Filtre : Tous

Icon Utilisateur

Dans la rubrique, moi Président ...

Moi président, je redonnerai du sens aux Français, la confiance en leur avenir

 

Les enjeux sont trop importants, la période trop cruciale pour ne pas saisir l’opportunité offerte par les élections de 2017. Notre pays est en difficulté. Des réformes réelles et profondes sont vitales. Aucun ne peut l’ignorer. Notre futur président ne devra pas être un simple gestionnaire du temps, un professionnel plus ou moins compétent de l’ambiguïté politiciennes, de l’esquive et du traitement superficiel des grands défis de notre temps : économiques, géopolitiques, environnementaux… A force d’évitement, à force de ne prendre aucun sujet à bras le corps, notre pays a cessé d’avancer. Or dans ce monde, la stagnation c’est le recul. Il faut agir, dans la conscience du long terme, et remettre du sens dans nos vies, dans la vie de notre pays. On ne mène pas des réformes pour trois points de base, un demi trimestre pour le régime des retraites, 3 % de déficit, 1, 5 milliards de commerce extérieur, trois millions pour les policiers et six pour les hôpitaux après tel ou tel fait divers !

Nous avons un besoin absolu de vision, de sens. Seul le sens donné à l’action permet de la comprendre, d’y adhérer, de fédérer, d’aller au bout et d’assurer une cohésion dont notre pays a tant besoin. Qui sacrifierait un peu de son confort pour trois points de base, 2 milliards d’euros ici, cinq millions là, et la virgule au troisième mot de l’alinéa plutôt qu’au premier d’un quelconque projet de loi de finance ?

Il nous faut un Président de la République qui dise :

« Moi président, le monde sera plus sûr face aux conflits, au terrorisme, à la criminalité internationale... et à leurs conséquences, en particulier migratoires, sanitaires et alimentaires. Les Français retrouveront leur fierté d’appartenir à un grand pays respecté. J’ai donc besoin de moyens à la hauteur de nos ambitions : des moyens militaires, diplomatiques et d’influence culturelle et économique. Pour cela, nous devons réaliser un effort exceptionnel : aucun pays n’est crédible sur la scène internationale si ses avions sont à court de munitions après deux semaines de conflit, quand ses chars ont le réservoir vide, quand les engagements en matière d’aide humanitaire ne sont pas suivis d’effets. Notre première politique étrangère sera le renforcement de notre économie et de sa compétitivité.

Moi président, la France redeviendra un pays où il fait bon vivre, plus juste, plus solidaire, avec des services publics, tels ceux la sécurité, la santé, la justice, l’éduction et l’enseignement ou les transports, présents sur tout le territoire et efficaces. Je propose des réformes profondes en termes d’organisation des services publiques, de protection sociale, de qualité de vie, environnementale notamment, et d’engagement citoyens. Cela aussi va nous demander un effort collectif majeur et nous aurons besoin de plus de croissance pour y parvenir meilleur que le leur. Pour cela, les politiques publiques que je propose stimuleront l’esprit d’entreprendre et la culture de la prise de risque. Le mérite sera rétribué plus que la rente de situation. Les forces économiques seront libérées de l’abus de règlementations et de contraintes fiscales. Je veux stimuler nos exportations et la transformation digitale de nos entreprises, faciliter la croissance des PME. L’administration passera du contrôle-sanction au contrôle-conseil. Il n’y aura pas de contreparties à telle ou telle abaissement de charge. Pas par naïveté. Non, seulement parce que l’économie croît par la confiance et que les meilleurs choix stratégiques pour une entreprises se font rarement dans des hémicycles endormis ou dans des cabinets ministériels. Moi président, l’Etat reprendra sa place et la société civile la sienne. Notre première politique pour renforcer notre économie et sa compétitivité sera d’assurer la liberté d’entreprendre.. Notre première politique sociale et sociétale sera le renforcement de notre économie et de sa compétitivité.

Moi président, les français retrouveront confiance en l’avenir. Ils sauront que leur travail leur bénéficiera en même temps qu’à la collectivité, qu’ils auront demain un meilleur niveau de vie qu’hier, que leurs enfants connaitront un monde.

Thibault LANXADE

Entrepreneur 

Partager cet article !

Réagir à cet article

Entrepreneur

Icon Utilisateur

20/12/2016

Thibault LANXADE

Ces articles pourraient vous intéresser

Comment gérer les risques psychosociaux dans le...

Cette fiche a été rédigée par Humanis. L’amélioration de la qualité de vie au travail et la lutte contre les risques psychosociaux sont devenus des enjeux majeurs pour les TPE. Comment identifier les risques ? Comment les prévenir ? Quelles sont vos obligations ? Réponses. Identifier les risques psychosociauxLes risques psychosociaux sont classés en plusieurs catégories par l’INRS : insécurité quant à la situation de travail, manque d’autonomie, incohérence entre le travail et les valeurs du salarié, temps de travail, mauvais rapports sociaux, exigences émotionnelles compliquées à gérer… Ces risques peuvent entraîner certains troubles psychosociaux : dépression, violence, stress, épuisement, maladies cardio-vasculaires, addiction… Mettre en place des démarches de préventionPour éviter ces situations à risque et l’apparition de ces troubles, il faut mettre en place une démarche de prévention des risques psychosociaux. Les obligations de l’employeur sont les suivantes : évaluation des risques et mise en place de mesures visant à protéger la santé – physique et mentale – des salariés.L’Action sociale Humanis s’engage aux côtés des dirigeants de TPE/PME en les accompagnant dans la mise en œuvre des obligations légales au sujet des risques psychosociaux. L’Action sociale Humanis met en effet en place une offre de services axés sur la santé au travail. Pour aller plus loin : Qualité de vie au travail, parlons-en !En savoir plus : découvrez travaillersanté.fr, le site spécialisé dans la santé au travail.

Respect du salaire minimum : quels éléments pre...

Cette fiche vous est proposée par Wolters Kluwer.   Pour apprécier si le Smic ou le minimum conventionnel est atteint, l'employeur doit inclure un certain nombre d'éléments dans la rémunération à comparer. Tel n'est pas le cas, en particulier, de la rémunération des temps de pause.   Quelles sont les sommes prises en compte ? Pour vérifier si la rémunération atteint le niveau du Smic ou, le cas échéant, du minimum conventionnel, l’employeur peut prendre en considération :             le salaire proprement dit (fixe, commissions, pourboires, etc.) ;    les avantages en nature et les majorations diverses ayant le caractère d’un complément de salaire [C. trav., art. D. 3231-6] ; les primes et gratifications directement liées à l’exécution par le salarié de sa prestation de travail. Elles sont considérées comme la contrepartie du travail fourni et doivent donc être intégrées dans le calcul du Smic ou du minimum conventionnel [Cass. soc., 4 févr. 2015, n° 13-18.523]. Ainsi, doivent être pris en compte une prime d’objectifs [Cass. soc., 4 juin 2002, n° 00-41.140], une prime de polyvalence qui compense la formation du salarié à plusieurs postes de travail et qui résulte de sa performance [Cass. soc., 29 mars 1995, n° 93-41.906], un intéressement calculé chaque mois et distribué au personnel de vente au prorata du temps de travail effectué par chacun d’eux par rapport au total des heures de travail de l’équipe de vente [Cass. soc., 15 nov. 2006, n° 04-40.122] ou bien une prime ayant pour objectif l’amélioration du pouvoir d’achat [Cass. soc., 7 avr. 2010, n° 07-45.322].   ATTENTION Le Smic s’apprécie mois par mois. Sauf convention collective contraire, il n’est pas possible de répartir une prime annuelle (13e mois, prime de vacances…) sur l’année afin de satisfaire au respect du Smic. La prime n’est prise en compte que pour le mois où elle est versée.   Quelles sont les sommes à exclure ? Certaines sommes ne peuvent pas être incluses dans le calcul des salaires afin de les porter au niveau du salaire minimum légal ou conventionnel. Ainsi, sont exclues les sommes versées à titre de remboursement de frais, les majorations pour heures supplémentaires prévues par la loi et la prime de transport [C. trav., art. D. 3231-6]. Il en va de même pour les sommes qui ne sont pas directement liées à l’exécution, par le salarié, de sa prestation de travail. Sont ainsi concernées : les primes d’ancienneté et d’assiduité [Cass.soc., 28 sept. 2005, n° 03-41.571] ; une prime de cherté de la vie [Cass. soc., 4 mars 2003, n° 01-41.031] ; les primes liées aux conditions particulières de travail telles que les primes de danger, de froid, d’insalubrité ou encore les majorations pour travail de nuit, dimanches et jours fériés [Cass. soc., 17 mars 1988, n° 84-14.494]. les primes liées à la production globale de l’entreprise ou à sa prospérité et dont le montant dépend de circonstances extérieures au salarié, telle une prime de résultat fondée sur les résultats financiers de l’entreprise [Cass. soc., 7 avr. 2004, n° 02-41.615] ; la participation et les primes d’intéressement, à condition toutefois qu’elles respectent le régime légal. À défaut, les sommes versées ont la nature de salaire et entrent donc dans l’assiette de comparaison.   Qu'en est-il de la rémunération du temps de pause ? Dès lors que les pauses ne sont pas considérées comme du travail effectif, la rémunération de ces temps ne doit pas être intégrée au salaire pour savoir si le Smic ou le minimum conventionnel est atteint. Le repos étant accordé pour atténuer la pénibilité du travail et assurer le maintien de la santé du salarié, sa rémunération ne peut être considérée comme versée à l’occasion ou comme contrepartie d’un travail. Par exemple, une prime forfaitaire de 5 % destinée à rémunérer les temps de pause doit être exclue du salaire à comparer au Smic, même si elle est versée de manière fixe et permanente [Cass. crim., 15 févr. 2011, n° 10-83.988 ; Cass. crim., 15 févr. 2011, n° 10-87.019]. En revanche, dans les cas où la pause peut être considérée comme un temps de travail effectif, sa rémunération entre dans l’assiette de comparaison. Concrètement, l’employeur ne peut donc pas inclure la rémunération des pauses dans le calcul des salaires, dès lors que les salariés ne sont pas à sa disposition et peuvent librement vaquer à leurs obligations personnelles [Cass. soc., 13 juill. 2010, n° 09-42.890].   Quelles sont les sanctions encourues ? L’employeur qui se trompe dans l’appréciation des éléments à inclure dans le salaire pour vérifier si le Smic ou le minimum conventionnel est atteint risque de payer les salariés en dessous de ce minima. Or, ceci est passible d’une amende de 1 500 € s’agissant du Smic, et de 750 € s’agissant du minimum conventionnel, ces amendes étant prononcées autant de fois qu’il y a de salariés lésés [C. trav., art. R. 2263-3 et R. 3233-1]. Les entreprises risquent donc de faire l’objet d’une action au pénal et d’actions en rappel de salaires sur les cinq dernières années et de demandes d’indemnisation du préjudice subi, qui peuvent parfois se chiffrer en millions d’euros.

Contrôle des arrêts de travail : quelles conséq...

Cette fiche vous est proposée par Wolters Kluwer.   L'employeur a la possibilité d'organiser une contre-visite médicale afin de s'assurer que l'arrêt de travail du salarié est justifié. Si tel n'est pas le cas, il peut interrompre le versement des indemnités complémentaires, et la CPAM peut cesser celui des indemnités journalières.   Qui peut prendre l'initiative du contrôle ? Les salariés en arrêt de travail pour maladie bénéficient, outre des indemnités journalières (IJ) versées par la sécurité sociale, d’indemnités complémentaires à la charge de l’employeur. Ces dernières ne sont versées que si le salarié travaille dans l’entreprise depuis au moins un an, s’il a subi une incapacité temporaire de travail constatée par certificat médical, s’il justifie de cette incapacité dans les 48 heures et s’il bénéficie, pour cet arrêt de travail, d’une prise en charge par la sécurité sociale [C. trav., art. L. 1226-1]. En contrepartie de cette obligation, l’employeur peut effectuer un contrôle de l’arrêt de travail au domicile du salarié, après désignation d’un médecin de son choix. Cette possibilité lui est ouverte dès le commencement de l’arrêt [Cass. soc., 13 juin 2012, n° 11-12.152]. Le salarié ne peut pas, sans motif légitime, refuser de recevoir ce médecin contrôleur.   Quels sont les effets sur l'indemnisation du salarié ? > Si le médecin mandaté par l’employeur estime que l’arrêt de travail n’est pas justifié, ou s’il n’a pas pu effectuer la contre-visite (refus du salarié ou absence non autorisée), l’employeur peut cesser de payer les indemnités complémentaires, mais il ne peut pas réclamer celles qu’il a déjà versées [Cass. soc., 10 oct. 1995, n° 91-45.242]. En revanche, l’arrêt de travail n’est pas remis en cause, et se poursuit normalement. Le salarié n’est donc pas tenu de reprendre le travail. > Le résultat de cette contre-visite est ensuite transmis au médecin-conseil de l’assurance maladie qui peut décider de la suspension des IJ de base du salarié. Cette transmission s’effectue dans un délai de 48 heures à compter du déroulement de la visite. Si le médecin-conseil décide de suspendre le versement des IJ, il doit en informer le salarié, qui dispose alors d’un recours (voir ci-dessous). Le médecin conseil de la caisse peut également choisir de procéder à un nouvel examen de la situation de l’assuré. Celui-ci est obligatoire si la contre-visite médicale n’a pas pu avoir lieu.   De quel recours le salarié dispose-t-il ? > Le salarié a un délai de dix jours francs à compter de la notification de la décision de suspension des IJ pour demander à la CPAM un nouvel examen de sa situation par le médecin-conseil [CSS, art. D. 315-4].   A NOTER Les jours francs sont décomptés de 0 à 24 heures. Le délai commence à courir le lendemain de la notification. S’il expire un dimanche ou un jour férié, il est reporté de 24 heures.   > Le médecin-conseil dispose alors d’un délai de quatre jours francs à compter de la réception de la saisine pour convoquer, examiner le salarié et se prononcer sur cette demande. Deux hypothèses peuvent alors être envisagées : si le nouvel examen confirme l’avis du médecin mandaté, la caisse réitère sa décision de suspendre le versement des IJ. Le salarié en est alors informé (par lettre recommandée avec AR) et dispose d’un délai d’un mois à compter de la date de la décision contestée pour recourir à une demande d’expertise médicale. La caisse doit également informer l’employeur par lettre simple ; si le nouvel examen contredit l’avis du médecin mandaté, la caisse rétablit le versement des IJ de manière rétroactive et informe le salarié et l’employeur.   ATTENTION Le contrôle des arrêts de travail diligenté par l’employeur se distingue du contrôle organisé par le service médical, qui peut être exercé à l’encontre d’un salarié bénéficiant d’IJ versées par la sécurité sociale. Si l’arrêt de travail n’est pas justifié, la CPAM pourra décider d’une suspension du versement des IJ. Celle-ci doit informer l’assuré ainsi que l’employeur pour lui permettre de suspendre éventuellement l’indemnisation complémentaire.   Et si un nouvel arrêt de travail est prescrit ? Lorsqu’un nouvel arrêt de travail est prescrit dans un délai de dix jours francs à compter d’une décision de suspension des IJ, l’assuré ne retrouve plus automatiquement ses droits à indemnisation. En effet, la reprise du versement des IJ est alors subordonnée à un avis du contrôle médical, lequel doit être rendu dans un délai de quatre jours francs à compter de la date de réception de l’avis d’arrêt de travail [CSS, art. D. 323-4]. Le service du contrôle médical se prononce après examen du dossier ou sur convocation du patient. Si le nouvel arrêt de travail est justifié, le versement des IJ est rétabli rétroactivement. À défaut, il est suspendu, l’employeur devant être informé de cette décision.

Vous avez un nouveau message

Une question ?

Interrogez la
communauté

En direct
du forum

Derniers articles

Expert en dépannage et remorquage auto dans le Finistère

Implanté à Quimperlé, ABEL AUTO ASSISTANCE est à votre service pour le dépannage et le remorquage automobile. L’entreprise peut intervenir à Lorient, &a

0

Lire la suite

Un électricien qualifié en Corse

L’ENTREPRISE FREDERIC CARTA située à Ajaccio est spécialisée en électricité générale et en installation domotique. Elle intervient dans un

0

Lire la suite

Dernières questions

Bonjour, je souhaite développer en marketing une stratégie avec des blogueurs et influenceurs pour augmenter la visibilité d'un site mais je ne sais pas bien comment m'y prendre. Que me conseillez-vous ?

2

Répondre

Bonjour, je souhaite développer en marketing une stratégie avec des blogueurs et influenceurs pour augmenter la visibilité d'un site mais je ne sais pas bien comment m'y prendre. Que me conseillez-vous ?

0

Répondre

Une question ?

Interrogez la
communauté