Filtre : Tous

Icon Utilisateur

Contrôle des arrêts de travail : quelles conséquences pour le salarié ?

Cette fiche vous est proposée par Wolters Kluwer.

 

L'employeur a la possibilité d'organiser une contre-visite médicale afin de s'assurer que l'arrêt de travail du salarié est justifié. Si tel n'est pas le cas, il peut interrompre le versement des indemnités complémentaires, et la CPAM peut cesser celui des indemnités journalières.

 

  • Qui peut prendre l'initiative du contrôle ?

Les salariés en arrêt de travail pour maladie bénéficient, outre des indemnités journalières (IJ) versées par la sécurité sociale, d’indemnités complémentaires à la charge de l’employeur. Ces dernières ne sont versées que si le salarié travaille dans l’entreprise depuis au moins un an, s’il a subi une incapacité temporaire de travail constatée par certificat médical, s’il justifie de cette incapacité dans les 48 heures et s’il bénéficie, pour cet arrêt de travail, d’une prise en charge par la sécurité sociale [C. trav., art. L. 1226-1].

En contrepartie de cette obligation, l’employeur peut effectuer un contrôle de l’arrêt de travail au domicile du salarié, après désignation d’un médecin de son choix. Cette possibilité lui est ouverte dès le commencement de l’arrêt [Cass. soc., 13 juin 2012, n° 11-12.152]. Le salarié ne peut pas, sans motif légitime, refuser de recevoir ce médecin contrôleur.

 

  • Quels sont les effets sur l'indemnisation du salarié ?

> Si le médecin mandaté par l’employeur estime que l’arrêt de travail n’est pas justifié, ou s’il n’a pas pu effectuer la contre-visite (refus du salarié ou absence non autorisée), l’employeur peut cesser de payer les indemnités complémentaires, mais il ne peut pas réclamer celles qu’il a déjà versées [Cass. soc., 10 oct. 1995, n° 91-45.242]. En revanche, l’arrêt de travail n’est pas remis en cause, et se poursuit normalement. Le salarié n’est donc pas tenu de reprendre le travail.

> Le résultat de cette contre-visite est ensuite transmis au médecin-conseil de l’assurance maladie qui peut décider de la suspension des IJ de base du salarié. Cette transmission s’effectue dans un délai de 48 heures à compter du déroulement de la visite. Si le médecin-conseil décide de suspendre le versement des IJ, il doit en informer le salarié, qui dispose alors d’un recours (voir ci-dessous). Le médecin conseil de la caisse peut également choisir de procéder à un nouvel examen de la situation de l’assuré. Celui-ci est obligatoire si la contre-visite médicale n’a pas pu avoir lieu.

 

  • De quel recours le salarié dispose-t-il ?

> Le salarié a un délai de dix jours francs à compter de la notification de la décision de suspension des IJ pour demander à la CPAM un nouvel examen de sa situation par le médecin-conseil [CSS, art. D. 315-4].

 

A NOTER

Les jours francs sont décomptés de 0 à 24 heures. Le délai commence à courir le lendemain de la notification. S’il expire un dimanche ou un jour férié, il est reporté de 24 heures.

 

> Le médecin-conseil dispose alors d’un délai de quatre jours francs à compter de la réception de la saisine pour convoquer, examiner le salarié et se prononcer sur cette demande. Deux hypothèses peuvent alors être envisagées :

  1. si le nouvel examen confirme l’avis du médecin mandaté, la caisse réitère sa décision de suspendre le versement des IJ. Le salarié en est alors informé (par lettre recommandée avec AR) et dispose d’un délai d’un mois à compter de la date de la décision contestée pour recourir à une demande d’expertise médicale. La caisse doit également informer l’employeur par lettre simple ;
  2. si le nouvel examen contredit l’avis du médecin mandaté, la caisse rétablit le versement des IJ de manière rétroactive et informe le salarié et l’employeur.

 

ATTENTION

Le contrôle des arrêts de travail diligenté par l’employeur se distingue du contrôle organisé par le service médical, qui peut être exercé à l’encontre d’un salarié bénéficiant d’IJ versées par la sécurité sociale. Si l’arrêt de travail n’est pas justifié, la CPAM pourra décider d’une suspension du versement des IJ. Celle-ci doit informer l’assuré ainsi que l’employeur pour lui permettre de suspendre éventuellement l’indemnisation complémentaire.

 

  • Et si un nouvel arrêt de travail est prescrit ?

Lorsqu’un nouvel arrêt de travail est prescrit dans un délai de dix jours francs à compter d’une décision de suspension des IJ, l’assuré ne retrouve plus automatiquement ses droits à indemnisation. En effet, la reprise du versement des IJ est alors subordonnée à un avis du contrôle médical, lequel doit être rendu dans un délai de quatre jours francs à compter de la date de réception de l’avis d’arrêt de travail [CSS, art. D. 323-4]. Le service du contrôle médical se prononce après examen du dossier ou sur convocation du patient. Si le nouvel arrêt de travail est justifié, le versement des IJ est rétabli rétroactivement. À défaut, il est suspendu, l’employeur devant être informé de cette décision.

Partager cet article !

Réagir à cet article

Ces articles pourraient vous intéresser

Comment gérer les risques psychosociaux dans le...

Cette fiche a été rédigée par Humanis. L’amélioration de la qualité de vie au travail et la lutte contre les risques psychosociaux sont devenus des enjeux majeurs pour les TPE. Comment identifier les risques ? Comment les prévenir ? Quelles sont vos obligations ? Réponses. Identifier les risques psychosociauxLes risques psychosociaux sont classés en plusieurs catégories par l’INRS : insécurité quant à la situation de travail, manque d’autonomie, incohérence entre le travail et les valeurs du salarié, temps de travail, mauvais rapports sociaux, exigences émotionnelles compliquées à gérer… Ces risques peuvent entraîner certains troubles psychosociaux : dépression, violence, stress, épuisement, maladies cardio-vasculaires, addiction… Mettre en place des démarches de préventionPour éviter ces situations à risque et l’apparition de ces troubles, il faut mettre en place une démarche de prévention des risques psychosociaux. Les obligations de l’employeur sont les suivantes : évaluation des risques et mise en place de mesures visant à protéger la santé – physique et mentale – des salariés.L’Action sociale Humanis s’engage aux côtés des dirigeants de TPE/PME en les accompagnant dans la mise en œuvre des obligations légales au sujet des risques psychosociaux. L’Action sociale Humanis met en effet en place une offre de services axés sur la santé au travail. Pour aller plus loin : Qualité de vie au travail, parlons-en !En savoir plus : découvrez travaillersanté.fr, le site spécialisé dans la santé au travail.

Liste commune : comment répartir les voix ?

Cette fiche vous est proposée par Wolters Kluwer.   Les syndicats peuvent avoir intérêt à former une liste commune aux élections professionnelles pour espérer obtenir davantage de suffrages, notamment depuis la réforme de la représentativité. Ils devront alors indiquer, lors du dépôt de leur liste, la manière dont ils entendent se répartir les voix.   Comment mesurer l'audience des syndicats en cas de liste commune ? L’audience électorale est l’un des principaux critères d’appréciation de la représentativité des syndicats dans l’entreprise [C. trav., art. L. 2122-1]. La mesure de cette audience est rendue plus difficile lorsque des organisations syndicales présentent une liste commune de candidats. Comment se partagent-elles les voix ? Dans un tel cas de figure, les suffrages exprimés sont répartis sur la base qu’elles ont indiquée, désignée sous le terme « clef de répartition ».   Exemple Les syndicats peuvent convenir de se répartir les voix à raison de 2/3 - 1/3 ou 1/4 - 3/4, etc. Ils peuvent même décider d’attribuer la totalité des suffrages à un seul membre de cette intersyndicale [Cass. soc., 5 nov. 2014, n° 14-11.634].   Les règles de partage des voix peuvent donc résulter d’un arrangement exprès entre les syndicats formant la liste commune. À défaut, la répartition doit s’opérer à parts égales entre les organisations syndicales concernées [C. trav., art. L. 2122-3 ; Cass. soc., 4 nov. 2009, n° 09-60.066]. L’enjeu n’est pas anodin : en répartissant les voix à parts égales, il se peut par exemple qu’aucun des syndicats ne recueille les 10 % requis pour être reconnu représentatif.   La clef de répartition retenue peut-elle rester secrète ? Lorsque des syndicats décident de former une liste commune et conviennent de se répartir les suffrages obtenus de manière spécifique, ils doivent porter cette clef de répartition à la connaissance de l’employeur, mais également des électeurs de l’entreprise ou de l’établissement concerné, et ce avant le déroulement des élections. À défaut, elle sera déclarée inopposable, et le partage des voix sera effectué à parts égales entre les différents syndicats ayant constitué la liste [Cass. soc., 13 janv. 2010, n° 09-60.208 ; Cass. soc., 2 mars 2011, n° 10-17.603 ; Cass. soc., 24 oct. 2012, n° 11-61.166]. Il est en effet essentiel que les électeurs sachent à quelle tendance syndicale ils apportent leur soutien. À cette égard, la clef de répartition retenue par les syndicats peut se déduire de la seule mention, sur la liste de candidatures présentée aux électeurs, de l’appartenance syndicale de chaque candidat de la liste commune [Cass. soc., 13 oct. 2010, n° 09-60.456].   Comment interpréter les résultats ? Si, après application des règles de répartition des suffrages, aucune des organisations présentes sur la liste commune n’atteint le score de 10 %, elles ne peuvent pas se prétendre représentatives. Ces syndicats ne peuvent donc pas se prévaloir du fait que la liste, dans son ensemble, dépasse ce seuil pour désigner un délégué syndical commun [Cass. soc., 14 janv. 2014, n° 12-28.929].   En savoir plus sur les élections professionnelles en entreprise - se rendre ici.

Contrat collectif obligatoire : comment choisir...

Cette fiche est proposée par Humanis.   Au 1er janvier 2016, l’ensemble des entreprises du secteur privé devra proposer à ses salariés une complémentaire santé collective. Il est important pour l’employeur de bien choisir le type d’organisme chez qui il va souscrire son contrat. Petit tour d’horizon des différents organismes.     Il existe 3 types d'organismes : Les sociétés d’assurance : Elles sont régies par le Code des Assurances et appartiennent à leurs actionnaires. Les institutions de prévoyance : Elles sont régies par la Code de la Sécurité sociale ou le code Rural. Ce sont des groupes de protection sociale à but non lucratif et à vocation paritaire. Les mutuelles : Elles sont régies par le code de la Mutualité. Ce sont des organismes sociaux à but non lucratif également.   Le saviez-vous ? Humanis est un groupe de protection sociale paritaire et mutualiste à but non lucratif. Humanis accompagne 700 000 entreprises et protège près de 10 millions de personnes. Le Groupe propose des offres adaptées et sur-mesure pour vous accompagner dans la mise en place de contrats collectifs obligatoires et responsables. Découvrez les packs Humanis SAFE Santé facile 100% responsable et 100% libre.  

Vous avez un nouveau message

Une question ?

Interrogez la
communauté

En direct
du forum

Derniers articles

20 ans d'expérience en électricité générale au service de Nespouls (19) 24h/24 et 7j/7

SARL DE FREITAS ELECTRICITE est une entreprise d’électricité située Nespouls. Elle opère dans tout le département de la Corrèze et les départemen

0

Lire la suite

Et si la fidélisation devenait synonyme de développement commercial ?

« Mais, la fidélisation client, c’est exactement cela ! » me diront beaucoup d’entre vous. Et pourtant. Etes-vous certain que, dans vos organisations, l

0

Lire la suite

Dernières questions

Bonjour, je souhaite développer en marketing une stratégie avec des blogueurs et influenceurs pour augmenter la visibilité d'un site mais je ne sais pas bien comment m'y prendre. Que me conseillez-vous ?

2

Répondre

Bonjour, je souhaite développer en marketing une stratégie avec des blogueurs et influenceurs pour augmenter la visibilité d'un site mais je ne sais pas bien comment m'y prendre. Que me conseillez-vous ?

0

Répondre

Une question ?

Interrogez la
communauté