Filtre : Tous

Icon Utilisateur

Elections professionnelles : qui peut déposer une liste de candidats ?

Cette fiche vous est proposée par Wolters Kluwer.

 

Pour pouvoir présenter une liste de candidats aux élections professionnelles, un syndicat doit remplir un certain nombre de conditions. Il doit notamment délivrer un mandat exprès à son représentant.

 

  • Qui peut constituer une liste ?

> Premier tour. Peuvent présenter une liste de candidats :

  1. les organisations syndicales reconnues représentatives dans l’entreprise ou l’établissement ;
  2. celles ayant constitué une section syndicale ;
  3. ainsi que les syndicats affiliés à une organisation syndicale reconnue représentative au niveau national et interprofessionnel (soit la CGT, la CFDT, FO, la CFE-CGC et la CFTC) [Arr. 30 mai 2013, JO 1er juin].

 

Les autres syndicats peuvent également déposer une liste de candidats dès lors qu’ils respectent les critères d’indépendance et de respect des valeurs républicaines, qu’ils sont légalement constitués depuis au moins deux ans et que leur champ professionnel et géographique couvre l’entreprise ou l’établissement concerné.

 

L’organisation qui présente la liste doit impérativement avoir la qualité de syndicat. À défaut, les élections devront être annulées même si cette irrégularité n’a pas eu d’influence sur les résultats [Cass. soc., 27 janv. 2010, n° 09-60.103 s’agissant d’une association].

 

Dès lors que l’organisation syndicale remplit les conditions pour pouvoir présenter une liste de candidats aux élections professionnelles, elle est entièrement libre dans le choix de ses candidats. Elle peut désigner ses propres adhérents mais également des salariés non syndiqués ou adhérents à une autre organisation syndicale, à condition toutefois qu’il n’y ait pas de fraude. L’accord de ces salariés est bien évidemment requis [Cass. soc., 20 oct. 1993, n° 92-60.304].

 

ATTENTION

En cas de liste commune, les syndicats devront préciser l’organisation à laquelle chaque candidat est rattaché et indiquer, lors du dépôt de leur liste, la manière dont ils entendent se répartir les voix.

 

> Second tour. Les candidatures sont libres. Une organisation non syndicale peut donc présenter une liste de candidats. De même, chaque candidature individuelle constitue une liste [Cass. soc., 7 mai 2003, n° 01-60.917]. Entre les deux tours, les syndicats peuvent modifier leur liste de candidats même si, bien souvent, les candidatures présentées au premier tour sont maintenues. Dans ce cas, la liste n’a pas à être déposée une nouvelle fois et le syndicat n’a pas à s’assurer de l’accord des salariés concernés [Cass. soc., 18 juill. 2000, n° 99-60.111 ; Cass. soc., 15 mars 2006, n° 05-60.286]. Il doit néanmoins être informé du retrait d’un candidat de sa liste, à défaut de quoi les élections seront annulées [Cass. soc., 13 oct. 2010, n° 09-60.233].

 

  • Par qui la liste peut-elle être déposée ?

Pour déposer une liste au nom d’un syndicat, un délégué syndical doit avoir obtenu de son syndicat une autorisation expresse. La qualité de délégué syndical ne suffit pas pour présenter une liste de candidats au nom de l’organisation syndicale, celui-ci doit justifier d’un mandat exprès [Cass. soc., 15 juin 2011, n° 10-25.282]. Le mandat peut être verbal [Cass. soc., 10 déc. 2014, n° 14-60.447].

 

  • À quel moment les listes doivent-elles être déposées ?

Les listes de candidats pour le premier tour doivent être déposées après que la répartition du personnel et des sièges entre les différents collèges électoraux a été effectuée.

L’accord préélectoral peut en outre fixer une date limite de dépôt des candidatures, auquel cas toutes les listes parvenues après la date fixée par l’accord seront écartées [Cass. soc., 9 nov. 2011, n° 10-28.838].

Si l’accord préélectoral ne prévoit rien, aucune date butoir ne pourra être unilatéralement fixée par l’employeur. Celui-ci ne pourra donc pas refuser une candidature déposée après la date qu’il aurait lui-même fixée, sauf s’il est en mesure de justifier sa décision au regard des nécessités d’organisation du vote [Cass. soc., 4 mars 2009, n° 08-60.476].

 

A NOTER

L’accord préélectoral ne peut pas faire échec au principe selon lequel les candidatures présentées au premier tour des élections professionnelles par les organisations syndicales sont maintenues pour le second tour [Cass. soc., 18 juill. 2000, n° 99-60.111].

 

En savoir plus sur les élections professionnelles - se rendre ici.

Partager cet article !

Réagir à cet article

Ces articles pourraient vous intéresser

Gestion du Compte Prévention, contrôle et sanct...

Cette fiche vous est proposée par le Conseil Supérieur de l'Ordre des Experts Comptables.   Le compte pénibilité est géré par le réseau des caisses d’assurance vieillesse sur la base des informations transmises par l’employeur.   Alimentation du C3P La CNAVTS recueille l’ensemble des déclarations effectuées par les employeurs. Ainsi, pour les salariés ayant eu plusieurs employeurs au cours d’une même année, la CNAVTS agrège l’ensemble des déclarations pour établir, pour chaque facteur de risque professionnel déclaré, la durée totale d’exposition en mois au titre de l’année civile. L’organisme gestionnaire du compte (CARSAT, CNAV pour l’Ile de France ou MSA pour le secteur agricole) informe annuellement les salariés du nombre de points dont ils bénéficient. Un service d’information dématérialisé doit être mis en œuvre. L’information doit être donnée au plus tard le 30 juin de chaque année.   Contrôle et sanctions La caisse (CARSAT, CNAV ou MSA selon les cas) peut procéder à un contrôle sur place ou sur pièces de l’effectivité et de l’ampleur de l’exposition aux facteurs de pénibilité.  Ce contrôle peut porter sur les 5 années civiles précédant le contrôle.   Exemple Si l’employeur n’a pas déclaré l’exposition à la pénibilité en 2015, la caisse pourra opérer un redressement au titre de 2015, jusqu’en 2020.    En cas de redressement, la caisse procède à la régularisation du nombre de points affectés sur le compte du salarié et également à une régularisation de la cotisation spécifique de pénibilité.    Exemple Si l’employeur n’a pas déclaré l’exposition de salariés pendant 5 ans, il devra verser la cotisation spécifique calculée sur la rémunération de chaque salarié exposé pour chaque période. Soit pour un salarié exposé toute l’année, 0,10 % de sa rémunération versée en 2015 et 2016 et 0,20 % de sa rémunération versée de 2017 à 2019, sous réserve d’une éventuelle augmentation du taux de la cotisation. Les taux sont doublés en cas d’exposition à plusieurs facteurs de pénibilité. En cas de redressement, la caisse adresse à l’employeur une notification comportant les périodes concernées par la décision et le montant des cotisations qui font l’objet de la régularisation.   Une copie de la notification est adressée à l’organisme de recouvrement (Urssaf, MSA). Par ailleurs, l’employeur pourra également se voir appliquer une pénalité financière pouvant aller jusqu’à 50 % du plafond mensuel de la sécurité sociale (soit 1 585 € en 2015) par salarié concerné par l’irrégularité. Ces régularisations et pénalité financière sont également applicables lorsque la contestation d’un salarié aboutit.   En savoir plus sur le Compte Personnel Prévention de la Pénibilité (C3P).

Pénibilité : ce qui a changé en 2015

Cette fiche vous est proposée par le Conseil Supérieur de l'Ordre des Experts Comptables.   En 2015, la prévention des risques liés à la pénibilité est modifiée de façon significative par la création du compte personnel de prévention de la pénibilité, la redéfinition des salariés exposés à la pénibilité, mais aussi la modification du contenu du document unique d’évaluation des risques et de la négociation relative à la prévention de la pénibilité.   Avant 2015 Avant 2015, l’employeur était déjà tenu à certaines obligations en matière de prévention des risques liés à la pénibilité : tous les employeurs doivent établir un document unique d’évaluation des risques ; ils doivent aussi depuis le 1er juillet 2012 désigner une personne référente pour s’occuper des activités de protection et de prévention des risques professionnels de l’entreprise ; depuis le 1er janvier 2012, l’employeur a l’obligation d’établir une fiche individuelle de prévention des risques pour chaque salarié exposé à un ou plusieurs facteurs de risques professionnels, listés par les textes ; depuis le 1er janvier 2012, les entreprises d’au moins 50 salariés ou qui appartiennent à un groupe de cette taille doivent être couvertes par un accord collectif ou plan d’action relatif à la prévention de la pénibilité dès lors qu’au moins 50 % de leur effectif est exposé à un ou plusieurs facteurs de pénibilité listés par les textes.   Depuis 2015 Le compte personnel de prévention de la pénibilité, dit aussi « C3P », créé par la loi du 20 janvier 2014 garantissant l'avenir et la justice du système de retraites, devient effectif à compter du 1er janvier 2015 pour les salariés exposés à des facteurs de pénibilité au travail au-delà des seuils définis par les textes. Les salariés concernés vont acquérir des points afin de leur permettre de réduire, voire supprimer, leurs conditions de travail pénibles au moyen de formations, d’une réduction de leur durée du travail ou d’un départ anticipé à la retraite.   Le Gouvernement a estimé le nombre de travailleurs concernés par le compte pénibilité à 18,2 % des actifs, soit à 3,3 millions de salariés. Ce compte est financé par de nouvelles cotisations patronales, l’une applicable à toutes les entreprises, l’autre applicable aux entreprises employant des salariés exposés aux facteurs de pénibilité. Il est prévu par la loi du 20 décembre 2014 relative à la simplification de la vie des entreprises que le gouvernement devra remettre au Parlement, d’ici le 30 juin 2015, un rapport sur le compte pénibilité afin de proposer des pistes d’amélioration et de simplification.   En savoir plus sur le C3P.

Quel formalisme respecter pour le contrat de tr...

Cette fiche vous est proposée par le Conseil Supérieur de l'Ordre des Experts Comptables.   Le contrat de travail doit respecter plusieurs obligations réglementaires afin d'être considéré comme valable. Voici les principales.   Langue du contrat Il faut impérativement rédiger le contrat en français ; si le salarié est étranger, une traduction du contrat est rédigée, à la demande du salarié, dans la langue de ce dernier. Les deux textes font également foi en justice. En cas de discordance entre les deux textes, seul le texte rédigé dans la langue du salarié étranger peut être invoqué contre ce dernier.   Signature du contrat Le contrat, une fois établi, doit être signé ; il est important de vérifier que le salarié a restitué un exemplaire du contrat signé ; en pratique, il est conseillé d’établir trois contrats de travail : un pour le salarié, un pour l’employeur et un pour le cabinet comptable.   Remarque S’il s’agit d’un CDD, un exemplaire du contrat doit être transmis au salarié au plus tard dans les 2 jours ouvrables suivant l'embauche (le jour de l'embauche ne compte pas, ni le dimanche). Sa transmission tardive entraîne la requalification du CDD en CDI. En pratique, il est conseillé de faire signer le contrat avant le début du travail.   Spécicités en cas d'embauche d'un mineur Si le contrat est conclu avec un salarié mineur de moins de 18 ans, non émancipé, l’employeur doit s’assurer que le représentant légal du mineur l’a autorisé à s’engager. En pratique, soit le mineur présentera l’autorisation écrite de son représentant légal pour contracter, soit le représentant légal viendra directement signer le contrat de travail conjointement avec le salarié.   En savoir plus sur le préambule du contrat de travail.

Vous avez un nouveau message

Une question ?

Interrogez la
communauté

En direct
du forum

Derniers articles

Entreprise : Caution solidaire et régime matrimonial.

Lors de la souscription d’un crédit, y compris de trésorerie, il est  n’est pas rare que votre (vos) banquiers souhaitent votre caution solidaire en terme de garanties.

0

Lire la suite

Entreprise de maçonnerie générale à Mardeuil

L’entreprise MONTERIO JOSE se spécialise dans tous les travaux de maçonnerie générale, de rénovation immobilière et de ravalement. Ses zones d’int

0

Lire la suite

Dernières questions

Bonjour, je souhaite développer en marketing une stratégie avec des blogueurs et influenceurs pour augmenter la visibilité d'un site mais je ne sais pas bien comment m'y prendre. Que me conseillez-vous ?

2

Répondre

Bonjour, je souhaite développer en marketing une stratégie avec des blogueurs et influenceurs pour augmenter la visibilité d'un site mais je ne sais pas bien comment m'y prendre. Que me conseillez-vous ?

0

Répondre

Une question ?

Interrogez la
communauté