Filtre : Tous

Icon Utilisateur

Délégué syndical : comment apprécier le score de 10% ?

Cette fiche vous est proposée par Wolters Kluwer.

 

Condition indispensable pour qu'un salarié puisse être désigné délégué syndical, l'obligation d'avoir obtenu un score électoral de 10% soulève de nombreuses questions. État des lieux.

 

  • À quelle élection l'audience de 10% doit-elle être obtenue ?

Pour pouvoir être désigné délégué syndical, le salarié doit en principe avoir recueilli au moins 10 % des suffrages exprimés au premier tour des dernières élections au comité d’entreprise ou de la délégation unique du personnel ou des délégués du personnel, même si le quorum n’a pas été atteint, autrement dit quel que soit le nombre de votants [C. trav., art. L. 2143-3, al. 1er]. Il n’y a aucune priorité entre ces scrutins, de sorte que le salarié qui a obtenu 10 % aux élections des délégués du personnel peut être nommé délégué syndical, même s’il n’a pas recueilli un tel score aux élections des membres du comité d’entreprise [Cass. soc., 28 sept. 2011, n° 11-10.601]. Peu importe, en outre, que le score de 10 % ait été obtenu sur un poste de titulaire ou de suppléant [Circ. DGT n° 2008-20, 13 nov. 2008].

 

REMARQUE

À l’inverse, s’agissant de l’appréciation de la représentativité du syndicat, l’audience de 10 % doit être recueillie en priorité aux élections du comité d’entreprise [Cass. soc., 13 juill. 2010, n° 10-60.148].

 

Par ailleurs, ce score de 10 % est calculé sur le seul collège au sein duquel le salarié a présenté sa candidature et non tous collèges confondus [Cass. soc., 29 juin 2011, n° 10-19.921].

Le périmètre de désignation du délégué syndical ne correspond pas forcément à celui de l’appréciation du score électoral. Le seuil de 10 % peut être obtenu au cours d’élections organisées au sein d’un des établissements distincts, alors même que le délégué est désigné au niveau de l’entreprise [Cass. soc., 28 nov. 2012, n° 12-13.628].

 

ATTENTION

L’obligation de désigner le délégué syndical parmi les candidats ayant obtenu 10 % est une règle d’ordre public absolu. Un accord collectif ou un engagement unilatéral ne peut donc pas y déroger. Ainsi, lorsqu’un employeur accorde une dérogation pour un syndicat, un autre ne peut pas revendiquer le bénéfice de cet avantage. En revanche, il peut le contester en justice et obtenir qu’il y soit mis fin [Cass. soc., 29 mai 2013, n° 12-26.457].

 

  • Et si aucun candidat n'a obtenu le score de 10% ?

Si aucun des candidats présentés par le syndicat aux élections professionnelles ne remplit cette condition ou s’il ne reste, dans l'entreprise ou l'établissement, plus aucun candidat qui remplit cette condition, le syndicat peut désigner un délégué syndical parmi les autres candidats ou, à défaut, parmi ses adhérents au sein de l'entreprise ou de l'établissement [C. trav., art. L. 2143-3]. Il n’est pas tenu de proposer au préalable la fonction de délégué syndical à l’ensemble des candidats ayant obtenu 10 %, toutes organisations syndicales confondues [Cass. soc., 27 févr. 2013, n° 12-15.807]. De même, en cas de carence en cours de mandat de candidats ayant obtenu 10 %, pour cause de départ ou de désaffiliation, le syndicat peut désigner comme nouveau délégué syndical un simple candidat ou l’un de ses adhérents.

 

  • Un candidat peut-il faire valoir le score de 10% s'il change d'affiliation ?

Oui, dès lors que le salarié a recueilli une audience de 10 %, il peut être désigné délégué syndical par une organisation syndicale autre que celle sur la liste de laquelle il s’est porté candidat [Cass. soc., 28 sept. 2011, n° 10-26.762 ; Cass. soc., 17 avr. 2013, n° 12-22.699]. Le score électoral du délégué syndical est un score personnel, qui peut être séparé de toute référence syndicale. Il pourra donc s’en prévaloir en cas de changement d’étiquette syndicale après les élections.

En pratique, un salarié pourra donc détenir plusieurs mandats sous différentes étiquettes syndicales : par exemple, un mandat de membre du comité d’entreprise sous la couleur du syndicat pour lequel il s’est présenté, et un mandat de délégué syndical sous la bannière d’un autre syndicat.

 

REMARQUE

À l’inverse, lorsque c’est le syndicat qui change d’affiliation, celui-ci ne peut plus continuer à se prévaloir de l’audience électorale obtenue pour se prétendre représentatif [Cass. soc., 18 mai 2011, n° 10-21.705].

 

  • Un candidat ayant obtenu 10% peut-il renoncer à son mandat au profit d'un salarié non-candidat ?

Les candidats d’un syndicat ayant obtenu une audience électorale de 10 % ne peuvent pas s’entendre pour renoncer à exercer le mandat de délégué syndical et le confier à un salarié, simple adhérent, qui ne s’est pas porté candidat [Cass. soc., 29 juin 2011, n° 10-60.394 ; Cass. soc., 20 juin 2012, n° 11-21.425].

 

EXEMPLE

Des candidats souhaitent faire appliquer la règle selon laquelle s’il ne reste plus, dans l’entreprise, aucun candidat qui a atteint les 10 %, le syndicat peut désigner un délégué syndical parmi les autres candidats ou, à défaut, parmi ses adhérents (voir ci-dessus). Mais cette exception à l’obligation de désigner un délégué syndical parmi les candidats qui ont obtenu 10 % des suffrages ne peut jouer dans cette hypothèse. Dès lors, si aucun d’entre eux n’accepte le mandat, le syndicat sera privé de délégué syndical.

 

De même, si le syndicat n'a présenté aucun candidat dans le périmètre de désignation, sans faire état d'une situation particulière de nature à justifier cette carence, il ne peut pas désigner un délégué syndical [Cass. soc., 12 avr. 2012, n° 11-60.218].

La dérogation peut s’appliquer, en revanche, en cas de départ de l’entreprise des candidats. Le syndicat peut alors nommer un autre salarié comme délégué syndical : en priorité un candidat n’ayant pas eu 10 % (qui peut être affilié à un autre syndicat) ou, à défaut, un de ses adhérents.

 

En savoir plus sur l'attribution des sièges - se rendre ici.

Partager cet article !

Réagir à cet article

Ces articles pourraient vous intéresser

Mutuelle santé ou complémentaire santé : quelle...

Cette fiche a été rédigée par Humanis. Quel que soit l’organisme assureur, on désigne souvent les régimes frais de santé sous le terme générique de mutuelle. Mutuelle santé, assurance santé, complémentaire santé, sur-complémentaire santé … Comment faire la différence ? Humanis vous donne les clefs pour tout comprendre. Un seul objectif commun Derrière ces termes différents existe un but commun : le remboursement des frais de santé non pris en charge par l’Assurance maladie. Mutuelle santé : définition Une mutuelle santé est un groupement à but non lucratif organisé pour mener des actions de prévoyance et de solidarité. La mutuelle est financée en majeure partie par la cotisation de ses membres. Assurance santé : définitionUne garantie assurance santé est proposée par une compagnie d’assurance. Les assurances se distinguent par leur activité à but lucratif. Complémentaire santé : définitionElle est souvent proposée par une Institution de prévoyance, administrée paritairement par des membres adhérents que sont les représentants des employeurs et des membres participants que sont les représentants des salariés. Elles ont pour finalité de servir les intérêts des entreprises et des salariés. Elles peuvent mener des actions sociales et gèrent des contrats collectifs ou de groupe. Surcomplémentaire santé : définitionUne sur-complémentaire santé permet de compléter une couverture santé existante mais jugée insuffisante pour certains besoins (dentaire, optique…) Elle est utile notamment dans le cadre de la généralisation de la complémentaire santé, lorsque la couverture proposée par l’employeur ne suffit pas à couvrir tous les besoins du salarié. Si la couverture santé doit être prise en charge à hauteur de 50% minimum par l’employeur, la sur-complémentaire santé reste, elle, entièrement à la charge du salarié. Elle peut être souscrite dans le cadre de son entreprise ou à titre individuel. « En savoir plus » : À partir du 1er janvier 2016, chaque employeur  de salarié devra proposer une couverture santé à ses salariés. Découvrez tous les conseils Humanis pour mettre en place un contrat santé collectif conforme aux nouvelles exigences règlementaires.

Création et fonctionnement d'une Société par Ac...

Cette fiche vous est proposée par le Conseil Supérieur de l'Ordre des Experts Comptables.   Création, fonctionnement, statut de l'entrepreneur : quelles sont les principales caractéristiques de la Société par Actions Simplifiée (SAS) ? Explications sur les dimensions constitutives de ce statut juridique répandu.   Création Constitution Capital Pas de montant minimal pour le capital des SAS, sauf exceptions pour certaines activités. Associés Contrairement à la société anonyme, la SAS peut ne comprendre qu’un associé. Il n’est pas fixé de maximum. Les associés n’ont pas la qualité de commerçant. Durée La durée de la société doit figurer dans les statuts. Elle est au maximum de 99 ans à compter de l’immatriculation de la société au Registre du commerce et des sociétés (RCS). Apports Les apports en numéraire doivent être libérés au moment de la constitution de la société pour une fraction déterminée entre les actionnaires qui ne peut être inférieure à la moitié du montant nominal des actions de numéraire. Le solde doit être libéré dans les cinq ans suivant l’immatriculation de la société. Les apports en numéraire sont déposés chez un dépositaire (notaire, banque, caisse des dépôts et consignations). Les versements doivent intervenir avant la signature des statuts. Les apports en nature doivent être décrits et évalués dans les statuts (au vu d’un rapport établi par un commissaire aux apports, sauf exception). Les apports en industrie ouvrent droit, en contrepartie, à l’attribution d’actions. Acte constitutif Les statuts doivent être établis par écrit et contiennent des mentions obligatoires. Publicité La constitution de la société doit faire l’objet d’une insertion dans un journal d’annonces légales. Elle fait également l’objet d’une insertion au bulletin officiel des annonces civiles et commerciales (BODACC) à la diligence du greffier du tribunal de commerce. Immatriculation Le dossier d’immatriculation est déposé au centre de formalités des entreprises (CFE) de la chambre de commerce et d’industrie (CCI) ou de la chambre de métiers et de l’artisanat (CMA) selon l’activité et le nombre de salariés.   Fonctionnement Fonctionnement Gouvernance et prise de décision Les associés déterminent librement dans les statuts la composition de l’organe de gestion de la SAS et les règles de fonctionnement de cet organe. La loi exige toutefois la désignation d’un président, qui représente la société à l’égard des tiers. Rien n’interdit que les dirigeants et notamment le président soient des personnes morales. Nomination et révocation des dirigeants Les modalités de désignation du président et des dirigeants sont librement fixées par les statuts. Les dirigeants initiaux sont nommés dans les statuts ou par décision des associés. Obligations comptables Obligations comptables de droit commun. Compte bancaire séparé Oui. Dépôt des comptes sociaux Dépôt au greffe du tribunal de commerce. Possibilité de demander la confidentialité des comptes sociaux pour les sociétés répondant à certains critères. Publicité au BODACC à la diligence du greffier. Obligations juridiques Assemblée générale ordinaire annuelle. Droit des entreprises en difficulté Livre sixième du Code de commerce. Contrôle Obligation de nommer un commissaire aux comptes : lorsque certains seuils sont dépassés, lorsque la société contrôle ou est contrôlée par une ou plusieurs sociétés. Imposition des bénéfices Impôt sur les sociétés. Sur option et sous certaines conditions, impôt sur le revenu pour les sociétés de moins de cinq ans. Si la société a opté pour l’impôt sur le revenu, ses bénéfices sont imposables entre les mains de l’associé unique, dans la catégorie de revenus correspondant à son activité.   Statut de l'entrepreneur Statut de dirigeants et des associés Dirigeants Responsabilité des dirigeants Les règles fixant la responsabilité civile des membres du conseil d’administration et du directoire des sociétés anonymes sont applicables au président et, s’il en existe, aux autres dirigeants de la SAS. La responsabilité pénale des dirigeants de SAS est calquée sur celle des administrateurs, à l’exception des infractions relatives au fonctionnement du conseil d’administration et à la tenue des assemblées générales ordinaires. La responsabilité fiscale des dirigeants peut être engagée en cas de manœuvres frauduleuses ou d’inobservation grave et répétée des obligations fiscales ayant rendu impossible le recouvrement des impositions. Régime social des dirigeants Le président et les autres dirigeants de la SAS relèvent du régime général des salariés de la sécurité sociale en tant que cadres. Régime fiscal des dirigeants Les rémunérations versées aux présidents et aux autres dirigeants de la SAS sont imposées dans la catégorie des traitements et salaires à l’impôt sur le revenu. Associés Responsabilité des associés Les associés ne répondent du passif social qu’à hauteur du montant de leur apport, sauf s’ils se sont portés caution de la société. Régime fiscal des associés Les dividendes distribués aux associés personnes physiques sont imposables dans la catégorie des revenus de capitaux mobiliers à l’impôt sur le revenu.   En savoir plus sur les avantages et les inconvénients d'une SAS.

Affecter le salarié à d'autres fonctions : comm...

Cette fiche vous est proposée par Wolters Kluwer.   Changer un salarié de poste implique de vérifier s'il y a, ou non, modification de son contrat. Il peut aussi être utile de prévoir une période probatoire et de savoir comment réagir si elle n'est pas concluante. Rappel des règles indispensables.   Quand l'accord du salarié est-il requis ? > Modification du contrat de travail. Le changement de poste est subordonné à l’accord du salarié lorsqu’il constitue une modification de son contrat de travail. À l’inverse, s’il s’analyse comme un simple changement des conditions de travail, l’employeur n’a pas à recueillir l’accord de l’intéressé. Ainsi, dès lors que le changement de poste ne modifie pas le degré de subordination du salarié, que sa rémunération, sa qualification et son niveau hiérarchique sont conservés, il s’agit d’un simple changement de ses conditions de travail [Cass. soc., 10 oct. 2000, n° 98-41.358]. Au contraire, si le changement de poste est substantiel et affecte d’autres éléments comme le lien de subordination, la rémunération ou la qualification du salarié, il y a modification du contrat de travail [Cass. soc., 3 nov. 2005, n° 03-47.628].   REMARQUE Si le nouveau poste oblige le salarié à changer de lieu de travail, son accord ne sera pas requis dès lors que ce poste se situe dans le même secteur géographique ou que l’intéressé est soumis à une clause de mobilité géographique.   > Clause de mobilité fonctionnelle. Le contrat de travail peut contenir une clause selon laquelle le salarié pourra être amené à assurer d’autres tâches relevant de sa qualification. Dans ce cas, le changement de poste ne nécessite pas l’accord de ce dernier. Il en ira toutefois autrement si « l’économie fonctionnelle du contrat de travail » est mise en cause. Dans ce cas, il y a modification du contrat de travail [Cass. soc., 7 juin 2006, n° 04-44.815 : changement de fonctions accompagné du retrait d’avantages matériels].   ATTENTION Si le changement de poste correspond à une sanction (rétrogradation), l’employeur doit respecter la procédure disciplinaire. À noter, à cet égard, que n’est pas considéré comme une sanction un changement d’affectation consécutif à un retrait d’habilitation à la conduite dès lors qu’il répond à un impératif de sécurité [Cass. ass. plén., 6 janv. 2012, n° 10-14.688].   En cas de refus, le salarié peut-il être licencié ? Oui, si le changement de poste constitue un simple changement des conditions de travail. Un licenciement pour cause réelle et sérieuse sera justifié mais il n’en sera pas forcément de même s’agissant d’un licenciement pour faute grave. La Cour de cassation considère en effet que le refus par le salarié d’un changement de ses conditions de travail ne constitue pas à lui seul une faute grave [Cass. soc., 23 févr. 2005, n° 03-42.018 ; Cass. soc., 12 mai 2010, n° 09-41.007].   Y a-t-il des changements de fonction interdits ? L’employeur ne peut pas changer d’affectation un salarié pour un motif discriminatoire. Tel est le cas lorsque la décision a été prise en considération, par exemple, de son origine, de son sexe, de son âge, de ses activités syndicales, de son état de santé ou de son handicap [C. trav., art. L. 1132-1].   EXEMPLE Le changement d’affectation d’une salariée, au motif que sa reprise de travail en mi-temps thérapeutique était incompatible avec ses fonctions, a été jugé discriminatoire car fondé sur son état de santé alors même que l’employeur prétendait dans cette affaire avoir agi pour le bien de la salariée, qui se remettait d’un AVC, en la mutant sur un poste moins générateur de stress [Cass. soc., 30 mars 2011, n° 09-71.542].   Peut-on prévoir une période probatoire ? > Principe. L’employeur peut accompagner le changement de poste, notamment en cas de promotion, d’une période probatoire qui aura pour objet d’apprécier les compétences du salarié dans ses nouvelles fonctions. Toutefois, la période probatoire ne peut être imposée au salarié. Elle doit faire l’objet d’un accord exprès de ce dernier et donc être établie par écrit [Cass. soc., 16 mai 2012, n° 10-24.308].   > Échec de la période probatoire. Si, à l’issue de la période probatoire, l’employeur estime que le salarié ne remplit pas correctement ses nouvelles fonctions, il doit le replacer dans celles qu’il occupait précédemment [Cass. soc., 30 mars 2005, n° 03-41.797].   Comment procéder avec un salarié protégé ? L’employeur qui souhaite affecter un salarié protégé à un nouveau poste doit impérativement obtenir son accord, même s’il s’agit d’un simple changement de ses conditions de travail [Cass. soc., 6 avr. 1999, n° 97-40.499]. De même, à l’issue d’une période probatoire non concluante, l’employeur ne pourra replacer le salarié dans ses fonctions antérieures qu’avec son accord [Cass. soc., 30 sept. 2010, n° 08-43.862]. En cas de refus du salarié, l’employeur doit soit le maintenir à son poste, soit saisir l’inspecteur du travail d’une demande d’autorisation de licenciement.

Vous avez un nouveau message

Une question ?

Interrogez la
communauté

En direct
du forum

Derniers articles

30% à 40% d’économie sur vos annonces légales grâce à Publication Annonce Légale

Nos modèles d’annonces légales ont été étudiées afin de les rendre plus simples et afin d’optimiser l’annonce et ce en utilisant les abr&eac

0

Lire la suite

Colonie de vacances

Un soutien scolaire efficace Dans ces séjours centrés sur la colonie de vacances, tout est fait pour permettre aux jeunes de rattraper leur éventuel retard et d'acqué

0

Lire la suite

Dernières questions

Le cadre légal de la formation en entreprise

1

Répondre

Ratios financiers normatifs de la start-up, site internet

2

Répondre

Une question ?

Interrogez la
communauté