Filtre : Tous

Icon Utilisateur

Dans la rubrique, moi Président ...

Moi président, je redonnerai du sens aux Français, la confiance en leur avenir

 

Les enjeux sont trop importants, la période trop cruciale pour ne pas saisir l’opportunité offerte par les élections de 2017. Notre pays est en difficulté. Des réformes réelles et profondes sont vitales. Aucun ne peut l’ignorer. Notre futur président ne devra pas être un simple gestionnaire du temps, un professionnel plus ou moins compétent de l’ambiguïté politiciennes, de l’esquive et du traitement superficiel des grands défis de notre temps : économiques, géopolitiques, environnementaux… A force d’évitement, à force de ne prendre aucun sujet à bras le corps, notre pays a cessé d’avancer. Or dans ce monde, la stagnation c’est le recul. Il faut agir, dans la conscience du long terme, et remettre du sens dans nos vies, dans la vie de notre pays. On ne mène pas des réformes pour trois points de base, un demi trimestre pour le régime des retraites, 3 % de déficit, 1, 5 milliards de commerce extérieur, trois millions pour les policiers et six pour les hôpitaux après tel ou tel fait divers !

Nous avons un besoin absolu de vision, de sens. Seul le sens donné à l’action permet de la comprendre, d’y adhérer, de fédérer, d’aller au bout et d’assurer une cohésion dont notre pays a tant besoin. Qui sacrifierait un peu de son confort pour trois points de base, 2 milliards d’euros ici, cinq millions là, et la virgule au troisième mot de l’alinéa plutôt qu’au premier d’un quelconque projet de loi de finance ?

Il nous faut un Président de la République qui dise :

« Moi président, le monde sera plus sûr face aux conflits, au terrorisme, à la criminalité internationale... et à leurs conséquences, en particulier migratoires, sanitaires et alimentaires. Les Français retrouveront leur fierté d’appartenir à un grand pays respecté. J’ai donc besoin de moyens à la hauteur de nos ambitions : des moyens militaires, diplomatiques et d’influence culturelle et économique. Pour cela, nous devons réaliser un effort exceptionnel : aucun pays n’est crédible sur la scène internationale si ses avions sont à court de munitions après deux semaines de conflit, quand ses chars ont le réservoir vide, quand les engagements en matière d’aide humanitaire ne sont pas suivis d’effets. Notre première politique étrangère sera le renforcement de notre économie et de sa compétitivité.

Moi président, la France redeviendra un pays où il fait bon vivre, plus juste, plus solidaire, avec des services publics, tels ceux la sécurité, la santé, la justice, l’éduction et l’enseignement ou les transports, présents sur tout le territoire et efficaces. Je propose des réformes profondes en termes d’organisation des services publiques, de protection sociale, de qualité de vie, environnementale notamment, et d’engagement citoyens. Cela aussi va nous demander un effort collectif majeur et nous aurons besoin de plus de croissance pour y parvenir meilleur que le leur. Pour cela, les politiques publiques que je propose stimuleront l’esprit d’entreprendre et la culture de la prise de risque. Le mérite sera rétribué plus que la rente de situation. Les forces économiques seront libérées de l’abus de règlementations et de contraintes fiscales. Je veux stimuler nos exportations et la transformation digitale de nos entreprises, faciliter la croissance des PME. L’administration passera du contrôle-sanction au contrôle-conseil. Il n’y aura pas de contreparties à telle ou telle abaissement de charge. Pas par naïveté. Non, seulement parce que l’économie croît par la confiance et que les meilleurs choix stratégiques pour une entreprises se font rarement dans des hémicycles endormis ou dans des cabinets ministériels. Moi président, l’Etat reprendra sa place et la société civile la sienne. Notre première politique pour renforcer notre économie et sa compétitivité sera d’assurer la liberté d’entreprendre.. Notre première politique sociale et sociétale sera le renforcement de notre économie et de sa compétitivité.

Moi président, les français retrouveront confiance en l’avenir. Ils sauront que leur travail leur bénéficiera en même temps qu’à la collectivité, qu’ils auront demain un meilleur niveau de vie qu’hier, que leurs enfants connaitront un monde.

Thibault LANXADE

Entrepreneur 

Partager cet article !

Réagir à cet article

Entrepreneur

Icon Utilisateur

20/12/2016

Thibault LANXADE

Ces articles pourraient vous intéresser

Quelles sont les sanctions prévues en cas de dé...

Cette fiche vous est proposée par le Conseil Supérieur de l'Ordre des Experts Comptables.   La loi impose à l’employeur de former les salariés. Le défaut de formation peut entraîner différents types de sanctions.    L'invalidation des procédures de licenciement Si l’employeur n’a pas respecté ses obligations en matière de formation professionnelle du salarié, il ne pourra pas sanctionner l’insuffisance professionnelle de ce dernier. A ainsi été jugé sans motif réel et sérieux le licenciement du salarié refusant d’utiliser un matériel pour lequel il n’a pas reçu de formation. De même, l’employeur ne peut prononcer un licenciement économique que si tous les efforts de formation et d’adaptation ont été réalisés au préalable, et que le reclassement du salarié ne peut avoir lieu dans l’entreprise ou le groupe. Les juges ont ainsi condamné l’employeur à des dommages et intérêts pour licenciement économique injustifié en l’absence de formation qui aurait permis le reclassement du salarié.   Octroi et dommages et intérêts De manière générale, comme pour tout manquement de l’employeur à l’une de ses obligations légales, le salarié peut obtenir des dommages et intérêts. La Cour de cassation a condamné à plusieurs reprises des employeurs pour défaut de formation : dans une affaire concernant deux salariés comptant respectivement une ancienneté de 12 et 24 ans n’ayant reçu que 3 jours de formation au cours de leur carrière dans l’entreprise ; dans une autre affaire où des garçons de cuisine n’avaient bénéficié d’aucune formation au cours de leur contrat de travail. Notamment, rien ne leur avait été proposé pour combattre leur illettrisme du fait de leur origine malienne. Il faut noter que l’indemnisation des salariés n’est pas conditionnée à la preuve d’un préjudice. L’absence de formation proposée aux salariés leur cause nécessairement un préjudice qui résulte du non-respect de l’obligation générale incombant à l’employeur de former les salariés. Ainsi il a été jugé que le fait pour un salarié de ne pas avoir bénéficié de formation lui permettant de maintenir sa capacité à occuper son emploi au regard de l'évolution des emplois, des technologies et des organisations lui ouvre droit à indemnisation. On peut également supposer que le salarié pourrait être admis à prendre acte de la rupture de son contrat de travail aux torts de l’employeur pour non-respect de ses obligations, afin d’obtenir des dommages et intérêts pour licenciement injustifié.   En savoir plus sur l'obligation de formation du salarié.

Généralisation de la complémentaire santé : ce ...

Cette fiche est rédigée par Humanis.   La mise en place d’une couverture santé pour l’ensemble des salariés doit être appliquée par toutes les entreprises du secteur privé au 1er janvier 2016 au plus tard. Quels sont les principes clés à connaître lorsqu’on est entrepreneur ? Découvrez ce qu’il faut savoir sur la généralisation de la complémentaire santé.   La complémentaire santé obligatoire, c'est quoi ? Une complémentaire santé souscrite auprès d’un organisme spécialisé  – mutuelle, institution de prévoyance, société d’assurance – prend en charge tout ou partie de vos frais de santé. L’Accord National Interprofessionnel (ANI) du 11 janvier 2013 et la Loi de Sécurisation de l’emploi ont rendu obligatoires les complémentaires santé collectives, pour l’ensemble des entreprises du secteur privé. Tous les salariés du secteur privé seront donc couverts par une complémentaire santé souscrite par leur entreprise, à partir du 1er janvier 2016.   Qui est concerné ? La généralisation de la complémentaire santé concerne l’ensemble des entreprises du secteur privé – quelle que soit leur taille - et tous leurs salariés.   Quels sont les avantages pour les entreprises ? La mise en place de la complémentaire santé collective offre à l’entreprise des avantages fiscaux : Pour un contrat de complémentaire santé collectif et obligatoire, l’entreprise bénéficie d’une exonération de charges sociales patronales. Si le contrat est en plus solidaire et responsable, les cotisations salariales qui financent le régime sont déductibles de l’assiette de l’impôt sur le revenu – dans la limite de 5% du plafond annuel de la sécurité sociale auxquels s’ajoute 2% du salaire annuel brut (le total ne devant pas dépasser 16% du plafond annuel de la Sécurité sociale),  À savoir : les cotisations patronales qui financent la complémentaire santé collective ne sont pas soumises aux charges sociales - dans une certaine limite.   Quels sont les avantages pour les salariés ? Grâce à un contrat collectif, le salarié peut bénéficier de meilleures garanties qu’avec un contrat individuel et être mieux remboursé de ses frais de santé. En plus, une partie de la cotisation de la complémentaire santé est prise en charge par l’entreprise.   Quid des ayant-droits du salarié ? La plupart des contrats collectifs prennent en charge à la fois les salariés et leur famille : conjoint, ascendants à charge… mais rien dans l’ANI du 11 janvier 2013 n’impose aux entreprises de couvrir les ayants-droits de leurs salariés. Cependant,  il peut exister des obligations conventionnelles. Les entreprises peuvent choisir une cotisation unique "par famille " pour tous leurs salariés (même ceux qui n’ont pas d’ayant-droit), ou proposer différents niveaux de cotisation selon la situation familiale de chacun.   Quels sont les coûts de cette complémentaire santé ? L’entreprise doit financer au moins 50% des cotisations de la complémentaire santé, plus si elle le souhaite. Le reste est à la charge du salarié. Découvrez l’infographie qui vous explique le détail du coût réel net d’une complémentaire santé à 50 euros par mois pour l’entreprise et pour le salarié.   En savoir plus : découvrez les différentes offres de contrat collectif proposées par Radiance groupe Humanis.

Durée du travail : vers qui se tourner pour obt...

Cette fiche vous est proposée par Wolters Kluwer.   De nombreuses règles en matière de durée du travail sont assorties de la possibilité, pour l'employeur, d'obtenir une dérogation. A qui doit-il s'adresser ? Le point sur la question.   Existe-t-il une règle générale ? L’autorité administrative compétente est celle dont dépend l’établissement qui emploie les salariés concernés par la dérogation, à savoir :    l’inspecteur du travail pour les demandes de dérogations relatives au travail de nuit et à la durée maximale journalière ;     le directeur régional des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi (Direccte) ou, par délégation, le responsable de l’unité territoriale, ou encore, par subdélégation, l’inspecteur du travail, pour les demandes relatives à la durée maximale hebdomadaire. L’établissement est défini comme l’unité de travail disposant d’une autonomie de gestion, comme en matière de représentation du personnel. La règle est la même lorsque le lieu de travail est distinct de l’établissement de rattachement. Ainsi, même si les salariés visés par la demande n’exécutent pas leur travail au sein de l’établissement auquel ils sont rattachés, l’autorité compétente est celle dont dépend ce dernier. Celle-ci doit cependant consulter l’autorité administrative du lieu de travail avant de prendre sa décision. Lorsque l’entreprise est dotée d’établissements distincts et que plusieurs d’entre eux sollicitent une dérogation reposant sur un même motif (par exemple si le lancement d’un nouveau produit entraîne une augmentation de la durée du travail dans tous les établissements), chacun doit s’adresser à l’autorité compétente le concernant. Mais une concertation entre les différents décisionnaires est là encore indispensable, la coordination étant assumée par l’autorité administrative compétente pour le siège social de l’entreprise.   ATTENTION Si l’entreprise a des établissements distincts au sens des délégués du personnel mais avec un comité d’entreprise unique, l’autorité administrative compétente est celle de l’établissement où se trouve celui-ci.   Que faire en cas d'urgence ? En cas de situation inhabituelle, l’employeur qui veut obtenir une dérogation à la durée journalière et/ou hebdomadaire de travail (par exemple pour faire face à des intempéries) doit solliciter l’autorité administrative compétente pour son établissement, en précisant les lieux de travail concernés dans sa demande. L’autorité compétente prend sa décision après avoir rapidement contacté les différents agents concernés. Si l’employeur saisit à tort l’autorité administrative du lieu de travail pour obtenir une dérogation, celle-ci accuse réception de la demande, transmet le dossier à l’autorité administrative compétente, puis avise le demandeur du résultat de sa démarche. Elle doit en outre le renseigner sur les possibilités légales de déroger de sa propre initiative à la durée maximale journalière.   A qui s'adresser en cas d'intervention d'une entreprise extérieure ? Lorsqu’une entreprise utilisatrice sollicite une dérogation à la durée du travail, il se peut que des salariés appartenant à des entreprises extérieures interviennent dans ses locaux et soient donc concernés. C’est alors à l’entreprise extérieure de demander une dérogation à l’autorité administrative dont dépend l’établissement de rattachement de ces salariés. Et il incombe à l’autorité administrative de l’entreprise utilisatrice d’assurer la coordination nécessaire à la prise de décisions cohérentes entre elles.   EXEMPLE Une entreprise, installée à Rouen, intervient dans les locaux d’une société située à Bordeaux et sollicite une dérogation à la durée journalière suite au réaménagement des locaux de son client. La section compétente est celle de Rouen et la coordination est assurée par la Direccte d’Aquitaine.   Quid dans les situations internationales ? En cas de travaux réalisés à l’étranger par une entreprise française, l’autorité administrative française n’est pas compétente pour se prononcer sur une demande de dérogation concernant cette intervention, bien que le salarié concerné soit rattaché à un établissement situé en France. Lorsqu’une entreprise étrangère réalise des travaux sur le territoire français, elle doit demander une dérogation si elle souhaite dépasser les durées maximales de travail. En l’absence d’établissement en France, c’est l’autorité administrative du lieu de travail des salariés concernés qui est compétente. En cas de lieux de travail multiples, le service sollicité s’assure auprès de l’entreprise de la localisation des autres lieux d’intervention et se rapproche des autres décisionnaires dans un souci de cohérence.

Vous avez un nouveau message

Une question ?

Interrogez la
communauté

En direct
du forum

Derniers articles

UN PROFESSIONNEL DE LA TOITURE A VOTRE SERVICE A ROUSSINES (36) !

L’entreprise Chauvain Fréderic est une référence dans le domaine des travaux de toitures. Assurant la pose et la réparation de vos couvertures, elle est sollicit&eacu

0

Lire la suite

Les ETS FERRET, spécialistes des travaux paysagers à Villefontaine

Situés à Villefontaine, les ETS FERRET sont spécialisés dans les travaux d’entretien d’espaces verts et de démoussage de toiture. Nous sommes une entrepr

0

Lire la suite

Dernières questions

Bonjour, j'aimerais bien avoir quelques tips concernant le SEO, je souhaiterai mieux comprendre comment obtenir des bons backlinks, et j'aimerais bien savoir qu'est-ce qu'un bon backlink. Merci !

0

Répondre

Bonjour, je souhaite développer en marketing une stratégie avec des blogueurs et influenceurs pour augmenter la visibilité d'un site mais je ne sais pas bien comment m'y prendre. Que me conseillez-vous ?

2

Répondre

Une question ?

Interrogez la
communauté