Filtre : Tous

Icon Utilisateur

Elections professionnelles : qui peut déposer une liste de candidats ?

Cette fiche vous est proposée par Wolters Kluwer.

 

Pour pouvoir présenter une liste de candidats aux élections professionnelles, un syndicat doit remplir un certain nombre de conditions. Il doit notamment délivrer un mandat exprès à son représentant.

 

  • Qui peut constituer une liste ?

> Premier tour. Peuvent présenter une liste de candidats :

  1. les organisations syndicales reconnues représentatives dans l’entreprise ou l’établissement ;
  2. celles ayant constitué une section syndicale ;
  3. ainsi que les syndicats affiliés à une organisation syndicale reconnue représentative au niveau national et interprofessionnel (soit la CGT, la CFDT, FO, la CFE-CGC et la CFTC) [Arr. 30 mai 2013, JO 1er juin].

 

Les autres syndicats peuvent également déposer une liste de candidats dès lors qu’ils respectent les critères d’indépendance et de respect des valeurs républicaines, qu’ils sont légalement constitués depuis au moins deux ans et que leur champ professionnel et géographique couvre l’entreprise ou l’établissement concerné.

 

L’organisation qui présente la liste doit impérativement avoir la qualité de syndicat. À défaut, les élections devront être annulées même si cette irrégularité n’a pas eu d’influence sur les résultats [Cass. soc., 27 janv. 2010, n° 09-60.103 s’agissant d’une association].

 

Dès lors que l’organisation syndicale remplit les conditions pour pouvoir présenter une liste de candidats aux élections professionnelles, elle est entièrement libre dans le choix de ses candidats. Elle peut désigner ses propres adhérents mais également des salariés non syndiqués ou adhérents à une autre organisation syndicale, à condition toutefois qu’il n’y ait pas de fraude. L’accord de ces salariés est bien évidemment requis [Cass. soc., 20 oct. 1993, n° 92-60.304].

 

ATTENTION

En cas de liste commune, les syndicats devront préciser l’organisation à laquelle chaque candidat est rattaché et indiquer, lors du dépôt de leur liste, la manière dont ils entendent se répartir les voix.

 

> Second tour. Les candidatures sont libres. Une organisation non syndicale peut donc présenter une liste de candidats. De même, chaque candidature individuelle constitue une liste [Cass. soc., 7 mai 2003, n° 01-60.917]. Entre les deux tours, les syndicats peuvent modifier leur liste de candidats même si, bien souvent, les candidatures présentées au premier tour sont maintenues. Dans ce cas, la liste n’a pas à être déposée une nouvelle fois et le syndicat n’a pas à s’assurer de l’accord des salariés concernés [Cass. soc., 18 juill. 2000, n° 99-60.111 ; Cass. soc., 15 mars 2006, n° 05-60.286]. Il doit néanmoins être informé du retrait d’un candidat de sa liste, à défaut de quoi les élections seront annulées [Cass. soc., 13 oct. 2010, n° 09-60.233].

 

  • Par qui la liste peut-elle être déposée ?

Pour déposer une liste au nom d’un syndicat, un délégué syndical doit avoir obtenu de son syndicat une autorisation expresse. La qualité de délégué syndical ne suffit pas pour présenter une liste de candidats au nom de l’organisation syndicale, celui-ci doit justifier d’un mandat exprès [Cass. soc., 15 juin 2011, n° 10-25.282]. Le mandat peut être verbal [Cass. soc., 10 déc. 2014, n° 14-60.447].

 

  • À quel moment les listes doivent-elles être déposées ?

Les listes de candidats pour le premier tour doivent être déposées après que la répartition du personnel et des sièges entre les différents collèges électoraux a été effectuée.

L’accord préélectoral peut en outre fixer une date limite de dépôt des candidatures, auquel cas toutes les listes parvenues après la date fixée par l’accord seront écartées [Cass. soc., 9 nov. 2011, n° 10-28.838].

Si l’accord préélectoral ne prévoit rien, aucune date butoir ne pourra être unilatéralement fixée par l’employeur. Celui-ci ne pourra donc pas refuser une candidature déposée après la date qu’il aurait lui-même fixée, sauf s’il est en mesure de justifier sa décision au regard des nécessités d’organisation du vote [Cass. soc., 4 mars 2009, n° 08-60.476].

 

A NOTER

L’accord préélectoral ne peut pas faire échec au principe selon lequel les candidatures présentées au premier tour des élections professionnelles par les organisations syndicales sont maintenues pour le second tour [Cass. soc., 18 juill. 2000, n° 99-60.111].

 

En savoir plus sur les élections professionnelles - se rendre ici.

Partager cet article !

Réagir à cet article

Ces articles pourraient vous intéresser

Epargne Retraite Madelin : comment préparer sa ...

Cette fiche a été rédigée par Humanis. 76 %* des professionnels indépendants se disent mal protégés en cas de départ à la retraite.                  Le contrat retraite Madelin est le dispositif adapté pour maintenir son niveau de vie à la retraite.  Les bonnes raisons de préparer sa retraite aujourd’huiUne espérance de vie qui ne cesse d’augmenter, des pensions de retraite qui ne suffisent plus à couvrir les dépenses incontournables …. Il est important de préparer au plus tôt sa retraite pour compléter la pension de retraite et maintenir ainsi son niveau de vie après la cessation d’activité.Lire aussi : TNS et professionnels indépendants : comment préparer votre retraite ? Pourquoi choisir un contrat d’épargne retraite MadelinLe contrat Retraite « Madelin » est la solution d’épargne retraite dédiée à tous les professionnels indépendants non agricoles : artisans, commerçants, gérants de sociétés, professions libérales, ainsi qu’à leur conjoint collaborateur.Ce contrat offre un double avantage : Une épargne régulière adaptée à vos moyens financiers et des avantages fiscaux immédiats. Il permet de se constituer tout de suite une épargne régulière et les versements effectués sont déductibles du revenu imposable. L’effort d’épargne est ainsi financé en partie par une économie d’impôt.À la retraite, ce contrat apporte un complément de revenus(1) réguliers sous forme de rente viagère. Il s’ajoute à ceux qui sont versés par les régimes de retraite complémentaire. A retenir : Le contrat retraite Madelin  permet de :bénéficier d’avantages fiscaux tout en étant encore en activité ;Percevoir des revenus réguliers une fois à la retraite. « En savoir plus » : découvrez Radiance Humanis Retraite Pro, la solution retraite des Travailleurs Non Salariés et des conjoints collaborateurs. * Etude CSA, novembre 2014.(1) Déductibles dans les limites et conditions fixées par la réglementation en vigueur

Pénibilité : qu'en est-il de l'acquisition de p...

Cette fiche vous est proposée par le Conseil Supérieur de l'Ordre des Experts Comptables.   Pour les contrats de travail couvrant l’intégralité de l’année, l’exposition à un facteur au-delà des seuils de pénibilité ouvre droit à 4 points, l’exposition à plusieurs facteurs (poly-exposition) ouvre droit à 8 points. Pour les personnes nées avant le 1er juillet 1956, le nombre de point est doublé.    Le nombre total de points inscrits sur le compte ne peut excéder 100 points au cours de la carrière du salarié.   Remarque Les contrats de travail d’une durée inférieure à un mois ne donnent pas lieu à l’acquisition de points. Ainsi, un salarié cumulant plusieurs CDD inférieurs à un mois au cours d’une même année n’acquerra pas de points de pénibilité, même si sur l’année, il dépasse les seuils définis par les textes.   Pour les contrats de travail ne couvrant pas l’intégralité de l’année civile (CDD, entrée ou sortie en cours d’année), le salarié acquiert un point par période d’exposition de 3 mois (2 points en cas de poly-exposition). Pour les salariés ayant eu plusieurs employeurs au cours d’une même année, la CNAVTS agrège l’ensemble des déclarations pour établir, pour chaque facteur de risque professionnel déclaré, la durée totale d’exposition en mois au titre de l’année civile.   Modalités d’acquisition des points (1) (2) Contrat de travail ≥ à l’année civile Contrat de travail < à l’année civile Entrée/sortie en cours d’année Contrat de travail ≥ 1 mois Contrat de travail < 1 mois Mono-exposition 4 points 3 mois d’exposition = 1 point 0 point Poly-exposition 8 points 3 mois d’exposition = 2 points 0 point Nombre de points doublé pour les salariés nés avant 1960 Dans la limite de 100 points     Contestation de l'acquisition par le salarié   Le salarié peut contester les déclarations de l’employeur relatives à la pénibilité. Exemple Si un salarié constate qu’il est exposé à un facteur de pénibilité au-delà des seuils fixés par les textes, mais qu’il n’a acquis aucun point sur son compte pénibilité parce que l’employeur n’a pas déclaré cette exposition, il pourra contester ce défaut de déclaration pour obtenir les points qui lui sont dus.   Sa contestation peut porter sur les 3 années civiles précédentes. Exemple La contestation portée par le salarié en 2018 pourra porter sur les années d’exposition de 2015 à 2017 incluses. Le salarié qui souhaite contester les déclarations de l’employeur doit au préalable porter sa réclamation devant son employeur qui dispose d’un délai de 2 mois pour répondre. Le salarié peut être assisté ou représenté par une personne de son choix appartenant au personnel de l'entreprise.   Dès la réception de sa réclamation, l’employeur indique au salarié que l’absence de réponse dans un délai de 2 mois équivaut à un refus et le délai dans lequel sa réclamation peut être portée devant la caisse. La décision de l’employeur qui doit intervenir dans un délai de 2 mois, doit être motivée et préciser à nouveau le délai de contestation devant la caisse (2 mois). Si l’employeur refuse d’accéder à la demande du salarié ou s’il ne répond pas au bout de 2 mois, le salarié pourra saisir la caisse.   Les contestations du salarié peuvent donner lieu, si la caisse fait droit à sa demande, à une régularisation des cotisations de pénibilité et à une régularisation du nombre de points acquis. Une pénalité financière, pouvant aller jusqu’à 50 % du plafond mensuel de la sécurité sociale pour chaque salarié concerné par l’irrégularité peut également être appliquée. Par ailleurs, en dehors de toute procédure de contrôle ou de contestation, le salarié pourra toujours demander des dommages-intérêts pour compenser le préjudice subi en raison de l’absence d’ouverture d’un compte pénibilité ou de sous-estimation du nombre de points acquis.   En savoir plus sur le Compte Personnel de Prévention de la Pénibilité (C3P).

Comment se préparer à la mise en place de la me...

Cette fiche est rédigée par Humanis.   Dans le cadre de l’Accord National Interprofessionnel (ANI) du 13 mars 2013, conclu entre les partenaires sociaux de l’Agirc Arrco, les entreprises de plus de 9 salariés devront verser leurs cotisations de retraite complémentaire de façon mensuelle et non plus trimestrielle dès le 1er janvier 2016.      Votre entreprise est-elle concernée ? La mensualisation des cotisations de retraite complémentaire est obligatoire uniquement pour les entreprises du secteur privé de plus de 9 salariés. Les effectifs[1] sont pris en compte de la façon suivante : nombre de salariés présents dans l’entreprise au 31 décembre de l’année N-1. Si une entreprise de 9 salariés au 31 décembre 2015 passe à 10 salariés en janvier 2016, elle n'est pas obligée de mettre en place la mensualisation des cotisations de retraite complémentaire, mais elle peut le faire si elle le souhaite.   Qu’est-ce que la mensualisation des cotisations va changer ? Les entreprises concernées par la mensualisation des cotisations de retraite complémentaire vont devoir réaliser 12 paiements annuels au lieu de 4 à partir du 1er janvier 2016.   Pourquoi cette mesure ? La mensualisation des cotisations retraite répond à la mensualisation des paiements retraite, effective depuis le 1er janvier 2014. Ce dispositif s’inscrit dans le plan économique de l’Agirc Arrco pour pérenniser le système de retraite par répartition.   Comment va-t-elle se mettre en place ? La mise en place de la mensualisation des cotisations se fera de la façon suivante : le 30 janvier 2016, l’échéance du 4ème trimestre 2015 sera à verser de façon habituelle. Ce versement correspondra au montant des cotisations prélevées sur les salaires versés lors des mois d’octobre, novembre et décembre. À partir de février  2016, les dates de versement se feront chaque fin de mois.   En pratique : pour les salaires versés en janvier, les cotisations devront être payées fin février, pour les salaires versés en février, les cotisations devront être payées fin mars, et ainsi de suite… Pour aller plus loin : téléchargez le flyer de l’Agirc-Arrco     Le saviez-vous ? Humanis accompagne les professionnels indépendants dans la mise en place de leur retraite complémentaire.   [1] C’est le SIREN de l’entreprise qui est pris en compte dans le comptage des effectifs

Vous avez un nouveau message

Une question ?

Interrogez la
communauté

En direct
du forum

Derniers articles

QUELLES SONT CES MARQUES EMBLÉMATIQUES « MADE IN FRANCE » ?

En 2017, des Solex sont à nouveau fabriqués en France à Saint-Lô ; il s’agit d’une nouvelle version électrique du mythique vélo à m

0

Lire la suite

Taxi des Couleurs : le prestataire de vos déplacements

L’entreprise Taxi des Couleurs est votre prestataire de confiance pour vos déplacements entre Lyon, Chambéry, Bourg-en-Bresse et Grenoble. Nous proposons aussi le transport en vill

0

Lire la suite

Dernières questions

Bonjour, j'aimerais bien avoir quelques tips concernant le SEO, je souhaiterai mieux comprendre comment obtenir des bons backlinks, et j'aimerais bien savoir qu'est-ce qu'un bon backlink. Merci !

1

Répondre

Bonjour, je souhaite développer en marketing une stratégie avec des blogueurs et influenceurs pour augmenter la visibilité d'un site mais je ne sais pas bien comment m'y prendre. Que me conseillez-vous ?

2

Répondre

Une question ?

Interrogez la
communauté