Filtre : Tous

Icon Utilisateur

Faire appel à un courtier spécialisé en prêt professionnel

Un projet prometteur ? Une nouvelle activité qui démarre, mais qui nécessite un investissement ! Quel chef d’entreprise ne se retrouve pas dans l’une de ces situations tout au long de son parcours ? Pourtant, obtenir un prêt professionnel est une véritable épreuve pour bien des dirigeants. En effet, rassembler les documents nécessaires pour monter le dossier de prêt, faire le tour des banques pour comparer les offres est aussi fastidieux que chronophage. Sans oublier que les banquiers peuvent également refuser d’octroyer un prêt professionnel. Heureusement, il existe une solution simple. Faire appel à un expert : le courtier spécialisé en prêt professionnel.

 

Le courtier spécialisé en prêt professionnel

Un courtier est avant tout un indépendant ou un cabinet expert en financement. Il joue le rôle d’intermédiaire entre un client et un organisme de prêt. Son rôle est d’accompagner et de trouver la solution la plus avantageuse à l’entreprise dans l’étape décisive qu’est la recherche de financement.

Le métier de courtier ou d’Intermédiaire en Opérations de Banque et Services de Paiement (IOBSP) est une profession règlementée par l’ORIAS. Un courtier est par ailleurs soumis à un code de déontologie et un devoir de conseil.

L’activité d’un courtier spécialisé en prêt professionnel se concentre ainsi sur l’obtention de prêt pour la création et le développement d’une entreprise.

 

Les avantages des services d’un courtier en crédit professionnel

D’une part, son expertise, ses acquis en matière de fiscalité, sa connaissance des différents secteurs d’activité et de l’actualité du marché des crédits en font un conseiller des plus fiables.

Ainsi, son client bénéficiera de solutions adéquates à ses besoins. Le courtier, souvent ancien banquier ou ayant suivi une formation diplômante, est le mieux placé pour trouver les meilleurs taux de prêt et les négocier auprès des organismes financiers. Tout comme il est le plus disposé à préparer les dossiers et les défendre.

D’autre part, dans sa recherche de financement, il ne se limite pas à quelques établissements. Un courtier possède un large réseau et reste ouvert à tout établissement bancaire susceptible d’offrir la meilleure solution à son client.

Par ailleurs, un courtier est rémunéré sur un pourcentage des financements qu’il a récolté. Ainsi, son client n’aura rien à régler, si la demande de crédit professionnel n’est pas accordée. Enfin, son aide constitue un énorme gain de temps, ce que les chefs d’entreprise ne disposent pas toujours.

 

Nos conseils pour choisir le bon courtier pour sa demande de prêt professionnel

 

Comparer les offres

L’exigence est de mise pour trouver le courtier spécialisé en prêt professionnel idéal. Le bouche-à-oreille est un moyen comme un autre d’évaluer les compétences d’un courtier. Cependant, il n’est pas conseillé de se fier uniquement à la parole d’un tiers. Il est préférable de comparer les différentes offres de courtier pour les départager. Il faut notamment prendre en compte les frais de dossiers, les frais de remboursement anticipé, les taux de crédit, etc.

 

Considérer les atouts du courtier

Quels sont sa méthode, son parcours, son expérience ? Est-il sérieux ? Il faut se demander s’il mettra tout en œuvre pour obtenir une réponse positive. La relation avec le courtier est donc un élément à ne pas négliger. Le ressenti a ici toute sa place. Bien sûr, il faut s’assurer que ce dernier soit réactif, à l’écoute, inspire confiance et surtout un excellent conseiller.

 

S’intéresser aux relations du courtier avec les différents organismes

Prêter attention aux partenaires bancaires et assurances que possède un courtier est aussi judicieux. En effet, les courtiers ne disposent pas tous des mêmes accès aux banques ni aux assureurs. Certains bénéficient même d’une exclusivité sur des produits proposés par ces organismes. Ne pas jouer sur la relation que dispose un courtier sur une de ces agences serait une erreur, car elle pourrait contribuer à obtenir des conditions très favorables.

 

Courtier en agence ou courtier à distance ?

Faire un choix entre ses deux écoles dépend surtout du chef d’entreprise. Un courtier en agence entretient une relation « physique » avec ses clients, ce qui peut impacter sur le bon déroulement du dossier. Il constitue les dossiers à envoyer à chaque banque et négocie avec chacune d’elles.

Le courtier à distance constitue les dossiers et négocie de la même manière auprès des banques. Toutefois certains se contentent de rediriger leurs clients vers leurs partenaires bancaires avec qui ils ont déjà au préalable entamé une démarche de pré négociation. Le chef d’entreprise devra alors présenter son cas lui-même.

Néanmoins, cela n’est pas une règle. Il existe des plateformes en ligne tout à fait sérieuses, capables de dénicher les meilleures conditions de financement d’un projet professionnel.

 

Quel est le cout d’un courtier ?

Il est important de savoir que les courtiers ne travaillent que sur des prêts supérieurs à 50 000 €. La raison est qu’ils se rémunèrent généralement sur une commission s’élevant entre 1 et 2 % de la somme empruntée.

 

Partager cet article !

Réagir à cet article

Ces articles pourraient vous intéresser

Credigo, courtier en regroupement de crédit

Crédigo est une société spécialisée dans le rachat de crédit et située à Amiens dans la région Haut-de-France.Avec ses 19 ans d'expertise, Crédigo a su développer un concept de restructuration de crédits qui permet à un emprunteur d'alléger ses mensualités. En 2006, pour sa qualité en terme de relation client, l'entreprise a obtenu par l'AFAQ, la certification ISO 9001.Le regroupement de crédits permet aux personnes ayant contracté de multiples crédits tels qu'un crédit auto, un emprunt immobilier, ou tout simplement des crédits à la consommations de les rassembler en un seul et unique prêt avec un taux fixe échelonné sur une durée plus longue sans changer de banque.Crédigo regroupe les prêts des professionnels et des particuliers qu'ils soient locataires ou propriétaires.Le client à également la possibilité de rajouter une trésorerie complémentaire pour financer un nouveau projet.De plus après avoir fait une simulation de rachat de credit sur le nouveau site internet Crédigo, le client bénéficie d'un accompagnement personnalisé pour l'élaboration de son dossier. Cette étude est qualifiée, mais elle est aussi gratuite et sans engagement.Une réponse de principe est généralement donnée sous 48h00 avec une offre de prêt en 24h00.

Comment bien gérer sa trésorerie ?

Cette fiche a été rédigée par BNP Paribas. Dans votre métier d’entrepreneur il est primordial que vous suiviez ce que vous facturez, les dépenses courantes, ou les encaissements à venir. Le but du jeu est simple : obtenir un délai minimal entre l’émission de la facture et l’encaissement. Lorsqu’on débute une entreprise les problèmes de trésorerie sont fréquents. Souvent dus à des mauvaises évaluations du besoin de fond de roulement et/ou à une mauvaise utilisation de ses ressources financières. « ERRARE HUMANUM EST » comme dirait le vieil adage, et se tromper n’est pas grave, en tant qu’entrepreneur échouer fait avancer. Voici quelques conseils pour limiter les tensions de trésorerie :Optimisation de vos stocksNégociez vos délais fournisseursDemandez un escompte à un fournissurEtablir un plan de facturation, procéder  à des acomptesDéposez rapidement vos chèques et vos espècesConsultez vos comptes bancaires.Surveillez en permanence vos stocks En savoir plus sur le suivi des encaissements et découvrir les solutions sur l'affacturage.

Quelles aides financières pour se lancer en fra...

Cette fiche est rédigée par Toute la Franchise.   Avec un ticket d'entrée variant de quelques centaines d'euros à plusieurs centaines de milliers d'euros, la franchise nécessite de la part du créateur de trouver des financements. A quelles portes frapper ? Existe-t-il des aides ? Quelques éléments de réponse. Selon les résultats de la 11e enquête annuelle sur la franchise menée par la Fédération Française de la Franchise et la Banque Populaire, le coût pour se lancer en franchise fait le grand écart : entre moins de 50 000 € à plus de 500 000 €. Globalement, la moyenne se situe à moins de 200 000 € dans près des deux tiers des cas. Comment les franchisés financent-t-ils ces créations ? Sans surprise, en 2014 les franchisés ont en priorité puisé dans leurs économies personnelles. Cet apport personnel a représenté en moyenne 42 % du coût total des projets. Il a été complété en grande majorité par de l’emprunt classique, mais aussi quelques aides comme le Prêt à la Création d’Entreprise BPI (ex Oséo), le prêt Nacre, ou encore un prêt d’honneur. «Pour 38% des franchisés, le financement bancaire obtenu est supérieur à 200 k€, alors qu’il est inférieur à 50 k€ pour un franchisé sur quatre.» Globalement 23% des franchisés interrogés ont effectué des démarches particulières pour obtenir une aide financière auprès d'un organisme public et 15% ont obtenu l'une de ces aides.   Les principales aides à la création en franchise Les prêts d’honneur :  Accordés sans garantie, les prêts d'honneur sont intéressants puisqu'ils viennent s'ajouter à l'apport personnel et offrent ainsi un coup de pouce pour obtenir un prêt bancaire. Ces prêts d'honneur sont à taux 0. Leurs montants sont généralement compris entre 2 000 et 7 000 €, parfois plus en fonction du projet, remboursables sur une durée variant de 3 à 6 ans. Ils sont accordés par des associations telles que France Initiative, ADIE, réseau Entreprendre ou France Active, mais aussi la BPI via le Prêt à la Création d'Entreprise (PCE).   Les aides et subventions : Les pouvoirs publics encouragent la création d'entreprise au sens large, et multiplient les dispositifs spécifiques pour certains publics (femmes créatrices, créateurs handicapés, etc). Parmi les aides les plus couramment utilisées par les créateurs en franchise l'on compte notamment l'ACRE (Aide à la Création et la Reprise d'Entreprise). Cette aide est versée sous forme de capital par Pôle Emploi. Elle correspond au montant des allocations restant à percevoir par une personne inscrite comme demandeur d'emploi. Versée en deux fois, cette aide peut venir s'ajouter à l'apport personnel pour aider à l'octroi d'un prêt bancaire classique. A noter : Certaines régions soutiennent activement la création d'entreprise. Renseignez-vous !   Les franchiseurs : Certains franchiseurs développent des solutions de financement particulières pour aider les candidats à la franchise qui souhaitent rejoindre leur réseau. Le plus souvent il s'agit de système de franchise participative, c'est-à-dire que le franchiseur détient des parts dans l'entreprise à créer, charge au candidat ensuite de racheter ces parts à leur franchiseur.   En savoir plus.

Vous avez un nouveau message

Une question ?

Interrogez la
communauté

En direct
du forum

Derniers articles

30% à 40% d’économie sur vos annonces légales grâce à Publication Annonce Légale

Nos modèles d’annonces légales ont été étudiées afin de les rendre plus simples et afin d’optimiser l’annonce et ce en utilisant les abr&eac

0

Lire la suite

Colonie de vacances

Un soutien scolaire efficace Dans ces séjours centrés sur la colonie de vacances, tout est fait pour permettre aux jeunes de rattraper leur éventuel retard et d'acqué

0

Lire la suite

Dernières questions

Le cadre légal de la formation en entreprise

1

Répondre

Ratios financiers normatifs de la start-up, site internet

2

Répondre

Une question ?

Interrogez la
communauté