Filtre : Tous

Icon Utilisateur

Création d’entreprise : 4 conseils pour réussir son business plan

4 conseils pour réussir son business plan

 

Document complexe mais indispensable pour tout porteur de projet, le business plan est une étape à ne surtout pas négliger.

 

De nombreuses études le montrent : la raison principale pour laquelle 50% des nouvelles entreprises ne dépassent pas le cap des deux années d’activité est le manque de réflexion sur le projet de départ.

 

Situé à mi-chemin entre le document marketing et financier, le business plan est donc indispensable pour déterminer la cohérence et la faisabilité de son projet en vue de financements. Pour bien le réussir, quelques conseils sont à appliquer.

 

Identifier les objectifs

 

Avant toute chose, le porteur de projet doit être certain des objectifs de son business plan. Le plus souvent, celui-ci doit présenter le projet d’activité de manière assez pertinente pour convaincre d’éventuels investisseurs. Il doit donc permettre d’avoir une vision claire de ce qui est proposé aux consommateurs, d’identifier la rentabilité et les différents risques ainsi que les moyens et ressources nécessaires à sa mise en oeuvre.

 

Etre le plus complet possible

 

En tant que document central du projet de création d’entreprise (ou de remaniement d’activité), un business plan ne doit rien omettre. Parmi les informations essentielles qui doivent y figurer, une description générale du projet d’entreprise et des modalités d’exécution, mais aussi une étude de marché, une situation prévisionnelle patrimoniale et d’exploitation ainsi qu’un inventaire le plus exhaustif possible des ressources humaines et financières nécessaires.

 

Se baser sur des prévisions réalistes

 

Lorsque l’on établit le prévisionnel financier, il est important de prendre des données proches de la réalité, et notamment de ne pas surestimer le chiffre d’affaires ni de sous-évaluer le besoin en fonds de roulement. Ne pas non plus hésiter à envisager un scénario pessimiste tenant compte d’un chiffre d’affaires inférieur aux attentes. Cela permet d’identifier les charges variables, qui pourront être réduites en fonction du niveau de l’activité.

 

Clarté et concision sont les maîtres mots

 

La partie rédactionnelle du business plan est bien souvent négligée : c’est une erreur ! Un document simple, précis, compréhensif mais également attractif aura toutes les chances de plaire davantage au lecteur, et donc de rassurer d’éventuels investisseurs sur le sérieux du projet. Dans cette optique, il est primordial d’accorder une importance particulière aux fautes d’orthographe, au soin du document et à son aspect général.

 

Le business plan est une étape cruciale dans le projet de création d’entreprise. En dépit de ces conseils, il est donc parfois utile de faire appel à un spécialiste, notamment pour la partie comptabilité et la construction des tableaux financiers.

Partager cet article !

Réagir à cet article

Ces articles pourraient vous intéresser

A partir de quand pouvez-vous songer à devenir ...

 Chaque année, des milliers d’entrepreneurs se lancent dans l’aventure de la franchise et font le souhait de transmettre leur concept et les savoir-faire qui y sont associés. Mais leurs projets, si solides soient-ils, ne seraient pourtant rien sans ces particuliers en quête de nouveaux challenges et, tout simplement, désireux de tenter un nouveau mode entrepreneurial. Mais si tentant qu’il soit, le projet de devenir franchiseur, ou franchisé, ne s’improvise pas ! Nous vous proposons de découvrir l’essentiel à connaître avant de vous lancer !Vous êtes un professionnel indépendantQuand certains entrepreneurs continuent de privilégier un développement en propre afin d’étendre leur réseau à l’échelle nationale, d’autres optent pour le système de la franchise. Si elle se révèle idéale pour développer un concept de manière rapide, la franchise est un véritable engagement de la part du franchiseur qui choisit de partager son concept mais également d’accompagner les franchisés sur le long terme. Devenir franchiseur en 3 étapesEvaluer son concept et la qualité de son savoir-faireDevenir franchiseur, ce n’est pas seulement vendre ou louer une marque à d’autres entrepreneurs, c’est prendre la responsabilité de tout un réseau. Néanmoins, un bon concept ne fait pas forcément une bonne franchise, il est donc nécessaire de prendre le temps de faire le point sur ses qualités, ses défauts, ses concurrents mais également sur sa propre notoriété.Faire le point sur ses capacités de financement Si une bonne franchise ne peut fonctionner sans un bon concept, la question du financement est également primordiale puisque de ce dernier dépendent  directement le développement des secteurs de la communication, du conseil aux franchisés et bien entendu, du recrutement.Evaluer et tester son conceptDevenir franchiseur, c’est également être capable de passer de la théorie, soit du concept écrit à un développement pratique de ce dernier. Car avant de proposer un savoir-faire et des méthodes de vente à ses franchisés, le franchiseur doit tester son concept dans des conditions réelles. C’est là tout l’intérêt des unités pilotes au sein desquelles le franchiseur évalue et teste ce qui fonctionne ou non afin de pouvoir présenter un concept solide à ses futurs franchisés. Vous êtes un particulierLa franchise représente un mode entrepreneurial idéal pour les profils ambitieux qui souhaitent lancer leur propre affaire tout en profitant du cadre rassurant proposé par la franchise. Soutenus par une enseigne à la notoriété solide et au concept de vente déjà éprouvé, les franchises intègrent un réseau et bénéficient d'un soutien à chaque grande étape.Devenir franchisé en 3 étapes (et peut-être un jour franchiseur)Faire le point sur ses envies, ses capacitésAmeublement, aide à la personne, restauration rapide, rénovation de l’habitat,… : il existe autant de franchises qu’il existe de secteurs d’activité et trouver le bon marché doit faire partie des premières démarches des candidats à la franchise. Si le savoir-faire est bien évidemment apporté par le franchiseur, maitriser un domaine ou posséder certaines compétences peuvent être un avantage notable pour la suite de l’activité et peuvent conditionner les premières recherches.Connaître son budgetSi se lancer en franchise permet de faire des économies notables, connaître son budget permet de faire la différence entre les enseignes envisageables et celles qui le sont moins. S’informer auprès des banques, pour connaître le montant des prêts à votre portée et auprès des organismes spécialisés, pour faire le point sur les aides auxquelles vous pourriez prétendre, sont deux démarches clés pour être plus au clair quant à vos capacités d’investissement financier. Analyser les contrats de franchiseLe secteur visé et votre budget vous permettront de sélectionner une série de réseaux, chacun de ces derniers proposant des conditions d’adhésion différentes. Assurez-vous de bien comprendre les obligations des deux parties (les vôtres, comme celles du franchiseur), notamment en ce qui concerne le montant des redevances et les clauses. Ne négligez pas les informations qui concernent les conditions de renouvellement et de cession, elles peuvent également avoir leur importance !  

Qu'est-ce que la concession ?

Cette fiche est rédigée par Toute la franchise.   La concession est un modèle de développement en réseau utilisé essentiellement dans le cadre de la distribution de produits techniques. Le concédant est souvent un fabricant qui confie localement à son concessionnaire le soin de distribuer ses produits en exclusivité. Souvent utilisé dans le secteur de l'automobile et du bâtiment (piscine, cheminée, véranda, pompe à chaleur, fenêtre et porte, etc), la concession s'inscrit dans le cadre d'un réseau de distribution créé par un fabricant pour vendre ses produits et en assurer la maintenance. La signature d'un contrat de concession permet de déterminer les relations commerciales entre le fabricant (le concédant) et son revendeur (le concessionnaire). Le concédant doit garantir une assistance matérielle technique et commerciale au concessionnaire. Le concessionnaire peut utiliser la marque du fabricant.   Un réseau de distribution Le contrat de concession a été défini dans la circulaire Fontanet du 31 mars 1960 comme étant « une convention liant le fournisseur à un nombre limité de commerçants auxquels il réserve la vente d’un produit sous condition qu’ils satisfassent à certaines obligations ». Le plus souvent, le contrat de concession est utilisé pour commercialiser des produits de marque nécessitant un suivi technique. Le concédant n'est donc pas seulement un vendeur, il doit être capable de mobiliser des compétences professionnelles spécifiques pour livrer, installer, entretenir et réparer le produit vendu. Généralement, le contrat de concession implique une clause d'exclusivité de fourniture et d'exclusivité d'approvisionnement. L'exclusivité de fourniture implique que le concédant ne peut fournir un autre revendeur que le concessionnaire dans la zone d'exclusivité territoriale de son concessionnaire. L'exclusivité d'approvisionnement implique quant à elle, que le concessionnaire ne peut pas distribuer des produits de même nature que ceux fournis par son concédant. Le concessionnaire peut toutefois sans déroger à ses engagements, commercialiser des produits complémentaires à ceux lister dans son contrat dès lors qu'ils ne viennent pas en concurrence directe avec les produits commercialisés dans le cadre de son contrat de concession. Quand le concédant met à la disposition de son concessionnaire ses signes distinctifs (marque, savoir-faire, formations, etc), la signature du contrat doit être précédée de la remise d'un document d'information précontractuelle (DIP).    Bon à savoir : Le contrat de concession peut être signé pour une durée indéterminée ou déterminée. Dans le cas d'un contrat indéterminé, les deux co-contractants peuvent mettre un terme au contrat selon un délai de préavis fixé dans le contrat. Dans le cas d'un contrat à durée déterminée (minimum 5 ans pour les concessions auto et maximum 10 ans), les co-contractants ne peuvent mettre fin au contrat en cours sauf modification de la personne morale du concessionnaire. Lors du renouvellement, le concessionnaire ne peut se prévaloir d'une reconduction tacite. Il peut toutefois réclamer des dommages et intérêts s'il considère le non renouvellement abusif.      En savoir plus.

Qu'est-ce que l'immobilier d'entreprise ?

L’immobilier d’entreprise est le marché au niveau duquel se font les transactions d’achat, de vente et de locations de biens immobiliers d’entreprise. Ces derniers sont représentés par : les bureaux, les usines, les entrepôts, les centres commerciaux, les boutiques, les parkings, les terrains… Certaines mesures gouvernementales ont été instaurées afin d’épanouir ce marché. En effet, un décret sur les aides à l’investissement en immobilier d’entreprise a été émis le 28 août 2008. Il stipule que dans les zones d’aide d’investissement aux PME (petites et moyennes entreprise) le montant de l’aide accordée peut atteindre au maximum 20% pour les moyennes entreprises et 30% pour les petites entreprises. Cette aide est accordée dans la limite de 200 000 euros en 3 ans. Si ce seuil est dépassé, le taux s’élève alors à 15% pour les petites entreprises et 7.5% pour les moyennes entreprises. La gestion des biens immobiliers au sein d’une entreprise nécessite un travail rigoureux et pouvant s’avérer parfois compliqué. Dans cette optique, il est possible de faire appel à une société civile immobilière (SCI). Une SCI est une société qualifiée pour gérer l’administration et la propriété des biens immobiliers. Elle présente beaucoup d’avantages car elle représente un outil efficace d’administration et de transmission de patrimoine.     Source : www.petite-entreprise.net

Vous avez un nouveau message

Une question ?

Interrogez la
communauté

En direct
du forum

Derniers articles

30% à 40% d’économie sur vos annonces légales grâce à Publication Annonce Légale

Nos modèles d’annonces légales ont été étudiées afin de les rendre plus simples et afin d’optimiser l’annonce et ce en utilisant les abr&eac

0

Lire la suite

Colonie de vacances

Un soutien scolaire efficace Dans ces séjours centrés sur la colonie de vacances, tout est fait pour permettre aux jeunes de rattraper leur éventuel retard et d'acqué

0

Lire la suite

Dernières questions

Le cadre légal de la formation en entreprise

1

Répondre

Ratios financiers normatifs de la start-up, site internet

2

Répondre

Une question ?

Interrogez la
communauté