Filtre : Tous

Icon Utilisateur

Comprendre et visualiser vos factures d’énergie

Cette fiche est rédigée par EDF Entreprises.

 

Pour comprendre votre facture d’énergie, EDF Entreprises vous propose des exemples de factures expliquées et commentées, similaires à celle(s) que vous recevez par courrier et que vous pouvez consulter sur votre espace Client EDF Entreprises.

Vous pouvez découvrir les factures animées des contrats d'électricité au tarif réglementé (Bleu, Vert et Jaune), et à prix de marché ainsi qu'un exemple de facture d'un contrat gaz naturel en quelques clics.

Par ailleurs, si vous êtes clients EDF Entreprises, vous pouvez consulter, visualiser et télécharger vos factures dans votre espace Client EDF Entreprises. Votre espace Client  vous permet également de consulter l’historique de vos factures des 24 derniers mois ou de régler en ligne vos factures.

 

Vous souhaitez simplifier la gestion de vos factures en gagnant du temps et du papier ?


EDF Entreprises propose d’opter pour la Facture électronique.

Dès lors que vous optez pour ce service gratuit, nous ne vous envoyons plus vos factures par courrier. Un e-mail vous prévient dès qu'une nouvelle facture est disponible. Vos factures sont alors consultables, téléchargeables et imprimables pendant 3 ans dans votre espace Client  EDF Entreprises.

Partager cet article !

Réagir à cet article

Ces articles pourraient vous intéresser

Le e-commerce France-Chine

Le e-commerce France-Chine 4,5 % des sites ont réalisé 84 % du chiffre d'affaires total en 2016 Selon Fevad, la fédération du e-commerce et vente à distance, les chiffres du e-commerce sont en croissance en France et partout dans le monde depuis 10 ans. Cependant, seulement quelques sites se partagent l’essentiel des ventes. En effet, 4,5 % des sites ont réalisé 84 % du chiffre d'affaires total en 2016 (www.lesechos.fr). A l’instar des grandes compagnies françaises, les jeunes entreprises (start-ups) et PME françaises pourraient se lancer dans le e-commerce et cibler un marché tel que la Chine afin de s’arracher quelques parts de marché. Le e-commerce, un mode de vie en ChineComme l’ont expliqué plusieurs experts, la Chine est le marché à conquérir du fait de sa taille, sa croissance et le nombre impressionnant de consommateurs dont elle dispose. En ce qui concerne les achats en ligne, la Chine est en pleine explosion. La croissance du e-commerce en Chine est d’environ 25% par an contre seulement 13% en France (www.lesechos.fr). Ceci est dû à plusieurs facteurs dont la fascination qu’exercent les nouvelles technologies et le numérique sur les jeunes. En outre, des plateformes telles que Alipay, Tenpay ou WeChat permettent l’achat d’une grande variété de produits et services à des prix compétitifs tout en garantissant une livraison rapide et moins coûteuse. Le « Made in France » est un atout et un avantage compétitif qui aidera des startups tel que Open Airlines, ubudu dans leur implantation prochaine en Chine. Comment s’y prendre pour se lancer dans le e-commerce vers le marché Chinois?Pour en savoir plus sur le e-commerce en Chine, les nouvelles technologies, les dernières plateformes d’achat, les réglementations locales, les procédures douanières et la distribution, veuillez contacter Business France et Bpifrance deux organisations qui ont développé un programme visant à guider les startups dans le e-commerce en Chine.  Le Transport de vos marchandises France - Chine Transporteca vous permet de comparer différentes solutions de transport afin d’exporter ou d’importer vos marchandises à l’international. Quelque soit le mode de transport (aérien ou maritime) ou le volume, vous pouvez sélectionner, en quelques clics, le mode de transport approprié à vos besoins. Vous pouvez également effectuer la réservation et le paiement de vos produits et obtenir les documents nécessaires. Obtenez vos frets de transport France-Chine-France sur https://www.transporteca.com/ . Contactez-nous sur info@transporteca.com pour toutes informations supplémentaires. 

Création d’entreprise : 4 conseils pour réussir...

4 conseils pour réussir son business plan Document complexe mais indispensable pour tout porteur de projet, le business plan est une étape à ne surtout pas négliger. De nombreuses études le montrent : la raison principale pour laquelle 50% des nouvelles entreprises ne dépassent pas le cap des deux années d’activité est le manque de réflexion sur le projet de départ. Situé à mi-chemin entre le document marketing et financier, le business plan est donc indispensable pour déterminer la cohérence et la faisabilité de son projet en vue de financements. Pour bien le réussir, quelques conseils sont à appliquer. Identifier les objectifs Avant toute chose, le porteur de projet doit être certain des objectifs de son business plan. Le plus souvent, celui-ci doit présenter le projet d’activité de manière assez pertinente pour convaincre d’éventuels investisseurs. Il doit donc permettre d’avoir une vision claire de ce qui est proposé aux consommateurs, d’identifier la rentabilité et les différents risques ainsi que les moyens et ressources nécessaires à sa mise en oeuvre. Etre le plus complet possible En tant que document central du projet de création d’entreprise (ou de remaniement d’activité), un business plan ne doit rien omettre. Parmi les informations essentielles qui doivent y figurer, une description générale du projet d’entreprise et des modalités d’exécution, mais aussi une étude de marché, une situation prévisionnelle patrimoniale et d’exploitation ainsi qu’un inventaire le plus exhaustif possible des ressources humaines et financières nécessaires. Se baser sur des prévisions réalistes Lorsque l’on établit le prévisionnel financier, il est important de prendre des données proches de la réalité, et notamment de ne pas surestimer le chiffre d’affaires ni de sous-évaluer le besoin en fonds de roulement. Ne pas non plus hésiter à envisager un scénario pessimiste tenant compte d’un chiffre d’affaires inférieur aux attentes. Cela permet d’identifier les charges variables, qui pourront être réduites en fonction du niveau de l’activité. Clarté et concision sont les maîtres mots La partie rédactionnelle du business plan est bien souvent négligée : c’est une erreur ! Un document simple, précis, compréhensif mais également attractif aura toutes les chances de plaire davantage au lecteur, et donc de rassurer d’éventuels investisseurs sur le sérieux du projet. Dans cette optique, il est primordial d’accorder une importance particulière aux fautes d’orthographe, au soin du document et à son aspect général. Le business plan est une étape cruciale dans le projet de création d’entreprise. En dépit de ces conseils, il est donc parfois utile de faire appel à un spécialiste, notamment pour la partie comptabilité et la construction des tableaux financiers.

6 points à étudier pour bien choisir son réseau...

Cette fiche est rédigée par Toute la Franchise.   Avant de signer avec un franchiseur, le créateur d'entreprise doit se poser les bonnes questions. Notoriété d'enseigne, qualité du réseau, rentabilité, assistance, coût... Si sur le papier la franchise est assurément un modèle gagnant, encore faut-il bien choisir son réseau ! Et en effet, tous les réseaux ne se valent pas ! Comment choisir dans ce cas ? En se posant les bonnes questions :   1) Mon enseigne est-elle vraiment aussi connue et reconnue qu'elle l'affirme ? La notoriété d'une marque permet à un nouveau franchisé de bénéficier d'un effet booster. Plus la marque est sérieuse et bien implantée et plus normalement elle est connue et reconnue par la clientèle. Ceci étant, les apparences peuvent être trompeuses. Certaines marques jeunes et peu connues peuvent être plus porteuses que d'autres largement développées et donc connues. Sachant que la notoriété est une donnée subjective, le créateur doit multiplier les sources d'information pour s'assurer de la réelle notoriété d'une enseigne donnée.   2) Le concept développé est-il pertinent ? Un concept pour être pertinent doit avoir été testé dans des conditions réelles d'exploitation via une unité pilote. La déclinaison de l'expérience pilote doit également apporter la preuve qu'elle est pertinente dès lors qu'une variable est modifiée (région différente, zone rurale et zone urbaine, etc). Pour s'assurer de la pertinence du concept quel que soit la région d'implantation, le mieux est d'aller à la rencontre des unités franchisées qui présentent des caractéristiques proches du futur lieu d'implantation.   3) Le savoir-faire du réseau est-il réellement différenciant et substantiel ? Pour être à valeur ajoutée face à la concurrence, le savoir-faire développé par l'enseigne doit être différenciant, secret et substantiel. Sachant qu'il est difficile de savoir avant la signature tous les tenants et aboutissants du concept du fait justement de sa nature secrète, le candidat doit jauger par lui-même de l'aspect différenciant et substantiel du savoir-faire. Comment ? En comparant la durée de la formation (et sa teneur !) avec les concepts concurrents, mais aussi en jugeant de la qualité des recrutements des franchisés. En effet, un franchiseur qui promet un concept à valeur ajoutée en n'apportant qu'une formation succincte et une sélection approximative ne peut être crédible.   4) Quelle est la rentabilité côté franchiseur et côté franchisé? Lors de la remise du DIP, le franchiseur est tenu de fournir au candidat franchisé ses derniers états financiers. Ces documents attestent des résultats d'activité du franchiseur et de ses unités pilotes. Côté franchisés, les chiffres présentés sont le plus souvent globaux, ce qui ne permet pas toujours de situer le niveau de rentabilité d'une unité franchisée présentant les mêmes caractéristiques que celle en projet. Le niveau de turn-over des franchisés donne également de bonnes indications sur la rentabilité effective du concept.   5) Quelle est l’assistance apportée par le réseau ? Le franchiseur s'engage par contrat à porter assistance à ses franchisés. Pour vérifier que cet engagement va être respecté, le candidat doit obtenir des réponses claires quant au nombre d’animateurs, la fréquence des visites, la formation continue, etc.   6) Les frais réclamés sont-ils justifiés ? Le droit d’entrée réclamé doit être proportionnel à la notoriété de la marque, et aux services rendus à l'ouverture (formation initiale, mise à disposition d'un animateur). Les royalties doivent également être proportionnées aux services rendus, à l'innovation, et à l'accompagnement.   En savoir plus.

Vous avez un nouveau message

Une question ?

Interrogez la
communauté

En direct
du forum

Derniers articles

Entreprise : Caution solidaire et régime matrimonial.

Lors de la souscription d’un crédit, y compris de trésorerie, il est  n’est pas rare que votre (vos) banquiers souhaitent votre caution solidaire en terme de garanties.

0

Lire la suite

Entreprise de maçonnerie générale à Mardeuil

L’entreprise MONTERIO JOSE se spécialise dans tous les travaux de maçonnerie générale, de rénovation immobilière et de ravalement. Ses zones d’int

0

Lire la suite

Dernières questions

Bonjour, je souhaite développer en marketing une stratégie avec des blogueurs et influenceurs pour augmenter la visibilité d'un site mais je ne sais pas bien comment m'y prendre. Que me conseillez-vous ?

2

Répondre

Bonjour, je souhaite développer en marketing une stratégie avec des blogueurs et influenceurs pour augmenter la visibilité d'un site mais je ne sais pas bien comment m'y prendre. Que me conseillez-vous ?

0

Répondre

Une question ?

Interrogez la
communauté