqu’à 1,5 SMIC et dégressive jusqu’à 2,4 SMIC Formalités auprès de la Direccte     Zones franches urbaines (ZFU) Entreprises concernées Conditions Aide Entreprises déjà implantées dans une ZFU à la date de sa délimitation et entreprises qui s’y implantent ou s’y transfèrent au plus tard le 31 décembre 2014 Exerçant une activité professionnelle imposable dans la catégorie BIC, BNC ou soumise à l’IS Dont l’effectif est au plus de 50 salariés au moment de l’implantation Ayant une réelle activité dans la zone Embauche d’un salarié en CDI ou CDD d’au moins 12 mois pour travailler (partiellement ou en totalité) dans la ZFU Etre à jour de ses cotisations sociales ou avoir souscrit un plan d’apurement des dettes Autres conditions tenant au chiffre d’affaires de l’entreprise, au lieu de résidence des salariés, à la durée du travail… (conditions variant selon la date de création ou d’implantation dans la ZFU) Exonération des cotisations patronales de SS, Fnal, versement transport dans la limite de 50 salariés Exonératoin totale jusqu’à 1,4 SMIC et dégressive jusqu’à 2 SMIC Exonération applicable à taux plein pendant 5 ans puis dégressive pendant 3 ans pour les entreprises de 5 salariés et plus et 9 ans pour celles de moins de 5 salariés Formalités auprès de la Direccte et de l’Urssaf     En savoir plus ? Rendez-vous sur http://www.experts-comptables.fr/

Vous avez un nouveau message

Une question ?

Interrogez la
communauté

En direct
du forum

Derniers articles

Spécialisée dans l’installation, la réparation et l’entretien des chaudières à gaz

Basée à Montrouge et à Ballainvilliers dans l’Essonne, NRGIGAZ est à votre service pour tous les travaux touchant le système de chauffage au gaz. Avec plus de

0

Lire la suite

Entreprise spécialisée dans la petite maçonnerie à Saint-Michel-Mont-Mercure et aux alentours

JH Maçonnerie fournit diverses prestations dans le domaine de la petite maçonnerie. Les particuliers peuvent également la solliciter pour tous travaux de tonte de gazon, de nettoy

0

Lire la suite

Dernières questions

Le cadre légal de la formation en entreprise

1

Répondre

Ratios financiers normatifs de la start-up, site internet

2

Répondre

Une question ?

Interrogez la
communauté