Filtre : Tous

Icon Utilisateur

Complémentaire retraite : quels avantages avec le contrat Madelin ?

Cette fiche est rédigée par Humanis.

 

Avec un contrat retraite Madelin, vous vous constituez une retraite complémentaire et bénéficiez de déductions fiscales. Comment ça fonctionne ?


 

  • Les avantages du contrat de retraite Madelin : les cotisations

Elles sont déductibles :

  1. à hauteur de 10% des bénéfices qui n’excèdent pas le plafond annuel de la sécurité sociale (PASS),
  2. à hauteur de 15% pour la portion excédante dans la limite de 8 PASS, si votre revenu d’activité est plus élevé.

Si  votre taux d’imposition est d’au moins 30 % : vous serez avantagé pendant la période de cotisation. La valeur de capitalisation est en effet exonérée d’Impôts sur la fortune (ISF).

 

  • Comment bénéficier de ces avantages ?

Pour bénéficier de déductions fiscales, vous devez remplir certaines conditions :

  1. Mettre en place des versements périodiques d’un montant fixé lors de la signature du contrat,
  2. réaliser la sortie sous forme de rente.

 

En savoir plus : découvrez les l’offre Radiance Humanis Retraite Pro, une solution Retraite développée par Radiance groupe Humanis pour les professionnels indépendants.

Partager cet article !

Réagir à cet article

Ces articles pourraient vous intéresser

Prévention Perte d’autonomie

Anticipez sereinement la perte d’autonomie de vos proches âgés grâce à un diagnostic réalisé à domicile par des experts. Acceder au service

Infractions commises par un salarié : quelles c...

Cette fiche vous est proposée par Wolters Kluwer.   Vol, manquements au Code de la route, injures ou diffamation : de nombreuses infractions peuvent être commises par un salarié. Si certaines peuvent donner lieu à des sanctions, ce n'est pas le cas de celles qui relèvent de la vie personnelle du salarié. Le point sur les conséquences envisageables.   Quels sont les faits de la vie personnelle que l'employeur peut sanctionner ? En principe, l’employeur ne peut pas sanctionner un salarié pour des faits relevant de sa vie personnelle [Cass. soc., 21 oct. 2003, n° 00-45.291]. Celle-ci recouvre sa vie privée, l’exercice de ses libertés civiles, mais aussi ses opinions politiques et sa participation à un mouvement associatif. Deux exceptions existent cependant : la violation des obligations liées au contrat de travail (obligation de loyauté, de sécurité, etc.) et les agissements pouvant être rattachés à la vie professionnelle. Tel est le cas, par exemple : d’un steward qui consomme de la drogue lors d’une escale et est toujours sous son influence lors de la reprise de ses fonctions [Cass. soc., 27 mars 2012, n° 10-19.915] ;  ou du salarié qui dissimule à son employeur sa mise en examen, pour des faits en rapport avec ses activités professionnelles, violant ainsi son obligation de loyauté. Il peut alors être licencié pour faute, fondée non pas sur la mise en examen (il bénéficie de la présomption d’innocence), mais sur la dissimulation de cette information [Cass. soc., 29 sept. 2014, n° 13-13.661]. En revanche, ne peut pas être licencié pour faute un salarié affecté à la conduite dont le permis de conduire a été retiré pour des infractions commises dans le cadre de sa vie personnelle [Cass. soc., 3 mai 2011, n° 09-67.464].   Quelles sont les sanctions envisageables ? Deux principales typologies existent : Lorsqu’un salarié commet une infraction dans le cadre de sa vie personnelle, l’employeur ne peut procéder qu’à un licenciement non disciplinaire et en raison du trouble objectif caractérisé dans l’entreprise. Cela peut être le cas pour un salarié affecté à la conduite s’étant fait retirer son permis de conduire [Cass. soc., 1er avr. 2009, n° 08-42.071]. Dès lors que l’infraction a été commise dans le cadre de la vie personnelle mais en violation des obligations liées au contrat de travail ou en lien avec la vie professionnelle, l’employeur peut licencier le salarié pour motif disciplinaire. Il en va évidemment de même pour les infractions commises dans le cadre de la vie professionnelle du salarié. Si la commission d’une infraction implique nécessairement une faute, son intensité est variable. Ainsi, des faits de harcèlement moral constituent une faute, mais pas automatiquement une faute grave [Cass. soc., 22 oct. 2014, n° 13-18.862]. De la même manière, le vol au préjudice de l’employeur ne constitue pas automatiquement une faute grave, le juge prud’homal gardant la possibilité d’apprécier la gravité de la faute, même après une condamnation pénale [Cass. soc., 3 mars 2004, n° 02-41.583]. Pour autant, le vol au préjudice d’un client de l’entreprise est constitutif d’une faute grave, peu important la valeur de celui-ci [Cass. soc., 28 mars 2012, n° 11-11.981].   Quelles précautions prendre lors de la procédure disciplinaire ? L’employeur peut engager une procédure disciplinaire pour des faits qui constituent en principe une infraction sans avoir à déclencher de poursuites pénales. S’il décide d’engager une telle procédure, il n’est pas tenu d’en attendre l’issue pour notifier la sanction [Cass. soc., 26 janv. 2012, n° 11-10.479]. Néanmoins, si le salarié est relaxé par la juridiction pénale, la sanction sera dénuée de cause [Cass. soc., 12 janv. 2012, n° 10-19.611].   A NOTER En cas de litige sur la sanction, le juge prud’homal n’est pas tenu d’attendre la décision du juge pénal sauf lorsqu’une action civile est exercée pour obtenir réparation du préjudice causé par l’infraction [C. proc. pén., art. 4]. Pour autant, il peut toujours décider d’attendre cette décision pour statuer [Cass. soc., 17 sept. 2008, n° 07-43.211].   Qu'en est-il du salarié placé en détention ? Le placement en détention provisoire entraîne la suspension du contrat de travail et non pas sa rupture automatique. Il ne constitue pas en lui-même une faute [Cass. soc., 26 janv. 2010, n° 08-41.052]. Néanmoins l’employeur peut justifier d’un trouble dans l’organisation et le fonctionnement de l’entreprise pour engager une procédure de licenciement non disciplinaire [Cass. soc., 26 févr. 2003, n° 01-40.255]. L’incarcération, de courte ou longue durée, n’est pas un cas de force majeure permettant à l’employeur de rompre le contrat [Cass. soc., 3 avr. 2001, n° 99-40.944]. Pour autant, il peut procéder à un licenciement en justifiant de l’impossibilité pour le salarié de remplir ses fonctions et des conséquences sur le bon fonctionnement de l’entreprise.

Le salarié est-il libre de s'habiller comme il ...

Cette fiche vous est proposée par Wolters Kluwer.   Le salarié peut en principe se vêtir à sa guise sur le lieu de travail. Mais l'employeur peut exiger une tenue correcte appropriée aux fonctions exercées et même, dans certains cas, imposer le port d'une tenue particulière.   La liberté de se vêtir constitue-t-elle une liberté fondamentale ? Non. La façon de se vêtir relève d’une liberté individuelle mais non d’une liberté fondamentale [Cass. soc., 28 mai 2003, n° 02-40.273]. Ainsi, le licenciement prononcé au mépris de cette liberté n’est pas nul mais sans cause réelle et sérieuse [Cass. soc., 3 juin 2009, n° 08-40.346]. En outre, dans l’entreprise, la liberté vestimentaire est, comme toute autre liberté individuelle, susceptible d’être limitée, si cela est justifié par la nature de la tâche à accomplir et proportionné au but recherché [C. trav., art. L. 1121-1].   L'employeur peut-il imposer une tenue vestimentaire ? Oui. Une tenue peut être imposée dans certains cas par des dispositions législatives, réglementaires, conventionnelles, par le règlement intérieur ou le contrat de travail.   > Les dispositions conventionnelles, notamment, doivent être justifiées et proportionnées à l’objectif de l’employeur.   EXEMPLE Dans une affaire opposant une entreprise de sécurité à plusieurs de ses agents, était en cause l’application de la Convention collective nationale des entreprises de prévention et de sécurité prévoyant que « la fonction d’agent de maîtrise entraîne pour certains postes d’emploi fixes ou itinérants l’obligation formelle du port de l’uniforme pendant la durée du service ». Certains salariés, exerçant les fonctions d’agent-vidéo dans un hypermarché, avaient refusé de porter un uniforme de travail et avaient été licenciés pour ce motif. À tort selon la Cour de cassation qui a relevé que les dispositions en cause ne concernaient que les salariés en contact avec la clientèle, ce qui n’était pas le cas des salariés licenciés [Cass. soc., 3 juin 2009, n° 08-40.346].   > Le règlement intérieur de l’entreprise ne peut pas non plus apporter aux droits des personnes et aux libertés individuelles et collectives des restrictions qui ne seraient pas justifiées par la nature de la tâche à accomplir ni proportionnées au but recherché [C. trav., art. L. 1321-3]. Les restrictions apportées à la liberté de se vêtir ne doivent donc pas être générales. Le règlement intérieur ne peut imposer le port de certains vêtements que pour deux motifs [Circ. DRT n° 83-5, 15 mars 1983] : des raisons de sécurité peuvent justifier le port d’un vêtement protecteur, notamment lorsque le salarié est exposé à des produits dangereux. Est ainsi valable la clause d’un règlement intérieur imposant aux salariés d’une entreprise de pose d’ascenseurs de porter certains vêtements, un casque et des gants de manutention [CE, 16 déc. 1994, n° 112855] ; l’intérêt de la clientèle peut également justifier que certains salariés, dans les entreprises commerciales ou de prestation de services, portent un vêtement particulier, un badge ou un insigne [Circ. DRT n° 83-5, 15 mars 1983] ou aient une présentation correcte et soignée adaptée à l’image de marque du magasin [Circ. DRT n° 91-17, 10 sept. 1991]. Ainsi, un employeur peut interdire à un salarié en contact avec la clientèle de se présenter au travail en survêtement [Cass. soc., 6 nov. 2001, n° 99-43.988] ou en bermuda [Cass. soc., 12 nov. 2008, n° 07-42.220].   À NOTER Le refus par un salarié de porter une tenue vestimentaire imposée par l’employeur ne constitue une faute que si l’obligation du port de ce vêtement est justifiée par la nature de la tâche à accomplir et proportionnée au but recherché [Cass. soc., 18 févr. 1998, n° 95-43.491].   > De même, une clause du contrat de travail peut tout à fait imposer et organiser le port d’une tenue de travail, si cela est justifié par la nature des tâches à accomplir et proportionné au but recherché [C. trav., art. L. 1121-1]. La clause doit mentionner la justification de cette obligation (hygiène et sécurité, contact avec la clientèle, etc.) et préciser les modalités d’utilisation de la tenue de travail (mise à disposition, frais de nettoyage, renouvellement, restitution en fin de contrat, etc.). Elle peut aussi envisager le temps nécessaire à l’habillage et au déshabillage.   À NOTER C’est à l’employeur qui impose le port d’une tenue de travail pour des raisons d’hygiène et de sécurité ou de stratégie commerciale de prendre en charge l’entretien de ces vêtements [Cass. soc., 21 mai 2008, n° 06-44.044].   Des contreparties sont-elles possibles pour le temps d'habillage ? Le temps d’habillage et de déshabillage n’est pas considéré comme temps de travail effectif devant être rémunéré comme tel [Cass. soc., 28 oct. 2009, n° 08-41.953], sauf stipulations contraires [Cass. soc., 12 juill. 2006, n° 04-45.441]. En revanche, des contreparties en repos ou financières sont dues lorsque le port d’une tenue de travail est imposé, et que l’habillage et le déshabillage doivent être réalisés dans l’entreprise ou sur le lieu de travail [C. trav., art. L. 3121- 3]. Ces deux conditions sont cumulatives [Cass. soc., 26 mars 2008, n° 05-41.476 ; Cass. ass. plén., 18 nov. 2011, n° 10-16.491]. Si l’employeur autorise les salariés à porter la tenue à l’extérieur de l’entreprise et à s’habiller à leur domicile, il ne leur doit aucune contrepartie sauf si, dans les faits, les conditions d’insalubrité dans lesquelles le salarié exerce son activité lui imposent, pour des raisons d’hygiène, de se changer sur le lieu de travail [Cass. soc., 21 nov. 2012, n° 11-15.696].

Vous avez un nouveau message

Une question ?

Interrogez la
communauté

En direct
du forum

Derniers articles

Colonie de vacances

Un soutien scolaire efficace Dans ces séjours centrés sur la colonie de vacances, tout est fait pour permettre aux jeunes de rattraper leur éventuel retard et d'acqué

0

Lire la suite

Créer son argumentaire de Vente étape par étape

ARGUMENTAIRE DE VENTE ? QUE DOIT CONTENIR UN ARGUMENTAIRE DE VENTE ?    Argumentaire de vente ? Que doit contenir un argume

0

Lire la suite

Dernières questions

Le cadre légal de la formation en entreprise

1

Répondre

Ratios financiers normatifs de la start-up, site internet

2

Répondre

Une question ?

Interrogez la
communauté